Séminaire « Montmartre ou la confusion des genres : Approche intermédiale d’un lieu mythifié (1871-1914) »

Sous la direction de Laurent Bihl (Paris 1, ISOR-CRHXIX) et Julien Schuh (URCA, CRIMEL, IUF).

2015-2016, Centre Universitaire de Troyes

Willette-LAlbum-no15-librairie-illustrée-Tallandier-1902-p.16
Willette, L’Album no15, librairie illustrée Tallandier, 1902, p.16

Notre projet de recherche concerne la Butte Montmartre comme lieu de rencontres, d’échanges et d’hybridation des courants esthétiques et politiques. En effet, la force folklorique de l’« esprit Chat noir » est telle qu’elle a occulté la plupart des démarches d’analyse critique comme double laboratoire des avant-gardes et de la culture de masse. Il s’agit dès lors d’expliciter le processus par lequel une culture d’avant-garde, celle de la communauté d’artistes résidant à Montmartre, s’est progressivement popularisée au point de devenir l’un des principaux pourvoyeurs d’images diffusées par les industries touristiques et culturelles. La confusion est d’abord celle des frontières et des hiérarchies esthétiques, qui mêlent l’art légitime et l’illustration populaire, la création d’avant-garde et le divertissement plus trivial. La publicité est au cœur de ces rencontres surprenantes, qui transforment en œuvre d’art des affiches, des lithographies ou des toiles initialement conçues pour la promotion des cabarets. L’étude comparée des lieux de sociabilité vécus – bistrots, cafés – et représentés permet de restituer la trace de la ville comme espace sensible. L’étude de l’univers sonore véhiculé par le genre satirique dévoile une pluralité de ressentis.

L’appréhension de ces lieux de sociabilité peut alors se concevoir dans la perspective de la ville comme espace sensible, du prolongement vers la rue, les terrasses, le refuge diurne ou nocturne auquel ils correspondent…

Rapport à la norme en même temps qu’à la subversion, arts plastiques, littérature, musique, théâtre, photographie ou jeune cinéma même se mélangent en un va-et-vient constant qui détermine l’apparition ou le renforcement de courants esthétiques novateurs. Fixation d’une nostalgie aussi, puisque ce sont des dessinateurs satiriques comme Albert Robida qui dénoncent le dépeçage de la ville par les promoteurs, initient un titre de presse comme Paris qui meurt et se voit chargé par la ville de concevoir un éphémère « Paris médiéval » en grandeur nature, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900.

Certaines manifestations charivariques réactivent un mode de désordre, de contestation ancrée dans le siècle et correspondent à une prolongation du trait satirique au cœur même de l’espace urbain. Le brouillage est aussi social, qui fait côtoyer sur la butte l’artiste déclassé, le voyou et le bourgeois encanaillé. Il est, de fait, moral (vice et vertu provisoirement confondus dans la figure de la cousette par exemple) et idéologique (anarchistes, antisémites et beau monde mélangés). C’est la notion de « culture partagée » qu’il s’agit de réévaluer aux réalités des multiples microcosmes sociaux, lesquels pouvant fort bien se côtoyer sans nécessairement se mêler, se comprendre ou même se remarquer. Enfin, Montmartre exerce une véritable force d’attraction sur les nombreux artistes venus de toute l’Europe pour y éprouver leur talent.

Ainsi, par l’inscription du genre satirique au cœur de l’espace urbain, nos intérêts portent donc sur la ville comme laboratoire de la modernité.

Nous comptons donc expérimenter des sources de nature diverse, aussi bien imprimées que graphiques. Mais nous avons aussi pour projet le décryptage des archives administratives, policières ou judiciaires, pour une compréhension globale des enjeux de réglementation en matière de presse et de structuration de la sphère publique. Les relations complexes entre l’image satirique et les couvertures de presse classique nous ont jusqu’ici amenés à connaître et à étudier la presse illustrée dans son ensemble, et ce sur une temporalité longue. Enfin, la définition d’un corpus large comprenant des sources épistolaires, sonores ou cinématographiques, ainsi que l’étude des représentations, ont exigé différentes approches méthodologiques qu’il s’agit dès lors de croiser, afin de mieux définir les enjeux épistémologiques d’une étude globale et interdisciplinaire de cette ambition. Il s’agit notamment d’avoir recours, outre les méthodes propres à l’histoire culturelle, à l’analyse sémiologique, la sociologie de la réception ou le maniement des outils statistiques.

Pour tout renseignement, nous contacter.

PROGRAMME
09 novembre 2015
Montmartre de 1830 aux années 1920.
14 décembre 2015
Avant-gardes, arrière gardes et culture de masse.
25 janvier 2016
Cartographier les plaisirs et les rêves.
08 février 2016
Presse et cabarets.