[Compte rendu vidéo] Colloque en ligne « La Belle Époque a-t-elle été virale ? » (25 juin 2020)

Le 25 juin 2020 a eu lieu le colloque en ligne « La Belle Époque a-t-elle été virale ? Circulation, diffusion, reproduction des images et des textes dans les périodiques au tournant du siècle (1870-1930) », organisé par Julien Schuh dans le cadre de l’ANR Numapresse et de son projet IUF « Synthétismes fin de siècle : Littérature, art et théâtre, entre culture de masse et avant-garde (1880-1910) ». Voici les différentes interventions en vidéo.

En introduction, Julien Schuh (Université Paris Nanterre et Institut Universitaire de France) pose la question de la pertinence de la métaphore virale et propose de penser ces objets d’étude comme un corpus fragmenté.

Dans la première session, « Prolégomènes« , Évanghélia Stead (Université Versailles-Saint Quentin et Institut Universitaire de France) examine la question de la reproduction dès le début du XIXe siècle, dans une communication intitulée « Que peut un stéréotype dans les années 1820-1830 ? »

Dominique Kalifa (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) développe une réflexion sur « La viralité de l’expression « Belle Époque » ».

La deuxième session analyse « l’épidémie d’images » au tournant du siècle. Laurence Danguy (Université de Lausanne) expose ses recherches sur « Les cartes à jouer des périodiques européens fin de siècle : cartomanie ou viralité aléatoire ».

Jérémy Houillère (Université Rennes 2) s’intéresse aux circulations transmédiatiques: « Épidémie, contagion, modernité. Circulation des corps « agités » entre la presse satirique et le cinéma au tournant du siècle (1895-1915) ». »

Daniel Foliard (Université Paris Nanterre) expose le cas de la circulation d’une photographie de guerre: « La tranchée de Spion Kop en photographie : constructions et circulations d’une icône de la guerre au début du XXe siècle ».

Pierre-Carl Langlais (Université Paul-Valéry Montpellier 3) présente ses recherches menées dans le cadre de son post-doctorat dans l’ANR Numapresse: « À la recherche de l’image virale : modéliser la circulation des images et des motifs visuels dans les périodiques illustrés de la Belle époque avec du deep learning« .

La troisième session est consacrée aux « Circulations intermédiales« . Olivier Belin (Université de Cergy-Pontoise) a travaillé sur « Le crime en série, l’horrible en récit : la circulation médiatique des complaintes criminelles de la Troisième République ».

Nejma Omari (Université Paul-Valéry Montpellier 3) présente les recherches qu’elle mène dans le cadre de sa thèse, financée par le projet européen NewsEye: « Circulation et compilation des critiques littéraires à la Belle Époque : La Vie littéraire d’Anatole France ».

Damiano De Pieri (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle), spécialiste du surréalisme, analyse la circulation d’un objet social en littérature: « Le chapeau haut-de-forme : de la banalité d’une image à la naissance du merveilleux quotidien ? »

Philippe Ethuin (Université de Picardie Jules Verne), fondateur du site ArchéoSF, étudie la « Circulation médiatique et [l’]effet de recontextualisation de quelques textes d’anticipation de la Belle époque ».

La dernière session est dédiée aux « Objets en réseau« . Lisa Bolz (Sorbonne Université) développe les thématiques abordées dans sa thèse dans une communication intitulée « La viralité des dépêches télégraphiques au XIXe siècle : les trajectoires transnationales et transculturelles d’une microforme médiatique ».

Blandine Lefèvre (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle), dont la thèse porte sur le Gil Blas, présente un aspect original des chroniques de ce journal: « « Ces figurants de la haute noce que tout le monde connaissait » : les fantoches du Gil Blas, figures virales fin-de-siècle ».

Enfin, Cyril Barde (Université Paris-8) expose une partie de ses travaux en cours dans le cadre de son doctorat, avec une communication consacrée à « Une influenza décorative : le virus de l’Art Nouveau ».

Catégorie