Parution: A. Vaillant, Y. Vérilhac (dir.), Vie de bohème et petite presse du XIXe siècle, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Alain Vaillant, Yoan Vérilhac (dir.), Vie de bohème et petite presse du XIXe siècle, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018.

La bohème est l’un des mythes les plus populaires du XIXe siècle : il a inspiré des romans, des poèmes, des opéras et, plus récemment, de nombreux ouvrages érudits. On s’est familiarisé avec ses figures pittoresques, sa géographie parisienne, ses rites initiatiques. Mais on manque souvent l’essentiel : si la bohème constitue une collectivité si identifiable – unie par des liens très puissants de camaraderie –, c’est qu’elle est l’émanation directe de la petite presse littéraire et artistique qui, de l’époque romantique jusqu’à la fin de siècle, est le cœur vivant de la vie culturelle en France.

Il faut donc oublier la légende de la bohème pour se tourner vers la réalité : l’organisation concrète de cet univers médiatique, le tissu étroit des solidarités professionnelles et amicales. Surtout, cette complicité collaborative de la presse influe directement sur les formes de l’écriture (désormais saturée par l’ironie et la parodie) et, contrebalançant la solitude sacrée de l’auteur, met en jeu la conception même de la littérature.

Lien

Sommaire

Alain Vaillant, Yoan Vérilhac – Sociabilités littéraires et « petite presse » : questions de méthode
La camaraderie et la petite presse, de Louis-Philippe à Napoléon III
Nathalie Preiss – La petite presse : le régime de la communauté universelle ?
Valérie Stiénon – La communauté charivarique de la blague ;
Corinne Saminadayard-Perrin – Le cénacle et le boulevard : l’envers et l’endroit ;
Anthony Glinoer, Vincent Laisney – La Brasserie des Martyrs : un lieu commun de la bohème.
Solitaire, solidaire
Fanny Bérat-Esquier – Le clan Lepoitevin « en silhouette » ;
Sarah Mombert – « Un pour tous, tous pour un ». Sociabilités et réseaux du journal Le Mousquetaire ;
Martine Lavaud – Les poètes de l’entresol : Théophile Gautier et la petite presse ;
Alain Vaillant – Le cas Baudelaire : esquisse d’une poétique de la camaraderie littéraire.
Sociabilités fumistes
Jean-Didier Wagneur – Socialités des petits médias. L’arène de Lutèce ou vivre ironiquement la littérature ;
Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand – Des Hydropathes au Chat noir. Stratégies d’émergence et sociabilité ;
Solenn Dupas – Pratiques fumistes de la dédicace dans Le Chat noir. Formes et enjeux d’une poétique en réseaux ;
Bénédicte Didier – Le Chat noir ou l’expérience inédite d’un journal de cabaret.
De la petite presse à la petite revue
Philippe Leu – « La diffusion par le verbe ». La forme revuiste comme matrice du réseau de sociabilités de La Plume ;
Julien Schuh – Du cercle aux revues : genèse sociale de l’espace discursif de quelques périodiques fin-de-siècle ;
Yoan Vérilhac – Fini de rire : la petite revue ou la petite presse qui argumente.
Bibliographie générale

Prospectus-BohèmeTélécharger

Appel à communication: L’édition de création 1930-1970 Le grand illustré, et après ? Arsenal, 3 juin 2019

L’édition de création 1930-1970

Le grand illustré, et après ?

Journée d’étude organisée par Sophie Lesiewicz (BLJD/UMR Thalim) &

Anne-Christine Royère (Université de Reims Champagne-Ardenne/CRIMEL)

en partenariat avec la Bibliothèque de l’Arsenal

3 juin 2019

Bibliothèque de l’Arsenal

Lorsqu’en 1928 Raymond Hesse dresse le bilan des entreprises bibliophiliques en France, il note qu’un double mouvement de fond caractérise l’après Grande Guerre. D’une part « la bibliophilie prend une forme corporative[1] », de l’autre se développe une « édition de luxe » à visée commerciale pour des auteurs dont le succès de librairie pousse les éditeurs littéraires à réimposer le texte accompagné de figures[2] . Dès lors, c’en est fini de la bibliophilie créatrice à la Octave Uzanne, « publication très dégagée des traditions et des préjugés typographiques et iconographiques[3] » dont l’enjeu était de s’extraire du collectionnisme de la « grande bibliophilie rétrospective » comme de la « bibliophilie vénérante[4] » promouvant un « panthéon littéraire alternatif[5] » ou classique. Le champ du livre de luxe qui liait éditeurs-bibliophiles, amateurs et médias autour de débats relatifs au livre moderne hors du secteur éditorial industrialisé se reconfigure ainsi dans les années 1920 puis se renouvelle suite à la crise de 1931 qui voit l’éclatement de la bulle spéculative du livre de luxe et la cessation d’activité d’un grand nombre d’éditeurs.

Commence alors ce que l’on considère comme l’âge d’or du « livre d’artistes » en France, de 1931 au début des années 1980, et plus particulièrement celui édité par des galeries (Louise Leiris, Jeanne Bucher, Maeght, Tériade, etc.) Celles-ci promeuvent le livre d’artistes « à la française[6] », dont le caractère littéraire nettement affirmé n’allait pas de soi auparavant dans le livre à figures. Ainsi la production de livres de luxe reprend-elle à partir des années 1940, sollicitant non plus des décorateurs (Mucha, De Feure, Schmied et Miklos…) ou des illustrateurs (Lepère, Carlègle, Laboureur…) mais des peintres, ravivant par là même la hiérarchie des arts (exclusion des illustrateurs de métier), celle des modes de représentation (l’image l’emportant sur le texte) et de production éditoriale (exclusion du demi-luxe). À telle enseigne que dans la seconde moitié du XXe siècle, « cela devient alors comme un ornement obligé de la poésie d’être accompagnée des gravures de peintres. Il va presque de soi que peinture et poésie sont appelées à se retrouver sur les pages des livres, qui atteindraient ainsi à une dimension supérieure[7] ». « Livres de peintre[8] », auxquels « ne pourraient prétendre les illustrations réalisées par des artistes mineurs sur des œuvres en prose[9] », « livres de dialogue » conçus comme la « rencontre entre un peintre et un poète qui est vécue selon un mode de nécessité inhérent à la passion partagée[10] » mais aussi « grands illustrés[11] » ont ainsi donné lieu à des analyses aussi nombreuses que lumineuses, en convoquant surtout l’univers des galeries d’art. Certains producteurs moins flamboyants ou plus éphémères mériteraient à présent qu’on leur consacre un peu d’encre (les Blaizot, Jean-Hugues, Pierre Bordas, Brunidor).

Pour autant, le livre de création ne se résume pas à ce genre d’ouvrages. Il y a un « après », mais aussi un « autour » du « grand illustré ». À cet égard, l’innovation typographique initiée au XIXe siècle et introduite dans le livre de poésie par Mallarmé en 1897 est à l’origine d’un autre type de livre, le livre graphique[12], ou lisible et visible jouent à se confondre. Après le déchaînement des avant-gardes, qui n’ont d’ailleurs pas forcément privilégié l’espace livresque, il connaît lui aussi un âge d’or, plus discret, à travers un nouveau type de producteur, le poète-typographe et éditeur, faisant de la typographie une des données de la littérarité du texte, voire une création littéraire à part entière (GLM, Bettencourt, PAB, Iliazd, Lecuire ou Vodaine). Cette configuration éditoriale se resserrant autour d’un homme-orchestre est en quelque sorte un prolongement du « livre d’écrivain[13] ». Depuis le second symbolisme, certains auteurs ont en effet eu tendance à particulièrement s’impliquer dans la réalisation matérielle de leurs livres (Jarry, Gide), jusqu’à occuper des fonctions éditoriales[14] pour investir le livre en artiste (Cendrars, Segalen, Cocteau). Il s’agirait de faire remonter des figures similaires et moins étudiées, Georges Hugnet et les Éditions de la Montagne, Robert Morel, mais aussi des groupes littéraires et artistiques peu envisagés sous l’angle de la bibliophilie par idéologie (le livre lettriste et situationniste, notamment).

Dans les années 1960, l’artist’s book traverse l’Atlantique pour devenir « livre d’artiste » au singulier : « L’artiste assume totalement la conception du livre dont il ne partage pas la responsabilité intellectuelle avec un écrivain[15]. » Anne Moeglin-Delcroix a ainsi analysé une partie de cette vaste production éditoriale volontairement ordinaire, qui offre « aux artistes une solution à la crise de l’œuvre d’art au sens traditionnel du terme[16] ». Si le phénomène est bien connu, ses articulations avec le substrat français posent encore des questions. Il s’agirait d’une part d’interroger les « incunables » du livre d’artiste français, premiers témoins de cette appropriation du livre par les artistes (Paul Armand Gette, Ben Vautier…). Il s’agirait de l’autre de discuter le postulat selon lequel la théorie du texte et de l’histoire du livre sont hors du champ du livre d’artiste. La spécialiste américaine de la question, Johanna Drucker[17], propose une typologie du livre d’artiste après 1945 convoquant des avant-gardes, le surréalisme, CoBrA, le lettrisme, la poésie concrète, Fluxus et la poésie performance. Une production alternative semble en effet s’inscrire dans le double sillage des théories du texte et de l’intermedia (Collectif Génération, par exemple) tandis qu’une autre met en cause et en crise le livre, l’interroge, en procédant à sa réévaluation critique en tant que « forme symbolique[18] » prescriptive pour en explorer ou en détourner la forme objectale (Soleil noir, Brunidor).

Les propositions de communication (300 mots maximum) ainsi qu’une brève notice biobibliographique sont à envoyer avant le 5 décembre 2018 conjointement aux deux organisatrices du colloque :

Sophie Lesiewicz : sophie.lesiewicz@bljd.sorbonne.fr

Anne-Christine Royère : anne-christine.royere@univ-reims.fr


[1] Histoire des sociétés de bibliophiles en France, t. II, Paris, Giraud-Badin, 1931, p. 196.

[2] Voir Raymond Hesse, « Les tendances nouvelles de la bibliophilie », Plaisir de bibliophile, gazette trimestrielle des amateurs de livres modernes, tome 4, 1928, p. 93.

[3] « Bloc-notes d’un bibliographe », Le Livre moderne, t. I, n° 5, 10 mai 1890, p. 355.

[4] Henri Beraldi, « La Bibliophilie créatrice », Revue Biblio-iconographique, 4e année, 3e série, n° 3 à 6, mars à juin 1897, p. 117-118. Le champ de cette bibliophilie créatrice a été exploré lors des deux journées d’études consacrées aux « Architectes du livre. Modèles esthétiques et économiques du livre d’art entre 1870 et 1930 », organisées à la Bibliothèque de l’Arsenal le 29 mai 2017 et à l’université Paris Nanterre le 15 décembre 2017 par Anne-Christine Royère (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Julien Schuh (Université Paris Nanterre / IUF).

[5] Selon la formule du colloque « L’Histoire littéraire en mode mineur : le rôle des bibliophiles dans la promotion d’un panthéon littéraire alternatif au XIXe siècle », organisé par la Société & Études Romantiques Dix-neuvièmistes, le laboratoire « Patrimoine, Littérature Histoire » de l’Université Toulouse-Jean-Jaurès et la Bibliothèque nationale de France, les 13 et 14 octobre 2016.

[6] Antoine Coron, « Situation du “livre d’artiste” en France aujourd’hui », conférence, San Francisco, 2009.

[7] Antoine Coron, ibid.

[8] François Chapon, Le Peintre et le Livre, Paris, Flammarion, 1987, p. 48.

[9] Antoine Coron, conf. cit.

[10] Yves Peyré, Peinture et poésie, Paris, Gallimard, 2001, p. 30.

[11] François Chapon, Le Peintre et le Livre, op. cit., p. 11.

[12] Sophie Lesiewicz, « Les éditeurs de livres graphiques, un panorama, 1875-2014 », p. 255-279, in Livres de poésie jeux d’espace ; sous la direction d’Isabelle Chol, Bénédicte Mathios, Serge Linares, Paris, Champion, 2016.

[13] Nicolas Malais, Bibliophilie et création littéraire (1830-1920), Paris, Cabinet Chaptal, 2016.

[14] Travaux de Littérature, vol. XV, « L’Écrivain éditeur. 2. XIXe et XXe siècles » et Hélène Martinelli, « Print it yourself : l’auto-impression est-elle une auto-édition ? », Mémoires du livre, vol. 8, n° 1, « La littérature sauvage », automne 2016, en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1038029ar

[15] Anne-Moeglin-Delcroix, Esthétique du livre d’artiste : introduction à l’art contemporain, nouv. éd. rev. et augm., Marseille/Paris, Le mot et le reste/Bibliothèque nationale de France, 2011, p. 23.

[16] Anne-Moeglin-Delcroix, op. cit., p. 87.

[17] Johanna Drucker, The Century of Artists’ Books, New York City, Granary books, 1995. Sa typologie considère le livre « as a Democratic Multiple, as a Rare and/or Auratic Object, Codex and its variations, as an Agent of Social Change, « Book as Verbal exploration », « Book as a Visual Form ».

[18] Voir M. Melot, « Le livre comme forme symbolique », conférence tenue dans le cadre de l’Ecole de l’Institut d’histoire du livre, 2004. http://ihl.enssib.fr/siteihl.php?page=219

Journée d’Étude Internationale Écrivains et artistes français dans les revues italiennes (1880-1930) – Padoue, 5 juillet 2018

Journée d’Étude Internationale

Écrivains et artistes français dans les revues italiennes

(1880-1930)

Padova, 5 luglio 2018

Sala Scattola

Palazzo Maldura, Piazzetta Folena, 1

PROGRAMME

9.30       Saluto di Anna Bettoni Direttrice del Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari

Alessandra Marangoni (Università di Padova) Presentazione

 

Presiede Maria Emanuela Raffi

10.00      Julien Schuh

(Université Paris-Nanterre)

Circulation des idées, circulation

des images entre les revues françaises et italiennes au tournant du siècle

10.30      Jean-François Rodriguez

(Università di Verona)

Présence/absence

de Max Jacob en Italie

Pausa

11.30      Vincent Gogibu

(Université Versailles Saint-Quintin) Jean de Gourmont et Emporium ou l’art de se faire un prénom

12.00      Alexia Kalantzis

(Université de Cergy-Pontoise)

La Revue du Nord (1904-1907): une revue italienne de langue française à Florence

 

Pausa pranzo

 

Presiede Julien Schuh

15.15      Clément Dessy

(University of Warwick)

Le monde des revues et le cosmopolitisme littéraire: présence et résonance de la Revue Blanche dans les périodiques italiens (1889-1903)

15.45      Maria Dario

(Università di Venezia)

André Salmon à Valori Plastici

Pausa

17.00      Tommaso Meldolesi

(Studioso indipendente)

Les voix de Romain Rolland

et de quelques autres intellectuels français dans L’Ordine Nuovo

de Gramsci, en 1919

17.30      Maria Emanuela Raffi

(Università di Padova)

La revue ‘900 ou la double méprise sur le Surréalisme

 

COMITATO SCIENTIFICO

Alessandra Marangoni

Mario Richter

Julien Schuh

 

Per informazioni: alessandra.marangoni@unipd.it

 

Appel à communication: Poétique du Chat Noir (1882-1897) – Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 6-7 décembre 2018

Appel à communication

Poétique du Chat Noir (1882-1897)

Colloque international, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris,

jeudi 6 et vendredi 7 décembre 2018

Organisateurs : Caroline Crépiat (Université Clermont Auvergne – CELIS), Denis Saint-Amand (HEL – Université de Namur – COnTEXTES) et Julien Schuh (Université Paris Nanterre – HIRIM).

Comité scientifique : Paul Aron (Université libre de Bruxelles – FNRS), Laurent Bihl (Paris 1 – CRHXIX), Phillip Dennis Cate (Rutgers University, émérite), Philip Kaenel (Université de Lausanne), Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre – HIRIM), Évanghélia Stead (Université de Versailles – CHCSC), Valérie Stiénon (Université Paris 13 – PLÉIADE), Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry – RIRRA21 – Numapresse), Alain Vaillant (Université Paris Nanterre – HIRIM), Jean-Didier Wagneur (CLCF-Université Paris Nanterre).

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle[1], un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce colloque se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.

État des lieux

Dès sa première année d’existence, on peut lire dans les colonnes de la revue du Chat Noir que le cabaret éponyme se revendique comme le lieu incontournable pour quiconque se rend à Paris, et même s’autoproclame du « nombre des monuments historiques de la France ». Déjà, le Chat Noir dépasse le lieu de sociabilité : il se visite.

Ironie du sort, c’est à une image muséifiée que l’on a affaire dès lors que l’on songe au Chat Noir ou que l’on se plonge dans les travaux qui lui sont consacrés. Les études existantes se penchent en effet sur son histoire et ses activités, tels son théâtre d’ombres, ses soirées et ses tournées (Richard, 1991 ; Fields, 1993 ; Cate, Shaw, 1996 ; Oberthür, 1992 et 2007 ; Védrine, 2007). C’est d’ailleurs dans ce sillage que se situent les expositions lui rendant hommage, telles celle du Musée Gadagne (Lyon, 1996-1997) sur le théâtre d’ombres ou, plus récemment, celle du Musée de Montmartre (2012-2013). L’angle iconographique a aussi été privilégié, ciblant tant les illustrations qui alimentent la revue que les œuvres qui décorent l’espace du cabaret (Kunzle, 1999 ; Cate, 2008). Enfin, la critique s’est concentrée sur les figures les plus emblématiques du cabaret, tels que Marie Krysinska (Goulesque, 2001 ; Paliyenko, Schultz, Whidden, 2010), Émile Goudeau (Golfier, Wagneur, 2000), Maurice Rollinat (Le Guillou, 2003) ou Alphonse Allais (Defays, 1990, 1991, 1996 ; Caradec, 2010), donnant lieu à des études monographiques, et faisant du Chat Noir une trame de fond transitoire.

Des travaux plus récents ont pris en compte la nécessité d’aborder le collectif selon une approche tout autre : celle du discours tenu par le groupe, notamment par l’étude de la revue du Chat Noir, initiés sans doute par la publication d’anthologies, l’une à la focale plus large du rire fumiste (Grojnowski, Sarrazin, 1990), l’autre regroupant plus spécifiquement les poètes ayant participé à la revue (Velter, 1996). Des éléments ponctuels ont été traités, telle la querelle entre Franc-Nohain et Marie Krysinska en 1892 (Whidden, 2001) ou les parodies prenant pour cible les œuvres et le style d’Émile Zola en 1882 et 1883 (Dousteyssier-Khoze, 2013). De façon plus large, les travaux menés par ailleurs ont compris Le Chat Noir dans le réseau des « petits » médias littéraires afin d’en dresser le tableau général, comme ce fut le cas de deux thèses, l’une montrant l’influence des lectures-performances dans ces nouveaux lieux de spectacle d’avant-garde, notamment le Chat Noir, sur l’œuvre de Mallarmé (Schiau-Botea, 2010), l’autre s’inscrivant davantage dans une sociologie de ces revues, par l’analyse de l’esprit fin-de-siècle par leur prisme et leurs stratégies pour atteindre une reconnaissance (Didier, 2009). Enfin, citons une thèse plus récente, consacrée à la production poétique de la revue (Crépiat, 2016), suivant une approche sociopoétique.

Objectif de ce colloque

L’intérêt pour l’objet-texte que le groupe du Chat Noir a produit durant ses quinze années d’existence semble indispensable pour cerner l’esprit chatnoiresque et permettre d’éclairer des enjeux autant littéraires et esthétiques que sociologiques. Cependant, si la revue semble constituer un espace de choix pour poursuivre la connaissance de ce groupe, partant de la littérature de la fin du XIXe siècle, l’objectif de ce colloque est d’ouvrir l’étude à toute la production écrite de ce collectif.

Il s’agira ici de s’appuyer sur les sources peu étudiées que sont les textes édités sous le compte du Chat Noir, qu’ils soient publiés dans la revue ou non : les textes des pièces d’ombres, les paroles des chansons publiées en plaquettes ou en recueils distincts, La Vie drôle (1893-1894) (« gazette chatnoiresque » éditée en parallèle),les contes de Rodolphe Salis, le Livre d’or laissé à disposition à l’entrée du cabaret, ou encore les poèmes publiés en vis-à-vis des dessins des catalogues d’exposition des Incohérents.

Revisiter cet espace protéiforme de création, de sorte à éclairer les parts laissées dans l’ombre, car considérées comme anecdotiques, difficiles d’accès (archives) ou encore tout simplement mésestimées (la poésie, certaines personnalités…), suppose de s’attarder sur plusieurs orientations possibles :

Sa poétique en tant que telle : les genres empruntés, des formes traditionnelles de la littérature (nouvelle, poésie, portrait, monologue…) aux formes journalistiques (légende d’illustration, réclame, reportage…) ou encore humoristiques (blague, parodie). Le Chat Noir se revendique comme un espace d’expérimentation et d’anti-académisme (sur la forme, la narration, le rapport au lecteur…), comment cela s’articule-t-il à l’avant-garde d’alors ? On envisagera aussi une poétique du pastiche, de la parodie, de l’intertextualité, de l’interdisciplinarité (dialogue entre les arts – musique, etc. –, les formes et les genres) ; le langage ; le rire ; les mises en scène du groupe ; les postures auctoriales adoptées ; les relations avec l’imaginaire et la poétique fin-de-siècle (Stead, 2004 et 2009), etc.

* Son rapport aux autres avant-gardes/périodiques : Il s’agira de mieux cerner le lien avec les autres avant-gardes : comment les écrits du Chat Noir sont-ils reçus par les autres revues ? Et inversement, quel est le traitement chatnoiresque de ces confrères ? Pourquoi ne pas étudier des collaborateurs du Chat Noir publiés dans d’autres journaux, parfois d’importance, inscrivant de la sorte cette revue dans un réseau plus complexe, et de ce fait nuançant ce qui peut sembler, à l’instar des Incohérents, une « avant-garde sans avancée » (Grojnowski, 1981)?

Le rapport à son époque : le contexte politique, qui alimente ses écrits (Boulangisme, la Commune, la République des Jules, etc.), le contexte social (explosion de l’alcool, sociabilités estaminières).

La littérature hors le livre : comme dit précédemment, cette étude doit permettre de s’intéresser au texte (pièces du théâtre d’ombres, les chansons, scies, hapax de signature, recueils, feuilles volantes…), ainsi qu’à sa production au sens littéral (tirage, lectorat, abonnés). Cela pourrait conduire à une réflexion sur le dialogue entre art et commerce (société du spectacle, économie de l’entreprise, public…). Une démarche originale – dépassant le seul Chat Noir – convoquant également d’autres techniques : la performance, le happening, le canular…

Sa mémoire Le Chat Noir se pose comme une institution alternative, une réaction ironique à l’art et à la littérature officiels, qui propose sa propre version de l’histoire littéraire. Comment le périodique devient-il musée ? Quels liens entretient-il avec le cabaret, lui-même salle d’exposition ? Et inversement, comment exposer aujourd’hui ses productions ?

Les propositions de communication (env. 350 mots, biobibliographie) sont à adresser conjointement à Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand et Julien Schuh aux adresses suivantes : carolinecrepiat [at] gmx.frDenis.Saint-Amand [at] ulg.ac.beet julien.schuh [at] parisnanterre.fr pour le 15 mars 2018.

Bibliographie indicative

Le Livre d’Or du Chat Noir, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, Ms Res 140.

Bihl, Laurent, Schuh, Julien, « Le creuset du périodique : préhistoire médiatique de la bande dessinée », Le Magasin du XIXe siècle, n° 6, 2016, p. 42-49.

Caradec, François, Alphonse Allais, Paris, Fayard, 1997.

Caradec, François, Entre miens – D’Alphonse Allais à Boris Vian, Paris, Flammarion, 2010.

Cate, Phillip Dennis (dir.), Autour du Chat Noir – Arts & plaisirs à Montmartre (1880-1910), catalogue de l’exposition au Musée de Montmartre, Paris, Flammarion, coll. « Skira Flammarion », 2012.

Cate, Phillip Dennis, Shaw, Mary (dir.), The Spirit of Montmartre – Cabarets, humor, and the Avant-Garde, 1875-1905, New Brunswick, Jane Voorhees Zimmerli Art Museum, 1996.

Cate, Phillip Dennis, « Illustrer le Chat Noir – Le rôle des revues dans la promotion du premier “cabaret artistique” de Montmartre (1882-1897) », Stead, Évanghélia, Védrine, Hélène (dir.), L’Europe des revues (1880-1920) – Estampes, photographies, illustrations, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, p. 207-224.

Crépiat, Caroline, Saint-Amand, Denis, « Des Hydropathes au Chat Noir – Stratégies d’émergence et sociabilité », Vaillant, Alain, Vérilhac, Yoan (dir.), Sociabilités littéraires et petite presse du XIXe siècle. [à paraître aux Presses de Paris Ouest, 2018].

Crépiat, Caroline, Le sujet lyrique dans la poésie du Chat Noir (1882-1897), thèse effectuée sous la direction de Pascale Auraix-Jonchière, Université Clermont-Auvergne, soutenue le 27 juin 2016.

Crépiat, Caroline, « Des petites maladies qu’on déguste dans Le Chat Noir [ténia et vers libre] », Geay, Ian (dir.), Bouffe – Gastrosophie littéraireAmer, Revue finissante, n° 7, Lille, Les Âmes d’Atala, avril 2016, p. 272-291.

Defays, Jean-Marc, Rosier, Laurence (dir.), Alphonse Allais, écrivain, Actes du Premier Colloque International Alphonse Allais à l’Université de Liège-Wégimont, 9-11 septembre 1996, Paris, Nizet, 1997.

Donnay, Maurice, Autour du Chat noir, Paris, Grasset, 1926. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k28358f

Didier, Bénédicte, Petites revues et esprit bohème à la fin du XIXe siècle (1878-1889) – Panurge, Le Chat Noir, La Vogue, Le Décadent, La Plume, Paris, L’Harmattan, coll. « Critiques littéraires », 2009.

Dousteyssier-Khoze, Catherine, « Fumisme : le rire jaune du Chat Noir », Dousteyssier-Khoze, Catherine, Scott, Paul (dir.), Abnormalities, Durham, Durham Modern Languages Series, 2001.

Dousteyssier-Khoze, Catherine, « Rodolphe Salis et Émile Zola : rencontres chatnoiresques », Vaillant, Alain, Villeneuve, Roselyne de (dir.), Le Rire moderne, Paris, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2013, p. 217-231.

Fields, Armond, Le Chat Noir : A Montmartre Cabaret and Its Artists in Turn-of-the-Century Paris, Santa Barbara (Californie), Santa Barbara Museum of Art, 1993.

Gaden, Elodie, « “Gueuler” pour “écorcher” les règles de l’art. L’humour musical de Marie Krysinska et Maurice Rollinat sur la scène des Hydropathes et du Chat Noir », Journée d’étude « Têtes chercheuses », 21 février 2013, URL : https://teteschercheuses.hypotheses.org/587

Goudeau, Émile, Dix ans de bohème, suivi de Les Hirsutes de Léo Trézénik, Présentation de Michel Golfier et Jean-Didier Wagneur, avec la collaboration de Patrick Ramseyer, Paris, Champ Vallon, 2000.

Goulesque, Florence R.J., Une Femme symboliste, Marie Krysinska – La Calliope du Chat Noir, Paris, Honoré Champion, 2001.

Grojnowski, Daniel, Sarrazin, Bernard, L’Esprit fumiste et les rires fin de siècle, Paris, José Corti, 1990.

Grojnowski, Daniel, Aux commencements du rire moderne – L’esprit fumiste, Paris, José Corti, 1997.

Grojnowski, Daniel, « Une avant-garde sans avancée », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 40, n°1, 1981, p. 73- 86.

Jeanne, Paul, Les théâtres d’ombres à Montmartre de 1887 à 1923 : Chat noir, Quat’z’Arts, Lune Rousse : étude historique et analytique, avec la liste de pièces représentées, la bibliographie des ombres françaises et un appendice sur le montage du théâtre, Les Presses modernes, 1937. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k312026b/f11.image.r

Kaenel, Philippe, Lepdor, Catherine, Théophile-Alexandre Steinlen : l’œil de la rue, Milan, 5 Continents Éditions, 2008.

Kunzle, David, « Willette, Steinlen, et les histoires sans paroles du Chat Noir », Groensteen,  Thierry (dir.), L’humour graphique fin de siècleHumoresques, n° 10, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1999, p. 29-38.

Le Guillou, Claire, Maurice Rollinat, ses amitiés artistiques, Nantes, Joca Seria, 2003.

Oberthür, Mariel, Le Chat Noir, 1881-1897, Les Documents du Musée d’Orsay, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1992.

Oberthür, Mariel, Le Cabaret du Chat Noir à Montmartre (1881-1897), Genève, Slatkine, 2007.

Oberthür, Mariel, Fontana, Michèle, Plötner, Bärbel, Vincent-Munnia, Nathalie, Les Ombres du Chat noir (Journal d’exposition), Lyon, Musée Gadagne, 1996.

Paliyenko, Adrianna M., Schultz, Gretchen, Whidden, Seth (dir.), Marie Krysinska. Innovations poétiques et combats littérairesAvant-propos de Michel Murat, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « Des deux sexes et autres », 2010.

Pillet, Elisabeth, « Cafés-concerts et cabarets », Romantisme, 1992, n° 75, « Les petits maîtres du rire », p. 43-50. URL : http://www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1992_num_22_75_6000

Richard, Lionel, Cabaret, cabarets : Origines et décadence, Paris, Plon, 1991.

Saint-Amand, Denis, « Le rire du groupe », Valke, Simona (dir.), Le rire fin de siècle, Riga, Žinatne, 2016, p. 79-91.

Schiau-Botea, Diana, Le Texte et le lieu du spectacle de La Plume au Mur – Stéphane Mallarmé parmi les Avant-Gardes, New Brunswick, New Jersey, October, 2010.

Stead, Évanghélia, Le monstre, le singe et le fœtus: tératogonie et décadence dans l’Europe fin-de-siècle, Genève, Droz, 2004.

Stead, Évanghélia, « Soixante et un mots de Gustave Kahn recueillis par Jacques Plowert », Basch, Sophie (dir.), Gustave Kahn (1859-1936), Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2009, p. 45-60.

Védrine, Hélène, « Le Chat Noir sous l’œil noir de l’homme de Constantinople », Basch, Sophie, Chuvin, Pierre (dir.), Pitres et Pantins. Transformations du masque comique, de l’Antiquité au théâtre d’ombres, Paris, PUPS, coll. « Theatrum Mundi », 2007, p. 287-317.

Velter, André, Les Poètes du Chat Noir, Paris, Gallimard, coll. « Poésie/Gallimard », 1996.

Wagneur, Jean-Didier, « Écosystème revuiste », Stead, Évanghélia, Védrine, Hélène (dir.), L’Europe des revues II (1860-1930), Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2018. [à paraître­]

Wagneur, Jean-Didier, « Les Hydropathes épatent. Communication littéraire et autogestion », Boucharenc, Myriam, Diaz, Brigitte (dir.), L’Auteur et ses stratégies publicitaires au XIXe siècle [à paraître]

Whidden, Seth, « “Nous les prendrons, nous les comprendrons” – Une mini-querelle au Chat Noir », Histoires littéraires, Revue trimestrielle consacrée à la littérature française des XIXe et XXe siècles, n° 8, vol. II, Tusson, Du Lérot éditeur, octobre-novembre-décembre 2001.

[1] Voir en particulier le projet Médias 19 : http://www.medias19.org/

Journée d’étude « Les Architectes du livre II », Université Paris Nanterre, 15 décembre 2017

Journée d’étude

Les Architectes du livre II

Salle des Conseils du bâtiment L (4e étage, L436) – Université Paris Nanterre

 

Organisée par

Anne-Christine Royère, Université de Reims Champagne-Ardennes, et Julien Schuh, Université Paris Nanterre

Vendredi 15 décembre 2017

 

Contact :

anne-christine.royere@univ-reims.fr et schuh.julien@gmail.com

PROGRAMME

9h30 : accueil

10h : Introduction par Anne-Christine Royère et Julien Schuh

10h : Entre commerce et art

  • Philippe Di Folco (Essayiste, scénariste, enseignant à l’IESA, Paris), « Edouard Pelletan (1854-1912), un Don Quichotte de l’édition passé à la trappe »
  • Jean-Paul Fontaine (Docteur en médecine, membre de la Société royale des bibliophiles et iconophiles de Belgique, historien du livre et de la bibliophilie), « André Ferroud, éditeur de beaux livres illustrés pour les bibliophiles »
  • Damiano De Pieri (Doctorant, Université de Vérone/Sorbonne Nouvelle), « “Et moi aussi, je suis éditeur”. Entre commerce, renouvellement des arts et des techniques : l’éditeur-marchand d’art »

12h15 : déjeuner (Restaurant universitaire Paris Nanterre)

13h45 : Collectionneurs et créateurs

  • Jean-Louis Haquette (Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne), « Un bibliophile rémois architecte du livre: Victor Diancourt et La Guirlande de Julie »
  • Willa Silverman (Professor, Penn State University), « Des langues esthétiques du livre: Japonisme, Art nouveau et Symbolisme dans la bibliothèque privée d’Henri Vever (1854-1942) »

14h45 : pause

15h : Le livre comme architecture

  • Pascale Cugy (Boursière/Stipendiatin, Centre allemand d’histoire de l’art/Deutsches
    Forum für Kunstgeschichte, Paris), « “Nul art n’est plus voisin de l’architecture que la typographie.” Henri Focillon et l’art du livre »
  • Marie-Françoise Cachin (Professeur émérite, Université Paris Diderot), « Livre idéal, livre cathédrale : William Morris et l’architecture du livre »
  • Florence Alibert (Maître de conférences, conservateur des bibliothèques, Université d’Angers), « Lucien Pissarro et les Eragny Press »

17h30 : clôture

Informations pratiques :

Venir à l’Université :

  • Par le R.E.R. : Prendre la ligne A du R.E.R., direction Saint-Germain-en-Laye, et descendre à la station « Nanterre Université ».
  • Par le train : Prendre le train Ligne L à la gare Saint-Lazare, direction « Nanterre université » ou « Cergy-le-haut », et descendre à la station « Nanterre Université ».

Résumés

Entre commerce et art

  • Philippe Di Folco (Essayiste, scénariste, enseignant à l’IESA, Paris), « Édouard Pelletan (1854-1912), un Don Quichotte de l’édition passé à la trappe »

À travers le singulier parcours d’Edouard Pelletan, explorer ici ses productions souvent surprenantes et encore peu connues, comme la revue L’Estampe et l’affiche, les tirages limités grand-luxe — dont La Mandragore de Jean Lorrain — et bien d’autres merveilles, remarquablement conçues, et, chemin faisant, rencontrer un ensemble de personnalités qui lui était attaché. Comme inspiré, Pelletan était porté par un idéal : reste à savoir lequel et c’est ce que nous tenterons aussi d’exprimer.

  • Jean-Paul Fontaine (Docteur en médecine, membre de la Société royale des bibliophiles et iconophiles de Belgique, historien du livre et de la bibliophilie), « André Ferroud, éditeur de beaux livres illustrés pour les bibliophiles »

Fondateur de la « Librairie des amateurs », André Ferroud voulut être éditeur pour les seuls bibliophiles, en choisissant de faire illustrer des textes littéraires consacrés, qui n’avaient jamais donné lieu à des éditions de luxe. C’est ainsi qu’il réussit à produire, de 1886 à 1903, quelques-unes des plus belles éditions du XIXe siècle.

  • Damiano De Pieri (Doctorant, Université de Vérone/Sorbonne Nouvelle), « “Et moi aussi, je suis éditeur”. Entre commerce, renouvellement des arts et des techniques : l’éditeur-marchand d’art »

Au tournant de la Première Guerre mondiale, on assiste à un essor de l’activité éditoriale émanant des marchands d’art et des galeries parisiennes. Il ne s’agit pas seulement de l’édition de livres d’art comme dans l’exemple de Vollard qui avait, en quelque sorte, ouvert la voie. Les galeristes publient également des périodiques comme Les arts à Paris (1918-1934) de Paul Guillaume, Le Bulletin de l’effort moderne (1924-1927) de Léonce Rosenberg ou Le Bulletin de la Vie artistique (1919-1926) de la galerie Bernheim-Jeune. Tous font appel à des écrivains, à des poètes et à des critiques pour collaborer à ces périodiques à statut hybride, partagés entre la revue d’art et la gazette d’information sur l’actualité artistique ou le courrier relatant l’activité de la galerie. Paul Guillaume s’adresse à Apollinaire, Léonce Rosenberg à Maurice Raynal, Bernheim-Jeune à Felix Fénéon. Une activité qui participe à la multiplication de l’« énonciation éditoriale » qui semble caractériser le contexte de l’avant-garde pour contourner l’« obstruction » des institutions, comme l’affirme Camille Mauclair dans le passage cité dans l’appel : typographes éditeurs comme Paul Birault, revues qui proposent un service d’édition comme dans l’exemple de Sic de Pierre Albert-Birot ou qui sont à l’origine d’une maison d’édition comme la revue Littérature pour la maison Au Sans Pareil, enfin, librairies qui développent une activité éditoriale comme dans l’exemple d’Adrienne Monnier. D’ailleurs, Kahnweiler, dans ses souvenirs, affirme à propos des auteurs publiés en tant qu’éditeur : « D’autre part ces poètes n’avaient pas d’éditeur » (Entretiens avec Francis Crémieux : mes galeries et mes peintres, Paris, Gallimard, 1998). Je voudrais esquisser l’activité éditoriale des galeries d’art pour essayer d’en dégager certains principes à travers une démarche comparative axée sur des problématiques. Quelles sont les motivations d’associer à l’activité principale de la galerie celle de l’édition ? Quelles sont les différences et les ressemblances entre ces galeristes-éditeurs ? Si Vollard semble répondre surtout aux possibilités et aux disponibilités d’un amateur et passionné, Rosenberg conçoit l’édition comme un instrument de défense et d’illustration du cubisme et de ses peintres dont il crée une véritable collection monographique à l’aide de la phototypie (« Les maitres du cubisme » en deux versions, une de luxe et l’autre « ordinaire »). Kahnweiler adopte en revanche la posture d’un véritable éditeur qui publie des auteurs peu connus, illustrés par les peintres de sa galerie. Comment interagissent alors l’activité éditoriale avec celle de la galerie ? Existe-il un projet éditorial ? Quel est le public visé ? Ces marchands d’art sont en effet le nœud d’un réseau « semi-institutionnalisé » (Sapiro, 2006) qu’ils contribuent à animer, légitimer et institutionnaliser (les galeries sont aussi des dépositaires et des distributeurs de l’édition d’avant-garde, revues et livres, Paul Guillaume à travers la publicité finance la revue Sic, Rosenberg la revue Littérature; ces deux derniers organisent également des rendez-vous littéraires). Je souhaiterais me focaliser en particulier sur l’aventure de Léonce Rosenberg, Daniel-Henry Kahnweiler et, si j’ai la possibilité de consulter les archives qui sont inexplorées, de Jeanne Bucher.

Collectionneurs et créateurs

  • Jean-Louis Haquette (Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne), « Un bibliophile rémois architecte du livre : Victor Diancourt et La Guirlande de Julie»

Homme politique et bibliophile champenois, Victor Diancourt (1825-1910) combine les diverses pratiques de la bibliophilie du XIXe siècle. Il collectionne les œuvres du passé, mais souscrit aussi aux projets éditoriaux bibliophiliques de son époque. À la recherche de la rareté et de l’exemplaire unique, il confie à des illustrateurs des exemplaires imprimés à « enluminer » d’aquarelles originales. Il finit par devenir le commanditaire de plusieurs ouvrages entièrement calligraphiés et illustrés. Parmi ceux-ci se signale particulièrement La Guirlande de Julie, qui reprend les textes du célèbre recueil composé par le marquis de Montausier pour Julie d’Angennes au XVIIe siècle. C’est l’histoire et la signification de cette entreprise qu’on se propose d’explorer principalement dans cette intervention.

  • Willa Silverman (Malvin E. and Lea P. Bank Professor of French and Jewish Studies, Penn State University), «Des langues esthétiques du livre: Japonisme, Art nouveau et Symbolisme dans la bibliothèque privée d’Henri Vever (1854-1942)»

Henri Vever, une personnalité d’un tempérament artistique intense à l’avant-garde du renouveau des arts décoratifs de la fin du XIXe siècle, s’imposa comme joaillier ; sa prestigieuse entreprise parisienne familiale remporta les Grands Prix des Expositions universelles de 1889 et 1900. Il était aussi un collectionneur, d’abord de la peinture française moderne mais également des arts décoratifs japonais, islamiques et moghols, y compris les arts du livre. En tant que bibliophile, Vever était un habitant de « la nouvelle bibliopolis », faisant écho au titre fantaisiste du traité de l’imprésario bibliophilique Octave Uzanne.

Le livre comme architecture

  • Pascale Cugy (Boursière/Stipendiatin, Centre allemand d’histoire de l’art/Deutsches Forum für Kunstgeschichte, Paris), « “Nul art n’est plus voisin de l’architecture que la typographie.” Henri Focillon et l’art du livre »

Fils d’un graveur d’interprétation, Henri Focillon (1881-1943) eut d’abord des ambitions littéraires, concrétisées à travers de nombreuses publications dans des revues et la parution de quelques ouvrages à compte d’auteur durant ses jeunes années. Devenu historien de l’art, il perpétua cette activité d’écriture sur un mode plus intime et confidentiel à Lyon et à Paris, travaillant avec Marius Audin ou collaborant avec Léon Pichon pour l’édition d’écrits personnels (L’Île oubliée, 1920) comme pour la réédition de textes de Virgile, Diderot, Chateaubriand, Louise Labé ou encore Baltasar Gracián. Les préfaces qu’il livra pour des expositions dédiées à l’art du livre témoignent d’une conception étroitement liée à ses travaux sur l’architecture et la sculpture médiévales, marquée par les idées qu’il développait sur « la vie des formes ». Comparant les pages d’un volume relié aux cathédrales, il y présente le livre comme une matière essentiellement tridimensionnelle, « œuvrée par de savantes et diligentes mains, matière ordonnée, façonnée, douée de vie enfin », avant de décrire les ouvrages imprimés comme des « maisons où nous logeons les pensées des maîtres, et secondement les pensées de tout le monde ». Il met en avant dans ces écrits l’importance du rôle de la main et de la dimension artisanale, conformément à sa vision ruskinienne de l’art et de la vie. Les ouvrages de faible tirage qu’il réalise avec Léon Pichon, marqués par une collaboration étroite entre auteur, graveur, typographe et imprimeur, témoignent de la même manière de sa volonté de revivification des traditions. Nous souhaiterions explorer ce pan méconnu de la carrière de Focillon, principalement à travers l’étude de la conception du livre qu’il afficha et des ouvrages qu’il réalisa avec Léon Pichon.

  • Marie-Françoise Cachin (Professeur émérite, Université Paris Diderot), « Livre idéal, livre cathédrale : William Morris et l’architecture du livre »

William Morris est indubitablement connu davantage pour sa critique sociale et son roman utopique News from Nowhere paru en 1890 que pour ses quelques essais, entretiens ou conférences, exprimant son intérêt pour le livre. Le plus célèbre de ces textes, intitulé « The Ideal Book » (1893), sera à la base de mon intervention dans laquelle je souhaite mettre en évidence sa conception de l’architecture du livre qui, loin de rester abstraite, l’a amené à se lancer dans une « aventure typographique », la Kelmscott Press. William Morris y exercera une activité essentielle, non seulement en tant qu’éditeur, mais aussi comme créateur de nouveaux caractères, typographe, calligraphe et illustrateur.

  • Florence Alibert (Maître de conférences, conservateur des bibliothèques, Université d’Angers), « Lucien Pissarro et les Eragny Press »

« Méfie-toi des Préraphaélites » est le conseil que le peintre Camille Pissarro donna à son fils en  1890. L’examen de certaines productions des Eragny Press, fondées par Lucien Pissarro à Londres en 1894, montre que ce conseil paternel fut assez peu suivi. Si l’empreinte tutélaire d’artistes comme William Morris peut en effet apparaître dans quelques volumes des Eragny Press, d’autres influences artistiques se mêlent ensuite aux références britanniques : le post-impressionnisme, le japonisme, l’Art nouveau. Les livres créés par Lucien Pissarro seraient alors le résultat singulier d’un art de la synthèse de différents courants esthétiques, insulaires ou continentaux, en vogue autour de 1900. La question du syncrétisme esthétique de ces livres est sans doute au centre de l’échec commercial relatif des Eragny Press. Comment concilier en effet des courants artistiques aux rendus visuels parfois antagonistes et trouver un public ? L’art du livre de Lucien Pissarro était-il trop français pour les britanniques ou trop britannique pour les français ?

 

Atelier Master/Doctorat ESPRit : études sur les périodiques, Paris-Sorbonne, 26 juin 2018

Atelier Master/Doctorat ESPRit : études sur les périodiques
 
Paris-Sorbonne, 26 juin 2018.
 
Nous lançons un appel à candidatures pour une journée réunissant des étudiants en Master et en Doctorat consacrée aux études sur les périodiques. Celle-ci aura lieu le 26 juin 2018 à l’université Paris-Sorbonne, la veille du 7e colloque annuel international d’ESPRit, Les périodiques comme médiateurs: les périodiques dans l’écosystème des cultures imprimée et numérique (Paris, 27-29 juin 2018, Bibliothèque nationale de France, voir l’appel à communications correspondant à http://www.espr-it.eu/).
Concernant ESPRit
La Société Européenne pour la Recherche sur les Périodiques (European Society for Periodical Research) est une société savante internationale qui promeut, encourage et diffuse la recherche sur tous les aspects des cultures périodiques européennes du 17e au 21e siècle. Ses objectifs sont résolument interdisciplinaires, son approche multilingue, et sa perspective transcende les études thématiques étroites. Centrée sur la recherche des périodiques européens, elle accueille aussi des recherches élargies à des aires culturelles collatérales (Amériques, Méditerranée orientale, Maghreb, etc.). La publication principale d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies (http://ojs.ugent.be/jeps), revue semestrielle en ligne, évaluée par les pairs, publie des articles de recherche relevant d’une vaste gamme d’approches critiques, théoriques et méthodologiques, incluant, sans s’y limiter, l’histoire culturelle, les études littéraires, l’histoire de l’art, les études de genre, les études de médias, l’histoire des sciences, et les humanités numériques. En tant que revue officielle d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies propose aux chercheurs une plate-forme de partage de la recherche et d’échange des idées par-delà les limites disciplinaires.
L’Atelier
L’Atelier s’adresse aux étudiants actuellement en Master ou en Doctorat qui souhaitent participer aux activités de recherche de la société. Les séances seront centrées sur : (1) différentes approches théoriques et méthodologiques des études périodiques, explorées lors de l’atelier avec les participants; et (2) la préparation des jeunes chercheurs en vue de leur implication professionnelle dans le domaine des études sur les périodiques. Les candidats sélectionnés auront l’occasion de présenter leur travail et de recevoir un retour personnalisé par les modérateurs. Les modérateurs de l’atelier incluent des chercheurs reconnus du domaine comme Laurel Brake, Anne-Rachel Hermetet, Matthew Phillpotts, Evanghelia Stead, Céline Mansanti, Hélène Védrine, etc. L’atelier offrira aux participants l’occasion d’entrer en contact avec d’autres jeunes chercheurs à un niveau similaire d’études. Ils bénéficieront en outre du soutien et des conseils de chercheurs et d’experts du domaine plus avancés dans leur carrière et leurs travaux.
Procédure de candidature
Merci d’adresser les pièces suivantes, en français et/ou en anglais, par e-mail à l’adresse ESPRitPG2018@gmail.com au plus tard pour le 1er février 2018 : 
— une lettre de motivation expliquant les raisons de votre candidature (max. deux pages)
— un bref CV (max. deux pages, caractères min. 11 point)
— un résumé de votre projet de recherche principal (max. 500 mots)
— une synthèse sur le rôle des études sur les  périodiques dans votre recherche (max. 1000 mots).
Nous regrettons de ne pouvoir prendre en charge les frais de transport, mais les candidats sélectionnés pour l’atelier bénéficieront de la gratuité des frais d’inscription au colloque Les Périodiques comme médiateurs. Les participants seront sélectionnés par un comité scientifique ad hoc en accord avec le comité de direction d’ESPRit. La décision sera communiquée aux candidats au plus tard le 15 mars 2018. Nous espérons vivement que vous accepterez de répondre à cet appel.

Parution: Actes de la journée d’étude « Fargue et les médias », Ludions n° 17, 2017

Fargue et les médias, actes de la journée d’étude de Nanterre organisée par Pierre Loubier et Julien Schuh, Ludions, Bulletin de la Société des Lecteurs de Léon-Paul Fargue, n° 17, 2017.

Sommaire

FARGUE ET LES MÉDIAS

Léon-Paul Fargue: Le merveilleux d’aujourd’hui

Pierre Loubier: Journée «Léon-Paul Fargue et les médias»

Bruno Curatolo: Léon-Paul Fargue au pays des Helvètes

Anne Reverseau: Parcours iconographique de Léon-Paul Fargue

Julien Schuh: Fargue dans les «petites revues»

Barbara Pascarel: Fargue et la grande presse des années 1930

Léon-Paul Fargue: Paris-Chantiers

Léon-Paul Fargue: Coiffeurs pour dames

Sophie Robert: Léon-Paul Fargue et Marie-Claire

Jean Cocteau: Hommage radiophonique à Léon-Paul Fargue

Manuel Cornejo: Deux anecdotes de Jeanne « Pierrette » Haour et/ou Roger Haour

Barbara Copercini: Souvenirs, mes recherches sur Léon-Paul Fargue

Chers Coludions…

Parution: Dossier « Écrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880-1920) », La Revue des revues n° 58, 2017

Parution des actes de la Journée d’étude de Padoue, dirigée par Alessandra Marangoni et Julien Schuh, dans La Revue des revues n° 58, 2017.

SOMMAIRE

  • Les revues : un désir de communauté, par Arno Bertina, p. 2-9

DOSSIER : Écrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880-1920)

  • Artistes et écrivains francophones dans la presse italienne de la Belle Époque : quelques investigations informatiques, par Julien Schuh, p. 10-33 » résumé
  • Apollinaire et Lacerba, par Mario Richter, p. 34-45 » résumé
  • Soffici et Picasso, des Étrusques aux Ibères, aller et retour. Primitivisme et modernité, par Jean-François Rodriguez, p. 46-105 » résumé
  • Gourmont-Canudo-Rimbaud dans les “Lettres italiennes” du Mercure de France, par Vincent Gogibu, p. 106-111 » résumé
  • Les écrivains du Mercure de France dans les revues italiennes (1899-1901) par Alexia Kalantzis  p. 113-118 » résumé
  • Passage en revue des symbolistes belges dans les périodiques italiens, par Clément Dessy, p. 119-124 » résumé
  • Le Jules Romains de Poesia (1906-1908), le Péguy de La Voce (1910-1912), par Alessandra Marangoni, p. 125-127 » résumé
  • “Je reviendrai à Paris” : Philippe Soupault dans la revue Poesia, par Damiano De Pieri » résumé
  • À l’attaque ! Michel Crépu
  • Les 30 ans de Lignes : questions à Michel Surya (Jérôme Duwa)
  • Juvenilia… (sur les Cahiers Robinson) (Isabelle-Rachel Casta)
  • Feu!!. Traduction d’Étienne Dobenesque, Ypsilon Éditions (Gérard-Georges Lemaire)
  • Bernard Groethuysen & Alix Guillain. Lettres 1923-1949 aux Paulhan (Laurence Brisset)
  • Artichaut par Yannick Kéravec, p. 133-135 » lire
  • Babel heureuse par Anthony Dufraisse, p. 135-137 » lire
  • Dialog par Anthony Dufraisse, p. 135-137 » lire
  • Transbordeur par Marianne Dautrey, p. 137-138 » lire
  • Résumés, p. 143-144

Écrivains et artistes italiens dans les revues de langue française (1880-1940) – Paris, 10 novembre 2017

Écrivains et artistes italiens dans les revues de langue française (1880-1940)

Journée d’étude

10 novembre 2017

Institut Universitaire de France

Ministère de l’Enseignement supérieur

1 rue Descartes, 75005 Paris

salle modulaire M.A-1

Inscription obligatoire avant le 5 novembre 2017 à l’adresse schuh.julien [at] gmail.com

Au tournant des XIXe et XXe siècles, les « petites revues » de littérature et d’art ont été de véritables laboratoires d’expérimentation esthétique, mais aussi des lieux de discussion, de débats, d’échanges à une échelle internationale. Les revues françaises ont souvent tissé des liens avec les écrivains et artistes de langue italienne ; l’étude de ces périodiques permet de dévoiler l’ampleur des échanges culturels internationaux dans l’Europe de la Belle Époque. L’accès à des bases de numérisations de périodiques a transformé en profondeur la manière dont nous comprenons l’histoire culturelle : il permet de revoir les relations entre les champs littéraires français et italiens.

 

 

Programme

10h > Accueil des participants

(Présentation à l’accueil, dépôt d’une pièce d’identité contre un badge visiteur)

> Julien Schuh : Introduction

10h30 > Poétique de la traduction

Présidente de séance : Evanghélia Stead

> Pierre-Carl Langlais : Une poétique médiatique franco-italienne ? Essai de lecture distante d’interactions textuelles translinguistiques dans des revues littéraires de la Belle Époque

De nouveaux outils de « détection de viralité » ont récemment permis d’identifier de vastes réseaux de reprises et de réemprunts de textes dans les périodiques du XIXe siècle. Ces méthodes restent cependant cantonnées à des corpus d’une seule langue, alors même que les emprunts translinguistiques constituent une dimension fondamentale du système médiatique. Ces interactions caractérisent tout particulièrement les revues littéraires italiennes de la belle époque, notamment sous l’impulsion d’une forte influence française. Nous utiliserons plusieurs approches expérimentales (word embeddings, parsing syntaxique…) pour faire émerger des convergences génériques et stylistiques entre des périodiques de langue et de culture nationale distinctes.

> Alexia Kalantzis : La littérature italienne dans les revues françaises fin-de-siècle : les enjeux de la traduction

Les périodiques artistiques et littéraires de la fin du 19e siècle apparaissent comme un moyen de diffusion privilégié de la littérature étrangère. Des revues comme le Mercure de France ou la Revue blanche accordent ainsi une place privilégiée à la littérature étrangère par l’intermédiaire de chroniques, parfois tenues par des écrivains étrangers, de publications d’extraits traduits et de collections de littérature étrangère. Nous nous intéresserons plus particulièrement à la traduction de la littérature italienne : qui sont les traducteurs ? Quelles sont les œuvres traduites et diffusées en France ? Nous tenterons ainsi de dégager les enjeux culturels de ces traductions et la constitution d’un réseau d’écrivains et de traducteurs au sein de ces périodiques.

13h45 > Sociologie de la traduction

Présidente de séance : Alessandra Marangoni

> Elisa Grilli : « Le génie italien » et « l’ignorance des Français » : le programme à double-sens de L’Anthologie-Revue de France et d’Italie (1897-1900)

Nous nous intéresserons à la place occupée par les auteurs italiens dans cette revue milanaise essentiellement publiée en langue française, afin de comprendre le déséquilibre en jeu dans les échanges littéraires et les transferts culturels entre les deux pays.

> Clément Dessy : Un naturalisme belge au prisme du vérisme italien ? Georges Eekhoud et Giovanni Verga

Au pôle de production restreint du champ littéraire, les travaux de traduction trouvent davantage leur place dans des publications périodiques que dans l’édition de volumes. Ainsi en va-t-il des traductions de nouvelles de Giovanni Verga par Georges Eekhoud dans les revues belges. Ces dernières révèlent la dimension cosmopolite de l’écrivain et l’actualité littéraire qu’elles sont à même de relayer permet aux traductions d’Eekhoud de directement entrer en écho avec la réception de son œuvre de création littéraire.

15h > Réception et appropriation

Président de séance : Julien Schuh

> Vincent Gogibu : La Phalange et l’Italie ou l’équilibre instable entre littérature et politique.

La Phalange, puissante revue de Jean Royère, si elle ne concède que des fragments et quelques chroniques dramatiques à Ricciotto Canudo durant vingt-quatre mois entre 1908 et 1910, consacre quelques années plus tard, dès 1936, une série de numéros intitulés Hommage à l’Italie ou Rome où la politique prend le dessus sur la littérature.

> Alessandra Marangoni : Marinetti et Mallarmé. Coup de dés et Mots en liberté

Comment Marinetti – trait d’union entre deux cultures – raconte Mallarmé aux Italiens et aux Français, à l’aube du XXe siècle.

> Damiano De Pieri : « Tu t’appelles Marinetti ou d’Annunzio ? ». Poètes et artistes italiens dans la revue Littérature (1919-1924) et ses alentours

« Tu t’appelles Marinetti ou d’Annunzio ? », « où est-ce, l’Italie ? », demandent de manière provocatrice les membres de la rédaction de la revue Littérature dans une sorte de chronique en forme de poème qui relate la soirée vivement contestée sur le Tactilisme tenue par Marinetti en janvier 1921 à Paris. Questions paradoxales et ambiguës mais qui expriment bien les problématiques soulevées par la distribution des poètes italiens et la réception de la littérature italienne dans les revues artistiques et littéraires de l’après-guerre comme Les Écrits nouveaux (qui devient la Revue Européenne sous la direction de Philippe Soupault), La Nouvelle Revue Française ou encore L’Esprit nouveau. La présence de poètes italiens et de chroniques sur la littérature italienne se superpose-t-elle à l’apparente polarisation du champ littéraire français représenté par les revues entre une littérature d’avant-garde et une littérature tournée vers la tradition ? Ou semble-t-elle plutôt témoigner de la complexité d’une phase de transition et de réorganisation des avant-gardes exprimées par des formules telles que « classicisme moderne » et « retour à l’ordre » dans un contexte socio-politique qui, au contraire de la France, en Italie est déterminé par le « retour » à l’ordre du Fascisme ?

16h30 Clôture

Base de données de livres illustrés (1839-1914) par Luce Abélès

La journée d’étude consacrée aux « Architectes du livre » a été l’occasion de dévoiler la mise en ligne de la base de données sur le livre illustré conçue par Luce Abélès, à qui cet événement était dédié.

Longtemps rattachée au Musée d’Orsay, c’est en organisant de nombreuses expositions mettant en lumière les relations entre les écrivains et les artistes (autour de Manet, de Champfleury, de la bohème montmartroise…) que Luce entama un travail de recherche de longue haleine consacré au livre illustré. La bibliographie de ses travaux témoigne de l’ampleur de ses connaissances dans tous les aspects de la culture du beau livre au XIXe siècle : sociologie, bibliographie matérielle, histoire de l’art, de la littérature, de la presse, des techniques y sont convoquées dans une vaste entreprise d’exploration de l’histoire des rapports entre les textes et les images.

La passion de Luce était communicative. La matérialité des livres, leurs méthodes de production, les détails techniques de leur fabrication n’avaient pas de secret pour elle, et elle savait transmettre à ses lecteurs sa fascination pour la genèse des ouvrages illustrés. Par-delà l’émoi esthétique provoqué par ces objets artistiques, elle était capable de dégager patiemment, en archéologue bibliophile, toutes les strates historiques emmagasinées dans ces livres pour en rehausser encore l’intérêt. Elle exhumait les discussions entre éditeurs et auteurs, les contraintes matérielles, les choix de papier, de caractères typographiques, de techniques de reproduction des images, les expérimentations de mise en page et d’encrage : la création bibliophilique faisait l’objet d’une enquête policière dont elle nous faisait partager les découvertes. Elle ne reculait devant aucun défi, dépouillant correspondances, archives d’éditeurs et autres fonds ésotériques pour comprendre les étapes qui avaient permis d’incarner un désir de beauté dans l’écrin d’une reliure précieuse. Échappant aux coffres des collectionneurs, aux fonds précieux des bibliothèques, aux vitrines des salles d’exposition, les livres redevenaient des objets vivants, les concrétisations sensibles de traditions, de savoir-faire, de débats et de quêtes esthétiques exaltées.

Parmi les nombreux dossiers qui synthétisaient ces recherches, elle avait entrepris une base de données réunissant tous les ouvrages illustrés publiés au tournant des XIXe et XXe siècles, véritable âge d’or du livre de luxe qui voit le renouvellement des formes anciennes de la bibliophilie grâce aux innovations tentées par des imprimeurs (Gillot, Lahure), des éditeurs (Lesclide, Pelletan, Vanier, Piazza, Quantin), des amateurs d’art (Uzanne, Carteret, les sociétés de bibliophiles), des revues (éditions de La Plume, de La Revue blanche, du Mercure de France), des galeristes (Vollard, Sagot). Sa famille nous a confié cette base pour la mettre à disposition du public, afin que ses travaux continuent à susciter des vocations et à aider les chercheurs en histoire de l’imprimé. Elle est désormais accessible à cette adresse : http://prelia.fr/baseluceabeles/

Cette base de données répertorie plus de 5500 ouvrages illustrés publiés entre 1839 et 1944. Chaque entrée a fait l’objet d’une description minutieuse de tous les aspects matériels de ces éditions : techniques utilisées, nombre et types d’illustration, tirage, imprimeur des estampes, prix de vente, date de parution des livraisons, papier, références bibliographiques (catalogues d’éditeurs, manuels de bibliophilie), présentation à des expositions… La base se distingue en outre d’autres bibliographies en réservant une entrée par exemplaire des ouvrages décrits. La provenance de chaque exemplaire, ses particularités (envois, insertion de lettres autographes, ajouts manuscrits, rehauts à l’aquarelle), sa localisation actuelle sont indiquées de manière systématique.

Nous tenons encore à remercier Marc et Judith Bormand pour la confiance qu’ils nous ont témoignée en nous permettant de mettre en ligne cet outil inestimable pour la communauté des chercheurs et des amateurs de beaux livres.

Journée d’étude Léon-Paul Fargue et les Médias (Nanterre, 30 mai 2017)

 

Journée d’étude Léon-Paul Fargue et les Médias

Salle des Conseils du bâtiment L (4e étage, L436) – Université Paris Nanterre

 

Organisée par

Julien Schuh, Université Paris Nanterre, et Pierre Loubier, Université de Poitiers

Mardi 30 mai 2017

À l’époque où Léon-Paul Fargue (1876-1947) fait, comme on dit, son entrée « dans la carrière des Lettres », l’activité des petites revues est intense et la Littérature est depuis belle lurette engagée dans son ère médiatique. Le jeune Tancrède y participe alors, avec un mélange de timidité et d’audace. Mais Fargue résistera longtemps aux tentations du grand public. La célébrité n’était pas son affaire, et il se voyait plutôt comme « l’homme de trois ou quatre poèmes par an ». Il aurait préféré rester le « subtil insecte du génie ». Bref, il n’était pas fait pour le commerce des Lettres et sa surface médiatique lui importait finalement assez peu.

Mais, comme l’a raconté son ami André Beucler, « il savait que pour occuper une haute situation dans le monde des arts et des lettres, vendre beaucoup de livres, ou de tableaux, toucher de bons cachets, être cité et photographié de façon ininterrompue, il faut avoir un nom, une légende et une activité[1] ». En effet, à partir des années Trente, Fargue semble découvrir que la Grande Presse et la Radio constituent à la fois des sources non négligeables de revenus, si l’on sait œuvrer et manœuvrer pour en tirer profit aussi élégamment qu’efficacement, mais représentent également des lieux où l’image de soi se diffuse le plus souvent sur le mode de la légende, ce qui permet d’apaiser certaines rancœurs et de réparer les accrocs faits à l’amour-propre.

Subsistance et aura : réduire les médias à cet office moitié alimentaire moitié légendaire aurait cependant l’inconvénient d’enfermer le poète dans la logique de trivialités assumées ou de stratégies concertées. S’il a, certes, plaisir à collectionner quelques billets de mille, fruit d’un travail alerte de la plume (l’œuvre « journalistique » de Fargue est considérable, et va du grave au frivole), s’il éprouve satisfaction à lire ses textes et voir son image (dans les journaux et magazines) ou entendre sa voix (à la Radio) circuler dans le Monde, s’il jubile de fréquenter des milieux dans lesquels étincelle sa conversation, Fargue reste un poète secret et pudique (« On dit : qu’il cache une partie de sa vie… ») qui entretient, donc, un lien ambigu avec le monde des médias, dont l’intelligence est de toute évidence « contraire à son rythme ».  « Il faut bien que l’on se montre, poète et gentleman pauvre, et que l’on se fasse croire, et que l’on se donne une importance de secours, sous peine de manger de la pierre meulière[2] », mais l’on est seul, toujours seul avec la poésie, l’écriture.

Après sa disparition, restent les traces, les archives, la mémoire des proches, la fidélité des amis. Fantôme occidental actif, Fargue vit alors une nouvelle vie : des émissions radiophoniques lui sont consacrées, il fait même apparition à la télévision[3]. La poésie continue.

En 1929, Beucler encore avait imaginé le développement d’une forme de cinéma de la vie intérieure : « Ce sera peut-être l’époque d’un art individuel et pour peu que l’appareil de prises de vues atteigne un prix raisonnable, nous pourrons acheter chez le cinélibraire les derniers films d’André Gide, de Paul Morand, de Fargue, de Mac Orlan[4] ». Ce cinéma poétique, Fargue l’aura finalement pratiqué toute sa vie, sans le savoir exactement – diorama d’états d’âme –   glissant d’image en image, de mot en mot, de voix en voix, avec l’aisance d’un danseur habité par la charge du merveilleux.

Programme 

Matinée (10h-12h30)

  • Julien Gabet : « Fargue et la Radio »
  • Bruno Curatolo : « Les émissions d’André Beucler sur Fargue à la Radio Télévision Suisse »
  • Anne Reverseau : « Les portraits photographiques de Léon-Paul Fargue dans la Presse »

Après-Midi (14h-17h)

  • Julien Schuh : « Fargue et les petites revues »
  • Barbara Pascarel : « Fargue et la grande Presse »
  • Sophie Robert : « Fargue et Marie-Claire»

Jérôme Prieur viendra parler de son film « Souvenirs d’un fantôme, Léon-Paul Fargue » série « Un siècle d’écrivains ». En présence de Laurent De Freitas (Archives Fargue) et de Roland Beucler (Archives Beucler).

17h30-18h30, même lieu

Assemblée Générale des Coludions (adhérents à la Société des Lecteurs de Léon-Paul Fargue)

Entrée libre et gratuite. Se renseigner pour le repas de midi.

Les communications seront publiées dans le bulletin Ludions n°17 en octobre 2017

[1] André Beucler, De Saint-Pétersbourg à Saint-Germain des Prés, Gallimard, 1980, p. 107.

[2] « Nuits blanches », Haute Solitude.

[3] Façon de parler, évidemment, car, sauf erreur, nous n’avons pas d’images animées de Fargue. Voir « Les heures chaudes de Montparnasse » de Jean-Marie Drot, 1960, et « Souvenirs d’un fantôme », Un siècle d’écrivains, de Jérôme Prieur, 1997.

[4] André Beucler, « Nous entrons dans l’ère du document », Pour vous, n°25, 9 mai 1929, article reproduit dans Plaisirs de mémoire et d’avenir (Les Cahiers de l’association André Beucler) n°5, 2015, p. 86-88.

Les architectes du livre : Modèles esthétiques et économiques du livre d’art entre 1870 et 1930 (Arsenal, 29 mai 2017)

Journée d’étude lundi 29 mai 2017

Bibliothèque de l’Arsenal

Les architectes du livre : Modèles esthétiques et économiques du livre d’art entre 1870 et 1930

Inscription obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, des amateurs issus de la critique d’art, de la bibliophilie, des milieux littéraires abandonnent la consommation passive pour devenir des producteurs de livres, inventant une nouvelle forme d’édition : la « bibliophilie créatrice » (Henri Béraldi). Cette journée d’étude souhaite contribuer à l’analyse de l’édition « amateur », telle qu’elle se met en place au tournant des XIXe et XXe siècles, à la jonction de l’édition industrielle, de la bibliophilie et des expérimentations avant-gardistes. Sélectionnant les textes, choisissant les illustrateurs, les graveurs, les imprimeurs, les papiers, les formats, des éditeurs tels Octave Uzanne, Richard Lesclide, Édouard Pelletan se substituent aux écrivains et aux artistes pour inventer une forme de « livre d’art ».

 

Sous la responsabilité d’Anne-Christine Royère (Université de Reims Champagne-Ardenne) & de Julien Schuh (Université Paris Nanterre / IUF)

9h30 Accueil

10h Introduction et hommage à Luce Abélès

Anne-Christine Royère & Julien Schuh

10h30 – 12h30 > Bibliophilie fin de siècle

Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale), Richard Lesclide : description d’une trajectoire

Marine Le Bail (Université Toulouse II-Jean Jaurès), La bibliophilie selon Octave Uzanne : un laboratoire pour le « Livre-Type encore incréé du XXe siècle »

Nicolas Malais (libraire de livres anciens et éditeur), Maurice Denis & le livre, entre révolution théorique et bouleversement esthétique

Discussion

Déjeuner

14h – 15h30 > Autour des arts décoratifs

Philippe Kaenel (Université de Lausanne), Le Livre pour toi, le livre pour moi : Marguerite Burnat-Provins (1872-1952), une artiste et une poète engagée dans les arts décoratifs

Pascal Fulacher (Imprimerie Nationale, Directeur de l’Atelier du Livre d’Art et de l’Estampe), Polémique autour de François-Louis Schmied : son véritable rôle dans le livre Art déco

Discussion

16h – 17h30 > Parcours d’éditeurs au début du XXe siècle

Carine Picaud (Bibliothèque nationale, Réserve des livres rares), Henri Piazza et « l’édition d’art »

Sophie Lesiewicz (Bibliothèque littéraire Jacques Doucet), François Bernouard, l’éditeur à la rose, architecte (d’intérieur) du livre ?

Serge Linares (Université de Versailles-Saint Quentin), Les éditions des Quatre Chemins : projets, réalisations, impasses

Discussion et clôture

Journée d’étude Ecrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880-1920), Padoue, 22 juin 2016

Università degli Studi di Padova

Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari

Université de Reims Champagne-Ardenne

 

ECRIVAINS ET ARTISTES DE LANGUE FRANÇAISE DANS LES REVUES ITALIENNES (1880-1920)

 

Journée d’Etude Internationale

 

Padova

22 giugno 2016

aula Diano

Palazzo Liviano

 

 

9.30

Saluto di Anna BETTONI

Direttore del Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari

 

10.00

Julien SCHUH (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Artistes et écrivains francophones dans la presse italienne de la Belle Époque : quelques investigations informatiques

 

10.30

Mario RICHTER (Università di Padova)

Apollinaire et Lacerba

 

Pausa caffè

 

11.45

Vincent GOGIBU (Université Versailles Saint-Quentin)

Gourmont-Canudo-Rimbaud dans les ‘Lettres italiennes’ du Mercure de France

 

12.15

Alexia KALANTZIS (Université de Cergy-Pontoise)

Les écrivains du Mercure de France dans les revues italiennes (1899-1901): Flegrea (Naples), Emporium (Bergame) et Rassegna internazionale della letteratura e dell’arte (Florence)

 

Pausa pranzo

 

15.00

Clément DESSY (University of Oxford)

Les symbolistes belges en Italie: passage en revue

 

15.30

Alessandra MARANGONI (Università di Padova)

Le Jules Romains de Poesia (1906-1908), le Péguy de La Voce (1910-1912)

 

Pausa

17.00

Damiano DE PIERI (Università di Verona)

« Je reviendrai à Paris » : Philippe Soupault dans la revue Poesia

 

17.30

Jean-François RODRIGUEZ (Università di Verona)

L’avant-garde littéraire et artistique autour d’Apollinaire dans Lacerba de Papini et Soffici (1913-1915)

 

 

Comitato scientifico

Alessandra Marangoni

Julien Schuh

Tutoriel: télécharger des volumes numérisés sur HathiTrust

Les bibliothèques américaines qui ont signé un accord de numérisation de leurs fonds avec Google ont décidé, devant les problèmes d’accessibilité des résultats dans Google Books, de construire leur propre plateforme d’accès à leurs collections. Cette plateforme, http://www.hathitrust.org/, est structurée comme un catalogue classique de bibliothèque, selon les règles de la bibliothéconomie, et permet de faire des recherches par auteurs, titres, genre, dates de publication… sans compter les recherches plein texte.
HathiTrust
Même les volumes encore sous droit peuvent être interrogés, ce qui permet par exemple de vérifier la pagination de citations, de repérer des occurrences… Il existe aussi une API permettant des interrogations complexes, mais elle ne couvre pour l’instant qu’une partie du domaine anglo-saxon (voir le post de blog de Ted Underwood).
Occurrences de terme dans un ouvrage sous droit.
Occurrences de terme dans un ouvrage sous droit.
L’accord avec Google limite malheureusement l’utilisation de cette plateforme: les volumes peuvent seulement être feuilletés ou téléchargés page à page (sauf si l’on dispose d’un identifiant d’une des universités partenaires); en Europe, suite aux procès intentés à Google par plusieurs éditeurs, tout ce qui pourrait potentiellement être encore sous droit n’est pas accessible, ce qui nous empêche d’accéder à la quasi-totalité des numérisations de revues en ligne, comme La Plume, La Revue blanche, mais aussi des revues plus difficiles d’accès comme La Vogue – une restriction qu’on regrette d’autant plus quand on voit que ces numérisations sont souvent de meilleure qualité que celles de la BnF: ce sont souvent les exemplaires originaux (et non les reprints) qui ont été numérisés, et  les couvertures ont souvent été conservées.
Heureusement, des outils existent pour accéder aux volumes, même en Europe. Le plus simple consiste à installer un plug-in pour Firefox qui permet de choisir entre différents proxys ; AnonymoX permet de choisir de se connecter comme un utilisateur américain et d’accéder à la totalité des numérisations dans le domaine public.
AnonymoX s'intègre à Firefox et permet de se connecter via un proxy américain.
AnonymoX s’intègre à Firefox et permet de se connecter via un proxy américain.
Pour télécharger les volumes, on peut utiliser Hathi Download Helper: il s’agit d’un programme Windows, mais on peut le faire fonctionner sous Mac avec un logiciel comme WineBottler.
HathiDownloadHelper
HathiDownloadHelper intègre des proxys qu’on peut utiliser en cochant la case « use proxy server », mais le logiciel n’a plus été développé depuis plusieurs mois et les proxys ne fonctionnent plus pour la plupart. Pour l’utiliser, il vaut mieux lancer au préalable un programme permettant de faire passer toutes les connexions de l’ordinateur par un proxy. Le plus simple à utiliser et le plus rapide en version gratuite reste CyberGhost ; il faut attendre quelques dizaines de secondes avant de pouvoir se connecter mais la connexion est très fiable.
Une fois CyberGhost en marche (en ayant sélectionné un proxy américain), on peut lancer HathiDownloadHelper: dans la première partie du logiciel, on copie l’adresse du volume qu’on souhaite télécharger et on clique sur « get book info »; une fois les informations récupérées, on peut sélectionner dans la deuxième partie la manière dont on souhaite télécharger le volume (il vaut mieux sélectionner le format images à 200%) et le lieu de sauvegarde puis cliquer sur « start download » (on pouvait auparavant télécharger également le texte océrisé des pages, mais les dernières versions d’HathiTrust ne permettent plus cette manipulation). On peut finalement fusionner toutes les pages en un seul fichier pdf dans la troisième partie du logiciel.

Pyllica: un outil de récupération automatisée de données sur gallica.bnf.fr

Les numérisations de Gallica sont devenues des outils essentiels pour toute recherche sur les périodiques du XIXe siècle, mais les conditions d’accès aux fichiers du site ne sont pas les plus pratiques qui soient, surtout si l’on souhaite récupérer la totalité des numéros d’un périodique par exemple. Pierre-Carl Langlais, qui vient de soutenir une thèse brillante consacrée à la « La formation de la chronique boursière dans la presse quotidienne française« , avait déjà analysé le problème et proposé un « scraper », un outil de récupération automatisée des fichiers textes de l’ancienne version de Gallica (voir son article « Peut-on faire du data mining sur Gallica ») permettant d’obtenir de larges corpus qu’on pouvait ensuite analyser avec des outils de statistique textuelle comme RTemis, Iramuteq, TXM, Tropes
Cette première version ne fonctionnait que sur des documents qui avaient fait l’objet d’une reconnaissance optique de caractères; depuis la mise en place de la nouvelle version de Gallica (que l’on avait pu tester sous le nom de Gallicalabs), cet outil ne fonctionnait plus.  Ayant besoin pour un projet d’un vaste corpus de revues numérisées sur Gallica, j’ai retroussé mes manches pour revoir le code original de Pyllica et proposer quelques outils supplémentaires, permettant par exemple de récupérer directement les images en haute qualité ou les pdf de n’importe quel document. Pierre-Carl Langlais a accepté de fusionner cette nouvelle version à Pyllica; elle est à présent disponible sur la page github du projet, où les étapes d’installation et les modalités d’utilisation des différents outils qui composent Pyllica sont exposées.  Je reprends ci-dessous ces éléments en rajoutant quelques images et explications.

 

Installation et usage

Pyllica est un programme en Python 3, qui fait appel à l’extension beautiful soup (plus d’informations par ici). Pour l’utiliser, vous devez avoir une version de Python à jour (cf. les recommandations officielles pour une installation sous Windows, Mac et Linux) et télécharger Beautiful Soup (sous Mac, avec la commande « $ pip3 install beautifulsoup4 » dans le Terminal – sous Windows, c’est un peu plus complexe).

Pyllica se compose de quatre outils:

  • Pyllicalabs permet d’extraire les fichiers en texte brut de numéros de périodiques qui ont été océrisés, selon une fourchette définie par l’utilisateur;
  • Pyllicalabspdf permet d’extraire les pdf de numéros de périodiques;
  • Pyllicalabsjpg permet d’extraire les pages d’un document sous forme de fichier jpg, tif ou png, avec une qualité définie par l’utilisateur;
  • Pyllicalabsjpgpress permet de faire la même opération pour des numéros de périodiques.

Pour chacun des outils, il y a deux fichiers: un fichier contenant le programme, et un fichier d’instruction (commençant par le mot « action »). Pour utiliser un outil, il suffit de placer les deux fichiers dans un nouveau dossier et de modifier le fichier d’instruction en fonction des livres ou périodiques que l’on veut télécharger.

dossier_pyllica
Un dossier prêt pour le téléchargement.

Sous Mac, s’il y a des problèmes d’encodage du texte au moment de l’utilisation des outils, il ne faut pas cliquer sur le fichier d’instruction pour le lancer mais démarrer IDLE depuis le Terminal ($ idle3) et faire Fichier > Ouvrir pour lancer l’action.

Pyllicalabs

On place les deux fichiers (pyllicalabs.py et actionpyllicalabs.py) dans un dossier, et on modifie le contenu du fichier actionpyllicalabs en fonction des numéros du périodique qu’on veut télécharger:

textpress(url="http://gallicalabs.bnf.fr/ark:/12148/cb32817642h/date", 
        title="lemoderniste", 
        year=1889, 
        month=5, 
        day=25, 
        item=52, 
        rate=7, 
        lastpage=11)

La fonction comprend les commandes suivantes :
url: on indique l’adresse sur Gallica de la page du périodique indiquant toutes les années disponibles (cette adresse doit finir par « date »).
title: on choisit un titre qui sera indiqué dans le nom du fichier.
year, month, day: la date du premier numéro qu’on souhaite télécharger.
item: le nombre de fichiers qu’on veut récupérer.
rate: le nombre de jours entre chaque numéro – cela fonctionne bien pour les quotidiens (on indique 1), les hebdomadaires (on indique 7); en cas de problème, on peut inscrire 1 et préciser dans « item » le nombre total de jours dans la période qu’on veut télécharger (par exemple, pour un an on inscrira 365), cela permettra d’être certain de télécharger tous les numéros, même si cela produit des erreurs (les dates sans numéros).
lastpage: avec la nouvelle version de Gallica, la numérotation des pages n’est pas importante, on peut laisser cet élément tel quel.

Une fois le fichier action modifié, on l’ouvre avec Python et on lance le script (sous Mac, Run > Run module).

La dernière version intègre des règles en cas d’exception: si l’outil ne trouve pas un des numéros (par exemple, si le périodique n’est pas disponible pour une des dates), un message avertit du problème mais le téléchargement des numéros suivants continue.

Attention: en cas de numérisations multiples d’un même numéro (même date, dans le cas par exemple d’éditions du matin et du soir d’un journal), pyllica ne télécharge aucun numéro, il faut le faire manuellement.

Pyllicalabspdf

Comme l’outil précédent, il permet de récupérer les fichiers pdf de périodiques; la méthode d’utilisation est la même.

Pyllica en action.
Pyllica en action: les pdf apparaissent dans le dossier.

Pyllicalabsjpg

La nouvelle version de Gallica utilise la norme IIIF, permettant de récupérer les images en haute résolution. Pour l’utiliser avec un document unique, il suffit de récupérer l’identifiant du document dans l’adresse de gallicalabs (ce qui suit ark:), par exemple: /12148/btv1b86000454/

On insère ces chiffres (en conservant bien les slash) dans le fichier actionpyllicalabsjpg.py au niveau de la variable « identifier », on choisit un titre (« title ») pour les fichiers de sortie et on sélectionne la première et la dernière page (attention, il faut choisir en fonction des numéros des vues et non de la pagination réelle du document). On place ce fichier et le fichier pyllicalabs3jpg.py dans le dossier de destination et on le lance avec Python.

On peut changer la résolution souhaitée en modifiant la fin de l’url dans le fichier pyllicalabsjpg.py (par exemple, full/5000/0/native.jpg au lieu de full/3000/0/native.png). Pour avoir la qualité maximale disponible, indiquer « full » au lieu d’un chiffre (par exemple:  full/full/0/native.jpg). On peut aussi récupérer les images au format png ou tif en remplaçant la mention « jpg » par « png » ou « tif » à la fin de l’adresse et du format de fichier créé:

for page in listpage:
        jpgfile = title + "_" + str(page) + ".png"
        url = 'http://gallicalabs.bnf.fr/iiif/ark:' + identifier + '/f' + str(page) + '/full/3000/0/native.png'
        urllib.request.urlretrieve(url, jpgfile)

Pyllicalabsjpgpress

Pour récupérer les images d’une série de numéros de périodiques, on part de l’adresse du périodique avec les dates:http://gallicalabs.bnf.fr/ark:/12148/cb34427442r/date et on supprime la fin de l’adresse « /date » pour l’intégrer dans le fichier actionpyllicalabsjpgpress.py dans la variable « url ».

Il faut ici tenir compte de la pagination; on peut gonfler le nombre de pages au cas ou certains documents comportent plus de pages, les erreurs s’afficheront dans le shell avant que le programme ne continue avec le numéro suivant du périodique. Par exemple, pour un journal de 8 pages, il vaut mieux indiquer 12 pages pour être certain que des numéros plus longs seront entièrement téléchargés.

N’hésitez pas à me contacter en cas de problèmes d’utilisation.