Le Cercle de la Butte (2): Une pièce sur Baju et le Décadent

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, deux autres articles de Paul Alexis sous le pseudonyme de Trublot; le premier décrit une soirée de La Butte; le second est particulièrement intéressant par son résumé d’une pièce jouée lors d’une soirée privée pour fêter la première année d’existence de La Butte, écrite par Malato et Pausader, deux futurs anarchistes qui faisaient alors partie du cercle. La pièce, intitulée Le Viol, décrit tout simplement, sous le nom transparent de son protagoniste, Juba, et de son journal, Le Putréfié, la fondation du Décadent de Baju]

Trublot, « A Minuit », Le Cri du Peuple, 5 mai 1886.

La quatrième soirée mensuelle littéraire du Cercle « La Butte », vient d’être très brillante :

M. Pausader a lu une étude sociale intitulée : Fille, puis Gréviste, paru au Tintamarre.

M. Malato : Sauvage noir et sauvage blanche, Incohérence !

M. Désiré Luc : Veufs ! et l’Éternelle Idylle.

M. Randon : Barbusson et les Larmes !

M. Roinard : Le Moulin sinistre, Pantoum, Sans asile, À Dieu, s’il existe !

M. Randon a déclamé : La Mionotte de Richepin et une poésie de Gaillard.

M. Schiroky a lu Don Quichotte. Présents : 35 membres. – La Butte prend tous les jours de l’extension, et a quèque chose dans le ventre.

Trublot, « A Minuit : Le Viol », Le Cri du Peuple, 23 novembre 1886.

Une première sur la Butte !!! Hein ? v’là qui n’se voit point tous les jours.

Et ça s’est vu, pourtant, samedi soir, dans une salle, chez Dorémus, et sur une vraie scène, avec des portants, des coulisses, et un rideau s’ouvrant d’droite à gauche au lieu qu’ça soit d’bas en haut. Quant à l’orchestre, y était bien girond l’orchestre, car y était remplacé par une pianiste d’vingt ans, la gentille Mme P…, tout nouvellement mariée, qu’est la fille au peintre Véron, une notoriété de Montmartre.

Et l’public, donc ? Oh ! pas c’bourgeois et faisandé public des pr’mières qu’l’univers nous envie, mais d’la jeunesse, d’l’intelligence, et côté des dames d’la vraie beauté, fraîche et bon teint. Entre toutes, Mlle Lasellaz, la fille aînée du peintre, ravissante en sa robe claire qu’imitait le vieux cachemire et en jolis ripattons découverts laissant voir ses mignons pieds de douze ans. Côté des hommes, outre le ban et l’arrière-ban de la Butte artistique et littéraire, fêtant son anniversaire, faut citer parmi les notabilités conviées : l’dessinateur Villette, M. Bio, artiste peintre, invité non parce que mais quoique maire d’Montmartre, Paul Signac, Paul Alexis, etc., etc. Le Paris-Montmartre se trouvait représenté, sans compter le Tintamarre et le Cri.

D’vant c’t assemblée d’élite a été représenté : Le Viol, drame comico-lyrique, non visé par la Censure, en 4 actes, par MM. Mala… de Corné et P… « calembourg… des de M. Louis Gaillard, disait l’affiche, décors de M. Pausader, chœurs sous la conduite de M. G. Randu de St-Amand »

J’vous certifie qu’tous les cœurs – et les chœurs aussi – f’raient tique taque, quand, l’ouverture jouée, on a frappé les trois coups.

Puis-je vous donner une idée d’cé Viol ?… j’l’peux, la morale m’y autorise.

C’te grande comédie-drame aristophanesque, pas plus mal charpentée qu’une autre, et bourrée d’scènes fort réussies et d’un nombre plus considérable encore d’« scènes à faire », m’semble évidemment appelé, avec quéque r’touches, à faire les beaux soirs d’une scène importante. Sans trop la déflorer, révélons qu’y s’agit d’la blague d’toute une prétendue littérature nouvelle, personnifiée par un journal : Le Putréfié.

Le premier acte se lève sur un décor très réaliste : un coin du « Mirli », (du café le Mirliton, pour les ceusses qui sont pas d’Montmartre). Deux heures du matin : température 14° au-dessous de zéro ; bocks à huit sous et voix dans le fond. Un consommateur, Juba, est seul d’vant une haute pile d’bocks à régler, rien qu’avec dix-sept pelos dans la profonde. Qu’faire ?

Entr’alors une consommatrice opulente d’formes, la Butte admirablement jouée par M. Bouchu. Bonne fille et chaste, – quoique butte il y ait – celle-ci refuse l’amour d’Juba, mais lui ouvre un œil illimité chez l’patron du Mirli. V’là Juba qui conserve ses dix-sept ronds.

Y s’augmentent d’dix-sept autres, ces premiers dix-sept pelos, dans un second acte des plus réussis, après une scène où Juba serre la cravate à un capitalisse attardé au carrefour des écrasés. « Dix-sept et disx-sept font trente-quatre : Tiens ! la fortune !… J’fonde un canard ! » s’écrie-t-il.

Au troisse, l’clou. Du Shakespearien ! Le Putréfié, arrivant au milieu d’une époque d’décadence a fait florès. Y est monté à une vente assurée d’vingt-huit numéros, et y a son imprimerie à lui, avec une table et tout c’qui faut pour écrire à lui, et un plumard d’camp à lui, où, l’canard sous presse, Juba, vainqueur, pionce comm’ qui dirait sur l’champ d’bataille.

Mais, dans sa veine, l’infortuné a des cauch’mars. C’sont la Grammaire, la Syntaxe, l’Orthographe, la Ponctuation, et un tas d’autres malheureuses qu’y a violées (sans compter eul’ Bon-Sens, et eul’ Goût, horreur ! deux loupiots !), qui viennent hanter ses nuits. Puis, par d’ssus tout, c’est c’te solide et généreuse providence, la Butte, qu’il aime toujours d’un amour sans espoir, sans avoir jamais pu la r’trouver.

Enfin, le quatre est l’plus palpitant. Juba, à qui son soiriste théâtral affirme qu’la Butte fréquente l’Moulin d’la Galette, veut monter un soir chez Debray. Mais, en passant par la rue d’Orchamp, patapoum ! l’pied lui glisse et y pique une tête dans l’trou béant d’puis six mois là haut et preuve évidente d’une certaine décadence souterraine. Fin tragique d’Juba, qui, dans la mort, la possèdera enfin p’t-être, la Butte. Et, en tombant, le bouillon du Putréfié, qu’y portait dans la poche d’derrière d’son alpag’, suffit à boucher eul’ trou. Au milieu d’la rue d’Orchamp à jamais consolidée, à la hauteur du Chalet-Suisse tenu par Delicati.

La Grammaire, la Synthaxe, l’Orthographe, la Ponctuation et quèques autres, ainsi que l’Goût et l’Bon-Sens, dansent un quadrille joyeux afin d’se refaire une virginité.

Un écrasant succès en somme. « La Butte, artistique et littéraire », a bien célébré son anniversaire. Francisque n’y était pas – pour une bonne raison : on n’avait point daigné l’inviter.