Colloque international Poétique du Chat Noir (1882-1897), BHVP, 6-7 déc. 2018

Poétique du Chat Noir (1882-1897)

Colloque international

Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

Jeudi 6 et vendredi 7 décembre 2018

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle, un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce colloque se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.

Jeudi 6 décembre 2018

9h : Ouverture du colloque/Introduction

9h30 : Conférence de Phillip Dennis Cate (Director Emeritus, Zimmerli Art Museum, Rutgers University)

« Chat Noir Guide : l’École du Chat Noir et Le Louvre de Montmartre »

Répondant : Alain Vaillant (Université Paris Nanterre) 

10h20 : Pause

10h30 : Réseaux et poétique médiatique

Présidente de séance : Valérie Stiénon (Université Paris 13)

Daniel Grojnowski (Université Paris-Diderot) : « Le Chat Noir : Cercles privés, cabarets, gazettes »

Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry, Montpellier) : « Les femmes dans Le Chat Noir »

Yoan Vérilhac (Université de Nîmes) : « À l’aube du second éclatement médiatique de la littérature : Le Chat Noir, laboratoire de formats communicationnels »

14h : Trajectoires

Président de séance : Denis Saint-Amand (Université de Namur – Université Saint-Louis  Bruxelles)

Louis Forestier (Sorbonne Université) : « En pied et en filigrane : Charles Cros au Chat Noir ; une poétique en marge ? »

Clément Dessy (Université de Warwick) : « Itinéraires amorphes de Franc-Nohain : journalismes, scènes et satires en poésie »

15h : Ça déménage ! Poétique du défilé, parades et voyages

Président de séance : Paul Aron (Université libre de Bruxelles)

Diana Schiau-Botea (Chercheuse indépendante) : « “Ne bougeons plus ! Tout le monde y passera !” : la poétique du défilé au Chat Noir »

Jean-Didier Wagneur (CSLF, Université Paris Nanterre) : « Goudeau et Clément Privé : A’Kempis, poétique du voyage parisien »

Laurent Bihl (Université Paris I – ISOR) : « Déménager le Chat Noir avec le “Captain Cap” déguisé en Boulanger : esthétique du canular et du charivari dans la sociabilité chatnoiresque au cours des années 1880 »

16h30 : Pause

16h50 : Textes et images

Présidente de séance :Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre) 

Corinne Taunay (Université Paris Nanterre) : « Caricatures de Salis »

Mireille Dottin-Orsini (Université de Toulouse II – Le Mirail): « Dessins et histoires dessinées du Chat Noir »

Évanghélia Stead (Université de Versailles-Saint-Quentin) : « Modeste énigme : “Pointes sèches” par Henri Somm »

Vendredi 7 décembre 2018

9h : Miauler, chanter, aboyer : modalités de l’oralité sur la scène du Chat Noir

Présidente de séance : Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry, Montpellier)

Élisabeth Pillet (Université Paul-Valéry, Montpellier) : « Les chansons du Chat Noir »

Marie Goupil-Lucas-Fontaine (Université Paris I) : « Un Chat qui miaule. Les voix du Chat Noir au cylindre et au disque »

10h : Pause

10h15 : Coups de griffes au Chat Noir

Présidente de séance : Évanghélia Stead (Université de Versailles-Saint-Quentin) 

Fanny Arama (Université Paris-Diderot) : « Léon Bloy au Chat Noir : “l’éthique du scandale” »

Caroline de Mulder (Université de Namur) : « Dom Léon Bloy contre Le Chat Noir »

Caroline Crépiat (Université Clermont Auvergne) : « Mener la vie dure au Chat Noir : La Vie drôle (novembre 1893-février 1894) »

13h45 : Culture carnavalesque

Président de séance : Jean-Didier Wagneur (CSLF, Université Paris Nanterre)

Alexandre Burin (Université de Durham) : « La “poétique arlequine” de Jean Lorrain à l’époque du Chat Noir »

Antoine Piantoni (Sorbonne Université) : « Les Contes du Chat Noir de Rodolphe Salis : “Ni pyramide, ni cathédrale, ni minaret. Un kiosque, tout bonnement.” »

14h45 : Écrire un mythe

Président de séance : Phillip Dennis Cate (Université Rutgers) 

Catherine Dousteyssier-Khoze (Université de Durham) : « L’esthétique réflexive et publicitaire  du Chat Noir »

Nicholas Zmelty (Université de Picardie-Jules Verne) : « Le décor du Chat Noir ou la spatialisation du fumisme »

Yumeko Okamoto (Université de Liège) : « Maurice Donnay, créateur de la légende du Chat Noir »

16h15 : Pause

16h30 : Prolongements et imitations

Président de séance : Laurent Bihl (Université Paris I – ISOR)

Paul Aron (Université libre de Bruxelles) : « Les Récits de Rhamsès II de Raphaël Landois, un recueil de contes préfacés par Willy »

Laurence Danguy (Université Paris I/IV – Université de Lausanne) : « Du Chat Noir au Simplicissimus ou des bêtes de la littérature périodique »

Julien Schuh (Université Paris Nanterre) : « Le chat (noir) et la souris (d’ordinateur) : Le Chat Noir dans la base de données HIRIM »

18h : Conclusions

Organisateurs : Caroline Crépiat (Université Clermont Auvergne – CELIS), Denis Saint-Amand (HEL – Université de Namur – COnTEXTES) et Julien Schuh (Université Paris Nanterre – HIRIM).

Comité scientifique : Paul Aron (Université libre de Bruxelles – FNRS), Laurent Bihl (Paris 1 – CRHXIX), Phillip Dennis Cate (Rutgers University, émérite), Philip Kaenel (Université de Lausanne), Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre – HIRIM), Évanghélia Stead (Université de Versailles – CHCSC), Valérie Stiénon (Université Paris 13 – PLÉIADE), Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry – RIRRA21 – Numapresse), Alain Vaillant (Université Paris Nanterre – HIRIM), Jean-Didier Wagneur (CLCF-Université Paris Nanterre).

Numapresse

Projet Histoire du Rire Moderne (HIRIM)

Séminaire Numapresse sur la Bohème (23 novembre 2018, Nanterre)

Ecosystèmes de la Bohème: acteurs, médias, géographie

La « Bohème » est une notion complexe; plus qu’un groupe, une époque, elle renvoie à un style de vie. La Bohème, ce sont des écrivains et des artistes (mâles) en représentation dans des cafés et des cabarets; des lorettes, des modèles, des prostituées qui ne sont pas de simples éléments du décor; une géographie dont les pôles sont aussi bien des lieux de vie, de rencontre, de production que des outils économiques ou publicitaires (un cabaret, on y mange, on y boit, on y écrit, on y chante, on en passe des réclames dans les périodiques); des journaux qui font plus que transposer les relations sociales d’un milieu: qui les créent, les transforment, les diffusent. Cette imbrication de tous les plans (économiques, sociaux, esthétiques, communicationnels) montre qu’il s’agit bien d’une forme d’écosystème: une structure en quête perpétuelle d’équilibre (une structuration) avec ses prédateurs, ses proies, ses ressources, son territoire…

Les travaux de Jean-Didier Wagneur et d’Anthony Glinoer sur la bohème, ses représentations, sa sociabilité, ceux d’Alain Vaillant sur la base Petite Presse et la presse satirique avec le projet HIRIM, avec Jean-Didier Wagneur et Caroline Crépiat sur L’Hydropathe et Le Chat noir, ont permis d’engranger de nombreuses données sur les contenus des périodiques, les lieux de sociabilité, les profils sociologiques des acteurs de la Bohème, autour de 1840 et de 1880, données versées dans la base Numapresse. Ces périodes peuvent servir de cas d’étude pour expérimenter avec une base de données considérée non comme un simple dépôt d’informations mais comme un outil d’exploration et de découverte. Quelle est la valeur épistémologique d’une base de données? Peut-on voir émerger des motifs dans cet ensemble? Nous nous intéresserons en priorité aux questions de la prosopographie, de l’économie et de la géographie de la Bohème, pour voir de quelle manière s’entrelacent ces questions.

Intervenants
Caroline Crépiat (Docteure, CELIS, Équipe Lumières et Romantismes)
Anthony Glinoer (Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire, Professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke, Québec)
Julien Schuh (Université Paris Nanterre
Jean-Didier Wagneur (BnF, HIRIM)


Parution: A. Vaillant, Y. Vérilhac (dir.), Vie de bohème et petite presse du XIXe siècle, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Alain Vaillant, Yoan Vérilhac (dir.), Vie de bohème et petite presse du XIXe siècle, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018.

La bohème est l’un des mythes les plus populaires du XIXe siècle : il a inspiré des romans, des poèmes, des opéras et, plus récemment, de nombreux ouvrages érudits. On s’est familiarisé avec ses figures pittoresques, sa géographie parisienne, ses rites initiatiques. Mais on manque souvent l’essentiel : si la bohème constitue une collectivité si identifiable – unie par des liens très puissants de camaraderie –, c’est qu’elle est l’émanation directe de la petite presse littéraire et artistique qui, de l’époque romantique jusqu’à la fin de siècle, est le cœur vivant de la vie culturelle en France.

Il faut donc oublier la légende de la bohème pour se tourner vers la réalité : l’organisation concrète de cet univers médiatique, le tissu étroit des solidarités professionnelles et amicales. Surtout, cette complicité collaborative de la presse influe directement sur les formes de l’écriture (désormais saturée par l’ironie et la parodie) et, contrebalançant la solitude sacrée de l’auteur, met en jeu la conception même de la littérature.

Lien

Sommaire

Alain Vaillant, Yoan Vérilhac – Sociabilités littéraires et « petite presse » : questions de méthode
La camaraderie et la petite presse, de Louis-Philippe à Napoléon III
Nathalie Preiss – La petite presse : le régime de la communauté universelle ?
Valérie Stiénon – La communauté charivarique de la blague ;
Corinne Saminadayard-Perrin – Le cénacle et le boulevard : l’envers et l’endroit ;
Anthony Glinoer, Vincent Laisney – La Brasserie des Martyrs : un lieu commun de la bohème.
Solitaire, solidaire
Fanny Bérat-Esquier – Le clan Lepoitevin « en silhouette » ;
Sarah Mombert – « Un pour tous, tous pour un ». Sociabilités et réseaux du journal Le Mousquetaire ;
Martine Lavaud – Les poètes de l’entresol : Théophile Gautier et la petite presse ;
Alain Vaillant – Le cas Baudelaire : esquisse d’une poétique de la camaraderie littéraire.
Sociabilités fumistes
Jean-Didier Wagneur – Socialités des petits médias. L’arène de Lutèce ou vivre ironiquement la littérature ;
Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand – Des Hydropathes au Chat noir. Stratégies d’émergence et sociabilité ;
Solenn Dupas – Pratiques fumistes de la dédicace dans Le Chat noir. Formes et enjeux d’une poétique en réseaux ;
Bénédicte Didier – Le Chat noir ou l’expérience inédite d’un journal de cabaret.
De la petite presse à la petite revue
Philippe Leu – « La diffusion par le verbe ». La forme revuiste comme matrice du réseau de sociabilités de La Plume ;
Julien Schuh – Du cercle aux revues : genèse sociale de l’espace discursif de quelques périodiques fin-de-siècle ;
Yoan Vérilhac – Fini de rire : la petite revue ou la petite presse qui argumente.
Bibliographie générale

Prospectus-BohèmeTélécharger