Compte rendu : séminaire du TIGRE – Elisa GRILLI : « Pour un corpus de revues européennes à la fin du XIXe siècle (France-Italie-Angleterre-Espagne) », 10 novembre 2012

Depuis 2004, Évanghélia Stead anime le séminaire du TIGRE (Texte et Image Groupe de Recherche à l’École) à l’ENS d’Ulm. Le programme de cette année est dédié aux « Réseaux des revues artistiques et littéraires en Europe (1880-1920) ». La seconde séance donnait la parole à Elisa Grilli, doctorante allocataire à l’Université Reims Champagne-Ardenne, dont la thèse, sous la direction d’Évanghélia Stead et de Jean-Louis Haquette, porte sur « Traduction et illustration dans l’Europe des revues (1880-1920) » dans quatre aires culturelles (France / Italie / Grande Bretagne / Espagne). Elle a co-signé avec Évanghélia Stead un article à paraître dans le troisième volume de l’Oxford Critical and Cultural History of Modernist Magazines.

En introduction, Évanghélia Stead est revenu sur les différents modèles proposés pour parler des objets complexes que sont ces revues. Remy de Gourmont, dans son travail fondateur de Les Petites Revues, les présente comme des objets destinés à une élite, produits dans une tour d’ivoire idéaliste en dehors des circuits commerciaux. Brooker et Thacker ont critiqué cette perspective ; ils inscrivent au contraire les périodiques modernistes[1] dans un microcosme économique, comme éléments d’une nouvelle économie du marché du modernisme, liés au mécénat, utilisant des stratégies commerciales[2] et cherchant (et trouvant parfois) les faveurs du grand public. Évanghélia Stead et Hélène Védrine ont étoffé ce modèle[3] ; les revues littéraires et artistiques (ou d’avant-garde) doivent être étudiées dans leurs rapports avec la grande presse, comme des objets hybrides obligeant à des croisements méthodologiques, dont la publication est un acte performatif dans les réseaux littéraires nationaux et internationaux. Cette question du réseau ne se limite d’ailleurs pas aux relations entre personnes, mais implique également les revues elles-mêmes comme objets d’échange aux valeurs complexes[4].

Elisa Grilli partait d’une citation de l’Anthologie-Revue de France et d’Italie[5] sur le « courant d’estime réciproque » que les revues cherchent alors à créer entre elles, selon une image du flux qui représente bien la question des réseaux (regroupant à la fois les réseaux sociaux humains et les transmissions de modèles). Ces réseaux s’inscrivent au sein même des revues avec des rubriques comme la « revue des revues » ; on peut comparer ce qui est dit dans ces rubriques avec les traces qui subsistent de ces relations dans les archives, et avec la circulation de certains motifs dans les textes mêmes.

L’inscription dans un réseau se matérialise dans les périodiques mêmes par la mention de revues amies, qui peut aller de la simple insertion publicitaire à une rubrique spécifique, comme on le voit dans l’évolution de L’Ermitage. Les rapports avec les revues qui saluent son existence sont d’abord confinés dans une rubrique Varia ; en août 1890, la revue s’étoffant, une chronique réservée aux autres revues apparaît, tenue par Pierre puis Bernard l’Ermite. Elle prend de plus en plus d’ampleur, s’étendant aux revues internationales, livrant sommaires et comptes rendus. Les publicités circulent également entre les revues, comme entre Iride et La Province nouvelle. Ces différents types d’insertion permettent la coexistence dans un espace œcuménique de revues qui ne partagent pas forcément les mêmes valeurs esthétiques.

Mais les rapports ne sont pas toujours amicaux ; le 15 avril 1905, Charles-Henri Hirsch répond dans Le Mercure de France à Mécislas Goldberg, qui a traité Gourmont de « Sarcey du symbolisme » dans La Revue littéraire de Paris et de Champagne (qui fait suite à La Jeune Champagne) de février 1905. Dans la revue espagnole Helios (dont les numéros des années 1903 et 1904 sont disponibles ici), les extraits de revue peuvent être commentés avec une certaine distance critique.

Les relations internationales entre ces revues sont nombreuses : le traducteur Henry-D. Davray fait dans L’Ermitage (octobre 1896) l’éloge du Savoy ; en juillet 1897, il présente The Savoy et Evergreen[6]; Marinetti, dans sa revue Poesia, cite des articles de journaux français (dont le « Pall-Mall Gazette » de Lorrain), en particulier du Mercure de France, et publie des publicités pour les revues françaises – au point de remettre en question l’équilibre entre les articles de création et les comptes rendus, souvent écrits en français.

Deuxième temps de la démonstration : « Ceux qui tendent les fils des réseaux », les jeunes passeurs en quête de légitimation sur le plan national et international. Une grande partie des relations entre revues peut être reliée à la question de l’arrivée sur la scène littéraire d’une nouvelle génération qui doit trouver sa place et se positionner par rapport au groupe symboliste (question au centre des critiques de Goldberg contre Gourmont). La stratégie de légitimation de Marinetti dans le champ littéraire est ainsi fondée essentiellement sur sa fonction de passeur de la littérature symboliste en Italie, et c’est à ce titre qu’il est reconnu dans les revues françaises et qu’il accumule du capital symbolique.

Enfin, les relations entre revues passent également par des transferts et tissages textuels. La question de la traduction est particulièrement complexe, comme le montrent les nombreuses polémiques autour des traductions par Davray des œuvres de Wilde en 1905, à travers le Mercure et L’Ermitage. Marinetti, dans Poesia, fait le choix du plurilinguisme mais se traduit parfois lui-même : son « Manifeste du futurisme » en 1909 est publié dans sa revue à la fois en français, en italien puis en anglais (dans une version synthétique) ; les termes choisis dans chaque langue montrent que les enjeux dans ces différents espaces linguistiques ne sont pas les mêmes. C’est ce que montre également l’analyse du motif du clair de lune, qui apparaît dans le poème « Mandoline » de Verlaine, traduit en anglais dans The Savoy et en espagnol dans Helios. Ce motif, par son omniprésence, peut servir de cible à Marinetti lorsqu’il veut se démarquer du symbolisme dans son texte-manifeste « Tuons le clair de lune » (Poesia, août-octobre 1909).

La séance était très riche, et montrait bien la nécessité d’une approche pluridisciplinaire et internationale de ces objets ; elle ouvre de nombreuses questions : existait-il des relations non réciproques entre revues ? des refus de dialogues ? Quel est l’élément déterminant dans la naissance et le maintien de relations entre deux revues : les liens sociaux entre leurs collaborateurs ? un rapprochement d’esthétiques (avec tous les problèmes liés à leur existence dans des espaces culturels différents) ? une position similaire de ces revues dans le champ littéraire de leur pays (même tirage, même public) ?


[1] Voir leur projet projet Modernist Magazines : http://modmags.dmu.ac.uk/

[2] Comme l’insertion et la vente d’affiche, étudiée dans la thèse de Nicholas-Henri Zmelty  « L’affiche comme genre ». Voir son article sur la légitimation de l’affiche dans La Plume.

[3] Voir Evanghélia Stead et Hélène Védrine, « L’image comme instrument critique dans les revues fin-de-siècle », Poétique, 2011, vol. 168, no 4, p. 467-492.

[4] Voir Daphné de Marneffe et Benoît Denis (éd.), Les réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri / CIEL, 2006.

[5] Une revue intéressante, au format singulier, publiée à Milan à partir de 1897 et dirigée par Edward Sansot, l’éditeur du Théâtre mirlitonesque de Jarry ; elle fusionne avec La Critique internationale puis est absorbée par La Vogue.

[6] The Savoy : sommaire ; vol. 1 ; vol. 2 ; vol. 3 ; vol. 4 ; The Evergreen : sommaire ; vol. 4.

Les revues littéraires et artistiques (1870-1940) Perspectives méthodologiques et apports critiques

Journée d’étude organisée par le CRIMEL (EA331) / Université Reims Champagne-Ardenne / Bâtiment 13 Enseignement/Recherche / Amphi Recherche / 57 rue Pierre Taittinger 51096 Reims Cedex

AFFICHE-JE-PRELIA-JUIN-2012
Longtemps considérées comme des documents secondaires, dont l’intérêt se limitait à l’indication des prépublications de textes célèbres ou à l’éclaircissement de points de détails de l’histoire littéraire traditionnelle, les revues littéraires et artistiques sont devenues aujourd’hui des objets d’étude à part entière, particulièrement significatifs des évolutions actuelles de la recherche littéraire : au croisement de plusieurs disciplines (littérature, histoire de l’art, histoire du livre ou histoire culturelle), elles sont au coeur des problématiques de la numérisation en raison de leur accès difficile, de l’incomplétude des collections et de la mauvaise qualité de leur numérisation (numérisation des revues les plus connues, en mode image, réalisée le plus souvent à partir des reprints qui ne reprennent pas les couvertures…).
La fin du XIXe siècle et le début du XXe apparaît comme une période particulièrement intéressante pour l’étude des revues. Les conditions favorables de la presse permettent un foisonnement de petites revues éphémères dans les années 1880, qui deviennent véritablement un lieu de création littéraire, mais aussi un lieu d’échanges culturels internationaux.
Cette journée d’étude vise à confronter les différentes approches critiques des revues et à interroger les principes méthodologiques de l’étude des périodiques littéraires et artistiques, en insistant sur leur réalité matérielle.
Cette journée s’inscrit dans le mouvement d’analyse des petites revues et des réseaux littéraires qui fait l’objet des travaux d’Evanghelia Stead et Hélène Védrine (voir L’Europe des revues) et du séminaire TIGRE animé à l’ENS par Evanghelia Stead, et des travaux sur la médiatisation menés entre autres par Alain Vaillant et Marie-Eve Thérenty. Elle fait partie d’un projet de recherche sur les petites revues littéraires et artistiques (PRELIA) pour lequel une demande de financement ANR est en cours.

Organisation:
Alexia Kalantzis et Julien Schuh
Site du PRELIA: www.prelia.fr

PROGRAMME

MATINÉE (10h-12h30) / Méthode, histoire, réseau

Evanghélia Stead (UVSQ) / Sur deux appellations problématiques et quelques principes méthodologiques en matière d’étude des revues

Yoan Verilhac (Nîmes) / L’histoire littéraire des petites revues : essai de description / Quel rapport de la critique des avant-gardes poétiques de la fin du siècle à l’histoire littéraire ? La question peut paraître soldée ou bien connue : la façon dont la génération symboliste s’est définie, à travers ses manifestes et ses réflexions théoriques, par ses rejets violents et par ses admirations ferventes, a été maintes fois décrite. Il est judicieux cependant de s’intéresser non seulement aux objets (auteurs, oeuvres, mouvements) qu’il est question de retenir ou de rejeter, mais encore au rapport qui se construit à l’histoire littéraire même.
Au confluent de mutations essentielles dans l’histoire de la critique historique, depuis les essais de Brunetière à ceux de Lanson, de transformations profondes de la place du commentaire de la littérature dans l’espace médiatique, la jeune critique questionne en profondeur les liens entre histoire et littérature, actualité et postérité. Cette petite intervention s’efforcera d’interroger la façon dont se pense, se pratique et se formalise le rapport de la petite revue à l’histoire littéraire, en tant que discipline critique, en tant que patrimoine constitué ou à déconstruire/reconstruire.

Elisa Grilli (URCA) / Un réseau pour les happy few ? : un exemple de transfert dans quelques revues britanniques et françaises de la fin du XIXe s. / Comment peut-on interpréter l’intérêt réciproque entre la France et la Grande Bretagne dans la définition du « Symbolisme » ? S’agit-il d’une mode, d’une volonté d’ouverture, d’une recherche de nouvelles voies esthétiques ? Les enjeux de ces choix, aux implications esthétiques et politiques seront abordés à travers les échanges et les transferts au sein d’un réseau « restreint » autour de la revue L’Ermitage (Paris, Juillet 1890 – décembre 1906) et de ses « consoeurs » The Savoy (Londres, janvier – décembre 1896) et The Evergreen (Edinburgh, 1895-1896). Les modalités du réseau sont multiples : amitiés, correspondances ; traductions ; citations et références dans les revues, mettant en lumière des échanges personnels et textuels et le rôle des « passeurs » tels H.D. Davray et A. Symons, etc. Ces revues présentent des gestes marginaux mais féconds, à la fois isolés mais intégrés dans un réseau international.

Table Ronde / Les revues face aux catégories critiques traditionnelles / Les revues littéraires remettent en causes nos catégories critiques, mettant à mal la notion d’oeuvre, par leur caractère fragmentaire, collagiste, éphémère, ou la notion d’auteur, par leur mode de création collectif et la difficulté à attribuer une responsabilité dans tous leurs choix formels. Elles invitent à réévaluer les hiérarchies et les valeurs artistiques traditionnelles. Comment aborder ces objets que l’on pourrait considérer comme des formes expérimentales ou des laboratoires des arts de leur époque ?

APRÈS-MIDI (14h-17h30) / Cas d’études

Vincent Gogibu (Montpellier III) / L’Occident (1901-1914) d’Adrien Mithouard : mise en perspective / En quatorze années d’existence, L’Occident parvint à fédérer au sein d’une même enseigne les auteurs qui incarnaient l’entre-siècle flamboyant avec la toute jeune avant-garde littéraire du XXe siècle : François-Paul Alibert, Maurice Barrès, H. Bidou, Jean de Boschère, Henri Brémond, R. Canudo, René Chalupt, Paul Claudel, Henri Clouard, Dante Alighieri, Maurice Denis, Edouard Ducoté, G. Ducrocq, [Félicien] Fagus, André Germain, Henri Ghéon, André Gide, Vincent d’Indy, Francis Jammes, Edmond Jaloux, Tristan Klingsor, Jules Laforgue, Guy Lavaud, Louis Le Cardonnel, André Lebey, Legrand-Chabrier, Herni Martineau, Eugène Marsan, Henri Mazel, Francis de Miomandre, Adrien Mithouard, Albert Mockel, Charles Morice, Raoul Narsy, Paul Nothomb, Maurice des Ombiaux, Charles-Louis Philippe, Henri de Régnier, Jacques Rivière, Lucien Rolmer, Sandricourt, Jean Schlumberger, Jean Soury, André Suarès, Roubert de Souza, Louis Thomas, Paul-Jean Toulet, René Vallery-Radot, Jean-Louis Vaudoyer, Emile Verhaeren, Francis Viélé-Griffin, Tancrède de Visan, Willy, … Entre un Mercure de France “très existant” (Gide) et une N.R.F. balbutiante, Adrien Mithouard sut donner à sa revue une identité propre. Nous nous attarderons sur le contenu des sommaires, les notions de réseaux et d’influence pour tenter de dresser un portrait au plus juste de L’Occident.

Christel Brun-Franc (Aix-Marseille) / Se frayer un chemin dans les archives des Cahiers du Sud (1925-1939) : les risques de l’abondance / Si l’accès à de nombreuses revues peut s’avérer difficile aujourd’hui, en particulier à cause de leur intérêt perçu longtemps comme secondaire, ce n’est pas le cas des Cahiers du Sud, dont la totalité des archives est conservée à l’Alcazar, bibliothèque de Marseille à vocation régionale. Cette revue littéraire marseillaise naît en 1913, sous le titre de Fortunio et connaît son apogée entre 1925 et 1939, période à laquelle nous nous intéresserons. Nous avons donc le double privilège de pouvoir consulter l’ensemble des numéros de la revue et de parcourir des milliers de dossiers de correspondance, classés et légués par Marcelle Ballard, femme du directeur des Cahiers et secrétaire de la revue. Pour autant, cette richesse n’est pas sans risque et nous nous proposons donc d’évoquer ce travail de recherches tout en exposant les difficultés de méthode rencontrées : comment appréhender cette masse de documents non numérisés mal référencés, parfois mal classés, qu’il faut réussir à hiérarchiser sans se laisser dépasser par la quantité, ni verser dans l’histoire au détriment de la littérature ? Par ailleurs, il nous faudra évoquer les problèmes liés au volume de texte qui empêche d’avoir une vue globale et exhaustive du corpus, et la difficulté que nous pouvons avoir à unifier un ensemble de textes sans fabriquer une unité factice, et sans trahir non plus le “climat” de la revue.

Pierre Philippe-Meden (Paris 8) / La revue L’Éducation Physique (1902-1940) : Approche ethnoscénologique du corpus hébertiste / Organe de propagande de la Méthode Naturelle du lieutenant de vaisseau Georges Hébert (1875-1957), la revue L’Éducation Physique (1902-1971) est un classique de l’histoire du sport. Toutefois, le contenu de L’Éducation Physique n’a jamais fait l’objet d’études vraiment approfondies au risque de ne pas comprendre ou de sous-estimer certains aspects de l’hébertisme, notamment ceux relatifs à la littérature sportive, à l’esthétique du corps et à la représentation du mouvement physique dans les arts. Nous avons personnellement indexé l’ensemble de L’Éducation Physique pour ses deux principales périodes de parution : 1902-1914, 242 numéros ; 1922-1940, 100 numéros. Pour ces deux périodes, nous avons systématiquement indexé pour chaque article le nom de l’auteur, la date de parution, le titre de l’article, le numéro de parution de la revue et celui des pages, avec le but d’en établir une classification thématique permettant de mieux identifier les enjeux de la revue et de l’hébertisme, non seulement dans le milieu du sport, mais aussi dans ceux de l’esthétique et des arts. Nous centrerons notre propos sur les principales étapes de ce travail, les premiers résultats et les difficultés méthodologiques rencontrées.

François Vignale (Bibliothèque de l’Université du Maine) / Propositions pour une mesure de la réception des revues : le cas de Fontaine

Projets de recherche 

Fabienne Fravalo et Lucia Piccioni (INHA) / Le Répertoire de cent revues francophones d’histoire et de critique d’art dans la première moitié du XXe siècle : enjeux et résultats méthodologiques / Depuis 2008 l’équipe “Histoire de l’histoire de l’art” de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) a entamé une réflexion collective sur la revue comme support et objet des recherches en histoire de l’art, débouchant sur l’élaboration d’une base de données qui sera accessible en ligne à la fin du mois de juin 2012. Composé de fiches techniques et de dépouillements, cet outil destiné à l’ensemble de la communauté scientifique vise à proposer une grille de lecture objective pour tenter de dépasser des typologies parfois réductrices, selon trois axes principaux : l’histoire de la revue comme oeuvre dans ses dimensions esthétiques et matérielles ; l’histoire des contenus intellectuels ; et l’histoire sociale du discours sur l’art, visant à cerner ses lieux d’implantation et d’énonciation, ses formes de sociabilité et ses publics. Il s’agit ici de retracer les étapes de ce travail, d’en présenter les résultats grâce à la base de données, et de revenir sur ses enjeux méthodologiques.

Table Ronde / Confrontation des projets autour des revues, méthodes et résultats