AAC: La Belle Époque a-t-elle été virale ? Circulation, diffusion, reproduction des images et des textes dans les périodiques au tournant du siècle (Nanterre, 25-26 juin 2020)

Appel à communication

La Belle Époque a-t-elle été virale ?

Circulation, diffusion, reproduction des images et des textes dans les périodiques au tournant du siècle (1870-1930)

Université Paris Nanterre, 25-26 juin 2020

Date limite d’envoi des propositions : 6 avril 2020

Argumentaire

La fin du XIXe siècle peut être considérée comme l’achèvement d’un ensemble de processus de systématisation et de rationalisation des techniques de production et de diffusion de l’imprimé : au niveau technique, la mise au point des procédés de reproduction photomécanique rendant possible la reproduction à faible coût et sans perte d’information des images et des textes ; au niveau rhétorique, le journalisme valorise des formes simples, directes, qui augmentent l’efficacité communicationnelle.

Ces processus donnent naissance à des pratiques de réappropriation et de rediffusion des images et des textes à une échelle massive à travers la presse. On retrouve les mêmes récits, les mêmes illustrations, dispersées dans des périodiques et des ouvrages différents, par un phénomène de dissémination qui semble adopter les mécanismes de la contagion. Pour parler de ces phénomènes, certains chercheurs ont alors délibérément choisi de transposer le terme de viralité sur des objets culturels anciens ; c’est par exemple le cas du projet « Viral Texts » de Ryan Cordell qui propose de s’intéresser au phénomène de la « viralité » dans la presse du XIXe siècle en repérant de manière automatisée toutes les reproductions textuelles d’une certaine ampleur dans les journaux américains. Cette notion de viralité est liée à notre culture numérique contemporaine : elle désigne la diffusion d’images et de textes dans les réseaux sociaux (en particulier dans les médias non conventionnels comme facebook ou twitter), impliquant une forme de circulation épidémique : l’information serait comme un virus qui se propage de proche en proche, avec des foyers de contamination, sans aucune stratégie globale de communication puisque ce sont les usagers mêmes des réseaux qui choisissent ou non la diffusion.

Le terme est fort, mais ne tend-il pas à effacer les particularités des différentes formes de reproduction, de réappropriation, de variation sérielle autour de quelques modèles qu’on retrouve à une échelle globale dans les médias depuis le XIXe siècle ? La question que souhaite soulever ce colloque est celle de la pertinence de l’application de la notion de viralité à la culture (et plus particulièrement la culture de la presse) au tournant des XIXe et XXe siècles, à travers l’étude de diverses problématiques :

Mécanismes de la viralité

Le concept de viralité recouvre des phénomènes qui ne relèvent pas forcément du même niveau d’analyse. On tentera de multiplier les approches pour mieux définir ces phénomènes :

– définitions de la viralité : quels sont les noms que l’époque attribue à ces pratiques, et comment se distinguent-elles ? Comment le cadre législatif s’adapte-t-il à ces phénomènes ? On tentera de distinguer le plagiat, la reprise, la citation, le collage, l’hommage, l’imitation…

– rhétorique de la viralité : la pratique de la reprise, de la répétition implique des choix de sélection, de transformation, de recontextualisation des matériaux réutilisés. Assiste-t-on à l’émergence de normes collectives du réemploi ?

– esthétique de la viralité : les formes les plus susceptibles d’être reprises sont souvent des formes courtes, simples, frappantes ; la culture virale a-t-elle des conséquences sur les valeurs esthétiques d’une époque ?

– sociologie et psychologie de la viralité : la reprise de textes et d’images est un acte social ; qu’est-ce qui explique le potentiel viral de certains contenus médiatiques ?

Typologie des objets viraux

Qu’est-ce qui fait l’objet de reproductions, de réappropriations, d’une diffusion non contrôlée au XIXe siècle ? S’agit-il d’information, de message, d’images, de modèles ? Les réalités sont multiples ; on cherchera à multiplier les cas d’étude :

– fausses nouvelles (canards, serpents de mer, etc.)

– formes courtes (citations, formules, blagues…)

– récits (contes et nouvelles, faits divers)

– informations (journaux voleurs, faits divers)

– images (caricatures, illustrations, modèles graphiques)

– circulations transmédiatiques

Circuits de la viralité

On tentera de reconstruire les écosystèmes médiatiques qui autorisent la viralité :

– acteurs : quelles sont les personnes qui produisent, se réapproprient et font circuler les textes et les images ?

– techniques : quelles évolutions des techniques de reproduction matérielle (clichage, stéréotypage, copier-coller) et aussi des techniques de communication (télégraphie, messageries, radio) permettent la viralité ?

– réseaux : quels sont les circuits des objets viraux ?  quelles géographies sociale, économique, médiatique émergent de l’analyse de ces circulations ?

– rythmes : à quelle vitesse sont diffusés les objets viraux ? que nous apprennent ces rythmes sur les structures médiatiques de ces époques ?

Imaginaires de la contagion culturelle

Quels modèles sont utilisés pour penser ces phénomènes à l’époque ? On pourra s’intéresser à l’imitation sociale chez Gabriel Tarde ou Gustave Le Bon, à l’application du darwinisme à l’analyse de la communication, à l’imaginaire de la colle et des ciseaux dans le journalisme, à l’identification de la rumeur à une forme de contagion sociale…

Les propositions de communication (2000 signes maximum) devront être envoyées à Julien Schuh (jschuh@parisnanterre.fr) avant le 6 avril 2020, accompagnées d’une courte bio-bibliographie. La liste des propositions retenues sera annoncée le 20 avril 2020. Le colloque se tiendra à l’Université Paris Nanterre, les 25 et 26 juin 2020.

Organisation :

Ce colloque est organisé par Julien Schuh (Université Paris Nanterre) dans le cadre du projet IUF « Synthétismes fin de siècle : Littérature, art et théâtre, entre culture de masse et avant-garde (1880-1910) » et de l’ANR Numapresse (http://numapresse.org/).

Comité scientifique :

Marie-Ève Thérenty

Pierre-Carl Langlais

Guillaume Pinson

Stéphanie Dord-Crouslé

Sarah Mombert

Jean-Didier Wagneur

Adeline Wrona

Nejma Omari

Bibliographie

  • Blackmore Susan J., The Meme Machine, Oxford, Oxford University Press, 1999.
  • Bode Katherine, A World of Fiction: Digital Collections and the Future of Literary History, University of Michigan Press, 2018.
  • Bolter, Jay David et Richard Grusin, Understanding New Media, Boston, MIT Press, 2000.
  • Cagé Julia, Hervé Nicolas, Viaud Marie-Luce, L’Information à tout prix, Bry-sur-Marne, Ina, coll. Médias et humanités, 2017.
  • Dawkins Richard, Le Gène égoïste, trad. fr., Paris, Poches Odile Jacob, 2003.
  • Fourmentraux Jean-Paul et Popper Frank, L’œuvre virale : net art et culture hacker, Bruxelles, la Lettre volée, 2013.
  • Garvey Ellen Gruber, Writing with Scissors : American Scrapbooks from the Civil War to the Harlem Renaisssance, Oxford, OUP, 2013.
  • Jenkins Henry, Ford Sam, Green Joshua, Spreadable Media: Creating Value and Meaning in a Networked Culture, New York, NYU Press, 2013.
  • Kendall Tina and Koster Kristin, « Critical Approaches to Cultural Recycling: Introduction », Other Voices, n° 1, May 2007. URL : http://www.othervoices.org/3.1/guesteditors/index.php
  • Klucinskas Jean et Moser Walter (dir.), Esthétique et recyclages culturels : Explorations de la culture contemporaine, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa / University of Ottawa Press, 2004. Disponible sur Internet : http://books.openedition.org/uop/2196
  • Latour, Bruno, Jensen, Pablo, Venturini, Tommaso et al., « “Le tout est toujours plus petit que ses parties”. Une expérimentation numérique des monades de Gabriel Tarde », Réseaux, n° 177, 2013/1, p. 197-232.
  • Leplatre Olivier et Tran Trung (dir.), L’image répétée Imitation, copie, remploi, recyclage, revue en ligne Textimage, Le Conférencier, octobre 2012, URL : http://www.revue-textimage.com/conferencier/01_image_repetee/sommaire.htm
  • Lessig Lawrence, Remix: making art and commerce thrive in the hybrid economy, Londres, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, Bloomsbury, 2008.
  • Liddle Dallas, “The News Machine: Textual Form and Information Function in the London Times, 1785–1885”, Book History19 (1), 2017, p. 132–68. URL: http://doi.org/10.1353/bh.2016.0003
  • Sampson Tony D., Virality: Contagion Theory in the Age of Networks, Minneapolis/London, University of Minnesota Press, 2012.
  • Scissors and Paste: https://osf.io/nm2rq/
  • Slauter Will, Who Owns the News? A History of Copyright, Stanford, Stanford University Press, 2019.
  • St-Germain Philippe, La culture recyclée en dix chapitres réutilisables, Montréal, Éditions Liber, 2012.
  • Thérenty Marie-Eve et Vaillant Alain (dirs.), Presse, nations et mondialisation au XIXe siècle, Nouveau Monde, 2010.
  • Viral Texts Project : http://viraltexts.org/

Séminaire Livre d’artiste, livre-objet, livre-fétiche (ENS Ulm-Paris 8)

Livre d’artiste, livre-objet, livre-fétiche

Sous la direction de :

Jean-Nicolas Illouz (université Paris 8, laboratoire « Littérature, histoires, esthétique »), Claude Imbert (ENS), et Ségolène Le Men (université Paris Nanterre, laboratoire « Histoire des arts et des représentations »)

 

En 1876, Mallarmé publie L’Après-midi d’un faune, avec des illustrations de Manet : un « genre » – « que c’en devienne un », nuance Mallarmé – s’y invente, celui du livre de peintre, et l’ouvrage apparaît rétrospectivement comme l’acte fondateur de la tradition moderne du Livre d’artiste.

Il s’agira de retracer l’histoire de ce genre – de son « bel aujourd’hui » initial jusqu’à l’époque contemporaine – en y décelant la diffusion d’un paradigme proprement mallarméen de l’union des arts : non leur synthèse, comme dans le programme wagnérien, mais leur espacement dans le jeu nouveau du livre, selon le principe de leur identité-dans-la-différence.

Il s’agira aussi de marquer une gradation qui conduit du livre d’artiste au livre-objet, – de telle façon que la matérialité du livre, en s’affirmant toujours davantage, change progressivement le livre en objet fétiche : un fétiche muet en lui-même, qui vaut pour Mallarmé comme le fragment de quelque plus grande œuvre perdue ; un fétiche aussi compris dans sa dimension anthropologique, par quoi l’art et le livre modernes questionnent l’« aura » qui leur demeure énigmatiquement attachée.

 

 

 

Mercredi 22 janvier, 15h.-18h. (ENS Ulm, salle Assia Djebar, 29 rue d’Ulm) :

Ségolène Le Men

Le livre illustré, entre art, création et cognition : l’exemple du livre romantique comme musée d’images

 

Claude Imbert

La voie des masques (Levi-Strauss, 1975) : livre d’artiste ou Comment écrire l’art amérindien ?

 

Mercredi 29 janvier, 15h.-18h. (Paris 8, salle A2 201) :

Jean-Didier Wagneur

Richard Lesclide (1825-1892), Trajectoire d’un éditeur d’art

 

Jean-Nicolas Illouz

L’Après-midi d’un faune et l’« hymen » des arts »

 

Mercredi 5 février, 15h.-18h. (Paris 8, salle A2 201) :

Jean-Nicolas Illouz

Noli me legere :

Stéphane Mallarmé, Marcel Broodthaers, Michalis Pichler, Un coup de dés jamais n’abolira le hasard

 

Jean-Philippe Antoine

Fétiche de la lecture : Marcel Broodthaers et Josef Strau

 

Mercredi 12 février, 15h.-18h. (ENS Ulm, salle Assia Djebar, 29 rue d’Ulm) :

Pierre-Henry Frangne

Autour du Livre « Instrument spirituel » :

Contradiction, suspension, circulation

 

Jean-Nicolas Illouz

Un poème typo-lithographique : Mallarmé, Redon, Un coup de dés

 

Mercredi 11 mars, 15h.-18h. (Paris 8, salle A2 201) :

Serge Linarès

Les manuscrits enluminés de René Char

 

Henri Scepi

[sujet à préciser]

 

Mercredi 18 mars, 15h.-18h. (Paris 8, salle A2 201) :

Hélène Védrine

Pour une harmonie « contre-tendue » :

quelques exemples d’illustrations pour Les Fleurs du mal

 

Clément Dessy

Le livre nabi, un territoire de rivalités et de connivences entre peintres et écrivains

 

Mercredi 25 mars, 15h.-18h. (ENS Ulm, salle Assia Djebar, 29 rue d’Ulm) :

 

Table ronde :

Le design du livre. Histoire et perspectives contemporaines

Modération par Anne Sophie Aguilar (Pôle Métiers du livre, Université Paris Nanterre)

Claire Brunet (ENS Cachan)

Catherine Geel (ENS Cachan et Commissaire pour la France à la triennale de Milan en 2019 :

Écrire l’histoire du design.

Elodie Boyer et Sébastien Morlighem : Les Éditions Non Standar

 

Mercredi 1er avril, 15h.-18h. (Paris 8, salle A2 201) :

 

Présentation de travaux de doctorants :

Marina Kozlova, Poétique du « tableau urbain » : poésie et peinture dans l’œuvre de Rodenbach et de Verhaeren

Rivka Susini, Horizons de l’illustration symboliste francophone (1880-1924)

 

Mercredi 8 avril, 15h.-18h. (Paris 8, salle A2 201) :

Christian Doumet

Sur Stèles de Segalen

 

Julien Schuh

Entre Bible et Grimoire : le livre selon Jarry

 

Mercredi 22 avril, 15h.-18h. (Paris 8, salle A2 201) :

 

Cyril Barde

Les éditions Deman : vers libre et Art Nouveau

 

Mercredi 29 avril, 15h.-18h. (Paris 8, salle A2 201) :

Conclusion du séminaire

AAC: Czech Historical Avant-Garde in the European Context

CALL FOR PAPERS

BRNO THEATRALIA CONFERENCE 2020

Czech Historical Avant-Garde in the European Context

4th-6th June, 2020

Department of Theatre Studies

Faculty of Arts, Masaryk University in Brno, Czech Republic

 

The international symposium BRNO THEATRALIA CONFERENCE 2020, hosted by the Department of Theatre Studies, Masaryk University (Brno, Czech Republic), is dedicated to historical avant-gardes and their development in Czechoslovakia and Europe. The aim is to reassess the Czech interwar theatre, bulit up at a crossroads of the European avant-gardes. This aim is closely related to the topic of the particularities of the avant-garde theatre in Europe (France, Germany, Italy, Spain, Russia,…) and of the way individual European countries influenced each other in this respect. We welcome, therefore, paper proposals focusing on historical avant-gardes in both the Czech as well as in the European milieu related to theatre: from the field of theatre studies, performing arts, dance, music, art history, architecture, cinema, photography, ethnography and folklore, literature, translation…

The conference will be held on the occasion of the hundredth anniversary of the foundation of the association of Czech avant-garde artists Devětsil. Founded in October 1920 in Prague, Devětsil (”butterbur”), the most influential Czech avant-garde circle, linked artists across a very wide range of fields, from architecture to performance, from aesthetics to sociology. Its members, e.g. Karel Teige, Vítězslav Nezval, Toyen, Jindřich Štyrský, Adolf Hoffmeister, Josef Chochol, Jiří Frejka, Jindřich Honzl, Emil František Burian, Jiří Voskovec, and Jan Werich, were constantly following  European avant-garde trends.

Only limited attention has been paid to the position and specificities of the Czech avant-garde in the European context. Hence, this is the main question the conference shall seek to answer.

We propose the following topics:

 

  • new results of research concerning the European avant-gardes
  • new results of research concerning the Czech avant-gardes
  • the legacy of the Czech avant-garde theatre theory
  • contacts among the members of the Czech theatre avant-garde with the European avant-garde; cooperation projects
  • reception of the Czech theatre avant-garde in Europe
  • reception of the European avant-garde in the Czech milieu
  • translation (from or into Czech)

Further suggestions contributing to the dialogue are welcome and will be considered.

Scholars as well as theatre practitioners, translators, historians of art, stage designers and theatre critics are warmly invited to join us and participate in the event either as speakers or as an audience.

Selected contributions from the conference will be published in a special issue of THEATRALIA (vol. 2022/1; the deadline for submission of the paper is April 30, 2021).

Paper proposals should include:

  • the title of the paper
  • an abstract of 250-300 words
  • the name(s) of the author(s)
  • contact address
  • telephone number
  • email address
  • institutional affiliation
  • short biographical note (maximum 300 words)

Please send the proposed title of the paper, abstract, biographical note, and other relevant information to the conference email contact (below) no later than on January 15, 2020.

Conference Organisers:

  1. Andrea Jochmanová (Academy of Performing Arts, Masaryk University): ajochmanova@mzm.cz
  2. Mariana Kunešová (University of Ostrava): mariana.kunesova@osu.cz
  3. Kateřina Šalounová (Masaryk University): 217442@mail.muni.cz

Contact: theatralia.conference@phil.muni.cz

Conference fee for speakers: will be specified

 

On Behalf of the Project Organising Committee:

Pavel Drábek (University of Hull, Masaryk University)

David Drozd (Masaryk University)

Šárka Havlíčková Kysová (Masaryk University)

Andrea Jochmanová (Academy of Performing Arts, Masaryk University)

Mariana Kunešová (University of Ostrava)