Tous les articles par Julien Schuh

Parution: Actes de la journée d’étude « Fargue et les médias », Ludions n° 17, 2017

Fargue et les médias, actes de la journée d’étude de Nanterre organisée par Pierre Loubier et Julien Schuh, Ludions, Bulletin de la Société des Lecteurs de Léon-Paul Fargue, n° 17, 2017.

Sommaire

FARGUE ET LES MÉDIAS

Léon-Paul Fargue: Le merveilleux d’aujourd’hui

Pierre Loubier: Journée «Léon-Paul Fargue et les médias»

Bruno Curatolo: Léon-Paul Fargue au pays des Helvètes

Anne Reverseau: Parcours iconographique de Léon-Paul Fargue

Julien Schuh: Fargue dans les «petites revues»

Barbara Pascarel: Fargue et la grande presse des années 1930

Léon-Paul Fargue: Paris-Chantiers

Léon-Paul Fargue: Coiffeurs pour dames

Sophie Robert: Léon-Paul Fargue et Marie-Claire

Jean Cocteau: Hommage radiophonique à Léon-Paul Fargue

Manuel Cornejo: Deux anecdotes de Jeanne « Pierrette » Haour et/ou Roger Haour

Barbara Copercini: Souvenirs, mes recherches sur Léon-Paul Fargue

Chers Coludions…

Parution: Dossier « Écrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880-1920) », La Revue des revues n° 58, 2017

Parution des actes de la Journée d’étude de Padoue, dirigée par Alessandra Marangoni et Julien Schuh, dans La Revue des revues n° 58, 2017.

SOMMAIRE

  • Les revues : un désir de communauté, par Arno Bertina, p. 2-9

DOSSIER : Écrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880-1920)

  • Artistes et écrivains francophones dans la presse italienne de la Belle Époque : quelques investigations informatiques, par Julien Schuh, p. 10-33 » résumé
  • Apollinaire et Lacerba, par Mario Richter, p. 34-45 » résumé
  • Soffici et Picasso, des Étrusques aux Ibères, aller et retour. Primitivisme et modernité, par Jean-François Rodriguez, p. 46-105 » résumé
  • Gourmont-Canudo-Rimbaud dans les “Lettres italiennes” du Mercure de France, par Vincent Gogibu, p. 106-111 » résumé
  • Les écrivains du Mercure de France dans les revues italiennes (1899-1901) par Alexia Kalantzis  p. 113-118 » résumé
  • Passage en revue des symbolistes belges dans les périodiques italiens, par Clément Dessy, p. 119-124 » résumé
  • Le Jules Romains de Poesia (1906-1908), le Péguy de La Voce (1910-1912), par Alessandra Marangoni, p. 125-127 » résumé
  • “Je reviendrai à Paris” : Philippe Soupault dans la revue Poesia, par Damiano De Pieri » résumé
  • À l’attaque ! Michel Crépu
  • Les 30 ans de Lignes : questions à Michel Surya (Jérôme Duwa)
  • Juvenilia… (sur les Cahiers Robinson) (Isabelle-Rachel Casta)
  • Feu!!. Traduction d’Étienne Dobenesque, Ypsilon Éditions (Gérard-Georges Lemaire)
  • Bernard Groethuysen & Alix Guillain. Lettres 1923-1949 aux Paulhan (Laurence Brisset)
  • Artichaut par Yannick Kéravec, p. 133-135 » lire
  • Babel heureuse par Anthony Dufraisse, p. 135-137 » lire
  • Dialog par Anthony Dufraisse, p. 135-137 » lire
  • Transbordeur par Marianne Dautrey, p. 137-138 » lire
  • Résumés, p. 143-144

Écrivains et artistes italiens dans les revues de langue française (1880-1940) – Paris, 10 novembre 2017

Écrivains et artistes italiens dans les revues de langue française (1880-1940)

Journée d’étude

10 novembre 2017

Institut Universitaire de France

Ministère de l’Enseignement supérieur

1 rue Descartes, 75005 Paris

salle modulaire M.A-1

Inscription obligatoire avant le 5 novembre 2017 à l’adresse schuh.julien [at] gmail.com

Au tournant des XIXe et XXe siècles, les « petites revues » de littérature et d’art ont été de véritables laboratoires d’expérimentation esthétique, mais aussi des lieux de discussion, de débats, d’échanges à une échelle internationale. Les revues françaises ont souvent tissé des liens avec les écrivains et artistes de langue italienne ; l’étude de ces périodiques permet de dévoiler l’ampleur des échanges culturels internationaux dans l’Europe de la Belle Époque. L’accès à des bases de numérisations de périodiques a transformé en profondeur la manière dont nous comprenons l’histoire culturelle : il permet de revoir les relations entre les champs littéraires français et italiens.

 

 

Programme

10h > Accueil des participants

(Présentation à l’accueil, dépôt d’une pièce d’identité contre un badge visiteur)

> Julien Schuh : Introduction

10h30 > Poétique de la traduction

Présidente de séance : Evanghélia Stead

> Pierre-Carl Langlais : Une poétique médiatique franco-italienne ? Essai de lecture distante d’interactions textuelles translinguistiques dans des revues littéraires de la Belle Époque

De nouveaux outils de « détection de viralité » ont récemment permis d’identifier de vastes réseaux de reprises et de réemprunts de textes dans les périodiques du XIXe siècle. Ces méthodes restent cependant cantonnées à des corpus d’une seule langue, alors même que les emprunts translinguistiques constituent une dimension fondamentale du système médiatique. Ces interactions caractérisent tout particulièrement les revues littéraires italiennes de la belle époque, notamment sous l’impulsion d’une forte influence française. Nous utiliserons plusieurs approches expérimentales (word embeddings, parsing syntaxique…) pour faire émerger des convergences génériques et stylistiques entre des périodiques de langue et de culture nationale distinctes.

> Alexia Kalantzis : La littérature italienne dans les revues françaises fin-de-siècle : les enjeux de la traduction

Les périodiques artistiques et littéraires de la fin du 19e siècle apparaissent comme un moyen de diffusion privilégié de la littérature étrangère. Des revues comme le Mercure de France ou la Revue blanche accordent ainsi une place privilégiée à la littérature étrangère par l’intermédiaire de chroniques, parfois tenues par des écrivains étrangers, de publications d’extraits traduits et de collections de littérature étrangère. Nous nous intéresserons plus particulièrement à la traduction de la littérature italienne : qui sont les traducteurs ? Quelles sont les œuvres traduites et diffusées en France ? Nous tenterons ainsi de dégager les enjeux culturels de ces traductions et la constitution d’un réseau d’écrivains et de traducteurs au sein de ces périodiques.

13h45 > Sociologie de la traduction

Présidente de séance : Alessandra Marangoni

> Elisa Grilli : « Le génie italien » et « l’ignorance des Français » : le programme à double-sens de L’Anthologie-Revue de France et d’Italie (1897-1900)

Nous nous intéresserons à la place occupée par les auteurs italiens dans cette revue milanaise essentiellement publiée en langue française, afin de comprendre le déséquilibre en jeu dans les échanges littéraires et les transferts culturels entre les deux pays.

> Clément Dessy : Un naturalisme belge au prisme du vérisme italien ? Georges Eekhoud et Giovanni Verga

Au pôle de production restreint du champ littéraire, les travaux de traduction trouvent davantage leur place dans des publications périodiques que dans l’édition de volumes. Ainsi en va-t-il des traductions de nouvelles de Giovanni Verga par Georges Eekhoud dans les revues belges. Ces dernières révèlent la dimension cosmopolite de l’écrivain et l’actualité littéraire qu’elles sont à même de relayer permet aux traductions d’Eekhoud de directement entrer en écho avec la réception de son œuvre de création littéraire.

15h > Réception et appropriation

Président de séance : Julien Schuh

> Vincent Gogibu : La Phalange et l’Italie ou l’équilibre instable entre littérature et politique.

La Phalange, puissante revue de Jean Royère, si elle ne concède que des fragments et quelques chroniques dramatiques à Ricciotto Canudo durant vingt-quatre mois entre 1908 et 1910, consacre quelques années plus tard, dès 1936, une série de numéros intitulés Hommage à l’Italie ou Rome où la politique prend le dessus sur la littérature.

> Alessandra Marangoni : Marinetti et Mallarmé. Coup de dés et Mots en liberté

Comment Marinetti – trait d’union entre deux cultures – raconte Mallarmé aux Italiens et aux Français, à l’aube du XXe siècle.

> Damiano De Pieri : « Tu t’appelles Marinetti ou d’Annunzio ? ». Poètes et artistes italiens dans la revue Littérature (1919-1924) et ses alentours

« Tu t’appelles Marinetti ou d’Annunzio ? », « où est-ce, l’Italie ? », demandent de manière provocatrice les membres de la rédaction de la revue Littérature dans une sorte de chronique en forme de poème qui relate la soirée vivement contestée sur le Tactilisme tenue par Marinetti en janvier 1921 à Paris. Questions paradoxales et ambiguës mais qui expriment bien les problématiques soulevées par la distribution des poètes italiens et la réception de la littérature italienne dans les revues artistiques et littéraires de l’après-guerre comme Les Écrits nouveaux (qui devient la Revue Européenne sous la direction de Philippe Soupault), La Nouvelle Revue Française ou encore L’Esprit nouveau. La présence de poètes italiens et de chroniques sur la littérature italienne se superpose-t-elle à l’apparente polarisation du champ littéraire français représenté par les revues entre une littérature d’avant-garde et une littérature tournée vers la tradition ? Ou semble-t-elle plutôt témoigner de la complexité d’une phase de transition et de réorganisation des avant-gardes exprimées par des formules telles que « classicisme moderne » et « retour à l’ordre » dans un contexte socio-politique qui, au contraire de la France, en Italie est déterminé par le « retour » à l’ordre du Fascisme ?

16h30 Clôture

Base de données de livres illustrés (1839-1914) par Luce Abélès

La journée d’étude consacrée aux « Architectes du livre » a été l’occasion de dévoiler la mise en ligne de la base de données sur le livre illustré conçue par Luce Abélès, à qui cet événement était dédié.

Longtemps rattachée au Musée d’Orsay, c’est en organisant de nombreuses expositions mettant en lumière les relations entre les écrivains et les artistes (autour de Manet, de Champfleury, de la bohème montmartroise…) que Luce entama un travail de recherche de longue haleine consacré au livre illustré. La bibliographie de ses travaux témoigne de l’ampleur de ses connaissances dans tous les aspects de la culture du beau livre au XIXe siècle : sociologie, bibliographie matérielle, histoire de l’art, de la littérature, de la presse, des techniques y sont convoquées dans une vaste entreprise d’exploration de l’histoire des rapports entre les textes et les images.

La passion de Luce était communicative. La matérialité des livres, leurs méthodes de production, les détails techniques de leur fabrication n’avaient pas de secret pour elle, et elle savait transmettre à ses lecteurs sa fascination pour la genèse des ouvrages illustrés. Par-delà l’émoi esthétique provoqué par ces objets artistiques, elle était capable de dégager patiemment, en archéologue bibliophile, toutes les strates historiques emmagasinées dans ces livres pour en rehausser encore l’intérêt. Elle exhumait les discussions entre éditeurs et auteurs, les contraintes matérielles, les choix de papier, de caractères typographiques, de techniques de reproduction des images, les expérimentations de mise en page et d’encrage : la création bibliophilique faisait l’objet d’une enquête policière dont elle nous faisait partager les découvertes. Elle ne reculait devant aucun défi, dépouillant correspondances, archives d’éditeurs et autres fonds ésotériques pour comprendre les étapes qui avaient permis d’incarner un désir de beauté dans l’écrin d’une reliure précieuse. Échappant aux coffres des collectionneurs, aux fonds précieux des bibliothèques, aux vitrines des salles d’exposition, les livres redevenaient des objets vivants, les concrétisations sensibles de traditions, de savoir-faire, de débats et de quêtes esthétiques exaltées.

Parmi les nombreux dossiers qui synthétisaient ces recherches, elle avait entrepris une base de données réunissant tous les ouvrages illustrés publiés au tournant des XIXe et XXe siècles, véritable âge d’or du livre de luxe qui voit le renouvellement des formes anciennes de la bibliophilie grâce aux innovations tentées par des imprimeurs (Gillot, Lahure), des éditeurs (Lesclide, Pelletan, Vanier, Piazza, Quantin), des amateurs d’art (Uzanne, Carteret, les sociétés de bibliophiles), des revues (éditions de La Plume, de La Revue blanche, du Mercure de France), des galeristes (Vollard, Sagot). Sa famille nous a confié cette base pour la mettre à disposition du public, afin que ses travaux continuent à susciter des vocations et à aider les chercheurs en histoire de l’imprimé. Elle est désormais accessible à cette adresse : http://prelia.fr/baseluceabeles/

Cette base de données répertorie plus de 5500 ouvrages illustrés publiés entre 1839 et 1944. Chaque entrée a fait l’objet d’une description minutieuse de tous les aspects matériels de ces éditions : techniques utilisées, nombre et types d’illustration, tirage, imprimeur des estampes, prix de vente, date de parution des livraisons, papier, références bibliographiques (catalogues d’éditeurs, manuels de bibliophilie), présentation à des expositions… La base se distingue en outre d’autres bibliographies en réservant une entrée par exemplaire des ouvrages décrits. La provenance de chaque exemplaire, ses particularités (envois, insertion de lettres autographes, ajouts manuscrits, rehauts à l’aquarelle), sa localisation actuelle sont indiquées de manière systématique.

Nous tenons encore à remercier Marc et Judith Bormand pour la confiance qu’ils nous ont témoignée en nous permettant de mettre en ligne cet outil inestimable pour la communauté des chercheurs et des amateurs de beaux livres.

Journée d’étude Léon-Paul Fargue et les Médias (Nanterre, 30 mai 2017)

 

Journée d’étude Léon-Paul Fargue et les Médias

Salle des Conseils du bâtiment L (4e étage, L436) – Université Paris Nanterre

 

Organisée par

Julien Schuh, Université Paris Nanterre, et Pierre Loubier, Université de Poitiers

Mardi 30 mai 2017

À l’époque où Léon-Paul Fargue (1876-1947) fait, comme on dit, son entrée « dans la carrière des Lettres », l’activité des petites revues est intense et la Littérature est depuis belle lurette engagée dans son ère médiatique. Le jeune Tancrède y participe alors, avec un mélange de timidité et d’audace. Mais Fargue résistera longtemps aux tentations du grand public. La célébrité n’était pas son affaire, et il se voyait plutôt comme « l’homme de trois ou quatre poèmes par an ». Il aurait préféré rester le « subtil insecte du génie ». Bref, il n’était pas fait pour le commerce des Lettres et sa surface médiatique lui importait finalement assez peu.

Mais, comme l’a raconté son ami André Beucler, « il savait que pour occuper une haute situation dans le monde des arts et des lettres, vendre beaucoup de livres, ou de tableaux, toucher de bons cachets, être cité et photographié de façon ininterrompue, il faut avoir un nom, une légende et une activité[1] ». En effet, à partir des années Trente, Fargue semble découvrir que la Grande Presse et la Radio constituent à la fois des sources non négligeables de revenus, si l’on sait œuvrer et manœuvrer pour en tirer profit aussi élégamment qu’efficacement, mais représentent également des lieux où l’image de soi se diffuse le plus souvent sur le mode de la légende, ce qui permet d’apaiser certaines rancœurs et de réparer les accrocs faits à l’amour-propre.

Subsistance et aura : réduire les médias à cet office moitié alimentaire moitié légendaire aurait cependant l’inconvénient d’enfermer le poète dans la logique de trivialités assumées ou de stratégies concertées. S’il a, certes, plaisir à collectionner quelques billets de mille, fruit d’un travail alerte de la plume (l’œuvre « journalistique » de Fargue est considérable, et va du grave au frivole), s’il éprouve satisfaction à lire ses textes et voir son image (dans les journaux et magazines) ou entendre sa voix (à la Radio) circuler dans le Monde, s’il jubile de fréquenter des milieux dans lesquels étincelle sa conversation, Fargue reste un poète secret et pudique (« On dit : qu’il cache une partie de sa vie… ») qui entretient, donc, un lien ambigu avec le monde des médias, dont l’intelligence est de toute évidence « contraire à son rythme ».  « Il faut bien que l’on se montre, poète et gentleman pauvre, et que l’on se fasse croire, et que l’on se donne une importance de secours, sous peine de manger de la pierre meulière[2] », mais l’on est seul, toujours seul avec la poésie, l’écriture.

Après sa disparition, restent les traces, les archives, la mémoire des proches, la fidélité des amis. Fantôme occidental actif, Fargue vit alors une nouvelle vie : des émissions radiophoniques lui sont consacrées, il fait même apparition à la télévision[3]. La poésie continue.

En 1929, Beucler encore avait imaginé le développement d’une forme de cinéma de la vie intérieure : « Ce sera peut-être l’époque d’un art individuel et pour peu que l’appareil de prises de vues atteigne un prix raisonnable, nous pourrons acheter chez le cinélibraire les derniers films d’André Gide, de Paul Morand, de Fargue, de Mac Orlan[4] ». Ce cinéma poétique, Fargue l’aura finalement pratiqué toute sa vie, sans le savoir exactement – diorama d’états d’âme –   glissant d’image en image, de mot en mot, de voix en voix, avec l’aisance d’un danseur habité par la charge du merveilleux.

Programme 

Matinée (10h-12h30)

  • Julien Gabet : « Fargue et la Radio »
  • Bruno Curatolo : « Les émissions d’André Beucler sur Fargue à la Radio Télévision Suisse »
  • Anne Reverseau : « Les portraits photographiques de Léon-Paul Fargue dans la Presse »

Après-Midi (14h-17h)

  • Julien Schuh : « Fargue et les petites revues »
  • Barbara Pascarel : « Fargue et la grande Presse »
  • Sophie Robert : « Fargue et Marie-Claire»

Jérôme Prieur viendra parler de son film « Souvenirs d’un fantôme, Léon-Paul Fargue » série « Un siècle d’écrivains ». En présence de Laurent De Freitas (Archives Fargue) et de Roland Beucler (Archives Beucler).

17h30-18h30, même lieu

Assemblée Générale des Coludions (adhérents à la Société des Lecteurs de Léon-Paul Fargue)

Entrée libre et gratuite. Se renseigner pour le repas de midi.

Les communications seront publiées dans le bulletin Ludions n°17 en octobre 2017

[1] André Beucler, De Saint-Pétersbourg à Saint-Germain des Prés, Gallimard, 1980, p. 107.

[2] « Nuits blanches », Haute Solitude.

[3] Façon de parler, évidemment, car, sauf erreur, nous n’avons pas d’images animées de Fargue. Voir « Les heures chaudes de Montparnasse » de Jean-Marie Drot, 1960, et « Souvenirs d’un fantôme », Un siècle d’écrivains, de Jérôme Prieur, 1997.

[4] André Beucler, « Nous entrons dans l’ère du document », Pour vous, n°25, 9 mai 1929, article reproduit dans Plaisirs de mémoire et d’avenir (Les Cahiers de l’association André Beucler) n°5, 2015, p. 86-88.

Les architectes du livre : Modèles esthétiques et économiques du livre d’art entre 1870 et 1930 (Arsenal, 29 mai 2017)

Journée d’étude lundi 29 mai 2017

Bibliothèque de l’Arsenal

Les architectes du livre : Modèles esthétiques et économiques du livre d’art entre 1870 et 1930

Inscription obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, des amateurs issus de la critique d’art, de la bibliophilie, des milieux littéraires abandonnent la consommation passive pour devenir des producteurs de livres, inventant une nouvelle forme d’édition : la « bibliophilie créatrice » (Henri Béraldi). Cette journée d’étude souhaite contribuer à l’analyse de l’édition « amateur », telle qu’elle se met en place au tournant des XIXe et XXe siècles, à la jonction de l’édition industrielle, de la bibliophilie et des expérimentations avant-gardistes. Sélectionnant les textes, choisissant les illustrateurs, les graveurs, les imprimeurs, les papiers, les formats, des éditeurs tels Octave Uzanne, Richard Lesclide, Édouard Pelletan se substituent aux écrivains et aux artistes pour inventer une forme de « livre d’art ».

 

Sous la responsabilité d’Anne-Christine Royère (Université de Reims Champagne-Ardenne) & de Julien Schuh (Université Paris Nanterre / IUF)

9h30 Accueil

10h Introduction et hommage à Luce Abélès

Anne-Christine Royère & Julien Schuh

10h30 – 12h30 > Bibliophilie fin de siècle

Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale), Richard Lesclide : description d’une trajectoire

Marine Le Bail (Université Toulouse II-Jean Jaurès), La bibliophilie selon Octave Uzanne : un laboratoire pour le « Livre-Type encore incréé du XXe siècle »

Nicolas Malais (libraire de livres anciens et éditeur), Maurice Denis & le livre, entre révolution théorique et bouleversement esthétique

Discussion

Déjeuner

14h – 15h30 > Autour des arts décoratifs

Philippe Kaenel (Université de Lausanne), Le Livre pour toi, le livre pour moi : Marguerite Burnat-Provins (1872-1952), une artiste et une poète engagée dans les arts décoratifs

Pascal Fulacher (Imprimerie Nationale, Directeur de l’Atelier du Livre d’Art et de l’Estampe), Polémique autour de François-Louis Schmied : son véritable rôle dans le livre Art déco

Discussion

16h – 17h30 > Parcours d’éditeurs au début du XXe siècle

Carine Picaud (Bibliothèque nationale, Réserve des livres rares), Henri Piazza et « l’édition d’art »

Sophie Lesiewicz (Bibliothèque littéraire Jacques Doucet), François Bernouard, l’éditeur à la rose, architecte (d’intérieur) du livre ?

Serge Linares (Université de Versailles-Saint Quentin), Les éditions des Quatre Chemins : projets, réalisations, impasses

Discussion et clôture

Journée d’étude Ecrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880-1920), Padoue, 22 juin 2016

Università degli Studi di Padova

Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari

Université de Reims Champagne-Ardenne

 

ECRIVAINS ET ARTISTES DE LANGUE FRANÇAISE DANS LES REVUES ITALIENNES (1880-1920)

 

Journée d’Etude Internationale

 

Padova

22 giugno 2016

aula Diano

Palazzo Liviano

 

 

9.30

Saluto di Anna BETTONI

Direttore del Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari

 

10.00

Julien SCHUH (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Artistes et écrivains francophones dans la presse italienne de la Belle Époque : quelques investigations informatiques

 

10.30

Mario RICHTER (Università di Padova)

Apollinaire et Lacerba

 

Pausa caffè

 

11.45

Vincent GOGIBU (Université Versailles Saint-Quentin)

Gourmont-Canudo-Rimbaud dans les ‘Lettres italiennes’ du Mercure de France

 

12.15

Alexia KALANTZIS (Université de Cergy-Pontoise)

Les écrivains du Mercure de France dans les revues italiennes (1899-1901): Flegrea (Naples), Emporium (Bergame) et Rassegna internazionale della letteratura e dell’arte (Florence)

 

Pausa pranzo

 

15.00

Clément DESSY (University of Oxford)

Les symbolistes belges en Italie: passage en revue

 

15.30

Alessandra MARANGONI (Università di Padova)

Le Jules Romains de Poesia (1906-1908), le Péguy de La Voce (1910-1912)

 

Pausa

17.00

Damiano DE PIERI (Università di Verona)

« Je reviendrai à Paris » : Philippe Soupault dans la revue Poesia

 

17.30

Jean-François RODRIGUEZ (Università di Verona)

L’avant-garde littéraire et artistique autour d’Apollinaire dans Lacerba de Papini et Soffici (1913-1915)

 

 

Comitato scientifico

Alessandra Marangoni

Julien Schuh

Tutoriel: télécharger des volumes numérisés sur HathiTrust

Les bibliothèques américaines qui ont signé un accord de numérisation de leurs fonds avec Google ont décidé, devant les problèmes d’accessibilité des résultats dans Google Books, de construire leur propre plateforme d’accès à leurs collections. Cette plateforme, http://www.hathitrust.org/, est structurée comme un catalogue classique de bibliothèque, selon les règles de la bibliothéconomie, et permet de faire des recherches par auteurs, titres, genre, dates de publication… sans compter les recherches plein texte.
HathiTrust
Même les volumes encore sous droit peuvent être interrogés, ce qui permet par exemple de vérifier la pagination de citations, de repérer des occurrences… Il existe aussi une API permettant des interrogations complexes, mais elle ne couvre pour l’instant qu’une partie du domaine anglo-saxon (voir le post de blog de Ted Underwood).
Occurrences de terme dans un ouvrage sous droit.
Occurrences de terme dans un ouvrage sous droit.
L’accord avec Google limite malheureusement l’utilisation de cette plateforme: les volumes peuvent seulement être feuilletés ou téléchargés page à page (sauf si l’on dispose d’un identifiant d’une des universités partenaires); en Europe, suite aux procès intentés à Google par plusieurs éditeurs, tout ce qui pourrait potentiellement être encore sous droit n’est pas accessible, ce qui nous empêche d’accéder à la quasi-totalité des numérisations de revues en ligne, comme La Plume, La Revue blanche, mais aussi des revues plus difficiles d’accès comme La Vogue – une restriction qu’on regrette d’autant plus quand on voit que ces numérisations sont souvent de meilleure qualité que celles de la BnF: ce sont souvent les exemplaires originaux (et non les reprints) qui ont été numérisés, et  les couvertures ont souvent été conservées.
Heureusement, des outils existent pour accéder aux volumes, même en Europe. Le plus simple consiste à installer un plug-in pour Firefox qui permet de choisir entre différents proxys ; AnonymoX permet de choisir de se connecter comme un utilisateur américain et d’accéder à la totalité des numérisations dans le domaine public.
AnonymoX s'intègre à Firefox et permet de se connecter via un proxy américain.
AnonymoX s’intègre à Firefox et permet de se connecter via un proxy américain.
Pour télécharger les volumes, on peut utiliser Hathi Download Helper: il s’agit d’un programme Windows, mais on peut le faire fonctionner sous Mac avec un logiciel comme WineBottler.
HathiDownloadHelper
HathiDownloadHelper intègre des proxys qu’on peut utiliser en cochant la case « use proxy server », mais le logiciel n’a plus été développé depuis plusieurs mois et les proxys ne fonctionnent plus pour la plupart. Pour l’utiliser, il vaut mieux lancer au préalable un programme permettant de faire passer toutes les connexions de l’ordinateur par un proxy. Le plus simple à utiliser et le plus rapide en version gratuite reste CyberGhost ; il faut attendre quelques dizaines de secondes avant de pouvoir se connecter mais la connexion est très fiable.
Une fois CyberGhost en marche (en ayant sélectionné un proxy américain), on peut lancer HathiDownloadHelper: dans la première partie du logiciel, on copie l’adresse du volume qu’on souhaite télécharger et on clique sur « get book info »; une fois les informations récupérées, on peut sélectionner dans la deuxième partie la manière dont on souhaite télécharger le volume (il vaut mieux sélectionner le format images à 200%) et le lieu de sauvegarde puis cliquer sur « start download » (on pouvait auparavant télécharger également le texte océrisé des pages, mais les dernières versions d’HathiTrust ne permettent plus cette manipulation). On peut finalement fusionner toutes les pages en un seul fichier pdf dans la troisième partie du logiciel.

Pyllica: un outil de récupération automatisée de données sur gallica.bnf.fr

Les numérisations de Gallica sont devenues des outils essentiels pour toute recherche sur les périodiques du XIXe siècle, mais les conditions d’accès aux fichiers du site ne sont pas les plus pratiques qui soient, surtout si l’on souhaite récupérer la totalité des numéros d’un périodique par exemple. Pierre-Carl Langlais, qui vient de soutenir une thèse brillante consacrée à la « La formation de la chronique boursière dans la presse quotidienne française« , avait déjà analysé le problème et proposé un « scraper », un outil de récupération automatisée des fichiers textes de l’ancienne version de Gallica (voir son article « Peut-on faire du data mining sur Gallica ») permettant d’obtenir de larges corpus qu’on pouvait ensuite analyser avec des outils de statistique textuelle comme RTemis, Iramuteq, TXM, Tropes
Cette première version ne fonctionnait que sur des documents qui avaient fait l’objet d’une reconnaissance optique de caractères; depuis la mise en place de la nouvelle version de Gallica (que l’on avait pu tester sous le nom de Gallicalabs), cet outil ne fonctionnait plus.  Ayant besoin pour un projet d’un vaste corpus de revues numérisées sur Gallica, j’ai retroussé mes manches pour revoir le code original de Pyllica et proposer quelques outils supplémentaires, permettant par exemple de récupérer directement les images en haute qualité ou les pdf de n’importe quel document. Pierre-Carl Langlais a accepté de fusionner cette nouvelle version à Pyllica; elle est à présent disponible sur la page github du projet, où les étapes d’installation et les modalités d’utilisation des différents outils qui composent Pyllica sont exposées.  Je reprends ci-dessous ces éléments en rajoutant quelques images et explications.

 

Installation et usage

Pyllica est un programme en Python 3, qui fait appel à l’extension beautiful soup (plus d’informations par ici). Pour l’utiliser, vous devez avoir une version de Python à jour (cf. les recommandations officielles pour une installation sous Windows, Mac et Linux) et télécharger Beautiful Soup (sous Mac, avec la commande « $ pip3 install beautifulsoup4 » dans le Terminal – sous Windows, c’est un peu plus complexe).

Pyllica se compose de quatre outils:

  • Pyllicalabs permet d’extraire les fichiers en texte brut de numéros de périodiques qui ont été océrisés, selon une fourchette définie par l’utilisateur;
  • Pyllicalabspdf permet d’extraire les pdf de numéros de périodiques;
  • Pyllicalabsjpg permet d’extraire les pages d’un document sous forme de fichier jpg, tif ou png, avec une qualité définie par l’utilisateur;
  • Pyllicalabsjpgpress permet de faire la même opération pour des numéros de périodiques.

Pour chacun des outils, il y a deux fichiers: un fichier contenant le programme, et un fichier d’instruction (commençant par le mot « action »). Pour utiliser un outil, il suffit de placer les deux fichiers dans un nouveau dossier et de modifier le fichier d’instruction en fonction des livres ou périodiques que l’on veut télécharger.

dossier_pyllica
Un dossier prêt pour le téléchargement.

Sous Mac, s’il y a des problèmes d’encodage du texte au moment de l’utilisation des outils, il ne faut pas cliquer sur le fichier d’instruction pour le lancer mais démarrer IDLE depuis le Terminal ($ idle3) et faire Fichier > Ouvrir pour lancer l’action.

Pyllicalabs

On place les deux fichiers (pyllicalabs.py et actionpyllicalabs.py) dans un dossier, et on modifie le contenu du fichier actionpyllicalabs en fonction des numéros du périodique qu’on veut télécharger:

textpress(url="http://gallicalabs.bnf.fr/ark:/12148/cb32817642h/date", 
        title="lemoderniste", 
        year=1889, 
        month=5, 
        day=25, 
        item=52, 
        rate=7, 
        lastpage=11)

La fonction comprend les commandes suivantes :
url: on indique l’adresse sur Gallica de la page du périodique indiquant toutes les années disponibles (cette adresse doit finir par « date »).
title: on choisit un titre qui sera indiqué dans le nom du fichier.
year, month, day: la date du premier numéro qu’on souhaite télécharger.
item: le nombre de fichiers qu’on veut récupérer.
rate: le nombre de jours entre chaque numéro – cela fonctionne bien pour les quotidiens (on indique 1), les hebdomadaires (on indique 7); en cas de problème, on peut inscrire 1 et préciser dans « item » le nombre total de jours dans la période qu’on veut télécharger (par exemple, pour un an on inscrira 365), cela permettra d’être certain de télécharger tous les numéros, même si cela produit des erreurs (les dates sans numéros).
lastpage: avec la nouvelle version de Gallica, la numérotation des pages n’est pas importante, on peut laisser cet élément tel quel.

Une fois le fichier action modifié, on l’ouvre avec Python et on lance le script (sous Mac, Run > Run module).

La dernière version intègre des règles en cas d’exception: si l’outil ne trouve pas un des numéros (par exemple, si le périodique n’est pas disponible pour une des dates), un message avertit du problème mais le téléchargement des numéros suivants continue.

Pyllicalabspdf

Comme l’outil précédent, il permet de récupérer les fichiers pdf de périodiques; la méthode d’utilisation est la même.

Pyllica en action.
Pyllica en action: les pdf apparaissent dans le dossier.

Pyllicalabsjpg

La nouvelle version de Gallica utilise la norme IIIF, permettant de récupérer les images en haute résolution. Pour l’utiliser avec un document unique, il suffit de récupérer l’identifiant du document dans l’adresse de gallicalabs (ce qui suit ark:), par exemple: /12148/btv1b86000454/

On insère ces chiffres (en conservant bien les slash) dans le fichier actionpyllicalabspg.py au niveau de la variable « identifier », on choisit un titre (« title ») pour les fichiers de sortie et on sélectionne la première et la dernière page (attention, il faut choisir en fonction des numéros des vues et non de la pagination réelle du document). On place ce fichier et le fichier pyllicalabs3jpg.py dans le dossier de destination et on le lance avec Python.

On peut changer la résolution souhaitée en modifiant la fin de l’url dans le fichier pyllicalabsjpg.py (par exemple, full/5000/0/native.jpg au lieu de full/3000/0/native.png). On peut aussi récupérer les images au format png ou tif en remplaçant la mention « jpg » par « png » ou « tif » à la fin de l’adresse et du format de fichier créé:

for page in listpage:
        jpgfile = title + "_" + str(page) + ".png"
        url = 'http://gallicalabs.bnf.fr/iiif/ark:' + identifier + '/f' + str(page) + '/full/3000/0/native.png'
        urllib.request.urlretrieve(url, jpgfile)

Pyllicalabsjpgpress

Pour récupérer les images d’une série de numéros de périodiques, on part de l’adresse du périodique avec les dates:http://gallicalabs.bnf.fr/ark:/12148/cb34427442r/date et on supprime la fin de l’adresse « /date » pour l’intégrer dans le fichier actionpyllicalabsjpgpress.py dans la variable « url ».

Il faut ici tenir compte de la pagination; on peut gonfler le nombre de pages au cas ou certains documents comportent plus de pages, les erreurs s’afficheront dans le shell avant que le programme ne continue avec le numéro suivant du périodique. Par exemple, pour un journal de 8 pages, il vaut mieux indiquer 12 pages pour être certain que des numéros plus longs seront entièrement téléchargés.

N’hésitez pas à me contacter en cas de problèmes d’utilisation.

Séminaire « Montmartre ou la confusion des genres : Approche intermédiale d’un lieu mythifié (1871-1914) »

Sous la direction de Laurent Bihl (Paris 1, ISOR-CRHXIX) et Julien Schuh (URCA, CRIMEL, IUF).

2015-2016, Centre Universitaire de Troyes

Willette-LAlbum-no15-librairie-illustrée-Tallandier-1902-p.16
Willette, L’Album no15, librairie illustrée Tallandier, 1902, p.16

Notre projet de recherche concerne la Butte Montmartre comme lieu de rencontres, d’échanges et d’hybridation des courants esthétiques et politiques. En effet, la force folklorique de l’« esprit Chat noir » est telle qu’elle a occulté la plupart des démarches d’analyse critique comme double laboratoire des avant-gardes et de la culture de masse. Il s’agit dès lors d’expliciter le processus par lequel une culture d’avant-garde, celle de la communauté d’artistes résidant à Montmartre, s’est progressivement popularisée au point de devenir l’un des principaux pourvoyeurs d’images diffusées par les industries touristiques et culturelles. La confusion est d’abord celle des frontières et des hiérarchies esthétiques, qui mêlent l’art légitime et l’illustration populaire, la création d’avant-garde et le divertissement plus trivial. La publicité est au cœur de ces rencontres surprenantes, qui transforment en œuvre d’art des affiches, des lithographies ou des toiles initialement conçues pour la promotion des cabarets. L’étude comparée des lieux de sociabilité vécus – bistrots, cafés – et représentés permet de restituer la trace de la ville comme espace sensible. L’étude de l’univers sonore véhiculé par le genre satirique dévoile une pluralité de ressentis.

L’appréhension de ces lieux de sociabilité peut alors se concevoir dans la perspective de la ville comme espace sensible, du prolongement vers la rue, les terrasses, le refuge diurne ou nocturne auquel ils correspondent…

Rapport à la norme en même temps qu’à la subversion, arts plastiques, littérature, musique, théâtre, photographie ou jeune cinéma même se mélangent en un va-et-vient constant qui détermine l’apparition ou le renforcement de courants esthétiques novateurs. Fixation d’une nostalgie aussi, puisque ce sont des dessinateurs satiriques comme Albert Robida qui dénoncent le dépeçage de la ville par les promoteurs, initient un titre de presse comme Paris qui meurt et se voit chargé par la ville de concevoir un éphémère « Paris médiéval » en grandeur nature, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900.

Certaines manifestations charivariques réactivent un mode de désordre, de contestation ancrée dans le siècle et correspondent à une prolongation du trait satirique au cœur même de l’espace urbain. Le brouillage est aussi social, qui fait côtoyer sur la butte l’artiste déclassé, le voyou et le bourgeois encanaillé. Il est, de fait, moral (vice et vertu provisoirement confondus dans la figure de la cousette par exemple) et idéologique (anarchistes, antisémites et beau monde mélangés). C’est la notion de « culture partagée » qu’il s’agit de réévaluer aux réalités des multiples microcosmes sociaux, lesquels pouvant fort bien se côtoyer sans nécessairement se mêler, se comprendre ou même se remarquer. Enfin, Montmartre exerce une véritable force d’attraction sur les nombreux artistes venus de toute l’Europe pour y éprouver leur talent.

Ainsi, par l’inscription du genre satirique au cœur de l’espace urbain, nos intérêts portent donc sur la ville comme laboratoire de la modernité.

Nous comptons donc expérimenter des sources de nature diverse, aussi bien imprimées que graphiques. Mais nous avons aussi pour projet le décryptage des archives administratives, policières ou judiciaires, pour une compréhension globale des enjeux de réglementation en matière de presse et de structuration de la sphère publique. Les relations complexes entre l’image satirique et les couvertures de presse classique nous ont jusqu’ici amenés à connaître et à étudier la presse illustrée dans son ensemble, et ce sur une temporalité longue. Enfin, la définition d’un corpus large comprenant des sources épistolaires, sonores ou cinématographiques, ainsi que l’étude des représentations, ont exigé différentes approches méthodologiques qu’il s’agit dès lors de croiser, afin de mieux définir les enjeux épistémologiques d’une étude globale et interdisciplinaire de cette ambition. Il s’agit notamment d’avoir recours, outre les méthodes propres à l’histoire culturelle, à l’analyse sémiologique, la sociologie de la réception ou le maniement des outils statistiques.

Pour tout renseignement, nous contacter.

PROGRAMME
09 novembre 2015
Montmartre de 1830 aux années 1920.
14 décembre 2015
Avant-gardes, arrière gardes et culture de masse.
25 janvier 2016
Cartographier les plaisirs et les rêves.
08 février 2016
Presse et cabarets.

Programme du Séminaire du TIGRE 2015-2016

Dixième séminaire TIGRE (Texte et Image, Groupe de Recherche à l’École)

2015-2016

Lire les livres et les revues comme des objets culturels

 En examinant le rapport entre les textes et ce qui les entoure (ornementation, illustration, hors-textes, albums), ce séminaire considérera les livres, les revues et les estampes comme des objets culturels parlants et complexes en Europe portant en eux «les bornes de leur possible réception», selon le mot de Roger Chartier concernant les livres (Pratiques de la lecture, 1985:79). En partant de la matérialité et des relations intersémiotiques, il réfléchira aux usages et aux publics. Le séminaire encourage en effet le dialogue entre plusieurs disciplines (littérature comparée, histoire de l’art, histoire, médiologie et études culturelles) et fait place à la lecture et à l’interprétation des imprimés de facture mixte. Il accueillera cette année des études sur des objets et des figures variés, mais parlants, et leur circulation en Europe, et fera place à la manière dont ils sont transmis, lus, relus et retravaillés à travers différents supports et moyens, que ce soit dans des éditions et des tirages de luxe ou dans la presse imprimée.

Le séminaire ne se limitera pas cette année à la période fréquentée habituellement, les XIXe et XXe siècles, et proposera quelques incursions dans les siècles antérieurs de manière à confronter les pratiques et les hypothèses.

Séminaire bimensuel et inter-universitaire de recherche, ouvert aux étudiants et aux élèves de l’ENS à partir du Master. Début : 10 octobre 2015, fin : 16 avril 2016.

Douze séances de 2h, à l’ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris. Validé au titre du second semestre (3 ECTS).

Animé par Évanghélia Stead (UVSQ, CHCSC), contact : evanghelia.stead@uvsq.fr.

Séances prévues : 10 et 17 octobre, 7 et 21 novembre, 5 décembre 2015, 6 et 20 février, 12, 19 et 26 mars, 2 et 16 avril 2016.

Le séminaire se tient le samedi matin, 11h-13h.

Salle : Simone Weil (sauf indication contraire)

10 octobre : Ouverture du séminaire : des études binaires aux livres objets culturels

Évanghélia Stead (UVSQ, CHCSC) : «À propos d’une recherche récente : Comment Faust voyage-t-il avec des images ?»

17 octobre : Livre et périodicité en Europe centrale

Hélène Martinelli (docteur Paris IV-Université Aix-Marseille), «Formes totales et périodiques du livre chez Alfred Kubin, Josef Váchal et Bruno Schulz»

7 novembre : Matérialité, lecture et réception (salle Dussanne)

Roger Chartier (Collège de France), «Matérialité du texte et horizon d’attente : concordances ou discordances?»

21 novembre : Lire les livres d’apparat (salle info 1) 

Jean-Marc Chatelain (BnF, Réserve des Imprimés) : «Le livre d’apparat au XVIIe siècle»

5 décembre 2015 : La Belle Époque des périodiques illustrés

Julien Schuh (IUF, Université de Reims, CRIMEL): «Objets culturels récurrents dans les périodiques illustrés européens de la Belle Époque»

 

6 février : Avant-garde et grande circulation

Céline Mansanti (Université Jules-Verne, Amiens) : «Life (New York, 1883-1936), objet culturel non identifié : Représentations et diffusion du modernisme américain et européen dans une revue “mainstream”»

20 février : Sous l’angle de l’histoire de l’édition

Jean-Yves Mollier (UVSQ, CHCSC) : «Le livre objet culturel, vu de ses éditeurs»

12 mars : Éditions clandestines en Europe centrale

Agnieszka Grudzinska et Xavier Galmiche (UFR d’études slaves, Paris-Sorbonne ; UMR Eur’ORBEM) : «Les livres du “samizdat” (éditions clandestines et parallèles) : objets publics / objets privés –  « Pro captu lectoris habent sua fata libelli »»

19 mars : Lire un auteur médiéval à travers le temps

Guyda Armstrong (Manchester University) : «The many lives of Catherine of Siena» / «Les vies nombreuses de Catherine de Sienne»

26 mars : Déchiffrer/comparer les périodiques illustrés

Philipp Leu (doctorant UVSQ, CHCSC) : «Vulgarisation artistique ou élitisme culturel ? Les traces matérielles de l’idéologie éditoriale de Jugend (1896–1940) et de Pan (1895–1900)»

2 avril : Poétique des manuscrits

Serge Linarès (UVSQ, CHCSC), «Lire la poésie manuscrite»

16 avril 2016 : Littérature et estampes

Nathalie Ferrand (CNRS), «Rousseau et l’estampe»

Le Cercle de la Butte (3): La Butte dans Le Décadent et Le Tintamarre

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, quelques mentions du cercle dans Le Décadent de Baju – la plupart des contributeurs du périodique fréquentaient la société présidée par Alexis. Le Tintamarre, dont la rédaction assistait aux soirées de La Butte, mentionne également fréquemment les activités du cercle.]

Un Parisien, « Autour de la Place Pigalle : À la Butte », Le Décadent, n° 6, 15 mai 1886.

Il y a encore dans Paris, dans le Paris artiste des coins rares il est vrai, où l’on cause, où l’on rit, où l’on peut être spirituel et gai, où l’on a le droit d’être poète et d’être fou.

Si vous avez commis un sonnet quelconque en rêvant d’un idéal aux yeux bleus et noirs, si vous avez dans un moment d’inspiration, jeté sur la toile, un peu de couleurs qui parvienne à faire un tableau, si cela même peut arriver, vos hallucinations se sont transformées en sonates ou en nocturnes, si vous avez eu l’audace d’écrire une comédie, de griffoner une opérette, ou bien, chose monstrueuse, si vous vous êtes rendu coupable de cinq actes en vers, allez au Cercle de la Butte, et vous y serez reçu, [v]ous y serez aimé, et vous y serez chez vous.

Vous y trouverez des femmes âgées charmantes, d’une mansuétude de bonne maman ; des femmes plus jeunes, artistes jusqu’au bout des ongles, gaies, rieuses, spirituelles et n’ayant, de pruderie que juste ce qu’il en faut pour arrêter l’insolence, puis enfin de toutes jeunes, gracieuses et élégantes, qui mettent dans l’assemblée la note sonore de leur rire perlé et la lueur douce de leur dix-huit ans ensoleillés.

Noro vous recevra, comme il sait recevoir, dans ce coin charmant, son atelier, encombré de toiles et de bibelots.

Vous serez assis comme vous pourrez, vous lirez ou réciterez ce que vous voudrez à moins que vous préfériez entendre Roinard, Malatôt, Buisson et les autres. Vous y causerez avec Paul Alexis, vous y rirez avec Mme P… une femme charmante dont j’ai gardé un souvenir qui semble rire en mon cerveau.

Vous pourrez avoir de l’esprit sans qu’on démarque vos mots. Mais… mais… mais ne faites pas de calembourgs car on les paye. Un sou, les spirituels ; dix centimes les bons ; quinze les mauvais ! Voyez, Caisse !

Ou plutôt, tenez, faites en beaucoup, énormément, faites en trop ; car, on n’a rien trouvé de meilleur encore que les choses qui coûtent cher, même quand elles sont mauvaises.

La Linotte Décadente, « Papotages littéraires & artistiques », Le Décadent, n° 7, 22 mai 1886.

« La septièmes soirée mensuelle du Cercle artistique et littéraire : la Butte, vient de se passer d’une façon brillante.

Cette petite fête était présidée par Paul Alexis, l’auteur du nouvel ouvrage : Sur la Butte. »

« Un charmant journal vient d’éclore avec cette audacieuse devise : tout pour Montmartre. Je veux parler du Montmartre illustré dirigé par l’ami H. Mayence »

Le Décadent, n° 14, 10 juillet 1886.

LA BUTTE

Cercle Littéraire et Artistique — tous les samedis soir chez Noro 13 rue Ravignan.

Ordre du Jour : De l’Art (et Montmartre avant tout).

Georges Hugon, « Papotages littéraires & artistiques », Le Décadent, n° 20, 21 août 1886.

Samedi dernier, le Cercle « La Butte » donnait sa soirée mensuelle durant laquelle ont manifesté bon nombre de talent divers, jeunes ou mûrs.

Remarqué au hasard du monocle : quelques dames charmantes, une entre autres — Madame Noro, je crois — qui déclama avec assez de goût un monologue banal; le poète Roinard, dont le volume Nos plaies récemment…. imprimé a fait le tour de l’assistance ; Brousseau, Malato de Corné, Schiroky, Randon, Gouzien, etc. ; la Rédaction du Tonneau de Diogène, celle de la Butte-Montmartre ; les peintres Noro, P. E. Dufour ; enfin nos collaborateurs Louis-Pilate de Brinn’gaubast et Paterne Berrichon.

De bonnes choses entendues parmi des puérilités qui dénotent cependant un effort appréciable vers l’Art : La lettre posthume d’une Blasée de Roinard, un Sonnet insolent de Brin’gaubast.

Notre secrétaire de la Rédaction aimablement prié de dire quelque chose, a commis la détonation de son sonnet Pudeur de mièvre dont la cependante clarté parut opaque.

Il se réserve de mériter son pardon dès la première soirée en apportant la Grève des Forgerons, qu’il lira si on le lui permet.

Georges Hugon, « Papotages littéraires & artistiques », Le Décadent, n° 23, 11 septembre 1886.

On nous annonce qu’il vient de se fonder, dans le dix-huitième arrondissement, une société d’histoire et d’archéologie ayant pour objet la recherche et la conservation des anciens monuments, les souvenirs historiques et les curiosités artistiques, pittoresques et anecdotiques de Montmartre, Clignancourt et la Chapelle.

Le comité du « Vieux Montmartre » c’est le titre de cette société, se compose de vingt-quatre membres entre autres MM. Bin, Lamquet, Wiggishoff, Simonneau, Louis Lucipia, Devé, etc.

Se cache-t-elle, cette société, derrière la butte ?

Ou, est-ce la Butte qui se cache derrière elle…

Monsieur Noro ?

Désiré Luc, « À Montmartre », Le Tintamarre, 5 décembre 1886

La Butte, le cercle artistique et littéraire de Montmartre, vient de donner un punch, en l’honneur de son premier anniversaire.

Baju, le fumiste du Décadent, n’y assistait pas.

Cette absence était d’autant plus regrettable que MM. Malato et Pradet avaient confectionné à son intention un à-propos plein d’esprit intitulé : Le Viol. Dans ce drame vermifuge, en un acte (notarié) et quatre tableaux, la scène où l’orthographe se plaint d’être constamment violée par Baju, est d’un comique irrésistible.

Oui, dit-elle en substance, il m’a lâchement violée, moi, et ma sœur aînée, la Grammaire, et mon frère, le Style, et toute ma famille, jusqu’à mon autre sœur, une sainte celle-là, la Synt…axe !

Troublot, qui, en sa qualité de président effectif de La Butte, était présent en compagnie de la superbe Dédèle, a applaudi à tout rompre.

Les pompiers n’assistaient pas à la représentation. Mais la municipalité, son maire en tête, M. Émile Bin, l’aimable président d’honneur, s’était fait largement représenter.

Le Paris-Montmartre avait délégué M. Petit.

Le sympathique M. Goyard, de la Lorgnette, nous avait gratifié de sa présence.

Le Tintamarre ne pouvait manquer à la noce. Nous y étions à trois, dont J. Pausader et Gaston Bertrand.

Après une polka échevelée conduite par Trublot et Dédèle, l’inimitable Willette, le peintre fantaisiste, coiffé de son auréole naissante, a entraîné toute l’assistance en une farandole abracadabrante. Si Boireau eût été là, au milieu de nos jolies dames, il se serait bien sûr écrié :

« Que c’est comme un bouquet de fleurs ! »

Le Cercle de la Butte (2): Une pièce sur Baju et le Décadent

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, deux autres articles de Paul Alexis sous le pseudonyme de Trublot; le premier décrit une soirée de La Butte; le second est particulièrement intéressant par son résumé d’une pièce jouée lors d’une soirée privée pour fêter la première année d’existence de La Butte, écrite par Malato et Pausader, deux futurs anarchistes qui faisaient alors partie du cercle. La pièce, intitulée Le Viol, décrit tout simplement, sous le nom transparent de son protagoniste, Juba, et de son journal, Le Putréfié, la fondation du Décadent de Baju]

Trublot, « A Minuit », Le Cri du Peuple, 5 mai 1886.

La quatrième soirée mensuelle littéraire du Cercle « La Butte », vient d’être très brillante :

M. Pausader a lu une étude sociale intitulée : Fille, puis Gréviste, paru au Tintamarre.

M. Malato : Sauvage noir et sauvage blanche, Incohérence !

M. Désiré Luc : Veufs ! et l’Éternelle Idylle.

M. Randon : Barbusson et les Larmes !

M. Roinard : Le Moulin sinistre, Pantoum, Sans asile, À Dieu, s’il existe !

M. Randon a déclamé : La Mionotte de Richepin et une poésie de Gaillard.

M. Schiroky a lu Don Quichotte. Présents : 35 membres. – La Butte prend tous les jours de l’extension, et a quèque chose dans le ventre.

Trublot, « A Minuit : Le Viol », Le Cri du Peuple, 23 novembre 1886.

Une première sur la Butte !!! Hein ? v’là qui n’se voit point tous les jours.

Et ça s’est vu, pourtant, samedi soir, dans une salle, chez Dorémus, et sur une vraie scène, avec des portants, des coulisses, et un rideau s’ouvrant d’droite à gauche au lieu qu’ça soit d’bas en haut. Quant à l’orchestre, y était bien girond l’orchestre, car y était remplacé par une pianiste d’vingt ans, la gentille Mme P…, tout nouvellement mariée, qu’est la fille au peintre Véron, une notoriété de Montmartre.

Et l’public, donc ? Oh ! pas c’bourgeois et faisandé public des pr’mières qu’l’univers nous envie, mais d’la jeunesse, d’l’intelligence, et côté des dames d’la vraie beauté, fraîche et bon teint. Entre toutes, Mlle Lasellaz, la fille aînée du peintre, ravissante en sa robe claire qu’imitait le vieux cachemire et en jolis ripattons découverts laissant voir ses mignons pieds de douze ans. Côté des hommes, outre le ban et l’arrière-ban de la Butte artistique et littéraire, fêtant son anniversaire, faut citer parmi les notabilités conviées : l’dessinateur Villette, M. Bio, artiste peintre, invité non parce que mais quoique maire d’Montmartre, Paul Signac, Paul Alexis, etc., etc. Le Paris-Montmartre se trouvait représenté, sans compter le Tintamarre et le Cri.

D’vant c’t assemblée d’élite a été représenté : Le Viol, drame comico-lyrique, non visé par la Censure, en 4 actes, par MM. Mala… de Corné et P… « calembourg… des de M. Louis Gaillard, disait l’affiche, décors de M. Pausader, chœurs sous la conduite de M. G. Randu de St-Amand »

J’vous certifie qu’tous les cœurs – et les chœurs aussi – f’raient tique taque, quand, l’ouverture jouée, on a frappé les trois coups.

Puis-je vous donner une idée d’cé Viol ?… j’l’peux, la morale m’y autorise.

C’te grande comédie-drame aristophanesque, pas plus mal charpentée qu’une autre, et bourrée d’scènes fort réussies et d’un nombre plus considérable encore d’« scènes à faire », m’semble évidemment appelé, avec quéque r’touches, à faire les beaux soirs d’une scène importante. Sans trop la déflorer, révélons qu’y s’agit d’la blague d’toute une prétendue littérature nouvelle, personnifiée par un journal : Le Putréfié.

Le premier acte se lève sur un décor très réaliste : un coin du « Mirli », (du café le Mirliton, pour les ceusses qui sont pas d’Montmartre). Deux heures du matin : température 14° au-dessous de zéro ; bocks à huit sous et voix dans le fond. Un consommateur, Juba, est seul d’vant une haute pile d’bocks à régler, rien qu’avec dix-sept pelos dans la profonde. Qu’faire ?

Entr’alors une consommatrice opulente d’formes, la Butte admirablement jouée par M. Bouchu. Bonne fille et chaste, – quoique butte il y ait – celle-ci refuse l’amour d’Juba, mais lui ouvre un œil illimité chez l’patron du Mirli. V’là Juba qui conserve ses dix-sept ronds.

Y s’augmentent d’dix-sept autres, ces premiers dix-sept pelos, dans un second acte des plus réussis, après une scène où Juba serre la cravate à un capitalisse attardé au carrefour des écrasés. « Dix-sept et disx-sept font trente-quatre : Tiens ! la fortune !… J’fonde un canard ! » s’écrie-t-il.

Au troisse, l’clou. Du Shakespearien ! Le Putréfié, arrivant au milieu d’une époque d’décadence a fait florès. Y est monté à une vente assurée d’vingt-huit numéros, et y a son imprimerie à lui, avec une table et tout c’qui faut pour écrire à lui, et un plumard d’camp à lui, où, l’canard sous presse, Juba, vainqueur, pionce comm’ qui dirait sur l’champ d’bataille.

Mais, dans sa veine, l’infortuné a des cauch’mars. C’sont la Grammaire, la Syntaxe, l’Orthographe, la Ponctuation, et un tas d’autres malheureuses qu’y a violées (sans compter eul’ Bon-Sens, et eul’ Goût, horreur ! deux loupiots !), qui viennent hanter ses nuits. Puis, par d’ssus tout, c’est c’te solide et généreuse providence, la Butte, qu’il aime toujours d’un amour sans espoir, sans avoir jamais pu la r’trouver.

Enfin, le quatre est l’plus palpitant. Juba, à qui son soiriste théâtral affirme qu’la Butte fréquente l’Moulin d’la Galette, veut monter un soir chez Debray. Mais, en passant par la rue d’Orchamp, patapoum ! l’pied lui glisse et y pique une tête dans l’trou béant d’puis six mois là haut et preuve évidente d’une certaine décadence souterraine. Fin tragique d’Juba, qui, dans la mort, la possèdera enfin p’t-être, la Butte. Et, en tombant, le bouillon du Putréfié, qu’y portait dans la poche d’derrière d’son alpag’, suffit à boucher eul’ trou. Au milieu d’la rue d’Orchamp à jamais consolidée, à la hauteur du Chalet-Suisse tenu par Delicati.

La Grammaire, la Synthaxe, l’Orthographe, la Ponctuation et quèques autres, ainsi que l’Goût et l’Bon-Sens, dansent un quadrille joyeux afin d’se refaire une virginité.

Un écrasant succès en somme. « La Butte, artistique et littéraire », a bien célébré son anniversaire. Francisque n’y était pas – pour une bonne raison : on n’avait point daigné l’inviter.

Le Cercle de la Butte (1): Trublot [Paul Alexis] dans Le Cri du Peuple

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, société montmartroise où se croisèrent entre 1885 et 1887 naturalistes, décadents, symbolistes et anarchistes qui allaient bientôt fonder les principales revues de ces mouvements, voici quelques témoignages d’époque consacrés à la genèse de ce cercle. En premier lieu, deux articles de Trublot, alias Paul Alexis, qui décrit dans le « Figaro socialiste » de Vallès, Le Cri du Peuple, la naissance de la Butte.]

Trublot, « A Minuit : La Butte », Le Cri du Peuple, 25 novembre 1886.

[Reproduit en partie dans Paul Alexis, Naturalisme pas mort ; lettres inédites de Paul Alexis à Émile Zola, 1871-1900, présentées et annotées avec de nombreux documents par B.H. Bakker, Toronto, [1971], p. 497-498.]

« La Butte » est une société naissante, en formation — non ! j’me trompe, déjà formée, puisque, c’te semaine, un projet de statuts va être soumis à l’approbation obligatoire de la préfectance ; un premier noyau existe déjà : peintres, sculpteurs, musiciens, poètes, journalistes, jeunes gens et des deux sexes, s.v.p. ! Oui, p’faitement ! Ça gâte rien, et au contraire, la présence du beau sesque.
L’but de « la Butte » est bien simple : galvaniser la butte, — c’est-à-dire Montmartre, — c’est-à-dire Paris, par suite, et l’monde entier. C’est faire d’la littérature, de l’art et d’la vie intelligente : ouvrir des expositions libres, donner des fêtes publiques, des r’présentations théâtrales, des bals, des concerts, des conférences, créer des concours et des bibliothèques, — enfin c’est s’amuser d’toutes les façons, mais chouett’ment, dans l’sens l’plus complet et l’plus élevé du mot. Hein ! l’programme est large.
Un article des statuts porte qu’« les discussions politiques et religieuses sont bannies. » Possible ! Faut pas effaroucher, tiens ! Mais l’fond des choses est que, à côté — non en face ! — de c’te lourde, coûteuse et attristante création, l’église du Sacré-Cœur, un autre édifice, d’jeunesse vivante, lui, et d’protestation joyeuse, va sortir du sol, sans subsides, par une sorte d’génération spontanée. Eh ! qui vous dit que ceci n’est point appelé à tuer cela ?

Donc, l’aut’ soir, pas plus tard qu’samedi dernier, Trubl’ a été convoqué à la s’conde réunion préparatoire d’la société nouvelle. J’ai pas manqué d’m’y rendre et j’ai point r’gretté ma démarche, allez !
La rue Ravignan est une des plus audacieusement escarpées, qui escaladent la Butte-Montmartre. Le n° 13 de c’te rue est une maison bien typique, contenant onze ateliers d’artistes. Une vraie colonie, quoi !
C’est dans un d’ces onze ateliers, — c’lui de M. Jean Norogrand, encombré de ch’valets, aux murs r’couverts d’toiles, d’plâtres, etc., qu’se t’nait la p’tite séance.

Un bon type et joliment sympathique, Jean Noro, qui mérite un bout d’crayon. D’origine italienne, très brun, maigre comm’ Don Quichotte, quarante ans à peine. Possède un gosse dans les douze ans, gentil comme tout. Ancien fédéré, a pu, au dernier moment, gagner l’étranger, où sa femme est venue l’r’joindre, après avoir passé vingt-cinq jours, elle, dans les prisons d’Versailles. Un vrai cauch’mar, qu’ces vingt-cinq jours ! Mme Noro s’souvient qu’d’une chose : en ces vingt-cinq jours, quatre-vingts d’ses compagnes d’captivité dans une position intéressante, ont avorté.
Jusqu’à l’amnistie, Jean Noro a voyagé, vivant d’son pinceau, en Italie, en Suisse, en Turquie. Y connaît Constantinople comm’ la poche et sa conversation est des plus attachantes. A portraicturé des sultanes dans leur sérail, — l’veinard. Et pas seul’ment peintre, maniant encore l’ébauchoir à ses heures, en amateur, mais bien. Il travaille à un buste de Courbet, qu’est joliment r’semblant. Y manie la plume aussi : auteur d’la Bouche de la Vérité, un intéressant p’tit bouquin racontant des scènes d’la vie romaine pigées d’après nature.

Enfin, j’vous dis qu’ça : Trubl’, qui s’méfie d’ordinaire d’ces p’tites fêtes, a point r’gretté d’être allé au 13 d’la rue Ravignan, accompagné de M. Lasellaz, un autre peintre d’talent, qu’a aussi son atelier dans la maison ; c’est l’éventailliste bien connu, dont les dames d’la haute s’arrachent les poétiques et aériennes compositions.
On était bien trente, dont quatre citoyennes : Mme L. Martane, qui t’nait la sonnette d’présidente ; Mme Émilie Saint-Hilaire, qu’a raconté l’histoire d’un perroquet et d’un vicaire ; plus deux jolies p’tites brunettes, inconnues, avec des yeux grands comm’ ça.
MM. Léo d’Orfer et Noro ont récité des vers, trop courts, M. Aisnery a lu Rosette comédie en un acte, un peu longue, ce qui n’a pas empêché MM. Alix, Pan aver [Pausader ?], Bellanger, Lefebvre, Chambon, Houssemaine, Buisson, Coster d’applaudir à tout rompre. L’intelligent et actif secrétaire de « La Butte », M. Mayence, a vivement intéressé par l’récit d’ses premières démarches pour créer, au printemps, une fête foraine à la rue Caulaincourt et pour installer tout d’suite une exposition artisque, soit dans le bas-Montmarte, soit (projet moins pratique, quoique séduisant) tout en haut, à côté du Sacré-Cœur, afin d’profiter des pèlerins, — en les débauchant, tiens ! en les convertissant à l’art et à la vie.

Soudain, vers minuit moins vingt, toc toc, à la porte d’l’atelier. Jean Noro ouvre et entrent trente-cinq membres d’une autre société, « la Bohème d’Montmartre » qui fusionne séance tenante avec « la Butte ». On s’tasse comm’ on peut. L’vaste atelier d’vient trop p’tit, mais ça va bien.
J’vous dis qu’la Butte a quèqu’chose dans l’ventre?

Trublot, « A Minuit : Trois p’tites premières », Le Cri du Peuple, 14 décembre 1886.

[Cité en partie dans Paul Alexis, Naturalisme pas mort, op. cit., p. 327.]

À c’te Butte, autr’ p’tite pr’mière !
Sam’di soir, pendant l’plus fort de la bourrasque, sous l’ruissell’ment d’la pluie diluvienne qui f’sait un boucan infernal sur la vaste baie vitrée d’un atelier d’la rue Ravignan, d’vant un toutou, un gosse, une dizaine d’Dédèles et une cinquantaine d’membres ou d’invités, peintres, poètes, journalisses, tous Montmartrois au moins d’cœur, M. Paul Alexis a lu Mademoiselle Pomme, c’te infortunée farce d’Duranty qu’eul’ théâtre Déjazet en 1857, du temps d’Déjazet elle-même, r’fusa — en deux actes ; puis, qui, vingt ans après, mise en un acte avec l’approbation d’Duranty, par c’lui qui l’a lue l’autr’ soir, a été r’fusée deux fois par MM. Briet et Delcroix, puis « platoniquement reçue » à Cluny en 1882 par M. Maurice Simon, et à Déjazet en 1886 par M. Boscher. C’qui, d’ailleurs, a permis à Mlle Alice Reguault d’faire paraître chez Ollendorff — en toute innocence, j’me hâte de l’dire — un roman intitulé… j’vous l’donne en mille… intitulé : Mademoiselle Pomme !!!

Eh bien, pas d’chance jusqu’au bout, eul’ pauv’ Duranty ! Non, jamais d’chance, même maint’nant qu’y est couché d’puis six ans au cim’tière d’Cayenne !
Sam’di soir, à la Butte, l’lecteur d’c’tte piécette était enrhumé, et la pluie ruiss’lait sur la baie vitrée, et eul’ toutou énervé par l’orage (ou n’étant autre) l’têtu qu’Francisque ou Gugusse, déguisé en toutou café au lait a eu subite l’choléra, c’qu’a absorbé eul’ gosse et deux ou trois gosselines.

Nonobstant ces malchances, tout l’reste d’c’public intelligent a écouté d’abord avec respect, puis rigolé à ventr’ déboutonné, enfin vigoureus’ment applaudi l’flanche. Et, séance tenante, la Butte, artistico-dramatico-littéraire, a décidé à l’unanimité qu’elle allait soit louer une salle ad hoc, soit construire une scène dans son local habituel, afin d’pouvoir monter et jouer Mademoiselle Pomme après eul’ carnaval.
La distribution des quatre rôles d’hommes et des deux rôles d’femmes est déjà faite, entr’ membres féminins et virils d’la Butte.
Et, l’grand jour, avec tout’ la presse théâtrale, pontifes, d’mi pontigs et soireux, M. Boscher, directeur du Théâtre-Déjazet, s’ra invité, parbleu ! Et y s’rendra compte !

Anatole France, un mythe littéraire selon Pierre Quillard

[Dans un compte rendu humoristique publié dans le Mercure de France de novembre 1891, Pierre Quillard, tout en ironisant sur l’abondance d’Anatole France, livre malgré les apparences une réflexion sur les conditions de la création littéraire à une époque d’industrialisation et de médiatisation de la littérature, où l’on peut voir fleurir de véritables entreprises de production romanesque comme celle de Willy.]

Pierre Quillard, « Journaux et Revues », Mercure de France, t. III, n° 23, novembre 1891, p. 315-316 [En ligne sur Mercurewiki].

Un journal que son incontestable austérité devrait garder contre les plaisanteries, Le Temps, est victime depuis plusieurs années déjà d’une mystification littéraire qui n’est plus douteuse pour personne, après la lecture des numéros portant les dates des 12, 16 et 23 septembre, 6, 7 et 8 octobre 1891 :M. Anatole France n’a jamais existé ; ce nom, comme celui d’Homère, représente une collectivité d’écrivains.
Jusqu’ici les ouvrages publiés sous cette raison sociale pouvaient en somme faire croire à l’existence réelle d’un habile diascévaste qui aurait arbitrairement mélangé des mystères écrits en latin archaïque, au cours du moyen-âge, par une religieuse allemande, quelques contes de M. de Voltaire, la Tentation de saint Antoine, et le Banquet d’Alexandrie et la Légende de saint saint Hilarion de Louis Ménard. La Vie Littéraire, publiée chaque samedi dans le Temps, présentait déjà un caractère moins homogène; et il était difficile d’assigner au même auteur dès pages exquises sur la poésie, de médiocres chroniques à propos de romans féminins sans valeurs, et d’ennuyeuses études touchant le monde parlementaire et Louisphilippard cher à M. Bardoux. Seule une constante habitude de la perfidie la plus délicate donnait quelque unité à ces articles hebdomadaires. Si bien que M. Jules Huret, d’ordinaire mieux informé, se laissa prendre comme les autres et crut interviewer quelqu’un qui était M. Anatole France. C’est précisément un menu fait emprunté à cette conversation qui, rapproché des notices sur les Jeunes Poètes, nous a permis de découvrir la supercherie. Le Monsieur chargé ce jour-là de s’appeler Anatole France avait déclaré à M. Huret qu’il connaissait bien Jean Moréas, mais point du tout ses émules, et voici que, peu de semaines après, un long catalogue de jeunes poètes est publié sous ce même nom avec de savantes gloses : lectures et commentaires impliquent un travail auquel aurait à peine suffi, en dix ans, la patiente congrégation de Saint-Maur. Les opinions les plus contradictoires s’y heurtent : ainsi Paul Verlaine, jadis proclamé le plus grand poète du siècle, descend au rang de violon criard, et J. M. de Hérédia, ailleurs fort dédaigneusement traité, reprend la place qui lui est due. En outre, le catalogue est en même temps surabondant et incomplet : on y trouve des poètes presque inédits, et d’inexplicables oublis sont à regretter. L’un d’eux, surtout, montre bien que nous ne sommes point en présence d’une œuvre raisonnée et conçue par un seul ouvrier : Ephraïm Mikhaël, qui, en sa courte vie, chanta tant de beaux poèmes admirés également par ses aînés et par ses pairs, est tout à fait passé sous silence; louer les morts coûte peu cependant aux plus envieux des vivants, et la sagesse aurait suggéré à n’importe quel critique travaillant sur un plan déterminé de ne point oublier quelqu’un qui fut au premier rang parmi les jeunes.
De ce qui précède, il appert clairement que M. A. France est un personnage mythique et collectif : il est impossible en effet d’attribuer à un seul homme, si heureusement doué qu’on le suppose, autant de contradictions, de défaillances et de palinodies. La dernière manifestation de cet être imaginaire parait provenir de quelques scribes romans que la crainte de cruelles rimes induisit à beaucoup de politesse envers Laurent Tailhade, et la haine sagace de la bonne littérature à beaucoup de malveillance pour Henri de Régnier.