Les écluses sonores de la parole: Léon-Paul Fargue, la voix, la radio (Nanterre, 14 juin 2019)

Les écluses sonores de la parole

Léon-Paul Fargue, la voix, la radio


Journée d’étude organisée par Pierre Loubier (Université de Poitiers) et Julien Schuh (Université Paris Nanterre)

Vendredi 14 juin 2019

Université Paris Nanterre

14h-18h

Université Paris Nanterre, Bâtiment Paul Ricœur (L), salle L421 (4e étage)

Fargue en voix, en ondes…

Comme il voyait et regardait tout, Léon-Paul Fargue entendait, écoutait tout : chuchotements, sons du monde, bruits de la ville, musiques, voix composent à l’entour du poète un univers – à tous les sens du terme – sensible. Entendait-il des voix ? Sans mysticisme ni essentialisation de la voix, il savait se mettre à l’écoute de l’imperceptible et des voix chères qui se sont tues. Il savait aussi, au soir de sa vie, poser l’oreille contre le poste de radio, sa bouée, dans les remous et méandres du souvenir, dans un voyage au long cours de la parole.

Car Léon-Paul Fargue parlait beaucoup. C’était un homme de la parole, dont il ouvrait les écluses à qui voulait de ce don. Dans l’improvisation alerte, la causerie familière, la conversation scintillante, dans les pudeurs du silence aussi, et les lenteurs graves de la pensée, dans l’art de mettre sa propre voix en ondes, selon rythmes et grains de voix, sa poésie et sa prose sont parlées, et déroulent une forme de rhapsodie pleine de variations, d’ondulations ou d’embardées. Une voix chante, fidèle au poste.

14h00 : la voix poétique

  •  Julien Schuh, Université Paris Nanterre : « L’univers sonore de Léon-Paul Fargue »
  • Pierre Loubier, Université de Poitiers : « Une voix chante : Léon-Paul Fargue poète lyrique »

16h00 : la Radio

  • Julien Gabet, ENS Ulm, Université Paris Nanterre : « Quand dire, c’est être : Fargue rhapsode » 
  • Pierre-Marie Héron, Université Paul-Valéry Montpellier 3 : « Fargue rejoint par la radio : la dernière année (automne 1946-automne 1947) »


18h : Cocktail et Assemblée Générale des Coludions (Société des Lecteurs de Léon-Paul Fargue)


RER A ou train L, station Nanterre Université.

Contacts : pierre.loubier@univ-poitiers.fr et julien.schuh@parisnanterre.fr

Les participants

Julien GABET (ENS Ulm) est doctorant à l’Université Paris-Nanterre (« Charles-Albert Cingria, ou l’écriture de l’Europe »), éditeur (éditions La Baconnière) et membre de plusieurs sociétés savantes. Ses recherches portent sur la métaphysique, la théologie et leurs résurgences dans les poétiques européennes du vingtième siècle. Intérêts : Léon-Paul Fargue, Jean Paulhan, Michel de Certeau, Pierre Boutang, Giorgio Agamben, Jacques Chardonne, Jean-Luc Marion, Jean-Claude Pirotte, Jean-Christophe Bailly, la littérature dite romande.

Pierre-Marie HERON est professeur de littérature française à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et membre senior émérite de l’Institut universitaire de France. Il anime à Montpellier un programme de recherche sur les écrivains et la radio en France (XXe-XXIe siècles), dans le cadre duquel il coordonne la publication d’ouvrages sur le sujet. Derniers titres parus : Aventures radiophoniques du Nouveau Roman (PUR, 2017, avec Françoise Joly et Annie Pibarot), Poésie sur les ondes (PUR, 2018, avec Marie Joqueviel-Bourjea et Céline Pardo), L’entretien d’écrivain à la radio (France, 1960-1985) (Komodo 21, 2018, avec David Martens). 

Pierre LOUBIER est professeur de littérature française du XIXe siècle à l’Université de Poitiers et directeur de l’équipe B2 « Histoire et poétique des genres ». Il a publié Le Poète au labyrinthe, 1998 ; Jules Laforgue, l’orgue juvénile, 2000 et Sentinelles de la douleur – La Voix plaintive I, Élégie, Histoire, Société sous la Restauration, 2013. Co-fondateur et secrétaire de la Société des Lecteurs de Léon-Paul Fargue depuis 1995, il a publié des articles sur Chénier, Treneuil, Lamartine, Vigny, Hugo, Sainte-Beuve, Balzac, Nerval, Baudelaire, Corbière, Verlaine, Cendrars, Fargue, Larbaud, Michaux, Temple, Goffette, Schneider.

Julien SCHUH est maître de conférence de littérature française à l’Université Paris Nanterre (CSLF) et membre junior de l’Institut universitaire de France. Président de la Société des Amis d’Alfred Jarry, à qui il a consacré un ouvrage (Alfred Jarry, le colin-maillard cérébral, Champion, 2014), il travaille sur les relations entre culture de masse et avant-gardes au tournant du siècle. Il dirige le projet PRELIA (http://prelia.fr), consacré aux petites revues littéraires et artistiques, et participe au pilotage du projet ANR Numapresse (http://www.numapresse.org/).

Evanghélia Stead & Hélène Védrine (dir.), L’Europe des revues II (1860-1930). Réseaux et circulation des modèles

Evanghélia Stead & Hélène Védrine (dir.), L’Europe des revues II (1860-1930). Réseaux et circulation des modèles, Paris, Sorbonne Université Presses, coll. “Histoire de l’imprimé”, 2018.

Comment les revues se développent-elles et circulent-elles ? Quels sont les réseaux ou les stratégies qu’elles mobilisent, les modèles dont elles s’inspirent, qu’elles transforment ou qu’elles imposent, les formes et les contenus qu’elles empruntent à d’autres revues ou qu’elles diffusent auprès d’elles ? Ces questions se posent tout particulièrement entre 1860 et 1930, lorsque les revues littéraires et artistiques foisonnent en Europe, en une féconde rivalité, et tissent des trames d’échanges, de transferts et de relations culturels.

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité immédiate de L’Europe des revues (1880-1920). Estampes, photographies, illustrations (2008, rééd. 2011), dont il reprend les postulats. Il invite à explorer les rapports entre les modèles esthétiques, idéologiques, graphiques et typographiques des périodiques dans l’espace européen. En problématisant la notion de réseau et en montrant ses diverses réalisations et manifestations – entre revues ou autour d’une revue –, il met fortement en avant la circulation des périodiques comme vecteurs d’idées, de formes, de sociabilités, d’idéologies et d’esthétiques.

Cet ample mouvement d’échanges, à la fois centrifuge et centripète, permet le brassage et le passage de nouvelles idées, de formes et d’esthétiques d’un pays à l’autre, la redéfinition des genres et des domaines. Il offre aussi un angle nouveau pour interroger l’émergence des revues spécialisées (d’art, de théâtre, de cinéma, ou de photographie). Il est actuellement relayé par de nombreuses initiatives numériques – de la mise à disposition des documents au profit du plus grand nombre à la reconstitution des réseaux historiques des périodiques et à la mise en relation croissante des publications, des documents et des archives.

En étudiant ses diverses manifestations selon ces orientations, le présent ouvrage tente d’éclairer à nouveaux frais le phénomène périodique et de mesurer son importance dans l’histoire culturelle imprimée et visuelle.

Site de l’éditeur

Sommaire complet :

Périodiques en réseau, par Évanghélia Stead & HélèneVédrine

PREMIÈRE PARTIE : NAISSANCE ET DIFFUSION DE QUELQUES MODÈLES

Diana Cooper-Richet, « Les grandes revues britanniques du XIXe siècle : modèles matriciels, vecteurs de transferts culturels et de pratiques éditoriales »

Jean-Pierre Bacot, « The Illustrated London News et ses déclinaisons internationales : un siècle d’influence »

Eliseo Trenc, « Les Illustrations en Espagne »

Sarah Al-Matary, « La publicité dans la première Ilustración Española y Americana (1869-1884) : un observatoire privilégié des transferts internationaux »

Marie-Linda Ortega, « Échos du Charivari en Europe : caricatures et dépendances dans la presse satirique illustrée madrilène des années 1860 »

Laurence Danguy, « Le Nebelspalter zurichois (1875-1921) : modèles et réseaux »

Évanghélia Stead, « Sonder la culture visuelle européenne : fleuve et déferlement d’images via la Revue illustrée »

Laurence Danguy, Vanja Strukelj, Francesca Zanella, « Circulations de modèles entre l’aire germanique et l’italie au début du XXe siècle : ouvrir un champ de recherches »

DEUXIÈME PARTIE : LES REVUES EN RÉSEAU

Daphné de Marneffe, « Visualiser l’espace des revues littéraires françaises des années vingt : pour une approche collective des revues littéraires »

Alexia Kalantzis, « Le réseau des revues entre France, Italie et Autriche : le Mercure de FranceLeonardo et Hyperion »

Elisa Grilli, « De jeunes “rêveurs méridionaux” sous influence.
Circulation des textes et des images dans un réseau de revues :
HeliosAlma Española et Renacimiento (Madrid, 1903-1907) »

Vincent Gogibu, « Entre Bruxelles et Paris, deux revues et un réseau :
Le Spectateur catholique (1897-1900) d’Edmond de Bruyn et L’Occident (1901-1914) d’adrien Mithouard »

Blaise Wilfert-Portal, « Au temps du “cosmopolitisme” ?
Les revues parisiennes et la littérature étrangère, 1890-1900 »

Fabienne Fravalo, « L’art nouveau des revues : interactions et émulations dans la construction des styles nationaux »

Adriana Sotropa, « Autour du symbolisme : Ileana (1900-1901) et les revues bucarestoises d’avant-garde à la fin du XIXe siècle »

Anne Reynes-Delobel, « Revues, éditeurs et auteurs américains à Paris dans l’entre-deux-guerres »

TROISIÈME PARTIE : LES RÉSEAUX D’UNE REVUE

Jean-Louis Meunier, « Revues littéraires et artistiques françaises : Le Saint-Graal et ses contemporaines »

Michel Rapoport, « Regards sur le rôle des réseaux littéraires et artistiques franco-britanniques dans l’élaboration de The Yellow Book »

Sarah Jammes,« Pèl & Ploma : de revue catalane sous influence à revue européenne influente ? »

Claire Popineau, « La vie des lettres en réseau : la revue Vers et Prose comme média et communauté »

Mateusz Chmurski, « “Rien de plus triste dans ce monde qu’une revue humoristique polonaise !”
Mucha et la presse satirique polonaise dans le tronçon russe (1868-1914) »


Jean-Claude Gardes,« Der Wahre Jacob (1884-1933) : le succès d’un organe de parti à l’écart des circuits traditionnels »

Ursula E. Koch, « Munich-Paris. L’hebdomadaire satirique illustré Simplicissimus et ses relations avec la France (1896-1914) »

Xavier Galmiche, « Les Šibeničky [Petites potences] et l’internationale des revues satiriques anarchistes »

QUATRIÈME PARTIE : RÉSEAUX ET ÉCHANGES ENTRE LES GENRES ET LES MÉDIAS

Audrey Ziane, « Enquête archéologique en milieu fertile : les revues et les manifestes artistiques, généalogie d’un genre »

Céline Mansanti, « Un genre de l’entre-deux : la chronique étrangère dans quelques revues françaises et américaines de l’entre-deux-guerres »

Yoan Vérilhac, « Portraits et culture médiatique dans les petites revues symbolistes : hermétisme, clichés et vie littéraire »

Pierre Pinchon, « Exposer un réseau :
le cas des Essais d’art libre (1892-1894) et des Portraits du prochain siècle »

Dorothée Pauvert-Raimbault, « Les livres illustrés de Félicien Champsaur et les illustrations de presse : inspiration, circulation et moteur de la fictioné »

Julien Schuh, « Autour du Rire : généalogie et diffusion du synthétisme graphique dans l’espace médiatique fin-de-siècle »

Markéta Theinhardt, « L’art télégraphique ou l’allégorie de la vie moderne :
František Kupka dessinateur de presse »

Laurent Bihl, « Naissance d’une iconosphère ?
La circulation des images entre la presse montmartroise et les grands quotidiens »

CINQUIÈME PARTIE : ÉMERGENCE DES REVUES SPÉCIALISÉES

Marco Consolini, « Les revues de théâtre au XXe siècle : un champ de recherche à part entière »

Sophie Lucet, Romain Piana, « À la croisée des revues d’art et de théâtre : L’Art et la Scène (1897) »

Fabienne Fravalo, « Un champ et ses porosités : la revue d’art »

Paul Edwards, « Revues de photographie françaises et américaines (1890-1914) »

Ada Ackerman, « Les revues photographiques soviétiques des années vingt »

Christophe Gauthier, « Revues de cinéma en France des origines aux années trente : culture cinématographique et culture de masse »

SIXIÈME PARTIE : RÉSEAUX ACTUELS : NUMÉRISATION

Jean-Didier Wagneur, « Écosystèmes revuistes »

Mikaël Lugan, « Le blog Les Petites Revues : un outil bibliographique sur la toile »

Lorraine Janzen Kooistra, « Reconstruire les réseaux historiques de la circulation des imprimés à l’ère numérique : The Yellow Nineties Online et les périodiques esthètes fin-de-siècle »

Giorgio Bacci, Veronica Pesce, Davide Lacagnina, Denis Viva,« Spreading Visual Culture : revues, images et archives pour l’art contemporain »

Bibliographie générale

Présentation des auteurs

Index des noms

http://pups.paris-sorbonne.fr/catalogue/litteratures-francaises-comparee-et-langue/histoire-de-limprime-references/leurope-des-revues-ii-1860-1930