Archives de catégorie : Parutions

Laurence DANGUY, Le Nebelspalter zurichois (1875-1921), Au coeur de l’Europe des revues et des arts

Laurence DANGUY, Le Nebelspalter zurichois (1875-1921), Au coeur de l’Europe des revues et des arts, Avant-propos de Philippe KAENEL, Genève, Droz, 2018.

Publiée de façon ininterrompue depuis 1875, le Nebelspalter, littéralement « (celui) qui fend le brouillard », est désormais la plus ancienne revue satirique au monde. De tout temps, et malgré une fortune changeante, son rayonnement a été considérable. Durant la période fondatrice, de 1875 à 1921, la place et le rôle du Nebelspalter sont tout à fait singuliers. L’époque est celle d’un âge d’or européen des revues, où l’on observe un dialogue constant entre des périodiques se situant à la croisée des mondes artistique et littéraire, ne connaissant pas de frontières. Le présent ouvrage s’attache à retracer l’histoire de la revue durant sa période zurichoise ainsi qu’à en analyser l’esthétique. 

Sommaire

Remerciements 
Avant-propos de Philippe Kaenel : la presse satirique en Suisse

Introduction 

Première partie
IDENTITÉ ET CHRONIQUE D’UNE REVUE SATIRIQUE ZURICHOISE

1. Genèse et figures 

1.1. Décryptage de la fondation et de la vie éditoriale : focus sur Boscovits senior 

1.2. La domination Boscovits 

1.3. La configuration artistique et sociétale des dessinateurs 

1.4. Ambitions voilées et assumées : de la délimitation avec les champs de l’art et de la presse 

1.5. Liste et période d’activité des éditeurs et rédacteurs en chef 

1.6. Liste et période d’activité des dessinateurs 

2. Cycles de vie d’un organe bourgeois à l’identité complexe

2.1. 1875, un premier numéro fixant les choses : maquette, tendance, identité visuelle et commerciale 

2.2. 1875-1886 : les années noir et blanc de l’ère Nötzli ou quand la Suisse prime sur le monde
2.2.1. Identité, maquette et technique – On affine 
2.2.2. Distribution, politique commerciale et lectorat – Essor 
2.2.3. Déclinaisons thématiques d’une tendance stable 
2.2.4. Un langage visuel et rhétorique très typé
2.2.5. L’installation d’un appareil allégorique 

2.3. 1887-1899 : ouverture, couleur et premier Jugendstil sous l’ère Nötzli 
2.3.1. Identité, maquette et technique – Changements techniques et oscillations du titre 
2.3.2. Distribution, politique commerciale et lectorat – En avant toute 
2.3.3. Thèmes et tendance – Ouverture et modernité 
2.3.4. Rhétorique – Continuité et variations 
2.3.5. Langage visuel – Jugendstil, Belle Époque et caricature
2.3.6. La constellation allégorique du Nebelspalter – Allégorie, femme et un monde à soi 
2.3.7. Les couvertures Jugendstil, l’affirmation d’une identité 
2.3.8. En voir de toutes les couleurs 

2.4. 1900-1906 : Jugendstil versus Heimatstil – Retour aux fondamentaux 
2.4.1. Identité, maquette et technique – Menace sur le cadre au trait 
2.4.2. Distribution, politique commerciale et lectorat – Statu quo 
2.4.3. Tendance et thèmes – Recentrage 
2.4.4. Rhétorique – L’empreinte de la politique
2.4.5. Langage visuel – Acculturation du Jugendstil et recyclage de formules anciennes 
2.4.6. La femme, le nu et l’allégorie
2.4.7. Du Heimatstil en couverture – Le Jugendstil helvétique 
2.4.8. Les aléas de la couleur 

2.5. 1907-1912 : remous, hésitations et révisions 
2.5.1. Identité, maquette et technique – Le temps de la refonte 
2.5.2. Distribution, politique commerciale et lectorat – Recadrage
2.5.3. Durcissement de tendance et primauté à la politique 
2.5.4. Rhétorique – On monte le ton 
2.5.5. Victoire du Heimatstil et confinement de l’image à l’illustration satirique
2.5.6. Recul de la représentation féminine et désinvestissement de l’allégorie 
2.5.7. La valse des couvertures 
2.5.8. Passage définitif à la couleur 

2.6. 1913-1921 : l’image en perte et la Première Guerre mondiale 
2.6.1. Identité, maquette et technique – Recul 
2.6.2. Distribution, politique commerciale et lectorat – Sursauts et fuite en avant 
2.6.3. Tendance et thèmes – Repli et ambigüité 
2.6.4. Une rhétorique clivée 
2.6.5. Le chant du cygne de l’image 
2.6.6. Divorce de la femme et de l’allégorie 
2.6.7. Dilution de la couleur 

Deuxième partie
UN CERTAIN REGARD SUR LE MONDE

3. Regard sur un monde aux déclinaisons plurielles 

3.1. Une iconographie du monde 107
3.1.1. 1875-1886 : figures et motifs d’une ouverture a minima
3.1.2. 1887-1914 : déclinaisons d’un univers en expansion et d’une Europe impuissante 
3.1.3. 1914-1921 : embrasement et no man’s land d’un univers en perdition

3.2. La Suisse versus Zurich : critique et iconographie 
3.2.1. Le face-à-face (helvétique) du Nebelspalter avec Helvetia 
3.2.2. L’alliance sacrée ou la Suisse du Nebelspalter
3.2.3. Chronique visuelle d’une ville : Zurich 

3.3. La Première Guerre mondiale : la « drôle » de guerre d’une revue 
3.3.1. Se situer vis-à-vis d’un conflit étrange
3.3.2. Rire en guerre 
3.3.3. Montrer la guerre et renoncer au rire 
3.3.4. L’après-guerre : ressassements en images 

Troisième partie
CULTURE, ART ET POLITIQUE :
DISCOURIR ET PRENDRE SA PLACE

4. Discours sur l’art 

4.1. La question de l’art suisse 

4.2. Rendre compte des expositions et régler ses comptes via les expositions 

4.3. Le salon caricatural du Nebelspalter ou la critique de la modernité 

4.4. Le couple Arnold Böcklin et Ferdinand Hodler

4.5. Plaider et batailler pour la pierre à Zurich : le Kunsthaus et le Musée national suisse 

4.6. La maigre réception des mouvements contemporains 

5. Emprunts, transferts et autoréférentialité 

5.1. Le Nebelspalter, la caricature et les revues illustrées européennes

5.2. S’enrichir du « grand art »

5.3. Le statut très particulier de Arnold Böcklin et Ferdinand Hodler 

5.4. Transpositions médiales 

5.5. Se citer soi-même plus que de mesure 

6. Des affaires de réseaux 

6.1. La leçon des archives Nötzli : un éditeur et ses réseaux 

6.2. Intrigues suisses et influences françaises dans le monde éditorial: Jean Nötzli, John Grand-Carteret et Cäsar Schmidt 
6.2.1. Acte un : correspondance entre Jean Nötzli et John Grand-Carteret de 1880 à 1891 
6.2.2. Acte deux : 1897, querelle autour de l’« Europe actuelle »

6.3. Quand politique, art et satire se mêlent : Numa Droz et Jean Nötzli

6.4. Passions d’artistes : Richard Kissling, Evert van Muyden, Henri van Muyden et Jean Nötzli 

Conclusion 

Bibliographie sélective 
Travaux académiques sur le Nebelspalter
Travaux académiques s’appuyant sur le Nebelspalter de manière significative 
Publications de vulgarisation sur le Nebelspalter en provenance des éditions du Nebelspalter 
Publications de vulgarisation sur le Nebelspalter en provenance d’autres maisons d’édition 

Index 

Table des illustrations 

Crédits photographiques 

Parution: A. Vaillant, Y. Vérilhac (dir.), Vie de bohème et petite presse du XIXe siècle, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Alain Vaillant, Yoan Vérilhac (dir.), Vie de bohème et petite presse du XIXe siècle, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018.

La bohème est l’un des mythes les plus populaires du XIXe siècle : il a inspiré des romans, des poèmes, des opéras et, plus récemment, de nombreux ouvrages érudits. On s’est familiarisé avec ses figures pittoresques, sa géographie parisienne, ses rites initiatiques. Mais on manque souvent l’essentiel : si la bohème constitue une collectivité si identifiable – unie par des liens très puissants de camaraderie –, c’est qu’elle est l’émanation directe de la petite presse littéraire et artistique qui, de l’époque romantique jusqu’à la fin de siècle, est le cœur vivant de la vie culturelle en France.

Il faut donc oublier la légende de la bohème pour se tourner vers la réalité : l’organisation concrète de cet univers médiatique, le tissu étroit des solidarités professionnelles et amicales. Surtout, cette complicité collaborative de la presse influe directement sur les formes de l’écriture (désormais saturée par l’ironie et la parodie) et, contrebalançant la solitude sacrée de l’auteur, met en jeu la conception même de la littérature.

Lien

Sommaire

Alain Vaillant, Yoan Vérilhac – Sociabilités littéraires et « petite presse » : questions de méthode
La camaraderie et la petite presse, de Louis-Philippe à Napoléon III
Nathalie Preiss – La petite presse : le régime de la communauté universelle ?
Valérie Stiénon – La communauté charivarique de la blague ;
Corinne Saminadayard-Perrin – Le cénacle et le boulevard : l’envers et l’endroit ;
Anthony Glinoer, Vincent Laisney – La Brasserie des Martyrs : un lieu commun de la bohème.
Solitaire, solidaire
Fanny Bérat-Esquier – Le clan Lepoitevin « en silhouette » ;
Sarah Mombert – « Un pour tous, tous pour un ». Sociabilités et réseaux du journal Le Mousquetaire ;
Martine Lavaud – Les poètes de l’entresol : Théophile Gautier et la petite presse ;
Alain Vaillant – Le cas Baudelaire : esquisse d’une poétique de la camaraderie littéraire.
Sociabilités fumistes
Jean-Didier Wagneur – Socialités des petits médias. L’arène de Lutèce ou vivre ironiquement la littérature ;
Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand – Des Hydropathes au Chat noir. Stratégies d’émergence et sociabilité ;
Solenn Dupas – Pratiques fumistes de la dédicace dans Le Chat noir. Formes et enjeux d’une poétique en réseaux ;
Bénédicte Didier – Le Chat noir ou l’expérience inédite d’un journal de cabaret.
De la petite presse à la petite revue
Philippe Leu – « La diffusion par le verbe ». La forme revuiste comme matrice du réseau de sociabilités de La Plume ;
Julien Schuh – Du cercle aux revues : genèse sociale de l’espace discursif de quelques périodiques fin-de-siècle ;
Yoan Vérilhac – Fini de rire : la petite revue ou la petite presse qui argumente.
Bibliographie générale

Prospectus-BohèmeTélécharger

Charlotte Jarry, Lettres à Rachilde et Alfred Vallette (L’Étoile-Absinthe, n° 138, 2017-2)

Charlotte Jarry a souvent été considérée de manière condescendante par la critique. C’est pourtant grâce à elle qu’a été publié en 1943 La Dragonne, le dernier roman de Jarry, de manière posthume. Dans les quelques années qui suivent la mort de Jarry, elle entretient une correspondance soutenue avec Rachilde et Vallette, qui avait été nommé exécuteur testamentaire de Jarry. Cette correspondance, qui avait été perdue depuis les années 1960 et n’avait jamais été publiée (à l’exception de bribes dans les Cahiers du collège de pataphysique), a été récemment retrouvée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet. Elle apporte de nombreuses informations nouvelles sur les derniers jours de Jarry, sur sa succession, sur la mise en scène de Pantagruel, opéra-comique qu’il a écrit avec Claude Terrasse, et sur la préparation de l’édition de La Dragonne. Charlotte Jarry est en prise avec les éditeurs de son frère (Fasquelle, le Mercure de France), avec ses fournisseurs (Jarry a laissé de nombreuses dettes), avec ses collaborateurs (Demolder, Terrasse, Saltas). Prête à tout pour défendre la gloire posthume de son frère, elle décide de terminer elle-même le manuscrit incomplet de La Dragonne, tâche que Jarry avait confiée en vain à Rachilde. Elle décrit à Rachilde son travail de reprise du texte, entrecoupé de détails sur son existence en Bretagne – détails qu’elle incorpore au fur et à mesure dans le roman lui-même. On assiste en définitive, dans cette correspondance, à la naissance d’une timide vocation d’écrivain, contrecarrée par la marginalisation croissante de Charlotte Jarry, ruinée par les dettes d’Alfred et oubliée peu à peu par le couple d’éditeurs parisiens. Les dernières lettres, où elle insère des poèmes en mémoire de son frère et des Vallette, écrites en pleine guerre, sont particulièrement poignantes.
Alain Millet, ayant-droit de Noël Arnaud, a par ailleurs accepté que nous publiions dans ce dossier un passage inédit du second volume (jamais paru) de la biographie de Jarry consacré à Charlotte Jarry.

Illustrations

– 2 photographies de Charlotte Jarry, collection Linda Stillman
– 14 cartes postales de Charlotte Jarry aux Vallette

Tirage

300 exemplaires, dont 25 exemplaires sur papier vergé, 13,5 x 20 cm, 144 pages, impression en bichromie rouge/noir, couverture à rabat, non coupé.

Prix: exemplaire sur papier ordinaire: 20€, exemplaire sur papier vergé: 100€.

Bon de commande

Chèques à l’ordre de la « Société des Amis d’Alfred Jarry », en euro, à expédier à la secrétaire (Diana Beaume, 88, rue de la Folie Méricourt, 75011 Paris. diana.beaume@free.fr). Possibilité de virement paypal : adresser un paiement à l’adresse andre.marcueil@gmail.com

Parution: Actes de la journée d’étude « Fargue et les médias », Ludions n° 17, 2017

Fargue et les médias, actes de la journée d’étude de Nanterre organisée par Pierre Loubier et Julien Schuh, Ludions, Bulletin de la Société des Lecteurs de Léon-Paul Fargue, n° 17, 2017.

Sommaire

FARGUE ET LES MÉDIAS

Léon-Paul Fargue: Le merveilleux d’aujourd’hui

Pierre Loubier: Journée «Léon-Paul Fargue et les médias»

Bruno Curatolo: Léon-Paul Fargue au pays des Helvètes

Anne Reverseau: Parcours iconographique de Léon-Paul Fargue

Julien Schuh: Fargue dans les «petites revues»

Barbara Pascarel: Fargue et la grande presse des années 1930

Léon-Paul Fargue: Paris-Chantiers

Léon-Paul Fargue: Coiffeurs pour dames

Sophie Robert: Léon-Paul Fargue et Marie-Claire

Jean Cocteau: Hommage radiophonique à Léon-Paul Fargue

Manuel Cornejo: Deux anecdotes de Jeanne « Pierrette » Haour et/ou Roger Haour

Barbara Copercini: Souvenirs, mes recherches sur Léon-Paul Fargue

Chers Coludions…

Parution: Dossier « Écrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880-1920) », La Revue des revues n° 58, 2017

Parution des actes de la Journée d’étude de Padoue, dirigée par Alessandra Marangoni et Julien Schuh, dans La Revue des revues n° 58, 2017.

SOMMAIRE

  • Les revues : un désir de communauté, par Arno Bertina, p. 2-9

DOSSIER : Écrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880-1920)

  • Artistes et écrivains francophones dans la presse italienne de la Belle Époque : quelques investigations informatiques, par Julien Schuh, p. 10-33 » résumé
  • Apollinaire et Lacerba, par Mario Richter, p. 34-45 » résumé
  • Soffici et Picasso, des Étrusques aux Ibères, aller et retour. Primitivisme et modernité, par Jean-François Rodriguez, p. 46-105 » résumé
  • Gourmont-Canudo-Rimbaud dans les “Lettres italiennes” du Mercure de France, par Vincent Gogibu, p. 106-111 » résumé
  • Les écrivains du Mercure de France dans les revues italiennes (1899-1901) par Alexia Kalantzis  p. 113-118 » résumé
  • Passage en revue des symbolistes belges dans les périodiques italiens, par Clément Dessy, p. 119-124 » résumé
  • Le Jules Romains de Poesia (1906-1908), le Péguy de La Voce (1910-1912), par Alessandra Marangoni, p. 125-127 » résumé
  • “Je reviendrai à Paris” : Philippe Soupault dans la revue Poesia, par Damiano De Pieri » résumé
  • À l’attaque ! Michel Crépu
  • Les 30 ans de Lignes : questions à Michel Surya (Jérôme Duwa)
  • Juvenilia… (sur les Cahiers Robinson) (Isabelle-Rachel Casta)
  • Feu!!. Traduction d’Étienne Dobenesque, Ypsilon Éditions (Gérard-Georges Lemaire)
  • Bernard Groethuysen & Alix Guillain. Lettres 1923-1949 aux Paulhan (Laurence Brisset)
  • Artichaut par Yannick Kéravec, p. 133-135 » lire
  • Babel heureuse par Anthony Dufraisse, p. 135-137 » lire
  • Dialog par Anthony Dufraisse, p. 135-137 » lire
  • Transbordeur par Marianne Dautrey, p. 137-138 » lire
  • Résumés, p. 143-144