Tous les articles par Julien Schuh

Base de données de livres illustrés (1839-1914) par Luce Abélès

La journée d’étude consacrée aux « Architectes du livre » a été l’occasion de dévoiler la mise en ligne de la base de données sur le livre illustré conçue par Luce Abélès, à qui cet événement était dédié.

Longtemps rattachée au Musée d’Orsay, c’est en organisant de nombreuses expositions mettant en lumière les relations entre les écrivains et les artistes (autour de Manet, de Champfleury, de la bohème montmartroise…) que Luce entama un travail de recherche de longue haleine consacré au livre illustré. La bibliographie de ses travaux témoigne de l’ampleur de ses connaissances dans tous les aspects de la culture du beau livre au XIXe siècle : sociologie, bibliographie matérielle, histoire de l’art, de la littérature, de la presse, des techniques y sont convoquées dans une vaste entreprise d’exploration de l’histoire des rapports entre les textes et les images.

La passion de Luce était communicative. La matérialité des livres, leurs méthodes de production, les détails techniques de leur fabrication n’avaient pas de secret pour elle, et elle savait transmettre à ses lecteurs sa fascination pour la genèse des ouvrages illustrés. Par-delà l’émoi esthétique provoqué par ces objets artistiques, elle était capable de dégager patiemment, en archéologue bibliophile, toutes les strates historiques emmagasinées dans ces livres pour en rehausser encore l’intérêt. Elle exhumait les discussions entre éditeurs et auteurs, les contraintes matérielles, les choix de papier, de caractères typographiques, de techniques de reproduction des images, les expérimentations de mise en page et d’encrage : la création bibliophilique faisait l’objet d’une enquête policière dont elle nous faisait partager les découvertes. Elle ne reculait devant aucun défi, dépouillant correspondances, archives d’éditeurs et autres fonds ésotériques pour comprendre les étapes qui avaient permis d’incarner un désir de beauté dans l’écrin d’une reliure précieuse. Échappant aux coffres des collectionneurs, aux fonds précieux des bibliothèques, aux vitrines des salles d’exposition, les livres redevenaient des objets vivants, les concrétisations sensibles de traditions, de savoir-faire, de débats et de quêtes esthétiques exaltées.

Parmi les nombreux dossiers qui synthétisaient ces recherches, elle avait entrepris une base de données réunissant tous les ouvrages illustrés publiés au tournant des XIXe et XXe siècles, véritable âge d’or du livre de luxe qui voit le renouvellement des formes anciennes de la bibliophilie grâce aux innovations tentées par des imprimeurs (Gillot, Lahure), des éditeurs (Lesclide, Pelletan, Vanier, Piazza, Quantin), des amateurs d’art (Uzanne, Carteret, les sociétés de bibliophiles), des revues (éditions de La Plume, de La Revue blanche, du Mercure de France), des galeristes (Vollard, Sagot). Sa famille nous a confié cette base pour la mettre à disposition du public, afin que ses travaux continuent à susciter des vocations et à aider les chercheurs en histoire de l’imprimé. Elle est désormais accessible à cette adresse : http://prelia.fr/baseluceabeles/

Cette base de données répertorie plus de 5500 ouvrages illustrés publiés entre 1839 et 1944. Chaque entrée a fait l’objet d’une description minutieuse de tous les aspects matériels de ces éditions : techniques utilisées, nombre et types d’illustration, tirage, imprimeur des estampes, prix de vente, date de parution des livraisons, papier, références bibliographiques (catalogues d’éditeurs, manuels de bibliophilie), présentation à des expositions… La base se distingue en outre d’autres bibliographies en réservant une entrée par exemplaire des ouvrages décrits. La provenance de chaque exemplaire, ses particularités (envois, insertion de lettres autographes, ajouts manuscrits, rehauts à l’aquarelle), sa localisation actuelle sont indiquées de manière systématique.

Nous tenons encore à remercier Marc et Judith Bormand pour la confiance qu’ils nous ont témoignée en nous permettant de mettre en ligne cet outil inestimable pour la communauté des chercheurs et des amateurs de beaux livres.

Journée d’étude Léon-Paul Fargue et les Médias (Nanterre, 30 mai 2017)

 

Journée d’étude Léon-Paul Fargue et les Médias

Salle des Conseils du bâtiment L (4e étage, L436) – Université Paris Nanterre

 

Organisée par

Julien Schuh, Université Paris Nanterre, et Pierre Loubier, Université de Poitiers

Mardi 30 mai 2017

À l’époque où Léon-Paul Fargue (1876-1947) fait, comme on dit, son entrée « dans la carrière des Lettres », l’activité des petites revues est intense et la Littérature est depuis belle lurette engagée dans son ère médiatique. Le jeune Tancrède y participe alors, avec un mélange de timidité et d’audace. Mais Fargue résistera longtemps aux tentations du grand public. La célébrité n’était pas son affaire, et il se voyait plutôt comme « l’homme de trois ou quatre poèmes par an ». Il aurait préféré rester le « subtil insecte du génie ». Bref, il n’était pas fait pour le commerce des Lettres et sa surface médiatique lui importait finalement assez peu.

Mais, comme l’a raconté son ami André Beucler, « il savait que pour occuper une haute situation dans le monde des arts et des lettres, vendre beaucoup de livres, ou de tableaux, toucher de bons cachets, être cité et photographié de façon ininterrompue, il faut avoir un nom, une légende et une activité[1] ». En effet, à partir des années Trente, Fargue semble découvrir que la Grande Presse et la Radio constituent à la fois des sources non négligeables de revenus, si l’on sait œuvrer et manœuvrer pour en tirer profit aussi élégamment qu’efficacement, mais représentent également des lieux où l’image de soi se diffuse le plus souvent sur le mode de la légende, ce qui permet d’apaiser certaines rancœurs et de réparer les accrocs faits à l’amour-propre.

Subsistance et aura : réduire les médias à cet office moitié alimentaire moitié légendaire aurait cependant l’inconvénient d’enfermer le poète dans la logique de trivialités assumées ou de stratégies concertées. S’il a, certes, plaisir à collectionner quelques billets de mille, fruit d’un travail alerte de la plume (l’œuvre « journalistique » de Fargue est considérable, et va du grave au frivole), s’il éprouve satisfaction à lire ses textes et voir son image (dans les journaux et magazines) ou entendre sa voix (à la Radio) circuler dans le Monde, s’il jubile de fréquenter des milieux dans lesquels étincelle sa conversation, Fargue reste un poète secret et pudique (« On dit : qu’il cache une partie de sa vie… ») qui entretient, donc, un lien ambigu avec le monde des médias, dont l’intelligence est de toute évidence « contraire à son rythme ».  « Il faut bien que l’on se montre, poète et gentleman pauvre, et que l’on se fasse croire, et que l’on se donne une importance de secours, sous peine de manger de la pierre meulière[2] », mais l’on est seul, toujours seul avec la poésie, l’écriture.

Après sa disparition, restent les traces, les archives, la mémoire des proches, la fidélité des amis. Fantôme occidental actif, Fargue vit alors une nouvelle vie : des émissions radiophoniques lui sont consacrées, il fait même apparition à la télévision[3]. La poésie continue.

En 1929, Beucler encore avait imaginé le développement d’une forme de cinéma de la vie intérieure : « Ce sera peut-être l’époque d’un art individuel et pour peu que l’appareil de prises de vues atteigne un prix raisonnable, nous pourrons acheter chez le cinélibraire les derniers films d’André Gide, de Paul Morand, de Fargue, de Mac Orlan[4] ». Ce cinéma poétique, Fargue l’aura finalement pratiqué toute sa vie, sans le savoir exactement – diorama d’états d’âme –   glissant d’image en image, de mot en mot, de voix en voix, avec l’aisance d’un danseur habité par la charge du merveilleux.

Programme 

Matinée (10h-12h30)

  • Julien Gabet : « Fargue et la Radio »
  • Bruno Curatolo : « Les émissions d’André Beucler sur Fargue à la Radio Télévision Suisse »
  • Anne Reverseau : « Les portraits photographiques de Léon-Paul Fargue dans la Presse »

Après-Midi (14h-17h)

  • Julien Schuh : « Fargue et les petites revues »
  • Barbara Pascarel : « Fargue et la grande Presse »
  • Sophie Robert : « Fargue et Marie-Claire»

Jérôme Prieur viendra parler de son film « Souvenirs d’un fantôme, Léon-Paul Fargue » série « Un siècle d’écrivains ». En présence de Laurent De Freitas (Archives Fargue) et de Roland Beucler (Archives Beucler).

17h30-18h30, même lieu

Assemblée Générale des Coludions (adhérents à la Société des Lecteurs de Léon-Paul Fargue)

Entrée libre et gratuite. Se renseigner pour le repas de midi.

Les communications seront publiées dans le bulletin Ludions n°17 en octobre 2017

[1] André Beucler, De Saint-Pétersbourg à Saint-Germain des Prés, Gallimard, 1980, p. 107.

[2] « Nuits blanches », Haute Solitude.

[3] Façon de parler, évidemment, car, sauf erreur, nous n’avons pas d’images animées de Fargue. Voir « Les heures chaudes de Montparnasse » de Jean-Marie Drot, 1960, et « Souvenirs d’un fantôme », Un siècle d’écrivains, de Jérôme Prieur, 1997.

[4] André Beucler, « Nous entrons dans l’ère du document », Pour vous, n°25, 9 mai 1929, article reproduit dans Plaisirs de mémoire et d’avenir (Les Cahiers de l’association André Beucler) n°5, 2015, p. 86-88.

Les architectes du livre : Modèles esthétiques et économiques du livre d’art entre 1870 et 1930 (Arsenal, 29 mai 2017)

Journée d’étude lundi 29 mai 2017

Bibliothèque de l’Arsenal

Les architectes du livre : Modèles esthétiques et économiques du livre d’art entre 1870 et 1930

Inscription obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, des amateurs issus de la critique d’art, de la bibliophilie, des milieux littéraires abandonnent la consommation passive pour devenir des producteurs de livres, inventant une nouvelle forme d’édition : la « bibliophilie créatrice » (Henri Béraldi). Cette journée d’étude souhaite contribuer à l’analyse de l’édition « amateur », telle qu’elle se met en place au tournant des XIXe et XXe siècles, à la jonction de l’édition industrielle, de la bibliophilie et des expérimentations avant-gardistes. Sélectionnant les textes, choisissant les illustrateurs, les graveurs, les imprimeurs, les papiers, les formats, des éditeurs tels Octave Uzanne, Richard Lesclide, Édouard Pelletan se substituent aux écrivains et aux artistes pour inventer une forme de « livre d’art ».

 

Sous la responsabilité d’Anne-Christine Royère (Université de Reims Champagne-Ardenne) & de Julien Schuh (Université Paris Nanterre / IUF)

9h30 Accueil

10h Introduction et hommage à Luce Abélès

Anne-Christine Royère & Julien Schuh

10h30 – 12h30 > Bibliophilie fin de siècle

Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale), Richard Lesclide : description d’une trajectoire

Marine Le Bail (Université Toulouse II-Jean Jaurès), La bibliophilie selon Octave Uzanne : un laboratoire pour le « Livre-Type encore incréé du XXe siècle »

Nicolas Malais (libraire de livres anciens et éditeur), Maurice Denis & le livre, entre révolution théorique et bouleversement esthétique

Discussion

Déjeuner

14h – 15h30 > Autour des arts décoratifs

Philippe Kaenel (Université de Lausanne), Le Livre pour toi, le livre pour moi : Marguerite Burnat-Provins (1872-1952), une artiste et une poète engagée dans les arts décoratifs

Pascal Fulacher (Imprimerie Nationale, Directeur de l’Atelier du Livre d’Art et de l’Estampe), Polémique autour de François-Louis Schmied : son véritable rôle dans le livre Art déco

Discussion

16h – 17h30 > Parcours d’éditeurs au début du XXe siècle

Carine Picaud (Bibliothèque nationale, Réserve des livres rares), Henri Piazza et « l’édition d’art »

Sophie Lesiewicz (Bibliothèque littéraire Jacques Doucet), François Bernouard, l’éditeur à la rose, architecte (d’intérieur) du livre ?

Serge Linares (Université de Versailles-Saint Quentin), Les éditions des Quatre Chemins : projets, réalisations, impasses

Discussion et clôture

Journée d’étude Ecrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880-1920), Padoue, 22 juin 2016

Università degli Studi di Padova

Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari

Université de Reims Champagne-Ardenne

 

ECRIVAINS ET ARTISTES DE LANGUE FRANÇAISE DANS LES REVUES ITALIENNES (1880-1920)

 

Journée d’Etude Internationale

 

Padova

22 giugno 2016

aula Diano

Palazzo Liviano

 

 

9.30

Saluto di Anna BETTONI

Direttore del Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari

 

10.00

Julien SCHUH (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Artistes et écrivains francophones dans la presse italienne de la Belle Époque : quelques investigations informatiques

 

10.30

Mario RICHTER (Università di Padova)

Apollinaire et Lacerba

 

Pausa caffè

 

11.45

Vincent GOGIBU (Université Versailles Saint-Quentin)

Gourmont-Canudo-Rimbaud dans les ‘Lettres italiennes’ du Mercure de France

 

12.15

Alexia KALANTZIS (Université de Cergy-Pontoise)

Les écrivains du Mercure de France dans les revues italiennes (1899-1901): Flegrea (Naples), Emporium (Bergame) et Rassegna internazionale della letteratura e dell’arte (Florence)

 

Pausa pranzo

 

15.00

Clément DESSY (University of Oxford)

Les symbolistes belges en Italie: passage en revue

 

15.30

Alessandra MARANGONI (Università di Padova)

Le Jules Romains de Poesia (1906-1908), le Péguy de La Voce (1910-1912)

 

Pausa

17.00

Damiano DE PIERI (Università di Verona)

« Je reviendrai à Paris » : Philippe Soupault dans la revue Poesia

 

17.30

Jean-François RODRIGUEZ (Università di Verona)

L’avant-garde littéraire et artistique autour d’Apollinaire dans Lacerba de Papini et Soffici (1913-1915)

 

 

Comitato scientifico

Alessandra Marangoni

Julien Schuh

Tutoriel: télécharger des volumes numérisés sur HathiTrust

Les bibliothèques américaines qui ont signé un accord de numérisation de leurs fonds avec Google ont décidé, devant les problèmes d’accessibilité des résultats dans Google Books, de construire leur propre plateforme d’accès à leurs collections. Cette plateforme, http://www.hathitrust.org/, est structurée comme un catalogue classique de bibliothèque, selon les règles de la bibliothéconomie, et permet de faire des recherches par auteurs, titres, genre, dates de publication… sans compter les recherches plein texte.
HathiTrust
Même les volumes encore sous droit peuvent être interrogés, ce qui permet par exemple de vérifier la pagination de citations, de repérer des occurrences… Il existe aussi une API permettant des interrogations complexes, mais elle ne couvre pour l’instant qu’une partie du domaine anglo-saxon (voir le post de blog de Ted Underwood).
Occurrences de terme dans un ouvrage sous droit.
Occurrences de terme dans un ouvrage sous droit.
L’accord avec Google limite malheureusement l’utilisation de cette plateforme: les volumes peuvent seulement être feuilletés ou téléchargés page à page (sauf si l’on dispose d’un identifiant d’une des universités partenaires); en Europe, suite aux procès intentés à Google par plusieurs éditeurs, tout ce qui pourrait potentiellement être encore sous droit n’est pas accessible, ce qui nous empêche d’accéder à la quasi-totalité des numérisations de revues en ligne, comme La Plume, La Revue blanche, mais aussi des revues plus difficiles d’accès comme La Vogue – une restriction qu’on regrette d’autant plus quand on voit que ces numérisations sont souvent de meilleure qualité que celles de la BnF: ce sont souvent les exemplaires originaux (et non les reprints) qui ont été numérisés, et  les couvertures ont souvent été conservées.
Heureusement, des outils existent pour accéder aux volumes, même en Europe. Le plus simple consiste à installer un plug-in pour Firefox qui permet de choisir entre différents proxys ; AnonymoX permet de choisir de se connecter comme un utilisateur américain et d’accéder à la totalité des numérisations dans le domaine public.
AnonymoX s'intègre à Firefox et permet de se connecter via un proxy américain.
AnonymoX s’intègre à Firefox et permet de se connecter via un proxy américain.
Pour télécharger les volumes, on peut utiliser Hathi Download Helper: il s’agit d’un programme Windows, mais on peut le faire fonctionner sous Mac avec un logiciel comme WineBottler.
HathiDownloadHelper
HathiDownloadHelper intègre des proxys qu’on peut utiliser en cochant la case « use proxy server », mais le logiciel n’a plus été développé depuis plusieurs mois et les proxys ne fonctionnent plus pour la plupart. Pour l’utiliser, il vaut mieux lancer au préalable un programme permettant de faire passer toutes les connexions de l’ordinateur par un proxy. Le plus simple à utiliser et le plus rapide en version gratuite reste CyberGhost ; il faut attendre quelques dizaines de secondes avant de pouvoir se connecter mais la connexion est très fiable.
Une fois CyberGhost en marche (en ayant sélectionné un proxy américain), on peut lancer HathiDownloadHelper: dans la première partie du logiciel, on copie l’adresse du volume qu’on souhaite télécharger et on clique sur « get book info »; une fois les informations récupérées, on peut sélectionner dans la deuxième partie la manière dont on souhaite télécharger le volume (il vaut mieux sélectionner le format images à 200%) et le lieu de sauvegarde puis cliquer sur « start download » (on pouvait auparavant télécharger également le texte océrisé des pages, mais les dernières versions d’HathiTrust ne permettent plus cette manipulation). On peut finalement fusionner toutes les pages en un seul fichier pdf dans la troisième partie du logiciel.

Pyllica: un outil de récupération automatisée de données sur gallica.bnf.fr

Les numérisations de Gallica sont devenues des outils essentiels pour toute recherche sur les périodiques du XIXe siècle, mais les conditions d’accès aux fichiers du site ne sont pas les plus pratiques qui soient, surtout si l’on souhaite récupérer la totalité des numéros d’un périodique par exemple. Pierre-Carl Langlais, qui vient de soutenir une thèse brillante consacrée à la « La formation de la chronique boursière dans la presse quotidienne française« , avait déjà analysé le problème et proposé un « scraper », un outil de récupération automatisée des fichiers textes de l’ancienne version de Gallica (voir son article « Peut-on faire du data mining sur Gallica ») permettant d’obtenir de larges corpus qu’on pouvait ensuite analyser avec des outils de statistique textuelle comme RTemis, Iramuteq, TXM, Tropes
Cette première version ne fonctionnait que sur des documents qui avaient fait l’objet d’une reconnaissance optique de caractères; depuis la mise en place de la nouvelle version de Gallica (que l’on avait pu tester sous le nom de Gallicalabs), cet outil ne fonctionnait plus.  Ayant besoin pour un projet d’un vaste corpus de revues numérisées sur Gallica, j’ai retroussé mes manches pour revoir le code original de Pyllica et proposer quelques outils supplémentaires, permettant par exemple de récupérer directement les images en haute qualité ou les pdf de n’importe quel document. Pierre-Carl Langlais a accepté de fusionner cette nouvelle version à Pyllica; elle est à présent disponible sur la page github du projet, où les étapes d’installation et les modalités d’utilisation des différents outils qui composent Pyllica sont exposées.  Je reprends ci-dessous ces éléments en rajoutant quelques images et explications.

 

Installation et usage

Pyllica est un programme en Python 3, qui fait appel à l’extension beautiful soup (plus d’informations par ici). Pour l’utiliser, vous devez avoir une version de Python à jour (cf. les recommandations officielles pour une installation sous Windows, Mac et Linux) et télécharger Beautiful Soup (sous Mac, avec la commande « $ pip3 install beautifulsoup4 » dans le Terminal – sous Windows, c’est un peu plus complexe).

Pyllica se compose de quatre outils:

  • Pyllicalabs permet d’extraire les fichiers en texte brut de numéros de périodiques qui ont été océrisés, selon une fourchette définie par l’utilisateur;
  • Pyllicalabspdf permet d’extraire les pdf de numéros de périodiques;
  • Pyllicalabsjpg permet d’extraire les pages d’un document sous forme de fichier jpg, tif ou png, avec une qualité définie par l’utilisateur;
  • Pyllicalabsjpgpress permet de faire la même opération pour des numéros de périodiques.

Pour chacun des outils, il y a deux fichiers: un fichier contenant le programme, et un fichier d’instruction (commençant par le mot « action »). Pour utiliser un outil, il suffit de placer les deux fichiers dans un nouveau dossier et de modifier le fichier d’instruction en fonction des livres ou périodiques que l’on veut télécharger.

dossier_pyllica
Un dossier prêt pour le téléchargement.

Sous Mac, s’il y a des problèmes d’encodage du texte au moment de l’utilisation des outils, il ne faut pas cliquer sur le fichier d’instruction pour le lancer mais démarrer IDLE depuis le Terminal ($ idle3) et faire Fichier > Ouvrir pour lancer l’action.

Pyllicalabs

On place les deux fichiers (pyllicalabs.py et actionpyllicalabs.py) dans un dossier, et on modifie le contenu du fichier actionpyllicalabs en fonction des numéros du périodique qu’on veut télécharger:

textpress(url="http://gallicalabs.bnf.fr/ark:/12148/cb32817642h/date", 
        title="lemoderniste", 
        year=1889, 
        month=5, 
        day=25, 
        item=52, 
        rate=7, 
        lastpage=11)

La fonction comprend les commandes suivantes :
url: on indique l’adresse sur Gallica de la page du périodique indiquant toutes les années disponibles (cette adresse doit finir par « date »).
title: on choisit un titre qui sera indiqué dans le nom du fichier.
year, month, day: la date du premier numéro qu’on souhaite télécharger.
item: le nombre de fichiers qu’on veut récupérer.
rate: le nombre de jours entre chaque numéro – cela fonctionne bien pour les quotidiens (on indique 1), les hebdomadaires (on indique 7); en cas de problème, on peut inscrire 1 et préciser dans « item » le nombre total de jours dans la période qu’on veut télécharger (par exemple, pour un an on inscrira 365), cela permettra d’être certain de télécharger tous les numéros, même si cela produit des erreurs (les dates sans numéros).
lastpage: avec la nouvelle version de Gallica, la numérotation des pages n’est pas importante, on peut laisser cet élément tel quel.

Une fois le fichier action modifié, on l’ouvre avec Python et on lance le script (sous Mac, Run > Run module).

La dernière version intègre des règles en cas d’exception: si l’outil ne trouve pas un des numéros (par exemple, si le périodique n’est pas disponible pour une des dates), un message avertit du problème mais le téléchargement des numéros suivants continue.

Pyllicalabspdf

Comme l’outil précédent, il permet de récupérer les fichiers pdf de périodiques; la méthode d’utilisation est la même.

Pyllica en action.
Pyllica en action: les pdf apparaissent dans le dossier.

Pyllicalabsjpg

La nouvelle version de Gallica utilise la norme IIIF, permettant de récupérer les images en haute résolution. Pour l’utiliser avec un document unique, il suffit de récupérer l’identifiant du document dans l’adresse de gallicalabs (ce qui suit ark:), par exemple: /12148/btv1b86000454/

On insère ces chiffres (en conservant bien les slash) dans le fichier actionpyllicalabspg.py au niveau de la variable « identifier », on choisit un titre (« title ») pour les fichiers de sortie et on sélectionne la première et la dernière page (attention, il faut choisir en fonction des numéros des vues et non de la pagination réelle du document). On place ce fichier et le fichier pyllicalabs3jpg.py dans le dossier de destination et on le lance avec Python.

On peut changer la résolution souhaitée en modifiant la fin de l’url dans le fichier pyllicalabsjpg.py (par exemple, full/5000/0/native.jpg au lieu de full/3000/0/native.png). On peut aussi récupérer les images au format png ou tif en remplaçant la mention « jpg » par « png » ou « tif » à la fin de l’adresse et du format de fichier créé:

for page in listpage:
        jpgfile = title + "_" + str(page) + ".png"
        url = 'http://gallicalabs.bnf.fr/iiif/ark:' + identifier + '/f' + str(page) + '/full/3000/0/native.png'
        urllib.request.urlretrieve(url, jpgfile)

Pyllicalabsjpgpress

Pour récupérer les images d’une série de numéros de périodiques, on part de l’adresse du périodique avec les dates:http://gallicalabs.bnf.fr/ark:/12148/cb34427442r/date et on supprime la fin de l’adresse « /date » pour l’intégrer dans le fichier actionpyllicalabsjpgpress.py dans la variable « url ».

Il faut ici tenir compte de la pagination; on peut gonfler le nombre de pages au cas ou certains documents comportent plus de pages, les erreurs s’afficheront dans le shell avant que le programme ne continue avec le numéro suivant du périodique. Par exemple, pour un journal de 8 pages, il vaut mieux indiquer 12 pages pour être certain que des numéros plus longs seront entièrement téléchargés.

N’hésitez pas à me contacter en cas de problèmes d’utilisation.

Séminaire « Montmartre ou la confusion des genres : Approche intermédiale d’un lieu mythifié (1871-1914) »

Sous la direction de Laurent Bihl (Paris 1, ISOR-CRHXIX) et Julien Schuh (URCA, CRIMEL, IUF).

2015-2016, Centre Universitaire de Troyes

Willette-LAlbum-no15-librairie-illustrée-Tallandier-1902-p.16
Willette, L’Album no15, librairie illustrée Tallandier, 1902, p.16

Notre projet de recherche concerne la Butte Montmartre comme lieu de rencontres, d’échanges et d’hybridation des courants esthétiques et politiques. En effet, la force folklorique de l’« esprit Chat noir » est telle qu’elle a occulté la plupart des démarches d’analyse critique comme double laboratoire des avant-gardes et de la culture de masse. Il s’agit dès lors d’expliciter le processus par lequel une culture d’avant-garde, celle de la communauté d’artistes résidant à Montmartre, s’est progressivement popularisée au point de devenir l’un des principaux pourvoyeurs d’images diffusées par les industries touristiques et culturelles. La confusion est d’abord celle des frontières et des hiérarchies esthétiques, qui mêlent l’art légitime et l’illustration populaire, la création d’avant-garde et le divertissement plus trivial. La publicité est au cœur de ces rencontres surprenantes, qui transforment en œuvre d’art des affiches, des lithographies ou des toiles initialement conçues pour la promotion des cabarets. L’étude comparée des lieux de sociabilité vécus – bistrots, cafés – et représentés permet de restituer la trace de la ville comme espace sensible. L’étude de l’univers sonore véhiculé par le genre satirique dévoile une pluralité de ressentis.

L’appréhension de ces lieux de sociabilité peut alors se concevoir dans la perspective de la ville comme espace sensible, du prolongement vers la rue, les terrasses, le refuge diurne ou nocturne auquel ils correspondent…

Rapport à la norme en même temps qu’à la subversion, arts plastiques, littérature, musique, théâtre, photographie ou jeune cinéma même se mélangent en un va-et-vient constant qui détermine l’apparition ou le renforcement de courants esthétiques novateurs. Fixation d’une nostalgie aussi, puisque ce sont des dessinateurs satiriques comme Albert Robida qui dénoncent le dépeçage de la ville par les promoteurs, initient un titre de presse comme Paris qui meurt et se voit chargé par la ville de concevoir un éphémère « Paris médiéval » en grandeur nature, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900.

Certaines manifestations charivariques réactivent un mode de désordre, de contestation ancrée dans le siècle et correspondent à une prolongation du trait satirique au cœur même de l’espace urbain. Le brouillage est aussi social, qui fait côtoyer sur la butte l’artiste déclassé, le voyou et le bourgeois encanaillé. Il est, de fait, moral (vice et vertu provisoirement confondus dans la figure de la cousette par exemple) et idéologique (anarchistes, antisémites et beau monde mélangés). C’est la notion de « culture partagée » qu’il s’agit de réévaluer aux réalités des multiples microcosmes sociaux, lesquels pouvant fort bien se côtoyer sans nécessairement se mêler, se comprendre ou même se remarquer. Enfin, Montmartre exerce une véritable force d’attraction sur les nombreux artistes venus de toute l’Europe pour y éprouver leur talent.

Ainsi, par l’inscription du genre satirique au cœur de l’espace urbain, nos intérêts portent donc sur la ville comme laboratoire de la modernité.

Nous comptons donc expérimenter des sources de nature diverse, aussi bien imprimées que graphiques. Mais nous avons aussi pour projet le décryptage des archives administratives, policières ou judiciaires, pour une compréhension globale des enjeux de réglementation en matière de presse et de structuration de la sphère publique. Les relations complexes entre l’image satirique et les couvertures de presse classique nous ont jusqu’ici amenés à connaître et à étudier la presse illustrée dans son ensemble, et ce sur une temporalité longue. Enfin, la définition d’un corpus large comprenant des sources épistolaires, sonores ou cinématographiques, ainsi que l’étude des représentations, ont exigé différentes approches méthodologiques qu’il s’agit dès lors de croiser, afin de mieux définir les enjeux épistémologiques d’une étude globale et interdisciplinaire de cette ambition. Il s’agit notamment d’avoir recours, outre les méthodes propres à l’histoire culturelle, à l’analyse sémiologique, la sociologie de la réception ou le maniement des outils statistiques.

Pour tout renseignement, nous contacter.

PROGRAMME
09 novembre 2015
Montmartre de 1830 aux années 1920.
14 décembre 2015
Avant-gardes, arrière gardes et culture de masse.
25 janvier 2016
Cartographier les plaisirs et les rêves.
08 février 2016
Presse et cabarets.

Programme du Séminaire du TIGRE 2015-2016

Dixième séminaire TIGRE (Texte et Image, Groupe de Recherche à l’École)

2015-2016

Lire les livres et les revues comme des objets culturels

 En examinant le rapport entre les textes et ce qui les entoure (ornementation, illustration, hors-textes, albums), ce séminaire considérera les livres, les revues et les estampes comme des objets culturels parlants et complexes en Europe portant en eux «les bornes de leur possible réception», selon le mot de Roger Chartier concernant les livres (Pratiques de la lecture, 1985:79). En partant de la matérialité et des relations intersémiotiques, il réfléchira aux usages et aux publics. Le séminaire encourage en effet le dialogue entre plusieurs disciplines (littérature comparée, histoire de l’art, histoire, médiologie et études culturelles) et fait place à la lecture et à l’interprétation des imprimés de facture mixte. Il accueillera cette année des études sur des objets et des figures variés, mais parlants, et leur circulation en Europe, et fera place à la manière dont ils sont transmis, lus, relus et retravaillés à travers différents supports et moyens, que ce soit dans des éditions et des tirages de luxe ou dans la presse imprimée.

Le séminaire ne se limitera pas cette année à la période fréquentée habituellement, les XIXe et XXe siècles, et proposera quelques incursions dans les siècles antérieurs de manière à confronter les pratiques et les hypothèses.

Séminaire bimensuel et inter-universitaire de recherche, ouvert aux étudiants et aux élèves de l’ENS à partir du Master. Début : 10 octobre 2015, fin : 16 avril 2016.

Douze séances de 2h, à l’ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris. Validé au titre du second semestre (3 ECTS).

Animé par Évanghélia Stead (UVSQ, CHCSC), contact : evanghelia.stead@uvsq.fr.

Séances prévues : 10 et 17 octobre, 7 et 21 novembre, 5 décembre 2015, 6 et 20 février, 12, 19 et 26 mars, 2 et 16 avril 2016.

Le séminaire se tient le samedi matin, 11h-13h.

Salle : Simone Weil (sauf indication contraire)

10 octobre : Ouverture du séminaire : des études binaires aux livres objets culturels

Évanghélia Stead (UVSQ, CHCSC) : «À propos d’une recherche récente : Comment Faust voyage-t-il avec des images ?»

17 octobre : Livre et périodicité en Europe centrale

Hélène Martinelli (docteur Paris IV-Université Aix-Marseille), «Formes totales et périodiques du livre chez Alfred Kubin, Josef Váchal et Bruno Schulz»

7 novembre : Matérialité, lecture et réception (salle Dussanne)

Roger Chartier (Collège de France), «Matérialité du texte et horizon d’attente : concordances ou discordances?»

21 novembre : Lire les livres d’apparat (salle info 1) 

Jean-Marc Chatelain (BnF, Réserve des Imprimés) : «Le livre d’apparat au XVIIe siècle»

5 décembre 2015 : La Belle Époque des périodiques illustrés

Julien Schuh (IUF, Université de Reims, CRIMEL): «Objets culturels récurrents dans les périodiques illustrés européens de la Belle Époque»

 

6 février : Avant-garde et grande circulation

Céline Mansanti (Université Jules-Verne, Amiens) : «Life (New York, 1883-1936), objet culturel non identifié : Représentations et diffusion du modernisme américain et européen dans une revue “mainstream”»

20 février : Sous l’angle de l’histoire de l’édition

Jean-Yves Mollier (UVSQ, CHCSC) : «Le livre objet culturel, vu de ses éditeurs»

12 mars : Éditions clandestines en Europe centrale

Agnieszka Grudzinska et Xavier Galmiche (UFR d’études slaves, Paris-Sorbonne ; UMR Eur’ORBEM) : «Les livres du “samizdat” (éditions clandestines et parallèles) : objets publics / objets privés –  « Pro captu lectoris habent sua fata libelli »»

19 mars : Lire un auteur médiéval à travers le temps

Guyda Armstrong (Manchester University) : «The many lives of Catherine of Siena» / «Les vies nombreuses de Catherine de Sienne»

26 mars : Déchiffrer/comparer les périodiques illustrés

Philipp Leu (doctorant UVSQ, CHCSC) : «Vulgarisation artistique ou élitisme culturel ? Les traces matérielles de l’idéologie éditoriale de Jugend (1896–1940) et de Pan (1895–1900)»

2 avril : Poétique des manuscrits

Serge Linarès (UVSQ, CHCSC), «Lire la poésie manuscrite»

16 avril 2016 : Littérature et estampes

Nathalie Ferrand (CNRS), «Rousseau et l’estampe»

Le Cercle de la Butte (3): La Butte dans Le Décadent et Le Tintamarre

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, quelques mentions du cercle dans Le Décadent de Baju – la plupart des contributeurs du périodique fréquentaient la société présidée par Alexis. Le Tintamarre, dont la rédaction assistait aux soirées de La Butte, mentionne également fréquemment les activités du cercle.]

Un Parisien, « Autour de la Place Pigalle : À la Butte », Le Décadent, n° 6, 15 mai 1886.

Il y a encore dans Paris, dans le Paris artiste des coins rares il est vrai, où l’on cause, où l’on rit, où l’on peut être spirituel et gai, où l’on a le droit d’être poète et d’être fou.

Si vous avez commis un sonnet quelconque en rêvant d’un idéal aux yeux bleus et noirs, si vous avez dans un moment d’inspiration, jeté sur la toile, un peu de couleurs qui parvienne à faire un tableau, si cela même peut arriver, vos hallucinations se sont transformées en sonates ou en nocturnes, si vous avez eu l’audace d’écrire une comédie, de griffoner une opérette, ou bien, chose monstrueuse, si vous vous êtes rendu coupable de cinq actes en vers, allez au Cercle de la Butte, et vous y serez reçu, [v]ous y serez aimé, et vous y serez chez vous.

Vous y trouverez des femmes âgées charmantes, d’une mansuétude de bonne maman ; des femmes plus jeunes, artistes jusqu’au bout des ongles, gaies, rieuses, spirituelles et n’ayant, de pruderie que juste ce qu’il en faut pour arrêter l’insolence, puis enfin de toutes jeunes, gracieuses et élégantes, qui mettent dans l’assemblée la note sonore de leur rire perlé et la lueur douce de leur dix-huit ans ensoleillés.

Noro vous recevra, comme il sait recevoir, dans ce coin charmant, son atelier, encombré de toiles et de bibelots.

Vous serez assis comme vous pourrez, vous lirez ou réciterez ce que vous voudrez à moins que vous préfériez entendre Roinard, Malatôt, Buisson et les autres. Vous y causerez avec Paul Alexis, vous y rirez avec Mme P… une femme charmante dont j’ai gardé un souvenir qui semble rire en mon cerveau.

Vous pourrez avoir de l’esprit sans qu’on démarque vos mots. Mais… mais… mais ne faites pas de calembourgs car on les paye. Un sou, les spirituels ; dix centimes les bons ; quinze les mauvais ! Voyez, Caisse !

Ou plutôt, tenez, faites en beaucoup, énormément, faites en trop ; car, on n’a rien trouvé de meilleur encore que les choses qui coûtent cher, même quand elles sont mauvaises.

La Linotte Décadente, « Papotages littéraires & artistiques », Le Décadent, n° 7, 22 mai 1886.

« La septièmes soirée mensuelle du Cercle artistique et littéraire : la Butte, vient de se passer d’une façon brillante.

Cette petite fête était présidée par Paul Alexis, l’auteur du nouvel ouvrage : Sur la Butte. »

« Un charmant journal vient d’éclore avec cette audacieuse devise : tout pour Montmartre. Je veux parler du Montmartre illustré dirigé par l’ami H. Mayence »

Le Décadent, n° 14, 10 juillet 1886.

LA BUTTE

Cercle Littéraire et Artistique — tous les samedis soir chez Noro 13 rue Ravignan.

Ordre du Jour : De l’Art (et Montmartre avant tout).

Georges Hugon, « Papotages littéraires & artistiques », Le Décadent, n° 20, 21 août 1886.

Samedi dernier, le Cercle « La Butte » donnait sa soirée mensuelle durant laquelle ont manifesté bon nombre de talent divers, jeunes ou mûrs.

Remarqué au hasard du monocle : quelques dames charmantes, une entre autres — Madame Noro, je crois — qui déclama avec assez de goût un monologue banal; le poète Roinard, dont le volume Nos plaies récemment…. imprimé a fait le tour de l’assistance ; Brousseau, Malato de Corné, Schiroky, Randon, Gouzien, etc. ; la Rédaction du Tonneau de Diogène, celle de la Butte-Montmartre ; les peintres Noro, P. E. Dufour ; enfin nos collaborateurs Louis-Pilate de Brinn’gaubast et Paterne Berrichon.

De bonnes choses entendues parmi des puérilités qui dénotent cependant un effort appréciable vers l’Art : La lettre posthume d’une Blasée de Roinard, un Sonnet insolent de Brin’gaubast.

Notre secrétaire de la Rédaction aimablement prié de dire quelque chose, a commis la détonation de son sonnet Pudeur de mièvre dont la cependante clarté parut opaque.

Il se réserve de mériter son pardon dès la première soirée en apportant la Grève des Forgerons, qu’il lira si on le lui permet.

Georges Hugon, « Papotages littéraires & artistiques », Le Décadent, n° 23, 11 septembre 1886.

On nous annonce qu’il vient de se fonder, dans le dix-huitième arrondissement, une société d’histoire et d’archéologie ayant pour objet la recherche et la conservation des anciens monuments, les souvenirs historiques et les curiosités artistiques, pittoresques et anecdotiques de Montmartre, Clignancourt et la Chapelle.

Le comité du « Vieux Montmartre » c’est le titre de cette société, se compose de vingt-quatre membres entre autres MM. Bin, Lamquet, Wiggishoff, Simonneau, Louis Lucipia, Devé, etc.

Se cache-t-elle, cette société, derrière la butte ?

Ou, est-ce la Butte qui se cache derrière elle…

Monsieur Noro ?

Désiré Luc, « À Montmartre », Le Tintamarre, 5 décembre 1886

La Butte, le cercle artistique et littéraire de Montmartre, vient de donner un punch, en l’honneur de son premier anniversaire.

Baju, le fumiste du Décadent, n’y assistait pas.

Cette absence était d’autant plus regrettable que MM. Malato et Pradet avaient confectionné à son intention un à-propos plein d’esprit intitulé : Le Viol. Dans ce drame vermifuge, en un acte (notarié) et quatre tableaux, la scène où l’orthographe se plaint d’être constamment violée par Baju, est d’un comique irrésistible.

Oui, dit-elle en substance, il m’a lâchement violée, moi, et ma sœur aînée, la Grammaire, et mon frère, le Style, et toute ma famille, jusqu’à mon autre sœur, une sainte celle-là, la Synt…axe !

Troublot, qui, en sa qualité de président effectif de La Butte, était présent en compagnie de la superbe Dédèle, a applaudi à tout rompre.

Les pompiers n’assistaient pas à la représentation. Mais la municipalité, son maire en tête, M. Émile Bin, l’aimable président d’honneur, s’était fait largement représenter.

Le Paris-Montmartre avait délégué M. Petit.

Le sympathique M. Goyard, de la Lorgnette, nous avait gratifié de sa présence.

Le Tintamarre ne pouvait manquer à la noce. Nous y étions à trois, dont J. Pausader et Gaston Bertrand.

Après une polka échevelée conduite par Trublot et Dédèle, l’inimitable Willette, le peintre fantaisiste, coiffé de son auréole naissante, a entraîné toute l’assistance en une farandole abracadabrante. Si Boireau eût été là, au milieu de nos jolies dames, il se serait bien sûr écrié :

« Que c’est comme un bouquet de fleurs ! »

Le Cercle de la Butte (2): Une pièce sur Baju et le Décadent

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, deux autres articles de Paul Alexis sous le pseudonyme de Trublot; le premier décrit une soirée de La Butte; le second est particulièrement intéressant par son résumé d’une pièce jouée lors d’une soirée privée pour fêter la première année d’existence de La Butte, écrite par Malato et Pausader, deux futurs anarchistes qui faisaient alors partie du cercle. La pièce, intitulée Le Viol, décrit tout simplement, sous le nom transparent de son protagoniste, Juba, et de son journal, Le Putréfié, la fondation du Décadent de Baju]

Trublot, « A Minuit », Le Cri du Peuple, 5 mai 1886.

La quatrième soirée mensuelle littéraire du Cercle « La Butte », vient d’être très brillante :

M. Pausader a lu une étude sociale intitulée : Fille, puis Gréviste, paru au Tintamarre.

M. Malato : Sauvage noir et sauvage blanche, Incohérence !

M. Désiré Luc : Veufs ! et l’Éternelle Idylle.

M. Randon : Barbusson et les Larmes !

M. Roinard : Le Moulin sinistre, Pantoum, Sans asile, À Dieu, s’il existe !

M. Randon a déclamé : La Mionotte de Richepin et une poésie de Gaillard.

M. Schiroky a lu Don Quichotte. Présents : 35 membres. – La Butte prend tous les jours de l’extension, et a quèque chose dans le ventre.

Trublot, « A Minuit : Le Viol », Le Cri du Peuple, 23 novembre 1886.

Une première sur la Butte !!! Hein ? v’là qui n’se voit point tous les jours.

Et ça s’est vu, pourtant, samedi soir, dans une salle, chez Dorémus, et sur une vraie scène, avec des portants, des coulisses, et un rideau s’ouvrant d’droite à gauche au lieu qu’ça soit d’bas en haut. Quant à l’orchestre, y était bien girond l’orchestre, car y était remplacé par une pianiste d’vingt ans, la gentille Mme P…, tout nouvellement mariée, qu’est la fille au peintre Véron, une notoriété de Montmartre.

Et l’public, donc ? Oh ! pas c’bourgeois et faisandé public des pr’mières qu’l’univers nous envie, mais d’la jeunesse, d’l’intelligence, et côté des dames d’la vraie beauté, fraîche et bon teint. Entre toutes, Mlle Lasellaz, la fille aînée du peintre, ravissante en sa robe claire qu’imitait le vieux cachemire et en jolis ripattons découverts laissant voir ses mignons pieds de douze ans. Côté des hommes, outre le ban et l’arrière-ban de la Butte artistique et littéraire, fêtant son anniversaire, faut citer parmi les notabilités conviées : l’dessinateur Villette, M. Bio, artiste peintre, invité non parce que mais quoique maire d’Montmartre, Paul Signac, Paul Alexis, etc., etc. Le Paris-Montmartre se trouvait représenté, sans compter le Tintamarre et le Cri.

D’vant c’t assemblée d’élite a été représenté : Le Viol, drame comico-lyrique, non visé par la Censure, en 4 actes, par MM. Mala… de Corné et P… « calembourg… des de M. Louis Gaillard, disait l’affiche, décors de M. Pausader, chœurs sous la conduite de M. G. Randu de St-Amand »

J’vous certifie qu’tous les cœurs – et les chœurs aussi – f’raient tique taque, quand, l’ouverture jouée, on a frappé les trois coups.

Puis-je vous donner une idée d’cé Viol ?… j’l’peux, la morale m’y autorise.

C’te grande comédie-drame aristophanesque, pas plus mal charpentée qu’une autre, et bourrée d’scènes fort réussies et d’un nombre plus considérable encore d’« scènes à faire », m’semble évidemment appelé, avec quéque r’touches, à faire les beaux soirs d’une scène importante. Sans trop la déflorer, révélons qu’y s’agit d’la blague d’toute une prétendue littérature nouvelle, personnifiée par un journal : Le Putréfié.

Le premier acte se lève sur un décor très réaliste : un coin du « Mirli », (du café le Mirliton, pour les ceusses qui sont pas d’Montmartre). Deux heures du matin : température 14° au-dessous de zéro ; bocks à huit sous et voix dans le fond. Un consommateur, Juba, est seul d’vant une haute pile d’bocks à régler, rien qu’avec dix-sept pelos dans la profonde. Qu’faire ?

Entr’alors une consommatrice opulente d’formes, la Butte admirablement jouée par M. Bouchu. Bonne fille et chaste, – quoique butte il y ait – celle-ci refuse l’amour d’Juba, mais lui ouvre un œil illimité chez l’patron du Mirli. V’là Juba qui conserve ses dix-sept ronds.

Y s’augmentent d’dix-sept autres, ces premiers dix-sept pelos, dans un second acte des plus réussis, après une scène où Juba serre la cravate à un capitalisse attardé au carrefour des écrasés. « Dix-sept et disx-sept font trente-quatre : Tiens ! la fortune !… J’fonde un canard ! » s’écrie-t-il.

Au troisse, l’clou. Du Shakespearien ! Le Putréfié, arrivant au milieu d’une époque d’décadence a fait florès. Y est monté à une vente assurée d’vingt-huit numéros, et y a son imprimerie à lui, avec une table et tout c’qui faut pour écrire à lui, et un plumard d’camp à lui, où, l’canard sous presse, Juba, vainqueur, pionce comm’ qui dirait sur l’champ d’bataille.

Mais, dans sa veine, l’infortuné a des cauch’mars. C’sont la Grammaire, la Syntaxe, l’Orthographe, la Ponctuation, et un tas d’autres malheureuses qu’y a violées (sans compter eul’ Bon-Sens, et eul’ Goût, horreur ! deux loupiots !), qui viennent hanter ses nuits. Puis, par d’ssus tout, c’est c’te solide et généreuse providence, la Butte, qu’il aime toujours d’un amour sans espoir, sans avoir jamais pu la r’trouver.

Enfin, le quatre est l’plus palpitant. Juba, à qui son soiriste théâtral affirme qu’la Butte fréquente l’Moulin d’la Galette, veut monter un soir chez Debray. Mais, en passant par la rue d’Orchamp, patapoum ! l’pied lui glisse et y pique une tête dans l’trou béant d’puis six mois là haut et preuve évidente d’une certaine décadence souterraine. Fin tragique d’Juba, qui, dans la mort, la possèdera enfin p’t-être, la Butte. Et, en tombant, le bouillon du Putréfié, qu’y portait dans la poche d’derrière d’son alpag’, suffit à boucher eul’ trou. Au milieu d’la rue d’Orchamp à jamais consolidée, à la hauteur du Chalet-Suisse tenu par Delicati.

La Grammaire, la Synthaxe, l’Orthographe, la Ponctuation et quèques autres, ainsi que l’Goût et l’Bon-Sens, dansent un quadrille joyeux afin d’se refaire une virginité.

Un écrasant succès en somme. « La Butte, artistique et littéraire », a bien célébré son anniversaire. Francisque n’y était pas – pour une bonne raison : on n’avait point daigné l’inviter.

Le Cercle de la Butte (1): Trublot [Paul Alexis] dans Le Cri du Peuple

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, société montmartroise où se croisèrent entre 1885 et 1887 naturalistes, décadents, symbolistes et anarchistes qui allaient bientôt fonder les principales revues de ces mouvements, voici quelques témoignages d’époque consacrés à la genèse de ce cercle. En premier lieu, deux articles de Trublot, alias Paul Alexis, qui décrit dans le « Figaro socialiste » de Vallès, Le Cri du Peuple, la naissance de la Butte.]

Trublot, « A Minuit : La Butte », Le Cri du Peuple, 25 novembre 1886.

[Reproduit en partie dans Paul Alexis, Naturalisme pas mort ; lettres inédites de Paul Alexis à Émile Zola, 1871-1900, présentées et annotées avec de nombreux documents par B.H. Bakker, Toronto, [1971], p. 497-498.]

« La Butte » est une société naissante, en formation — non ! j’me trompe, déjà formée, puisque, c’te semaine, un projet de statuts va être soumis à l’approbation obligatoire de la préfectance ; un premier noyau existe déjà : peintres, sculpteurs, musiciens, poètes, journalistes, jeunes gens et des deux sexes, s.v.p. ! Oui, p’faitement ! Ça gâte rien, et au contraire, la présence du beau sesque.
L’but de « la Butte » est bien simple : galvaniser la butte, — c’est-à-dire Montmartre, — c’est-à-dire Paris, par suite, et l’monde entier. C’est faire d’la littérature, de l’art et d’la vie intelligente : ouvrir des expositions libres, donner des fêtes publiques, des r’présentations théâtrales, des bals, des concerts, des conférences, créer des concours et des bibliothèques, — enfin c’est s’amuser d’toutes les façons, mais chouett’ment, dans l’sens l’plus complet et l’plus élevé du mot. Hein ! l’programme est large.
Un article des statuts porte qu’« les discussions politiques et religieuses sont bannies. » Possible ! Faut pas effaroucher, tiens ! Mais l’fond des choses est que, à côté — non en face ! — de c’te lourde, coûteuse et attristante création, l’église du Sacré-Cœur, un autre édifice, d’jeunesse vivante, lui, et d’protestation joyeuse, va sortir du sol, sans subsides, par une sorte d’génération spontanée. Eh ! qui vous dit que ceci n’est point appelé à tuer cela ?

Donc, l’aut’ soir, pas plus tard qu’samedi dernier, Trubl’ a été convoqué à la s’conde réunion préparatoire d’la société nouvelle. J’ai pas manqué d’m’y rendre et j’ai point r’gretté ma démarche, allez !
La rue Ravignan est une des plus audacieusement escarpées, qui escaladent la Butte-Montmartre. Le n° 13 de c’te rue est une maison bien typique, contenant onze ateliers d’artistes. Une vraie colonie, quoi !
C’est dans un d’ces onze ateliers, — c’lui de M. Jean Norogrand, encombré de ch’valets, aux murs r’couverts d’toiles, d’plâtres, etc., qu’se t’nait la p’tite séance.

Un bon type et joliment sympathique, Jean Noro, qui mérite un bout d’crayon. D’origine italienne, très brun, maigre comm’ Don Quichotte, quarante ans à peine. Possède un gosse dans les douze ans, gentil comme tout. Ancien fédéré, a pu, au dernier moment, gagner l’étranger, où sa femme est venue l’r’joindre, après avoir passé vingt-cinq jours, elle, dans les prisons d’Versailles. Un vrai cauch’mar, qu’ces vingt-cinq jours ! Mme Noro s’souvient qu’d’une chose : en ces vingt-cinq jours, quatre-vingts d’ses compagnes d’captivité dans une position intéressante, ont avorté.
Jusqu’à l’amnistie, Jean Noro a voyagé, vivant d’son pinceau, en Italie, en Suisse, en Turquie. Y connaît Constantinople comm’ la poche et sa conversation est des plus attachantes. A portraicturé des sultanes dans leur sérail, — l’veinard. Et pas seul’ment peintre, maniant encore l’ébauchoir à ses heures, en amateur, mais bien. Il travaille à un buste de Courbet, qu’est joliment r’semblant. Y manie la plume aussi : auteur d’la Bouche de la Vérité, un intéressant p’tit bouquin racontant des scènes d’la vie romaine pigées d’après nature.

Enfin, j’vous dis qu’ça : Trubl’, qui s’méfie d’ordinaire d’ces p’tites fêtes, a point r’gretté d’être allé au 13 d’la rue Ravignan, accompagné de M. Lasellaz, un autre peintre d’talent, qu’a aussi son atelier dans la maison ; c’est l’éventailliste bien connu, dont les dames d’la haute s’arrachent les poétiques et aériennes compositions.
On était bien trente, dont quatre citoyennes : Mme L. Martane, qui t’nait la sonnette d’présidente ; Mme Émilie Saint-Hilaire, qu’a raconté l’histoire d’un perroquet et d’un vicaire ; plus deux jolies p’tites brunettes, inconnues, avec des yeux grands comm’ ça.
MM. Léo d’Orfer et Noro ont récité des vers, trop courts, M. Aisnery a lu Rosette comédie en un acte, un peu longue, ce qui n’a pas empêché MM. Alix, Pan aver [Pausader ?], Bellanger, Lefebvre, Chambon, Houssemaine, Buisson, Coster d’applaudir à tout rompre. L’intelligent et actif secrétaire de « La Butte », M. Mayence, a vivement intéressé par l’récit d’ses premières démarches pour créer, au printemps, une fête foraine à la rue Caulaincourt et pour installer tout d’suite une exposition artisque, soit dans le bas-Montmarte, soit (projet moins pratique, quoique séduisant) tout en haut, à côté du Sacré-Cœur, afin d’profiter des pèlerins, — en les débauchant, tiens ! en les convertissant à l’art et à la vie.

Soudain, vers minuit moins vingt, toc toc, à la porte d’l’atelier. Jean Noro ouvre et entrent trente-cinq membres d’une autre société, « la Bohème d’Montmartre » qui fusionne séance tenante avec « la Butte ». On s’tasse comm’ on peut. L’vaste atelier d’vient trop p’tit, mais ça va bien.
J’vous dis qu’la Butte a quèqu’chose dans l’ventre?

Trublot, « A Minuit : Trois p’tites premières », Le Cri du Peuple, 14 décembre 1886.

[Cité en partie dans Paul Alexis, Naturalisme pas mort, op. cit., p. 327.]

À c’te Butte, autr’ p’tite pr’mière !
Sam’di soir, pendant l’plus fort de la bourrasque, sous l’ruissell’ment d’la pluie diluvienne qui f’sait un boucan infernal sur la vaste baie vitrée d’un atelier d’la rue Ravignan, d’vant un toutou, un gosse, une dizaine d’Dédèles et une cinquantaine d’membres ou d’invités, peintres, poètes, journalisses, tous Montmartrois au moins d’cœur, M. Paul Alexis a lu Mademoiselle Pomme, c’te infortunée farce d’Duranty qu’eul’ théâtre Déjazet en 1857, du temps d’Déjazet elle-même, r’fusa — en deux actes ; puis, qui, vingt ans après, mise en un acte avec l’approbation d’Duranty, par c’lui qui l’a lue l’autr’ soir, a été r’fusée deux fois par MM. Briet et Delcroix, puis « platoniquement reçue » à Cluny en 1882 par M. Maurice Simon, et à Déjazet en 1886 par M. Boscher. C’qui, d’ailleurs, a permis à Mlle Alice Reguault d’faire paraître chez Ollendorff — en toute innocence, j’me hâte de l’dire — un roman intitulé… j’vous l’donne en mille… intitulé : Mademoiselle Pomme !!!

Eh bien, pas d’chance jusqu’au bout, eul’ pauv’ Duranty ! Non, jamais d’chance, même maint’nant qu’y est couché d’puis six ans au cim’tière d’Cayenne !
Sam’di soir, à la Butte, l’lecteur d’c’tte piécette était enrhumé, et la pluie ruiss’lait sur la baie vitrée, et eul’ toutou énervé par l’orage (ou n’étant autre) l’têtu qu’Francisque ou Gugusse, déguisé en toutou café au lait a eu subite l’choléra, c’qu’a absorbé eul’ gosse et deux ou trois gosselines.

Nonobstant ces malchances, tout l’reste d’c’public intelligent a écouté d’abord avec respect, puis rigolé à ventr’ déboutonné, enfin vigoureus’ment applaudi l’flanche. Et, séance tenante, la Butte, artistico-dramatico-littéraire, a décidé à l’unanimité qu’elle allait soit louer une salle ad hoc, soit construire une scène dans son local habituel, afin d’pouvoir monter et jouer Mademoiselle Pomme après eul’ carnaval.
La distribution des quatre rôles d’hommes et des deux rôles d’femmes est déjà faite, entr’ membres féminins et virils d’la Butte.
Et, l’grand jour, avec tout’ la presse théâtrale, pontifes, d’mi pontigs et soireux, M. Boscher, directeur du Théâtre-Déjazet, s’ra invité, parbleu ! Et y s’rendra compte !

Anatole France, un mythe littéraire selon Pierre Quillard

[Dans un compte rendu humoristique publié dans le Mercure de France de novembre 1891, Pierre Quillard, tout en ironisant sur l’abondance d’Anatole France, livre malgré les apparences une réflexion sur les conditions de la création littéraire à une époque d’industrialisation et de médiatisation de la littérature, où l’on peut voir fleurir de véritables entreprises de production romanesque comme celle de Willy.]

Pierre Quillard, « Journaux et Revues », Mercure de France, t. III, n° 23, novembre 1891, p. 315-316 [En ligne sur Mercurewiki].

Un journal que son incontestable austérité devrait garder contre les plaisanteries, Le Temps, est victime depuis plusieurs années déjà d’une mystification littéraire qui n’est plus douteuse pour personne, après la lecture des numéros portant les dates des 12, 16 et 23 septembre, 6, 7 et 8 octobre 1891 :M. Anatole France n’a jamais existé ; ce nom, comme celui d’Homère, représente une collectivité d’écrivains.
Jusqu’ici les ouvrages publiés sous cette raison sociale pouvaient en somme faire croire à l’existence réelle d’un habile diascévaste qui aurait arbitrairement mélangé des mystères écrits en latin archaïque, au cours du moyen-âge, par une religieuse allemande, quelques contes de M. de Voltaire, la Tentation de saint Antoine, et le Banquet d’Alexandrie et la Légende de saint saint Hilarion de Louis Ménard. La Vie Littéraire, publiée chaque samedi dans le Temps, présentait déjà un caractère moins homogène; et il était difficile d’assigner au même auteur dès pages exquises sur la poésie, de médiocres chroniques à propos de romans féminins sans valeurs, et d’ennuyeuses études touchant le monde parlementaire et Louisphilippard cher à M. Bardoux. Seule une constante habitude de la perfidie la plus délicate donnait quelque unité à ces articles hebdomadaires. Si bien que M. Jules Huret, d’ordinaire mieux informé, se laissa prendre comme les autres et crut interviewer quelqu’un qui était M. Anatole France. C’est précisément un menu fait emprunté à cette conversation qui, rapproché des notices sur les Jeunes Poètes, nous a permis de découvrir la supercherie. Le Monsieur chargé ce jour-là de s’appeler Anatole France avait déclaré à M. Huret qu’il connaissait bien Jean Moréas, mais point du tout ses émules, et voici que, peu de semaines après, un long catalogue de jeunes poètes est publié sous ce même nom avec de savantes gloses : lectures et commentaires impliquent un travail auquel aurait à peine suffi, en dix ans, la patiente congrégation de Saint-Maur. Les opinions les plus contradictoires s’y heurtent : ainsi Paul Verlaine, jadis proclamé le plus grand poète du siècle, descend au rang de violon criard, et J. M. de Hérédia, ailleurs fort dédaigneusement traité, reprend la place qui lui est due. En outre, le catalogue est en même temps surabondant et incomplet : on y trouve des poètes presque inédits, et d’inexplicables oublis sont à regretter. L’un d’eux, surtout, montre bien que nous ne sommes point en présence d’une œuvre raisonnée et conçue par un seul ouvrier : Ephraïm Mikhaël, qui, en sa courte vie, chanta tant de beaux poèmes admirés également par ses aînés et par ses pairs, est tout à fait passé sous silence; louer les morts coûte peu cependant aux plus envieux des vivants, et la sagesse aurait suggéré à n’importe quel critique travaillant sur un plan déterminé de ne point oublier quelqu’un qui fut au premier rang parmi les jeunes.
De ce qui précède, il appert clairement que M. A. France est un personnage mythique et collectif : il est impossible en effet d’attribuer à un seul homme, si heureusement doué qu’on le suppose, autant de contradictions, de défaillances et de palinodies. La dernière manifestation de cet être imaginaire parait provenir de quelques scribes romans que la crainte de cruelles rimes induisit à beaucoup de politesse envers Laurent Tailhade, et la haine sagace de la bonne littérature à beaucoup de malveillance pour Henri de Régnier.

Les petites revues dans le Mercure de France

[La rubrique « Journaux et Revues » du Mercure de France est une mine d’information, où l’on trouve souvent des réflexions théoriques sur le genre des petites revues et leur statut dans la presse de l’époque. Ci-dessous, un extrait de la chronique d’octobre 1892, qu’on trouvera ici en intégralité. Les chroniques  de presse des premières années du Mercure sont disponibles à partir de cette adresse]

 En Angleterre, la « petite revue », la revue d’art, la revue sans préoccupations commerciales n’existe pas. Ce genre de périodique, toujours fondé par de jeunes écrivains auxquels sont fermés les journaux à caisse et les recueils à chèques, n’a aucune raison d’être en un pays où soixante magazines, sans compter les américains, prospèrent, appuyés sur un large et solide public. Il n’y a pas, comme en France, un surcroît de copie : la demande couvre l’offre, et tout s’imprime et tout se paie, — bon ou mauvais, pourvu qu’on y respecte « Miss Grundy ». Je ne vois donc à la Pagan Review (dont le premier numéro nous arrive de Rudgwick Sussex) d’autre but avouable que de choquer systématiquement la pudeur de l’honorable et traditionnelle vieille fille. Mais Miss Grundy ne capitulera pas. Elle sait que l’hypocrisie est un solide verrou qui garantit sa liberté, et elle continuera a faire ses mines pourvu qu’on la laisse s’en faire faire d’autres en catimini, se saoûler à l’ombre de sa feinte candeur et se payer les Highlanders dont les muscles lui plaisent.

  Maintenant, il y a sans doute dans Pagan Review un but artistique et même philosophique, — mais le prospectus est obscur et ce qui le suit ne l’est pas moins. D’assez jolies pages, dans le goût de celles qui encombrent les «petites revues », françaises, et, à côté, du pseudo-naturalisme tel que ce roman intituléThe Sangans et où les personnages, français, usent pour ébaubir Miss Grundy d’une langue que l’auteur croit du parisien, mais qui n’est que cet international argot parlé dans les romans suisses — légers. The Black Madonna, par W.-S. Fanshawe, est assez étrange. A la fin, des notes et l’analyse des Pastels in prose, traduits du français par M. Stuart Merrill.
L’épigraphe est spirituelle : Sic transit gloria Grundi.

The Pilgrim.

 Madame Marholm, dans la Freie Bühne du 15 août (Tribune Libre), consacre un article nécrologique à Arne Dybfest, le romancier norvégien suicidé récemment. « Il était le plus moderne des Norvégiens; Garborg à côté de lui semble être un vrai bourgeois, il était tout à fait norvégien: naïf jusqu’au comique, prenant au sérieux tout ce qu’il touchait, plus au sérieux que ne le fait même la vie dans ses manifestations; il cherchait le raffinement, le raffinement jusqu’au grotesque, jusqu’au manque de goût, jusqu’au ridicule, comme un norvégien barbare s’apprête l’art délicat, rare et difficile de la sensation, — mais dans tout ce qu’il a fait, dans tout ce qu’il écrivit, cet homme semble avoir été entier, sans restrictifs, sans compromis. »
Sa patrie ne le lui a pas pardonné. La-bas, où les différences de classes sont moins grandes, « l’esprit borné règne plus absolument qu’ailleurs. » Pour rester soi-même, il faut être « poète-né », et quand on s’avise de penser et d’écrire librement sur « le centre organique de l’existence, la femme et la vie sexuelle », disparaître sera le mieux que l’on puisse faire et le plus tôt possible…
« Dybfest à sauté d’un bateau de pêche en pleine mer, et s’est noyé. »
Mme Marholm analyse ensuite, avec l’intensité qu’elle seule sait donner à ses si originales pages de critique, les deux nouvelles de Dybfest : Ira et laSolitaire. Il laisse encore un volume : Au milieu des Anarchistes , avec des notes sur Louise Michel, le prince Kropotkine, les Journalistes de la révolte.
Au même fascicule, une critique de la Débâcle de M. Ledehour, d’exquises impressions de l’exposition de Vienne par M. Bahr, un terne article sur M. Loti de M. Reissner, etc.

H. A.

 Dans la Vita Moderna (4 septembre), une curieuse notice sur le P. Antonino Arguis de Velasco, clerc régulier théatin — et agent théâtral. Cela se passait au XVIIe siècle, à Mantoue, puis à Modène où le R. P. était, de plus, résident pour S. M. Catholique. Il embauchait les ténors et les ballerines, veillait sur la voix des uns, sur les jambes et la vertu des autres. Ses correspondants lui rendent compte de la conduite des sujets qu’il a placés: « … La Signora Appolonia conserre toujours sa candeur et sa modestie… ». — La même revue annonce une traduction italienne des Cenci de Shelley.

R. G.

 Dans la Revue de l’Evolution (1er septembre), une étude de M. Paul Gabillard intitulée Le Jeux et l’Art : « Les sentiments esthétiques dérivent-ils del’impulsion du jeu ? — Formulée pour la première fois par Kant et adoptée par Spencer, cette théorie a reçu son expression la plus haute dans les Lettres sur l’éducation artistique de Schiller. — Pour M. Guyau, au contraire, l’art, bien loin d’être la forme supérieure et idéale du jeu, n’en présenterait aucun des caractères saillants et ne serait autre chose que le développement de l’utile et de l’agréable… » L’auteur examine les deux doctrines, puis conclut par un moyen terme : «… L’art n’est ni le dérivatif du jeu ni une forme de l’utilité, mais bien la résultante d’un sentiment sui generis absolument irréductible. » — Dans le même numéro, M. Alexandre Cohen signe une intéressante biographie de Multatuli (Edouard Douwes Dekker, 1820-1887), l’original écrivain hollandais dont il a traduit plusieurs fragments pour la Revue de l’Evolution. Multatuli fut d’abord fonctionnaire supérieur du gouvernement hollandais dans les Indes: « Nommé au commencement de 1856 assistant-résident à Lebak, dans la résidence de Bantam, il s’aperçut aussitôt que la misérable situation matérielle de la population indigène était due principalement à l’oppression et l’exploitation éhontées du régnet indigène de ce district, un prince javanais… soutenu par le résident de Bantam en personne. » S’étant imposé la tâche de protéger les indigènes contre toutes les exactions, il envoya de nombreux avertissements au régent javanais, qui, protégé par le résident, n’en tint pas compte. «… Douwes Dekker se crut enfin obligé de s’adresser directement au gouverneur général, pour réclamer la mise en accusation du régent. — Pour toute réponse, il reçut une missive lui exprimant le mécontentement du vice-roi et lui annonçant son déplacement dans un autre district de Java « où il dépendrait de sa conduite ultérieure s’il pouvait être maintenu au service du gouvernement colonial. » Démission de Douwes Dekker, puis deux vaines tentatives, l’une aux Indes, auprès du gouverneur, l’autre en Hollande, auprès de la Chambre, pour expliquer sa conduite. Et c’est trois ans après, en 1859, que, sous le pseudonyme de Multatuli, conservé dans la suite, il publia Max-Havelaar, «… un livre extraordinaire, étrange, où s’entremêlent la douceur et la colère, le sarcasme impitoyable et le sentimentalisme confinant à la mièvrerie… Livre qui, dans le monde parlementaire hollandais et parmi les marchands de mélasse et de café enrichis par l’exploitation coloniale, fit l’effet d’un pavé lancé dans une légendaire mare à grenouilles… De partout Multatuli reçut des lettres d’injures, de menaces, et il se vit, à la fin, obligé de quitter la Hollande pour habiter d’abord Bruxelles, ensuite en Allemagne, a Nieder-Ingelheim, une petite ville sur le Rhin, où il est resté jusqu’à sa mort, survenue le 19 février 1887. — L’œuvre de Multatuli est considérable, et il a bouleversé complètement les conceptions littéraires en Hollande. Depuis l’apparition du Max-Havelaar jusqu’en 1887 il a publié treize volumes in-8 d’une impression fort compacte, au total quatre mille pages. D’un style mordant — tenant de Henri Heine et de Voltaire — la lecture de ses écrits, en dépit du peu d’esprit de suite, peut-être à cause de cela même, offre un charme particulier. »

A. V.

 Mélusine (juillet-août) continue de nous intéresser à l’étude de la littérature et des superstitions populaires, mais malgré de bonnes ou curieuses contributions, soit que la matière s’épuise, soit que les folk-loristes se lassent, les derniers numéros ne valent pas les anciens. Signalons néanmoins deux notes, spécieuses peut-être, mais fort savantes, de M. Duncieux sur « La Belle dans la tour » et sur « La Pernette ».
A propos de folk-lore, signalons un extrait de La Tradition: Le Folk-Lore du Danemark. I. Proverbes Danois, par le Vicomte de Colleville et Fritz de Zepelin. Les proverbes recueillis sont au nombre de cinq cent cinquante-deux; en voici quelques-uns : « Mettez un mendiant sur un cheval, et tout de suite il prend le trot. — Quand il arrive au pouvoir, personne n’est pire au malheureux que le gueux. — Obtenir une chose par la prière, c’est l’acheter plus cher qu’avec de l’or. — Vouloir n’est point justice. — Les uns fondent les balles, mais ce sont d’autres qui les tirent. » Les auteurs annoncent un recueil de légendes et un recueil de chansons danoises: ces travaux sont les bienvenus.

R. G.

 Excellent numéro de l’Ermitage (août), avec MM. Hugues Rebell, Le Cardonnel, Verlaine, Degron, Paul Masson, Pierre Dufay, Rambosson, Tardivaux, Mazel, etc. Entre autres bonnes choses, un Paradoxe sur la Critique, d’Adolphe Retté, où cet amusant projet de méthode de critique: « Il y a toujours avantage à prendre le contre-pied d’une idée suisse. Partant de là, choisissons cette proposition d’un Genevois inventé par M. Schérer et ressuscité — oh ! très peu — par M. Bourget: « Un paysage est un état d’âme. » Retournons-la et disons : « Un état d’âme est un paysage. » Voilà une base excellente…. »
Dans les Essais d’Art Libre, une jolie ironie, de Remy de Gourmont, surCelui qui ne comprend pas : « De tous les plaisirs que peut procurer la Littérature, le plus délicat est certainement : « Ne pas être compris ». Cela vous remet à votre place, dans le bel isolement d’où l’inutile activité vous avait fait sortir : réintégrer la Tour et jouer du violon pour les araignées, qui — elles — sont sensibles à la musique. » Suit la monographie de Celui qui ne comprend pas, :«  fier de Son inintelligence et des loques verbales dont il vêt sa nudité spirituelle, — et il s’exhibe, il fait le beau, et dès qu’on flatte sa vanité, qui est « Ne pas comprendre », un éventail de plumes de paon lui sort du derrière, et sur chaque plume, en guise d’œil, il y a un rond où est écrit: « Moi, je ne comprends pas ! »
Les publications dites « petites revues », si nombreuses aujourd’hui, furent ce mois-ci particulièrement intéressantes: mais il faudrait deux fois plus d’espace que nous n’en avons pour en rendre compte, et nous devons nous restreindre à signaler les principaux articles. — Aux Entretiens Politiques et Littéraires:L’homme sensible (Paul Adam), La Commune de Paris (Bakounine), .La Chevauchée d’Yeldis, un long poème de F. Vielé Griffîn, Portraits (H. de Régnier), et des critiques littéraires de Bernard Lazare. — A la Jeune Belgique, des poèmes de Fernand Séverin, Emile Verhaeren; Petites études de poétique françaiseLe Verset la Prose (Iwan Gilkin). — A la Revue Blanche: desFragments de Nietzsche, un Léon Cladel d’Eugène Morel, Réponse de la Bergère au Berger (Edouard Dujardin). — Au Saint-Graal : Syvle (Jean Moréas);Romans baptisés : article d’esthétique, d’Emmanuel Signoret; La Révolte des Saintes (G. Vicaire), Léon Bloy : silhouette par Rambosson; un Léon Cladel de Degron. — L’Idée Libre, nouvelle série, avec une couverture où un symbolique dessin de Schwabe: Souvenirs sur Richard Wagner (E. Schuré), Bertha(Swinburne), Survivances (E. Besnus), Lamennais (B. Guinaudeau), Gestes(Alfred Mortier), L’Embarquement pour Ailleurs (G. Mourey), Critique’de L’Individualisme et de l’Ecole (Jules Bois).

A. V.

[Mercvre, « Journaux et Revues  », Mercure de France, t. VI, n° 34, octobre 1892, p. 178-185.]

Analyse de réseaux de revues avec R

À partir des extractions des données concernant les collaborateurs des revues sur la base PRELIA, on peut étudier des phénomènes de sociabilité littéraire et de réseaux d’artistes et d’écrivains. Daphné de Marneffe insiste sur le « rôle de “nœud de sociabilité littéraire” des revues », qui contribuent à la formation d’un réseau à deux dimensions : « la dimension humaine (une question de relation entre groupes : le “réseau social”) et la dimension textuelle (une question de citation, de renvoi textuel : le “réseau intertextuel”). »[1] Certains outils informatiques permettent précisément, à partir de la base de données PRELIA, de proposer des analyses prenant en compte l’ensemble des collaborateurs de ces revues, selon leur implication plus ou moins grande (mesurée par leur nombre de contributions) à tel ou tel titre.

À partir d’une extraction des noms, fonctions (auteur, illustrateur, etc.) et nombre de participations aux revues des artistes et écrivains de la base PRELIA, on peut construire avec le logiciel de statistique R (http://www.r-project.org/) des graphes mettant en relief les relations entre les revues et entre leurs auteurs. On peut ainsi représenter les revues et les auteurs comme des points dont la taille est proportionnelle à l’importance du nombre de collaborations. La position de ces points est déterminée par un algorithme de dessin basé sur les forces[2] qui permet de rapprocher les points les plus liés entre eux et d’éloigner les points qui ne partagent pas de connexion, ce qui permet de repérer rapidement des regroupements d’auteurs dont le rapprochement doit être analysé. Un second algorithme de détection de communautés permet de repérer les revues et les auteurs formant des réseaux en appliquant une couleur identique aux points dont les relations sont les plus denses[3] :

 PRELIAfruchtermanvertexsizeprop1153

 En se concentrant sur certaines zones du graphe, on peut repérer des groupes de points formant des noyaux de collaborateurs qui participent aux mêmes revues. Entre des revues comme L’Ermitage, le Mercure de France, Vers et Prose, Le Livre d’art, L’Idée libre, La Plume, plusieurs communautés d’auteurs se dégagent : en rouge Jarry, Paul Fort, Klingsor, Pilon… ; en bleu Symons, Wilde, Mockel, Schwob, Paul Adam… ; en violet Mallarmé, Raynaud, Le Cardonnel ; en mauve, Henri Albert, Rambosson, Dumur, Gourmont… :

 DETAILPRELIAfruchtermanvertexrevuessizeprop1212

 Différentes explications peuvent ensuite être données à ces regroupements (phénomènes générationnels, stylistiques, génériques…), l’analyse statistique des communautés venant confirmer ou affiner les analyses sociologiques, d’histoire littéraire, etc. Ces outils permettent de donner une image plus fine des personnels des revues, en nous forçant à observer la présence et l’importance de certains noms oubliés ou mal connus.

On peut imaginer des outils pour mettre en lumière des relations sinon difficilement visibles :

  • l’intégration d’un certain nombre de variables (tirage, etc.) dans le calcul de l’importance d’une revue ;
  • des graphes dynamiques permettant de montrer des évolutions dans le temps ;
  • des comparaisons avec d’autres mises en réseau : correspondances, liens maîtres-élèves, scolarisation, salons… ;
  • une visualisation géographique de ces relations, etc.

Ces visualisations permettent d’analyse les réseaux sociaux des revues ; pour ce qui est des réseaux intertextuels, des outils de numérisation et de lexicométrie peuvent faire apparaître d’autres phénomènes.


[1] Daphné de Marneffe, « Le réseau des petites revues littéraires belges, modernistes et d’avant-garde, du début des années 1920 : construction d’un modèle et proposition de schématisation », COnTEXTES [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 23 octobre 2008, consulté le 27 octobre 2013. URL : http://contextes.revues.org/3493

[2] ), Thomas M. J. Fruchterman et Edward M. Reingold, « Graph drawing by force-directed placement », Software : Practice and Experience, 1 novembre 1991, vol. 21, no 11, pp. 1129‑1164.

[3] Aaron Clauset, M. E. J. Newman et Cristopher Moore, « Finding community structure in very large networks », Physical Review E, décembre 2004, vol. 70, no 6, 066111. URL : http://arxiv.org/abs/cond-mat/0408187

Alfred Jarry dans Gil Blas

[Recueil de mentions, comptes rendus, anecdotes peu connues sur Jarry, publiées dans Gil Blas entre 1894 (alors que son premier livre, Les Minutes de sable mémorial, n’est pas encore sorti) et 1913, avec des souvenirs d’André Salmon qui diffèrent quelques peu de ceux de ses Souvenirs sans fin. On notera surtout le pastiche de Pierre Veber, « Ubu-Directeur », qui rajoute une scène à Ubu Roi (pastiche qui fit l’objet d’une plaquette éditée par Bernard le Doze en 1986, signalée par Patrick Besnier dans sa biographie de Jarry). Les coquilles ont été respectées.]

 titregilblas

  • Paul Marcel, « Journaux et revues », Gil Blas, n° 5382, 13 août 1894, p. 2-3

[p. 3] Eh ! bien, non, l’école décadente n’est point morte ; Adoré Floupette ne l’a nullement tuée : nous en prenons à témoin l’Art littéraire de ce mois. On s’imagine que ces écoles de jeunes ne sont qu’affaires de modes!… Mais, d’abord, ces jeunes sont-ils réellement des jeunes ? M. Stéphane Mallarmé, le grand-maître, a certainement un peu plus de quinze ans. Il n’en écrit pas moins des vers comme ceux de ce quatrain :

À dix heures et sans que tel souffle l’émeuve,

Toute la vétusté presque couleur encens,

Comme furtive d’elle et visible, je sens,

Que se dévêt pli selon pli la pierre veuve.

Après quoi, nous vous recommandons l’article de M. Alfred Jarry : Les Minutes de sable mémorial : César-Antéchrist.

Tout d’abord, ce « sable mémorial » semble indiquer un assez fort grain chez son auteur. Mais, quand on lit ses explications, sa mise en scène, oh ! alors, plus de doute : M. Jarry est sincère et se croit dans la bonne voie.

Et quelles scènes ! quels dialogues ! Il faut entendre saint Pierre (vu de dos presque, les yeux à gauche) dialoguant avec le Christ vert, le Christ d’or, le Christ d’argent, le Christ de plomb. C’est coupé pour le théâtre, il faut voir ! Sans compter les passages lyriques, la perfection du genre. Lisez plutôt :

La Corne du Héraut

Pouls dans le vent, pouls dans la mer, pouls sur la nuit qui fuit !

La nuit du pouls de mes artères bruit.

Les coraux des piliers forent leurs graminées,

Comme les cors vrillés d’Ammon d’en haut sonnés.

Cloisonnant ton cœur de son marteau doux,

Bergère d’Ammon, d’en haut tonne le bruit.

Sur le vent, la mer et la nuit,

Le

Pouls…

Il y avait déjà le pou mystique du peintre Galimard ; mais M. Jarry a fait plus fort ; son pou est un personnage duquel on est en train de se demander à quel moment le pou part.

  • L. B.-D., « Premières représentations », Gil Blas, n° 6234, 11 décembre 1896, p. 3

L’Œuvre. — Le Roi Ubu, comédie dramatique en cinq actes, en prose, par M. Alfred Jarry.

J’ai trop souvent répété que les spectacles privés ne sauraient, sans usurpation, être jugés librement pour y revenir. Si je rappelle d’un mot l’impossibilité où je me sens de dire mon avis sur ce genre de spectacle, c’est que celui dont l’Œuvre a, hier, offert la représentation à ses invités a vraiment tout ce qu’il [faut] pour justifier l’embarras ou la répugnance de la critique la moins bégueule, j’entends celle qui tient ses droits pour illimités, alors même qu’ils sont contestables.

Cette fois, il me serait même interdit de m’en tirer comme j’en ai coutume dans les cas délicats, c’est-à-dire de me borner à résumer la pièce sans la juger. Je trahirais l’auteur si je ne citais pas dans leur texte certaines des façons de parler qu’il prête à ses personnages et qu’il considère, lui, comme caractérisant essentiellement son œuvre. Or, je l’avoue, ces citations sont au-dessus de ma bonne volonté par cette raison qu’en respectant le texte du Roi Ubu, il me semble que je ne respecterais pas assez mes lecteurs. Pensez tout le mal qu’il vous plaira de cette pusillanimité, qualifiez-la d’imbécile, dites qu’elle est digne du dernier des bélitres ou même du dernier des bourgeois, je ne parviendrai pas à m’en affranchir.

D’ailleurs, et cela me console un peu, l’attitude d’une bonne partie de mes co-invités m’a montré que je ne suis pas le seul à ne point goûter le charme de l’ordure. On a sifflé, miaulé, aboyé, joué du mirliton, et le tout avec assez de bonne foi et de continuité pour que mon silence ait une double excuse, puisque, par le fait, je me trouve n’avoir entendu que des fragments du Roi Ubu.

Sachez seulement que ce roi Ubu est une vieille canaille qui, flanqué de sa femme, laquelle est pour le moins aussi canaille que lui, passe son temps à accumuler les forfaits les plus énormes à seule fin de nous rappeler, si je ne me trompe, qu’en politique tous les partis se valent et sont invariablement dirigés et exploités par les pires coquins. C’est, toujours si je ne me trompe, dans la plus truculente comme dans la plus implacable ironie que l’auteur prétend travailler.

Les invités de la soirée d’hier ont, en général, paru croire que M. Jarry s’amusait à leurs dépens et qu’il n’était pas dupe des facéties qu’il envoyait ainsi par le nez de son public. Le mot de fumisterie était sur presque toutes les lèvres.

Moins nombreux, d’autres invités soutenaient, au contraire, que notre auteur se prend et prend sa pièce au sérieux. Ils allaient même jusqu’à évoquer à propos du Roi Ubu, Shakespeare et Rabelais. Diable ! ceci serait plus grave.

  • Turlupin, « Propos de Coulisses », Gil Blas, n° 6234, 11 décembre 1896, p. 3

Comme la veille, à la répétition générale d’Ubu-Roi, la première représentation du théâtre de l’Œuvre a été troublée par des protestations tumultueuses. Des cris, des vociférations, des quolibets à l’adresse des artistes partaient de tous les coins de la salle.

On s’est donc amusé, grâce à M. Lugné-Poe et à M. Alfred Jarry, l’auteur.

  • Pierre Veber, « Ubu-Directeur », Gil Blas, n° 6432, 27 juin 1897, p. 1

Pour Jarry.

Scène oubliée d’Ubu-Roi. Cette scène se place à la fin de la pièce. Le Père Ubu est arrivé en France et il cherche une position sociale ; un fauteuil placé sur le théâtre suffit à indiquer que l’on se trouve dans un intérieur ; au mur, une image d’Épinal figure un portrait d’ancêtre. Père et Mère Ubu, après le dîner, se chauffent les tibias.

Scène Ire

PÈRE UBU, sautant

J’ai mon affaire !

MÈRE UBU

Père Ubu, comme tu es violent ! Tu m’as fait peur.

PÈRE UBU

Madame, vous devez vous estimer bien heureuse d’avoir épousé un homme de génie. J’ai découvert un métier qui me rapportera beaucoup de phynance.

MÈRE UBU

Le Cambriolage ?

PÈRE UBU

Non, j’ai peur des flics, qui m’emmèneraient en prison.

MÈRE UBU

Tu vas vendre de la soupe ?

PÈRE UBU

Mieux encore ; mère Ubu, sais-tu qui tu as devant les yeux ?

MÈRE UBU

Une énorme gourde ?

PÈRE UBU

Non ; le Restaurateur des lettres françaises ! Je rénoverai l’art dramatique : demain, pas plus tard, je fonde le Théâtre-Ubu.

MÈRE UBU

Pauvre idiot ; personne ne te donnera de la phynance, et tu mangeras tes quatre liards.

PÈRE UBU

Taisez-vous, vieille chouette ; je serai académicien, j’irai à Chantilly et je tutoierais des critiques.

MÈRE UBU

Il est complètement fou ! Qu’est-ce que tu joueras sur le Théâtre-Ubu ?

PÈRE UBU

Je jouerai les pièces qui me plairont.

MÈRE UBU

Ce sera du propre, tu ne connais ni A, ni B.

PÈRE UBU

Je me ferai aider par un garçon charcutier qui me conseillera ; je le nommerai Conseiller en chef du Théâtre-Ubu ; il a du goût, paraît-il. Toi, Mère Ubu, je te donnerai un poste de confiance.

MÈRE UBU

Ah ! Il pense à moi ! Je serai directrice ? ou grande coquette ?

PÈRE UBU

Mieux que cela ; tu seras ouvreuse et tu passeras les petits bancs.

MÈRE UBU

Hou ! le vieux bouffre ! Bran pour toi !

PÈRE UBU

Ce n’est pas tout ; tu feras la foule dans les pièces à spectacle, tu moucheras les chandelles, tu flanqueras à la porte les gens qui ne seront pas contents, tu vendras des programmes et tu applaudiras aux beaux endroits.

MÈRE UBU

Et que me donneras-tu, pour ma peine.

PÈRE UBU

De la mer…

MÈRE UBU

Mangre ! Tu dégoûtes les poules. Voici des nobles seigneurs qui se dirigent de ce côté. Est-ce que tu reçois ?

PÈRE UBU

Comment donc ! À bureau ouvert.

Scène II

LES MÊMES, LES NOBLES ÉTRANGERS

PÈRE UBU

Messieurs, asseyez-vous, et donnez-moi votre phynance.

PREMIER ÉTRANGER

Est-ce au directeur du Théâtre-Ubu que j’ai l’honneur de parler ?

PÈRE UBU

Lui-même ; j’arrive à temps pour tirer le théâtre de la Merdre où il croupit. Combien voulez-vous de fauteuils ? Si vous souscrivez pour une loge, je vous accorderai ma bénédiction à titre de prime.

PREMIER ÉTRANGER

Je vous apportais une pièce.

PÈRE UBU

Oh ! je vous prenais pour un abonné. (À la mère Ubu.) Apporte vite le croc à auteurs, et la machine à piges, et mon grand critérium en chrysocale. En quoi est-elle, votre pièce ?

PREMIER ÉTRANGER

En cinq actes et en vers.

PÈRE UBU

Oh ! oh ! oh ! Fourrez-moi ça dans le tonneau à vidange ! Et toi, vil escogriffe, ôte toi de devant mes yeux, ou je te déchiquète le rectum.

PREMIER ÉTRANGER

Grâce, Père Ubu ! jure-moi, et je te donnerai de la phynance.

PÈRE UBU, souriant

Bravo, bien parlé ! Asseyez-vous dans le fauteuil ; vous avez de l’avenir, vous ; vous êtes shymboliste.

PREMIER ÉTRANGER

Croyez-vous ?

PÈRE UBU

Shymboliste phynancier, cornegidouille ! j’ai vu ça du premier coup ; et j’ai justement sous la main, pour vous, une jeune première exquise de jeunesse et de beauté ; elle coûte très cher le cachet, parce qu’elle a l’accent belge, et c’est introuvable, comme vous savez ; je vais vous la présenter ; arrive ici, Mère Ubu ! (À l’étranger.) Qu’en dites-vous ?

PREMIER ÉTRANGER

Elle me semble un peu marquée.

PÈRE UBU

Marquée au bon coin ! C’est mon élève ; elle parle dans ses ribouis (1). Maintenant, passez à la caisse ; mère Ubu, apporte la Phycelle à Phynance et le Carnet à Souches. Au revoir, monsieur et dur auteur ; vous répétez demain généralement ; après-demain, la première.

PREMIER ÉTRANGER

Père Ubu, tu ne sauras pas ton rôle !

PÈRE UBU

J’improviserai. Adieu. (Au deuxième étranger.) Vous aussi, vous m’apportez une pièce à phynance ? Dépêchez-vous, la cour est pleine. Voyez à la caisse.

DEUXIÈME ÉTRANGER

Père Ubu, il y a erreur ; je suis bourré de talent, et j’ai sous mon bras une pièce admirable.

PÈRE UBU

Ah ! tu vas passer par le tonneau !

DEUXIÈME ÉTRANGER

C’est une tragédie annamite, traduite d’une traduction allemande.

PÈRE UBU

Ah ! j’ai justement un lot de costumes vénitiens. Je prends ta pièce. Mère Ubu jouera le père noble et tu ajouteras un rôle de pasteur pour moi. Nous répétons ce soir généralement ; je te jure demain matin à la première heure. Soigne-toi (au troisième étranger). Merdre, comme disait Cambonne, y en a encore ! Qu’est-ce que tu souhaites ?

TROISIÈME ÉTRANGER

Vous lire un drame de ma façon.

PÈRE UBU

Es-tu symboliste et phynanceur ? Connais-tu une langue étrangère ? À quoi es-tu bon ? As-tu des relations brillantes ?

TROISIÈME ÉTRANGER, riant

Non ; non ; non : non ;

PÈRE UBU

Alors, tu es un simple pauvre bougre ! Hors d’ici, voyou !

(Exit l’étranger).

MÈRE UBU

Tu est satisfait, tu as chassé tout le monde.

PÈRE UBU, exalté

Oh ! tu verras, Mère Ubu, tu verras, le beau théâtre ! Il n’y aura pas de lumière, pas de décors, pas d’acteurs, pas de pièce et pas de spectateurs.

MÈRE UBU

C’est vrai, ce n’est pas encore fait.

PÈRE UBU

Et quand j’aurai montré de quoi je suis capable, j’espère que l’on m’offrira la direction d’un théâtre subventionné

(Rideau)

Pour copie conforme :

PIERRE VEBER

 

(1) Sorte de chaussure norwegienne (N. D. L. A.)

 

  • De Tanville, « Le Monde », Gil Blas, n° 9396, 4 juillet 1905, p. 2

Mme Péan, veuve du célèbre chirurgien, a donné, samedi soir, une seconde et très brillante soirée, en ses salons du boulevard Malesherbes.

On a applaudi Mlle Adrienne Péan, sa fille, dans des morceaux de Lenepveu, Massenet, Schümann et Gounod, et M. Dozzo Lederer, dans les compositions de Bach, Schümann et Lederer.

Pour finir, le Manoir enchanté, l’opéra-bouffe de MM. Demold et Jarry, musique de Claude Terrasse, avec Mme et M. Depas, les artistes bien connus. Au piano, M. Pickaert. On a terminé par un tour de valse.

Dans l’assistance : la comtesse de Geoffre, Mme Paul de Royer, Mme Back de Surany, Mme Menière, la comtesse de Job, M. Ballot-Beaupré, M. Gaston Lemaire, M. André de Fouquières et Mme Oulmont.

  • Un Exposant, « Banquet offert au Comité exécutif de l’Exposition de Liège », Gil Blas, n° 9568, 24 décembre 1905, p. 2

Le président et les membres du comité d’organisation de la section française à l’exposition de Liège ont offert, hier, à la galerie des Champs-Élysées, sous la présidence de M. Trouillot, un dîner de clôture de l’exposition au comité exécutif belge.

Le banquet, annoncé pour sept heures, ne commença que trois quarts d’heure après, par suite d’un retard dans l’arrivée du train de Belgique amenant une partie de la commission officielle.

Le ministre du commerce était exact, et l’assemblée au grand complet.

Le dîner, fort bien ordonné, comprenait une série de petites tables de douze couverts, présidées chacune par un membre du comité français des expositions a l’étranger et ornées de surtouts fleuris du plus bel effet.

En tout, deux cent cinquante convives.

Le menu et le programme (car la fête comprenait une soirée artistique), fort originaux, conçus par M. N. Bellery-Desfontaines, ont été tirés par M. N. Weill, l’estimé graveur du boulevard Bonne-Nouvelle.

[…]

On passe alors au fumoir où le café est servi. M. Layus, premier vice-président du comité d’organisation de la section française, offre au nom des exposants, deux superbes objets d’art à MM. Chapsal, commissaire général, et Pinard, président de la commission française… et la fête artistique commence. En voici le programme :

Soirée du 23 décembre 1905 : Paysage de Neige, monologue (Franc-Nohain), M. Peyrière, de l’Odéon.

Le Manoir enchanté, opéra bouffe inédit en un acte de MM. Eugène Demolder et Alfred Jarry, musique de Claude Terrasse.

Mme Magdeleine Depas, Elle.

M. Fernand Depas, Lui.

Danses Louis XV : a) Menuet, b) Musette, c) Tambourin. Mlles Jeanne Billon et Marceline Houvier, premiers sujets de l’Opéra.

Arioso du Prophète (Meyerbeer), Mlle Jane MargyI, de l’Opéra.

L’humoriste Georges Chepfer, du Théâtre-Royal, dans ses œuvres.

Aubade (C. Erlanger), Mlle Jane Margyl, de l’Opéra.

Les Coteaux du Médoc, comédie en un acte, en prose, de M. Tristan Bernard.

Mmes Marthe Régnier, de l’Odéon, Bertha.

M. Tarride, de l’Odéon, Henri.

M. Peyrière. de l’Odéon, le concierge.

Il est trop tard pour faire le compte rendu de cette intéressante soirée. Constatons toutefois le grand succès des artistes qui ont prêté leur concours, et surtout de l’opéra bouffe inédit le Manoir enchanté, dont la musique, de M. Claude Terrasse, a été fort applaudie.

Terminons comme notre ministre du commerce et souhaitons que cette charmante fête resserre encore les liens d’amitié qui unissent ta Belgique et la France.

  • Jules Bois, « La Vie Littéraire », Gil Blas, n° 9899, 26 novembre 1906, p. 1-2

[p. 2, dans un compte rendu]

Les deux livres que je veux analyser aujourd’hui sont des satires sociales. On peut les rapprocher du Roi Bombance, de Marinetti. La fantaisie en est aussi truculente et imprévue ; mais le sel et même le poivre gaulois les relèvent de raillerie et de jovialité bien nationales. Le Père Gigogne, de MM. Armory et Achaume et L’Eve « Petit Paon » de Henry Austruy jouent allègrement avec des réformes sociales ou des travers politiques. Ces romanciers, très jeunes tous trois, pleins de verve et possédant le sens de l’énorme, du ridicule et du pittoresque, doivent être encouragés ; car ils font subir à la fiction comique l’évolution qu’a déjà traversée la fiction grave et tragique. Leur vision est une vision d’ensemble. Leurs volumes, — avec toute la distance qui sépare les chefs-d’œuvres immortels des jolis essais, — s’affilient à Don Quichotte, à Guliver, à Gargantua, à Pantagruel. On se rappelle aussi les lettres de Malaisie, de Paul Adam et Caresco, Surhomme, d’André Couvreur. C’est dire que MM. Armory et Achaume d’une part, de l’autre, M. Austruy, s’essaient au roman satirique social.

Le Père Gigogne a été comparé au Surmâle d’Alfred Jarry, avec cette différence, fort bien notée par Mme Rachilde, qu’André Marcueil, le cynique héros de Jarry, veut demeurer « superbement inutile ». Au contraire, Paul-Louis Marchat est un « repopulateur ». Jouissant d’une fortune considérable et d’une belle santé, dégoûté aussi de l’amour stérile par les frasques de sa maîtresse, Bluette Carquois, il se décide à fonder le Temple des Mères, qui n’est autre chose qu’un sérail réglementé et moral. « Repopulateur ! quel titre à la gloire immortelle, gloire auprès de laquelle pâlira celle de Napoléon le grand Tueur ! »

[Le compte rendu de Rachilde auquel Jules Bois fait allusion a été publié dans le Mercure de France du 1er novembre 1906, p. 92-94: « Le Père Gigogne, par Armory et Achaume. S’il fallait trouver une moralité au Surmâle d’Alfred Jarry, je crois que le roman de ces deux jeunes auteurs, pleins de bon vouloir, pourrait vraiment lui en tenir lieu, car le Père Gigogne (n’en déplaise au Père Ubu) est un livre moral, c’est même la seule œuvre morale qui restait à écrire sur… la matière ! Qu’on me permette de rappeler ici le programme du Surmâle : « L’amour est un acte sans importance, puisqu’on peut le faire indéfiniment. » Naïf ou profond, cet aphorisme, dans la bouche d’un monsieur, qui songe d’abord à s’amuser aux dépens de son auditoire, est une insulte pour la femme, disons, si vous le préférez, pour la Nature. (Lorsqu’on s’efforce de prouver certaines choses un peu scabreuses, il convient d’employer les grands mots.) Mais Paul-Louis Marchât n’est point un dilettante, comme André Marcueil, le cynique héros de Jarry, il ne veut point demeurer « superbement inutile », comme osent le lui conseiller ses bons parents trop riches et il découvre une occupation journalière, un petit travail quotidien, lequel, généralement, n’apporte pas avec lui le pain du même nom : il fera… (mon Dieu, oui, que voulez-vous, les grands et les gros mots s’accumulent…) il fera un enfant par jour! On nous parle assez de dépopulation après boire. Paul-Louis Marchât repeuplera la France avant son déjeuner, tous les matins. Voilà, au moins, le programme acceptable de ce Surmâle, d’un nouveau genre, du seul genre admissible, entre nous, pour la possibilité morale de l’autre. Alors, sur cette donnée, déjà ultra-fantaisiste, les auteurs ont brodé les plus inimaginables festons. La présentation de la première équipe de jeunes candidates à la maternité (toutes ces dames au cabinet d’auscultation) est bien la scène la plus amusante qu’un compère de revue puisse rêver. Il faut lire la description des dortoirs et des aimoirs hygiéniques, des parcs où s’ébattent les futures jeunes épouses. Je vous copie le menu, l’un des menus, du courageux reproducteur ; on ne saurait trop répandre la bonne parole. Paul-Louis Marchât se nourrissait : « d’œufs, le plus souvent à la coque, qu’il gobait; de légumes phosphatés; de bouillies sucrées de farine d’avoine ;de salades de cœurs de céleri, d’aristoloches, de cresson alènois et de cardamone ; d’asperges, d’artichauts, de truffes, de morilles et d’oignons blancs de Mégare ; de poissons, de crustacés, de mollusques, pétoncles, huîtres et autres bivalves; de viandes saignantes ; de miel, d’anis, de badiane, de vanille, de pommes de pins, de bananes frites au jus, de pain rissolé, de laitage, de fromage et de moëlle de ramure de cerf. » La moëlle de ramure de cerf me semble d’une digestion un peu pénible. Le pauvre étalon humain en est réduit à ne plus fumer, le tabac étant, paraît-il, très nuisible à la procréation. Rien ne manque à cette étourdissante satire, ni les discours des célèbres docteurs Crétinsky, Bouchette, Ritourneau, Maisomonde, ni les félicitations du digne sénateur Populus, et, enfin, Paul-Louis Marchât expire, plein de gloire, à l’âge de 75 ans, ayant offert à son pays une respectable armée de sept mille cent vingt-deux gosses. « Ci-gît un homme! » Fut-il très heureux? Non. L’aventure de la petite hystérique Emma se place fâcheusement entre lui et la pureté de ses intentions. Justement parce qu’il fut homme, il en eut les faiblesses. Il rêva l’impossible, d’aimer pour le plaisir d’aimer. Qu’importe puisqu’il sut se redresser à temps, chasser l’ennemie et revenir à ses nobles fonctions humanitaires. Ce surmâle, d’un genre nouveau, beaucoup plus nature, plus sain que le premier, par sa redoutable animalité, ne va-t-il pas nous faire regretter l’autre, le cynique dilettante? Être un homme utile, c’est bien beau ; mais être absolument inutile, n’est-ce pas la preuve d’une certaine divinité ? « L’amour est d’ailleurs un acte sans importance ! » ajouterait le vrai Surmâle, en guise de surmorale définitive. »]

  • Puck, « Échos », Gil Blas, n° 10236, 2 novembre 1907, p. 1

Ceux qui s’en vont.

Alfred Jarry, l’auteur d’Ubu roi et de plusieurs livres remarquables, vient de mourir à l’hôpital de la Charité, où il avait été transporté grâce aux bons soins du docteur Saltas et de M. Alfred Vallette. Après une courte agonie, notre jeune confrère s’est éteint sans souffrance, parlant encore de son œuvre à paraître et croyant à sa prompte guérison.

Il avait trente-trois ans. Les lettres perdent en lui un esprit des plus curieux, une grande intelligence, peut-être un homme de génie, si le mal dont il est mort ne l’avait cruellement influencé.

  • Charles Doury, « Alfred Jarry », Gil Blas, n° 10237, 3 novembre 1907, p. 1

L’auteur d’Ubu Roi est mort avant-hier, à l’hôpital de la Charité, comme Gil Blas l’a annoncé.

Jarry disparaît à l’âge de trente-trois ans, laissant derrière lui une œuvre littéraire assez considérable, un peu confuse peut-être, mais dont la singularité frappa tout de suite le public, le public de lettrés qui l’apprécia.

La mort vint le surprendre à l’heure où son talent affermi, discipliné, pouvait se montrer dans une œuvre plus parfaite que celles qu’il nous avait déjà données, où pourtant on alla parfois jusqu’à trouver du génie.

Alfred Jarry constituait bien une des figures les plus pittoresques, je n’ose pas dire de la bohème, mais de la littérature libre et indépendante.

Si une esthétique le passionna jamais, ce ne fut certes point celle du costume. Plus attentif au mouvement d’une phrase qu’aux plis d’une cravate, il affectait, à l’égard de la tenue, un dédain fort curieux.

Immuablement vêtu d’une redingote et chaussé de souliers de cycliste, il se tenait digne, dans les cafés de la rive gauche, devant une absinthe ou une bouteille de stout, quelle que fût l’heure, apportant même, si je puis dire, dans ses déréglements, une discipline et des principes.

Il parlait alors d’une voix mesurée, prononçant toutes les muettes et contant, dans une langue châtiée, les histoires les plus abracadabrantes, jouant au naturel le rôle d’Ubu lui-même, et se vantant sérieusement d’exploits imaginaires.

Il vivait, la plupart du temps, dans une maisonnette qu’il possédait au bord de la Marne, ou à Paris dans un petit appartement de la rue Cassette, faisant la navette entre ses deux logements, monté sur une bicyclette, de jour ou de nuit, voire sous la pluie battante.

D’ailleurs, il aimait à se montrer sous l’aspect d’un sportsman. Il se plaisait à raconter les raids qu’il avait accomplis dans le temps le plus bref et à une allure défiant celle des meilleurs coureurs.

C’était là une de ses petites faiblesses. Il en avait encore quelques autres, également anodines.

La pêche à la ligne, prétendait-il, n’avait aucun secret pour lui. Le tir au pistolet non plus. Plus d’une fois, à des heures nocturnes, il s’amusait, c’est le mot, en quelque lieu qu’il se trouvât, au café ou chez des amis, à tirer une ou deux balles du revolver qui ne le quittait jamais.

Il y a deux ans, notamment, il cause une vive émotion à l’issue d’un dîner qui fut donné par un jeune littérateur-amateur — à qui le rôle de Mécène ne réussit guère — parmi une douzaine d’invités aux trois quarts ivres, en déchargeant son revolver dans le plafond.

L’escrime, plus tard, l’avait attiré, et retenu. Il se prétendait un des meilleurs tireurs parisiens. Il finit même, par si bien y croire, qu’un soir, en sirotant son absinthe, il convint avec moi que nous nous livrerions ensemble à une promenade à travers les salles d’armes afin de recueillir les éléments d’une étude sur l’état actuel de l’escrime française.

Il s’était chargé du soin ambitieux de se mesurer avec les maîtres d’armes. Mon rôle eût été plus modeste : je me fusse contenté de juger les coups et d’en écrire ensuite avec lui.

Mais notre collaboration prit fin avec l’ivresse qui avait envahi le pauvre Jarry.

Paradoxal dans sa conversation comme il l’était dans son œuvre, imaginatif à l’excès, il ne craignait point de dépasser les limites du bon sens. Pourtant, un livre tel que Ubu Roi, ne doit être considéré que comme une exception dans son œuvre et presque comme une gageure.

Car Alfred Jarry, malgré ses excentricités systématiques, avait un jugement sain, une logique implacable. Excellent critique, humaniste, mathématicien, l’esprit ouvert à toutes les spéculations scientifiques, il apportait dans le roman des éléments neufs d’humour et de composition, son style étant traditionnel, nourri de lettres antiques et çà et là à peine émaillé d’un vocabulaire moderne.

Il ne m’appartient pas de juger ici l’œuvre littéraire d’Alfred Jarry, mais du moins, veux-je reconnaître les qualités de discrétion, de dignité morale, qui faisaient de l’homme le meilleur des camarades.

[à noter, p. 2, dans la rubrique « Nécrologie » : « Les obsèques de notre regretté confrère Alfred Jarry auront lieu, aujourd’hui dimanche, à trois heures. On se réunira à l’hôpital de la Charité, rue Jacob.]

  • De Tanville, « Le Monde », Gil Blas, n° 10238, 4 novembre 1907, p. 2

Nécrologie

Hier ont eu lieu, à trois heures de l’après-midi, en l’église Saint-Sulpice, les obsèques d’Alfred Jarry.

Une assistance recueillie de poètes et d’écrivains a accompagné jusqu’au cimetière de Bagneux l’auteur regretté d’Ubu Roi.

Le deuil était conduit par MM. Octave Mirbcau, Alfred Valette, directeur du Mercure de France ; le docteur Saltas, Alexandre Natanson, qui avaient entouré de leur amitié ses derniers jours.

Reconnu, dans l’assistance : Mme Rachilde, MM. Jules Renard, Lucien Descaves, Rémy de Gourmont, Tristan Bernard, Charles Morice, Ernest La Jeunesse, Maurice Beaubourg, Pierre Quillard, Paul Fort, Paul Léautaud, Alphonse Seché, Van Bever, Louis Dumar, André Fontainas, Charles-Louis Philippe, M. et Mme Gaston Danville, Paul Valéry, Henry Davray, Albert MockeI, Henri Albert, Jean Marnold, Fernand Caussy, Adrien Mithouard, etc.

  • Le Diable boîteux, « Le Boulevard », Gil Blas, n° 10337, 12 février 1908, p. 1

La paille et la poutre.

On s’est parfois demandé, qui avait inspiré à Alfred Jarry ce type répugnant et grotesque, « Monsieuye Ubu ». On a prétendu qu’il avait voulu fronder — tel Rabelais, jadis et le gouvernement d’alors — un des prédécesseurs de M. Fallières, célèbre pour ses guêtres blanches, son monocle, l’ardeur de son tempérament et la vivacité de son snobisme réactionnaire. Peut-être. Mais la personne physique, les tics, la démarche, le groin infâme de Père Ubu, Jarry les copia sur un autre modèle, son professeur de physique au lycée de Laval.

Quand Jarry composa ce fameux ouvrage, il n’avait pas vingt ans, aussi tenait-il encore presque devant les yeux l’image du maître qu’il souhaitait de ridiculiser.

Jarry l’invita à la répétition générale. Celui-ci vint, rit à gorge déployée, applaudit à se rougir les paumes, et félicita chaleureusement son ancien élève de sa verve truculente.

Il ne s’était pas reconnu.

  • « Échos », Gil Blas, n° 10372, 18 mars 1908, p. 1

Le meilleur almanach.

Un jeune et ardent libre-penseur, nommé M. Lericolais, est parti en guerre depuis quelque temps, contre l’almanach, dont le cléricalisme le choque et le froisse. L’entreprise n’est guère neuve. Et, depuis la Révolution, plus d’un « pur » a protesté contre les « superstitions du calendrier ». À quoi bon ces saints et ces saintes, s’écrie notre M. Lericolais, et pourquoi ne pas remplacer ces titres de fêtes illusoires : Lætare, Quadragesime, Épiphanie, etc., où toutes les Pentecôtes et toutes les Assomptions, par des fêtes solstitiales, ce qui aurait au moins l’avantage de nous enseigner l’astronomie ?

Sans prendre parti — car notre paresse s’abstient volontiers d’un enseignement astronomique — signalons à M. Lericolais, l’Almanach du Père Ubu, composé il y a une demi-douzaine d’années par le pauvre Alfred Jarry. Cet almanach était, assure son auteur, approuvé par « Mgr Saint-Bouffre ». On y rencontre sainte Goulache, sainte Marmelade, sainte Gidouille, sainte Choucroute, saint Gorgonzola et saint Marc de Girardin, entre autres canonisés et bienheureux. Et les fêtes célébrées sont celles de la Repopulation, de la Copulation, de l’Aérostation, et de l’Empereur. Le 14 juillet, est, bien entendu, la fête du Père Ubu.

Voilà l’efficace almanach — celui qui fait rire…

  • J. Ernest-Charles, « Les Bons Loufoques », Gil Blas, n° 10689, 7 février 1909, p. 1

Peut-être avez-vous entendu parler d’un aimable Italien très exubérant, celui que les échos de publicité appellent, infatigablement : « Le poète Marinetti. » Marinetti est un charmant garçon qui tient absolument à passer, soit en Italie, soit en France, pour un écrivain de talent, ou même pour un écrivain de génie. Il a écrit des livres qui valent ce qu’ils valent, mais qui ne valent certainement pas davantage. Il a écrit un ouvrage sur d’Annunzio, dans lequel il s’appliquait à mettre en relief les petits ridicules et le grand puffisme du plus illustre des Italiens. On sentait, à chaque page, que Marinetti proposait un successeur à d’Annunzio. Ce successeur, c’était, bien entendu, Marinetti. Brave Marinetti ! Il a envoyé généreusement ses ouvrages à tous les écrivains de Paris et de la banlieue. Il a mis, pour chacun d’eux des dédicaces follement enthousiastes et frénétiquement lyriques. Il assurait chacun d’eux de son admiration profonde et même de quelque chose de plus. Personne ne s’est aperçu que ces dédicaces n’avaient pas grande signification, provenant du pays adorable où le moindre personnage est un illustrissime seigneur. Tous les écrivains de chez nous, en voyant les dédicaces de Marinetti, crurent que « c’était arrivé ». Ils prirent leur moins mauvaise plume et ils écrivirent au poète Marinetti des lettres de remerciement qui n’étaient pas dans une musette. Alors, Marineti, froidement, collectionna ces lettres et les publia dans une revue dont il est le directeur-propriétaire, et qui s’intitule : Poésia. Il les publia sous ce titre :

L’OEUVRE DE F. T. MARINETTI

Jugée par…

Mais je voulais vous parler, précisément, de Poesia, et non pas de Marinetti. Le poète Marinetti a eu une idée qu’il est permis de trouver excellente. Soyons reconnaissants au poète Marinetti ! Il a créé une revue qui est rédigée par moitié en langue française, par moitié en langue italienne. Il arrive bien, quelquefois, qu’on ne puisse distinguer, dans sa revue, ce qui est rédigé en français de ce qui est rédigé en italien. Mais, vraiment ce n’est pas la faute de Marinetti. Toujours est-il que nous devons louer ceux qui se consacrent, par delà les Alpes, à faire aimer et à répandre la langue française et la littérature française.

Mais ceux-là prennent une sérieuse responsabilité. Voici que Poesia publie les œuvres posthumes inédites d’Alfred Jarry. Alfred Jarry est l’auteur de ce lamentable Ubu Roi dont on a parlé, naguère, avec intempérance — c’est bien le cas de le dire — et qui est une des plus honteuses inepties de notre littérature contemporaine, si, toutefois, on peut sous un prétexte ou sous un autre, rattacher cette chose innommable à la littérature. Le pauvre Jarry est mort. Paix à ses cendres ! Comme il serait trop difficile de donner de son œuvre, des explications flatteuses pour lui, le plus simple est de dire qu’il était un bon loufoque. Après tout, il aurait été complètement inoffensifs, ce malheureux, si quelques « fumistes » ne s’étaient pas amusés à lui attribuer une sorte de génie. Bref, Alfred Jarry est mort, et Ubu Roi aussi. Ils sont morts pour longtemps, vous pouvez m’en croire.

Toutefois, il ne faudrait pas que la plaisanterie continuât. Elle continue, cependant. L’aimable Marinetti publie, maintenant, dans Poesia, les œuvres posthumes inédites d’Alfred Jarry. C’est d’abord l’Objet aimé, pastorale en un acte. Hélas ! ce début est menaçant : Alfred Jarry aurait-il laissé encore d’autres œuvres inédites ?

Je n’ai pas le courage de vous raconter l’histoire. Mais, enfin, M. Vieuxbois rencontre, « l’objet aimé » et il a la prétention de nous faire subir des facéties comme celles-ci :

Dans le taillis

Oyez, oyons

Le gazillon

De l’oisouillis

Sous la charmille

Que l’aube mouille

Parle son trouille :

Comme il gazille !

L’objet aimé s’enfuit épouvanté. On serait épouvanté à moins… Et M. Vieuxbois s’écrie :

Elle est charmouille…

Non, je bafouille :

Elle est charmante ! Eh mais…

Tonnerre, éclairs. — M. Vieuxbois est culbuté.

Eh ! mais le voilà bien aussi le coup de foudre

C’est le coup de foudre ordinaire,

Aussi pourquoi sortir sans un paratonnerre.

(se relevant)

J’y vois trent’-six mille chandelles

Mais je ne vois plus l’infidèle.

(grimpant sur un tertre)

D’un poste élevé l’œil embrasse

Un plus large espace,

Mais je n’embrasse point, hélas 1

Ni n’embrasserai jamais

L’objet aimé.

L’objet aimé s’en est allé. M. Vieuxbois se désespère :

Mais tu me restes, toi, vieux sabre de mon père,

Sac à papier, sabre de bois !

Vieux sabre du père Vieuxbois,

Qui fut en son bon temps caporal à chevrons.

Et puisqu’il faut mourir, mourons !

Mourons ! Mourons ! Mourons ! Mourons !

De petits oiseaux viennent voleter autour de la tête de M. Vieuxbois qui, pathétique, s’exclame :

O Parque, apprête tes ciseaux !

Mourons ! (sanglot) pour les petits oiseaux !

Ces effrayantes stupidités se prolongent durant plusieurs pages. Possible qu’il y ait du symbole là-dedans. On apercevra, surtout, les témoignages caractéristiques, oui, tous les témoignages caractéristiques, de la démence alcoolique. Il serait douloureux d’insister.

Je n’aurais même pas signalé cette horreur navrante, si le directeur de Poesia ne nous annonçait gravement : « Poesia vient d’acquérir le droit exclusif de publier les œuvres inédites de l’auteur d’Ubu Roi, qui paraîtront successivement. » Eh ! là, c’est ce que je pensais, il y en a encore !!! Voulez-vous bien cacher ça !

Les intentions du fondateur de Poesia sont excellentes. Son programme mérite notre approbation, et même, pour employer, comme il convient, des termes excessifs, notre admiration et notre gratitude, Oui, nous devons savoir gré à tous ceux qui travaillent, en dehors de la France, à l’expansion de la langue française, et, par conséquent, à l’extension de l’empire intellectuel de la France. Mais, franchement, que peuvent supposer les lecteurs raisonnables lorsqu’on leur offre les monstruosités délirantes de ce malheureux Jarry comme des spécimens précieux de notre littérature d’aujourd’hui ! Ils connaissent trop le « poète Marinetti » pour supposer un seul instant, que « le poète Marinetti » leur fait une méchante plaisanterie. Ils se persuadent, au contraire, que le poète Marinetti a choisi ces ouvrages entre tous, parce qu’ils sont les meilleurs, les plus originaux, les plus significatifs. Et ils en concluent, fatalement, que la littérature française d’aujourd’hui est une littérature de dégénérés… Mais, nous, nous sommes contraints de protester, et de dire bien haut que les productions inqualifiables des loufoques tels que feu Jarry n’ont aucun rapport avec la littérature française de notre temps, ni d’aucun temps.

  • Les Uns, « Deux mots de pataphysicien à propos de la parution prochaine des pages choisies d’Alfred Jarry », Gil Blas, n° 12954, 3 août 1912, p. 4

Le père du Père Ubu s’insurgeait contre la réforme de l’orthographe : « Il y a déjà, disait-il, tant de gens qui confondent les mots ». Et Alfred Jarry narrait ceci à l’appui de son dire :

Comme il passait un jour avec une charmante femme, très dévouée à ses contemporains, devant le siège social d’une compagnie d’assurances, il regardait de gracieuses formes sculptées à l’entrée. Sa compagne haussa les épaules et dit, méprisante :

— Tout de même, ce qu’ils essaient de faire croire là-dedans !… Un jour, je suis allée pour toucher une avance sur une rente viagère. Le bonhomme me refuse : « Non, madame, nos statuts nous l’interdisent… » Je vous demande un peu.

Et montrant les cariatides, la jeune femme ricana :

— Ce que çà leur est égal aux statues…

— Vous voyez, disait Jarry, que l’on ne saurait trop être prudent.

***

On parlait devant Jarry d’un livre de M. Octave Mirbeau et du petit Jules qui épouvantait sa mère en mêlant des blasphèmes à sa demande d’entrée au séminaire.

— J’ai entendu quelque chose d’analogue, dit le pataphysicien. C’était pendant ma toute première jeunesse. Je passais la soirées chez un couple, couple composé d’un mari assez frustre et d’une petite bourgeoise très quelconque. Celle-ci se lève pour aller mettre au lit son enfant, un garçonnet de huit ans. Mais elle revient bientôt traînant le gamin.

— Voyez-vous le petit sot qui ne veut pas faire sa prière. Il ne veut rien, rien entendre.

Le père sourit. La religion lui est indifférente. Mais il convient que l’autorité maternelle soit respectée. Il sermonne son fils.

— Allons mets toi à genoux et obéis à ta mère.

Le gamin refuse. Le père se fâche. Sans résultat. Alors, levant la main, le chef de famille, à bout de patience :

— Veux-tu prier Dieu, N… de D… !

  • André Tourette, « Autour d’un candélabre », Gil Blas, n° 13129, 27 janvier 1913, p. 1

Paris, eût dit M. Prudhomme, s’ouvre les veines pour se créer des artères ! Entendez qu’on perce des rues nouvelles. Rue des Italiens, rue Édouard VII, rue Agar, rue Jacques-Callot.

Le percement de cette dernière entraîne la disparition du vieux passage rejoignant le passage Guénégaud, sombre tunnel poussiéreux, parfait asile pour fantôme bourgeois, et où Zola, par un trait de génie, situa l’action de Thérèse Raquin.

Pour ouvrir la rue Jacques-Callot, on a sacrifié aussi un modeste restaurant bien digne d’être compté au nombre des cafés et gargottes littéraires, puisque l’un, au moins, de ses habitués d’il y a dix ans, se promène désormais aux Champs Élysées, le front ceint de lauriers. Ce client fut le méchant Père Ubu, alias l’excellent écrivain Alfred Jarry.

Il y stupéfiait les consommateurs non littéraires, par ses fantaisies culinaires. N’avait-il pas accoutumé de dîner à l’envers ? Kirsch, Café, Fromage, Mendiants, Haricots verts, Escalopes, Radis, Tapioca, Pernod !

— Cha te fera du mal ! soupirait le patron auvergnat.

Le patron avait raison. Si ce n’est pas le tapioca, c’est sans doute le pernod qui a abrégé tes jours du pauvre et cher Alfred Jarry, première et dernière victime du méchant Père Ubu !

L’établissement étant dirigé par Jean Gynisty, d’Aurillac, était connu de la clientèle artistique sous ce nom : l’Odéon !

  • « Souvenirs sur Charly », Gil Blas, n° 13278, 29 juin 1913, p. 4

Le pauvre Charly, le peintre militaire qui s’est récemment tiré un coup de revolver fut, et on l’ignore généralement, le collaborateur discret d’Alfred Jarry, père du Père Ubu.

Alfred Jarry n’ayant jamais été soldat, adorait conter des histoires militaires. Il publia un livre portant ce titre : La Dragonne.

Ancien enfant de troupe, Charly documentait Alfred Jarry et revoyait toujours les épreuves de sa copie belliqueuse. Les deux amis devaient publier un album illustré. Mais Alfred Jarry s’en alla le premier.

  • A[ndré] S[almon], « Les Lettres : 1903-1913 », Gil Blas, n° 13335, 25 août 1913, p. 4

M. Sam Lévy, directeur du Journal de Salonique, qui vient de s’élever, avec tant de vigueur, en faveur du régime hamidien, visita Paris en 1903. Il rassembla dans sa gazette d’étranges notes. Ayant assisté à une réunion littéraire, un soir de bal masqué, il crut que certains déguisements étaient la tenue ordinaire de nos poètes, et ce Levantin à Paris, qui se faisait appeler le Prince des reporters orientaux, écrivit : « Les artistes sont en pleine décadence. Ils disent leurs vers le visage enfariné ou vêtus d’un frac bleu ciel à jabot de dentelle ; d’autres sont habillés en arlequins. » Que ceux qui doutent prennent la peine de feuilleter la collection du Journal de Salonique.

Il est regrettable que l’Oriental à Paris n’ait pas été témoin d’un repas du Père Ubu. Voici l’un des menus d’Alfred Jarry à l’Odéon de la rue de Seine : genièvre, bière, chartreuse, café, dessert, fromage, salade, viande et légumes, radis, potage, pernod. L’apéritif, hélas ! durait jusqu’à minuit. Très ingénu, Alfred Jarry se tuait gaiment pour héberluer ses contemporains. Il vivait, voisin de M. Gaston Deschamps, en un étrange taudis, envahi par les livres et les papiers jetés en tas. Il y avait un peu de tout.

La collection complète du Mercure ; des numéros de La Croix et de La Cocarde, de Barrès ; des livres de vers, de philosophie, de mathématiques, de stratégie ; un exemplaire de luxe de l’Almanach du Père Ubu, illustré par Bonnard ; enfin, la longue série des Aventures du colonel Ronchonnot, littérature dont il se plaisait à faire l’éloge. La pile d’imprimés montait jusqu’au plafond, masquant une porte ; ce qui faisait dire à Jarry : « Il y a là des écrits (il parodiait le titre d’un ouvrage symboliste) derrière ces écrits une porte ; derrière cette porte une chambre. Du moins, on nous en a donné l’assurance. Nous n’en avons jamais rien connu. Peut-être est elle perdue ! Craignant qu’on nous la réclame ou qu’un cadavre y soit inclus, nous nous contentons, sagement, de l’ici présent capharnaüm, repoussant, de toute la force de notre caractère, tout espoir de déménagement ! »

Il se croyait terrible et c’était l’homme le plus doux, le plus inoffensif, hormis aux grenouilles qu’aux environs de Poissy il chassait au revolver ! Souvent, Jarry se promena armé, le soir, d’une carabine, seules les armes de petit volume étant prohibées. Il demeura jusqu’à sa mort, qui advint en 1906, le farceur victime de ses facéties qui, pour présenter son Ubu au public, en une conférence, se cravata en Auguste de cirque, pour faire rire, et, de bonne foi, se maquilla comme une donzelle, ayant ouï dire qu’on gagnait aux feux de la rampe une pâleur mortelle ! Son exorde : « L’action se passe en Pologne, c’est-à-dire nulle part ! » déchaîna la tempête.

Alfred Jarry gâcha sa vie et son talent qui reposait sur quelque génie. Il n’était pas fou, mais d’une extraordinaire naïveté. Pourri de littérature, il avait sur la vie des idées profondes, mais il ne comprit jamais rien aux réalités de l’existence.