Outils de visualisation

La base de données des Petites REvues de LIttérature et d’Art peut désormais être interrogée avec des outils de visualisation dynamique. Les graphiques sont créés à partir des requêtes de l’utilisateur, en temps réel; la précision des réponses s’améliorera au fur et à mesure que les informations dans la base augmenteront. On trouvera pour l’instant cinq méthodes d’interrogation : articles par mois, participation aux revues (pourcentage)auteurs de la revue (pourcentage), rapport textes / images et évolution du rapport textes / images. Tous ces outils sont encore au stade expérimental, n’hésitez pas à signaler des problèmes d’utilisation. Les aspects techniques sont exposés à la fin de l’article.

explvisu00

Articles par mois

Cliquez ici pour accéder à l’outil

Cet outil permet d’évaluer l’évolution dans le temps des participations d’un auteur aux revues de la base, en présentant un graphique de ses publications mensuelles par revues. Entrez le début du nom d’un auteur, cliquez sur le dictionnaire pour faire apparaître un menu déroulant, et sélectionnez l’entrée correspondante:

explvisu01

Puis appuyez sur le bouton « Rechercher » pour afficher un graphique présentant le nombre de contributions de l’auteur sélectionné par mois à différentes revues. L’axe vertical indique le nombre d’articles, l’axe horizontal les mois de publication (au format année/mois, en omettant les mois sans publication). En cas d’utilisation de pseudonymes, seule une requête passant par l’entrée principale renvoie l’ensemble des résultats (par exemple, la requête « Gourmont, Remy de » renvoie aussi les articles écrits sous le pseudonyme de « Bury, R. de », mais la requête « Bury, R. de » ne renvoie que les articles écrits sous ce nom). Voici le résultat pour Jean Moréas:

explvisu02

Le tableau des données est intégré sous le graphique.

Participation aux revues (pourcentage)

Cliquez ici pour accéder à l’outil

On peut également mesurer d’un point de vue synthétique l’implication d’un auteur à plusieurs revues en visualisant le nombre total d’articles qu’il a donnés pour chacune d’entre elles. Sélectionnez un auteur de la même manière que pour l’outil précédent pour afficher un graphique présentant l’ensemble de ses contributions dans les revues de la base, et le tableau des données. Le nombre et le pourcentage d’articles publiés par revue s’affichent en passant le curseur au-dessus du graphique.Voici le résultat pour Maeterlinck:

explvisu03

Auteurs de la revue (pourcentage)

Cliquez ici pour accéder à l’outil

C’est l’outil le plus complexe; il permet de visualiser l’importance des participations de tous les collaborateurs d’une revue, soit sur l’ensemble des numéros répertoriées dans la base, soit sur une période précise déterminée par l’utilisateur. Sélectionnez une revue dans le menu déroulant pour afficher un graphique présentant l’ensemble des auteurs ayant collaboré à cette revue en fonction du nombre d’articles publiés. Exemple pour Lutèce:

explvisu04

On peut faire défiler l’ensemble des noms d’auteurs en cliquant sur les flèches en bas de la légende. Les noms des auteurs, le nombre et le pourcentage d’articles publiés dans la revue s’affichent en passant le curseur au-dessus du graphique.

Vous disposez de plus d’une frise temporelle:

explvisu05

Par défaut, le graphique présente les auteurs pour l’ensemble des données de la base, mais vous pouvez restreindre la période affichée en faisant glisser les curseurs de la frise temporelle, pour voir l’évolution des collaborateurs de la revue. Voici par exemple les données pour Lutèce entre janvier et juin 1883:

explvisu06

Rapport textes / images

Cliquez ici pour accéder à l’outil

La base de données précise le type de document (texte ou document graphique), ce qui permet de représenter graphiquement la place des images dans ces revues. En comparant la part des images par rapport au nombre de textes dans plusieurs revues, on peut faire apparaître des disparités (même si pour l’instant ces graphiques ne permettent pas de mesurer le nombre de pages de textes, uniquement le nombre d’articles). On peut ainsi comparer la proportion d’images (en rouge) par rapport aux textes (en bleu) dans La Plume (Léon Deschamps, créée en 1889, à gauche) et L’Almanach du Bibliophile (Edouard Pelletan, 1898, à droite) :

PlumetxtimgAlmanachdubibliophiletxtimg

Évolution du rapport textes / images

Cliquez ici pour accéder à l’outil

En visualisant l’évolution du nombre de textes et d’images par mois, on peut observer par exemple la place croissante des illustrations (en bleu) dans une revue comme La Plume :

Plumetxtimgtime

La structuration de la base de données permet d’autres types d’extraction ; on peut imaginer par exemple des visualisations de la place de certains genres au sein des revues, des études portant sur l’origine de leurs collaborateurs, etc.

 Aspects techniques

Les outils de visualisation fonctionnent avec MySQL, PHPJSON, Ajax et Google Chart Tools.

Les données de la base PRELIA sont stockées sous formes de tables MySQL structurées par le SIGB libre PMB. Les données ne sont pas toutes indexées, ce qui signifie qu’il faut faire des requêtes complexes pour obtenir certains résultats. Par exemple, lorsqu’un visiteur sélectionne un auteur avec l’outil « Participation aux revues », une requête SQL est envoyée par le biais d’une page PHP à la base de données MySQL avec l’identifiant de l’auteur sélectionné. La requête pour obtenir la liste des dates et des périodiques de tous les articles de Jean Moréas (identifiant: 336) s’écrit ainsi de cette manière:

SELECT  bulletins.date_date, notices.tit1
FROM authors
INNER JOIN responsability 
ON authors.author_id = responsability.responsability_author
INNER JOIN analysis
ON responsability.responsability_notice = analysis.analysis_notice
INNER JOIN bulletins
ON analysis.analysis_bulletin = bulletins.bulletin_id
INNER JOIN notices
ON bulletins.bulletin_notice = notices.notice_id
WHERE authors.author_id='"336"' 
ORDER BY notices.tit1 ASC

Les informations sont structurées dans un tableau au format JSON qui est renvoyé à la page de requête pour passer par plusieurs fonctions Javascript: réencodage pour le transformer en DataTable lisible par Google Chart, manipulations diverses (pivotage des données, agrégation des données…) et enfin génération de la visualisation.

Henri de Régnier dans les revues (1885-1911)

[En annexe d’une communication sur Régnier dans les revues, voici la liste de ses participations et des comptes rendus ou portraits à son sujet recensés dans la presse de l’époque. Il s’agit évidemment d’un travail partiel, n’hésitez pas à me communiquer d’autres participations ou corriger celles-ci. Merci à Pierre Lachasse de m’avoir communiqué le dépouillement de Lutèce, à Mikaël Lugan d’avoir apporté des précisions gourmontiennes et à surtout à Patrick Besnier pour ses nombreux ajouts et précisions.]

1885

juin

Hugues Vignix, « Expérience !, Jouissance, Sagesse nocturne », Lutèce, n° 177, 14 juin 1885 [poèmes]

juillet

Hugues Vignix, « Rêve d’un passant », Lutèce, n° 193, 26 juillet 1885 [poèmes]

août

Lutèce, n° 196, 16 août 1885

Hugues Vignix, « Contentement, Temple », Lutèce, n° 196, 16 août 1885 [sonnet]

 

Hugues Vignix, « En villégiature : Les Expériences de Lady Travelling », Lutèce, n° 197, 23 août 1885 [nouvelle]

septembre

Hugues Vignix, « En causant », Lutèce, n° 202, 27 septembre 1885 [nouvelle]

octobre

Hugues Vignix, « Promenade », Lutèce, n° 206, 25 octobre 1885 [poèmes]

 

novembre

« Chronique lutécienne », Lutèce, 1er novembre 1885

« Il y a actuellement sous presse à l’imprimerie de Lutèce deux plaquettes de deux « jeunes », qui ont fait leurs premières armes dans Lutèce. C’est Cueille d’Avril (125 ex.) d’Alaric Thome [Vielé-Griffin] et les Lendemains (123 ex.) de Henri de Régnier, le Hugues Vignix de Lutèce. »

Henri de Régnier, « Dédicace, Deae Gratias, Les Sources, Temple, Jeune Espoir », Lutèce, n° 208, 8 novembre 1885

1886

janvier

Henri de Régnier, « Le Coucou de la forêt noire », Lutèce, n° 217, 12 janvier 1886 [prose]

 

Lutèce, n° 218, 17 janvier 1886

Régnier signalé comme présent au IIIe Dîner des Têtes de Pipes

février

Poèmes : Henri de Régnier, « Soirs », Lutèce, n° 224, 27 février 1886 [2 poèmes]

 

avril

Henri de Régnier, « Toute une année ; Solitude », Lutèce, n° 232, 10 avril 1886

mai

Henri de Régnier, « L’Escalier », Lutèce, n° 236, 8 mai 1886 [nouvelle]

juin

Henri de Régnier, « Soirs », Lutèce, n° 241, 12 juin 1886

juillet

Henri de Régnier, « Biographie », Lutèce, n° 247, 25 juillet 1886 [nouvelle]

août

Henri de Régnier, « Dîner annuel », Lutèce, n° 248, 1er août 1886 [nouvelle]

Henri de Régnier, « La Chevelure », Lutèce, n° 250, 15 août 1886 [prose]

 

Henri de Régnier, « Similitude », Lutèce, n° 251, 22 août 1886 [nouvelle]

Henri de Régnier, « Désillusions », Lutèce, n° 252, 29 août 1886 [nouvelle]

octobre

La Décadence, n° 1, 1er octobre 1886

Régnier signalé dans la liste des « Collaborateurs principaux du Scapin et de la Décadence »

« Notre téléphone », Lutèce, n° 256, 3 octobre 1886

« Henri de Régnier. — Larousse et Littré sont d’accord avec moi, sur ce point. Bien des choses de leur part. »

septembre-octobre

Deux parutions dans Le Scapin (un poème, une prose)

1887

janvier

Henri de Régnier, « Aube », Écrits pour l’Art, n° 1, 7 janvier 1887, p. 7

Henri de Régnier, « Refrains », Écrits pour l’Art, n° 1, 7 janvier 1887, p. 14

février

Henri de Régnier, « Variations », Écrits pour l’Art, n° 2, février 1887, p. 17-19 [prose]

mars

Henri de Régnier, « Les Cygnes, par Francis Vielé-Griffin », Écrits pour l’Art, n° 3, mars 1887, p. 37-39

avril

Henri de Régnier, « Les Mains belles et justes… », Écrits pour l’Art, n° 4, avril 1887, p. 52-54

Henri de Régnier, « L’Après-midi d’un Faune, de Stéphane Mallarmé », Écrits pour l’Art, n° 4, avril 1887, p. 59-60

mai

Henri de Régnier, « Sonnet », Écrits pour l’Art, n° 5, mai 1887, p. 72

« Henri de Régnier », Écrits pour l’Art, n° 5, mai 1887, p. 73-74

« Auteur de deux recueils de poèmes, Henri de Régnier — le plus jeune, croyons-nous (il est né à Honfleur en 1865) de cette génération de poètes qui, débarrassés des jougs romantiques et parnassiens, aspirèrent à un art nouveau réalisé déjà en des œuvres — témoigne par la personnalité si délicate de son talent de l’absence en ce groupe d’artistes de tout esprit mesquin d’école. »

« Portrait de M. Henri de Régnier », Écrits pour l’Art, n° 5, mai 1887, n.p. [photographie]

juin

Henri de Régnier, « Sonnet », Écrits pour l’Art, n° 6, juin 1887, p. 81

Henri de Régnier, « J.-K. Huysmans et son roman En Rade », Écrits pour l’Art, n° 6, juin 1887, p. 92-96

septembre

Charles de Larivière, « Sites et Les Gammes », La Revue générale, n° 92, 1er septembre 1887, p. 391

« Sites et Les Gammes sont des œuvres décadentes. N’allez pas croire que ce seul titre me les fasse dédaigner. Il y a beaucoup de degrés en l’échelle décadente. Tel est en haut parce qu’il est absolument incompréhensible tel autre est en bas parce qu’il écrit à peu près comme tout le monde. Il eu est enfin qui s’enrôlent sans vocation sous cette bannière, espérant réussir par là et qui n’ont de décadent que le titre.

MM. Henri de Régnier et Stuart-Merrill sont sans doute vers le milieu de l’échelle, ni trop haut, ni trop bas :

Choisis! La nuit s’achève et sur la mer qui bêle

Comme un troupeau pressé qu’on pousse dans les brume»

Couchée en la toison éparsc des écumes

Peut-être verras-tu venir Vénus la Belle !

Ainsi s’exprime M. de Régnier, et il n’est pas tout à fait incompréhensible. M. Stuart-Merril l’est moins encore, quoiqu’il dédie son « livret de vers » à René Ghil, « maître de la Musique du Verbe. » J’aime assez le souffle du divin Pan qui, en avril, de sa flûte polie

Éveille les désirs du renouveau viril.

Il en est parmi ces jeunes qui, s’ils voulaient être moins décadents seraient d’assez passables poètes. MM. de Régnier et Stuart Merrill seraient peut-être de ceux-là. Charles de Larivière. »

Henri de Régnier, « Écrans (vers) », La Wallonie, 1887, p. 315-316 [mention « À suivre »]

1888

juillet

***, « Memento », La Jeune Belgique, n° 7, 5 juillet 1888, p. 243-244

Episodes, par Henri de Régnier

« M. Henri de Régnier, un des fondateurs des Écrits pour l’Art, est souvent cité par les partisans de M. René Ghil comme un novateur en poésie et comme un des plus éclatants proclamateurs de l’art futur. A ceux qui, imbus de ce préjugé trop favorable, liraient les Épisodes avec l’intention d y trouver une reforme et un réformateur, nous dirions volontiers : « Vous qui entrez, laissez ici toute espérance ! » Nous avons lu et relu très attentivement la nouvelle œuvre de M. Henri de Régnier. A part quelques vers césurés librement, mais d’une façon trop isolée et trop systématique, tombant presque toujours là à fin d’une strophe: […] A part aussi l’emploi de quelques mots fréquents chez M. Stéphane Mallarmé, comme le verbe propager, il serait difficile de découvrir dans les Épisodes une innovation quelconque ou le moindre étincellement de nouveauté. Et notez bien que le poète ne rachète pas ce défaut par la trempe de sa personnalité artistique, ni par l’originalité de sa vision. Les sonnets qui précèdent font penser à des Jose-Maria de Heredia incorrects, et les autres poèmes sont écrits dans une langue banalement riche, d’une impropriété de termes par instants scandaleuse, sans rien qui arrête l’œil, l’oreille ou l’esprit. »

Henri de Régnier, « Chronique littéraire : Ancaeus par F. Vielé-Griffin », La Wallonie, 31 juillet 1888, p. 294-296

août

Henri de Régnier, « Poésies : Soirs de Trophées », La Grande Revue, Paris et Saint-Petersbourg, 15 août , p. 353-354

septembre

Henri de Régnier, « Soirs intimes et mondains », La Revue indépendante, n° 23, septembre 1888, p. 361

octobre

PZ, « Épisodes, par Henri de Régnier », Le Livre, Bibliographie moderne, n° 106, 10 octobre 1888, p. 522-523

255 : « Ce n’est point critiquer M. Henri de Régnier, c’est le combler de joie que de signaler la bizarrerie, l’étrangeté, l’inouïsme de ses poésies. Ne disons point seulement de ses vers, car il serait injuste de le traiter en simple versificateur, il possède assurément une certaine conception poétique; et comme versificacateur [sic], il faudrait le traiter tour à tour en artiste et en barbare.

Les Épisodes sont des poèmes symboliques, empreints d’un sensualisme raffiné, panaché d’idéal; ils reflètent assez exactement cette espèce d’hystérie mentale dont sont atteints nombre de jeunes esprits distingués de cette fin de siècle. »

523 : « M. de Régnier, dans l’exécution du livre comme dans la composition de chaque pièce, recherche à outrance l’ordonnance artificielle. »

« Ces messieurs veulent être surtout suggestifs : on ne peut nier que M. Henri de Régnier le soit.

Est-il bien nécessaire, pourtant, pour évoquer dans l’esprit du lecteur des formes et des couleurs et des mouvements et les transformer en idées et en sensations, est-il bien nécessaire de désarticuler le vers, au point de le réduire à une prose de décadence mais sans cadence ? »

« A part cela, M. de Régnier a du talent. »

Paul Ginisty, L’Année littéraire, 1888, p. 166

« Épisodes, par M. Henry de Regnier, une série de poèmes symboliques d’une très belle forme, dus à l’auteur des Sites. »

Ludwig Hemma [Albert Mockel], « Épisodes, par Henri de Régnier », La Wallonie, 1888, p. 229-231

Henri de Régnier, « Satyre (vers) », La Wallonie, 1888, p. 241

Pierre et Paul [Henri de Régnier], « Vielé-Griffin », Les Hommes d’aujourd’hui, n° 326, Vanier, s.d. [1888]

1889

janvier

Henri de Régnier, « Errantes aux grèves des mers », La Revue indépendante, n° 27-28, janvier-février 1889, p. 208

avril

Henri de Régnier, « Soirs intimes et mondains », La Revue indépendante, n° 30, avril 1889, p. 51

Jean Lorrain, « Le Théâtre suggestif », La Grande revue. Paris et Saint-Pétersbourg, t. 3, n° 13, 25 avril 1889, p. 226

Cite this article as: Julien Schuh, "Henri de Régnier dans les revues (1885-1911)," in PRELIA, 02/05/2013, https://prelia.hypotheses.org/57.

juin

Henri de Régnier, « Le Mendiant, sonnet », La Chronique moderne, n° 5, 20 juin 1889, p. [412]

novembre

Henri de Régnier, « Poèmes romanesques », La Revue indépendante, n° 37-38, novembre-décembre 1889, p. 317

Pierre et Paul, « Henri de Régnier », Les Hommes d’aujourd’hui, n° 342, Vanier, s.d. [avec un portrait-charge de Luque] [vers 1889]

Henri de Régnier, « Petits Poèmes anciens et romanesques », La Vogue, 1889, p. 241-251

[Régnier y assure la critique théâtrale]

Henri de Régnier, « La Licorne (Et la Belle s’endormit, Et le Chevalier ne vint pas, Et la Belle mourut) », La Wallonie, 1889, p. 67-69

Henri de Régnier, « Le Salut à l’étrangère », La Wallonie, 1889, p. 189-190

1890

janvier

Henri de Régnier, « Sonnets », La Jeune Belgique, n° 1, 15 janvier 1890, p. 32-33

mars

Henri de Régnier, « Souvenirs sur le duc d’Orléans », Entretiens politiques et littéraires, n° 1, 1er mars 1890

mai

Henri de Régnier, « Philosophie du pastel », Entretiens politiques et littéraires, n° 2, 1er mai 1890, p. 46-51

Henri de Régnier, « Le Château de Lucile », La Jeune Belgique, n° 5, mai 1890, p. 197-199

André Fontainas, « Chronique littéraire : Poèmes anciens et romanesques », La Jeune Belgique, n° 5, mai 1890, p. 215-217

 

juin

Henri de Régnier, « Puvis de Chavannes », Entretiens politiques et littéraires, n° 2, 1er juin 1890, p. 87-89 [prose]

juillet

Henri de Régnier, « L’eau », Entretiens politiques et littéraires, n° 4, 1er juillet 1890, p. 118-121 [prose sur la gestion étatique de l’eau]

septembre

« Critique littéraire : Poèmes anciens et romanesques, par H. de Régnier », L’Ermitage, n° 6, septembre 1890, p. 303-310

303 : « haute estime littéraire que j’ai pour son talent. Ce talent, il est du devoir de la presse littéraire de le publier. »

304 : « C’est un vrai poète, et qui mieux est, un poète de son temps, reflet vivant des passions et des langueurs actuelles et non miroir éteint de rhétoriques fanées; il est profondément moderniste ; l’esprit classique lui est étranger »

306 : « De cela je n’ai cure; nul plus que moi ne se réjouit de voir la poésie moderniste s’arracher enfin à la parnassienne cage de fer verrouillée de rimes riches et cadenassée de sonnets impeccables; mais sans regretter le chef-d’œuvre de serrurerie banvillesque, on peut désapprouver d’excessives licences ; j’ai assez reconnu le talent de M. de Régnier pour qu’il me soit permis de lui soumettre quelques critiques; car si dans ses innovations il y a du bon, de l’excellent même, il y a aussi du douteux, et, par malheur, il suffit d’une paille pour assourdir les airains les plus sonores. »

« chez M. de Régnier, l’obscurité se prolonge trop »

308 : « si le dictionnaire est respecté, la syntaxe ne l’est pas toujours »

novembre

Henri de Régnier, « Indulgence bourgeoise », Entretiens politiques et littéraires, n° 8, 1er novembre 1890, p. 261-264 [prose sur Barrès]

décembre

Henri de Régnier, « À la mémoire de la forêt de S… », Entretiens politiques et littéraires, n° 9, 1er décembre 1890, p. 307-310 [prose sur la gestion étatique des forêts]

Albert Mockel, « Chronique littéraire », La Wallonie, 1890, p. 229-238 [longue analyse des Poèmes anciens et romanesques]

« Petite chronique », La Wallonie, 1890, p. 252

« M. Henri de Régnier a bien voulu accepter la direction de La Walonnie à Paris. Nous l’en remercions ici et prions nos collaborateurs français de s’adresser désormais directement à lui (6, rue Boccador). »

Henri de Régnier, « Odelettes, I et II », La Wallonie, 1890, p. 193-194

Henri de Régnier, « Vers », La Wallonie, 1890, p. 363-364

1891

janvier

Henri de Régnier, « Retour », L’Ermitage, n° 1, janvier 1891, p. 10

Henri de Régnier, « Ballade des doux revenants », La Jeune Belgique, n° 1, 15 janvier 1891, p. 34-35

février

Henri de Régnier, « À propos des Mémoires d’un homme de qualité », Entretiens politiques et littéraires, n° 11, 1er février 1891, p. 33-39

mars

Henri de Régnier, « Francis Poictevin », Entretiens politiques et littéraires, n° 12, 1er mars 1891, p. 91-95

Henri de Régnier, vers en épigraphe sur la couverture de La Conque, n° 1, 1er mars 1891

« Les Livres : Diptyque, par Francis Vielé-Griffin ; les Cahiers d’André Walter », La Wallonie, mars-avril 1891, p. 172-176

mai

Henri de Régnier, « Attributs », L’Ermitage, n° 5, mai 1891, p. 276

Henri de Régnier, « Commentaire sur l’argent », Entretiens politiques et littéraires, n° 14, 1er mai 1891, p. 177-179

juin

Camille Bellaigue, « Revue musicale », Revue des deux mondes, t. 106, 1891 juin-août, p. 221

« la poésie les vers de M. de Régnier, Mœterlinck et autres décadens. Tout cela se tient et répond à un goût assez général aujourd’hui : le goût du laid. »

Henri de Régnier, « Sonnets », La Jeune Belgique, n° 6, juin 1891, p. 248-249

Henri de Régnier, « Victor Hugo et les symbolistes », Entretiens politiques et littéraires, n° 1, 1er juin 1891, p. 193-197

juillet

Henri de Régnier, « Bibliographie », L’Ermitage, n° 7, juillet 1891, p. 434-435

[sur Ferdinand Hérold, La Joie de Maguelonne, Bailly, 1891]

août

Henri de Régnier, « Une Anecdote », Entretiens politiques et littéraires, n° 17, 1er août 1891, p. 61-66

septembre

Albert Giraud, La Société nouvelle, septembre 1891

[compte rendu]

octobre

Henri de Régnier, « Les promeneurs », La Revue blanche, n° 1, 15 octobre 1891, p. 3-5

novembre

Henri de Régnier, « Propos interrupteurs », Entretiens politiques et littéraires, n° 20, 1er novembre 1891, p. 165-169

décembre

Lucien Muhlfeld, « Lettre à Henri de Régnier », Entretiens politiques et littéraires, n° 21, 1er décembre 1891, p. 189-195 [réaction à son article contre le naturalisme]

Maurice Beaubourg, « Gentlemen de Lettres : de Régnier. – Griffin. – Merril. », La Revue blanche, n° 3, 15 décembre 1891, p. 199-209

Henri de Régnier, « Petits conseils », L’Endehors, n° 34, 27 décembre 1891

Henri de Régnier, « Odelettes I, II », La Wallonie, 1891, p. 27-28

Albert Arnay, « Les Livres », La Wallonie, 1891

p. 61 : « Saluons, en passant, une réédition soignée (Vanier) des Épisodes de M. Henri de Régnier. Le nom de ce poète rayonne brillamment parmi ceux de la jeune école et l’on a vu, lors de l’enquête Huret, de quelle estime il jouit auprès des artistes de la France contemporaine. Les lecteurs de la Wallonie le savent aussi bien que nous, jamais réputation ne fut moins usurpée. Doué d’un esprit richement classique, M. de Régnier s’est créé un art d’une personnalité déjà très nette et qui marque surtout par la beauté panthéistique d’un décor sans cesse renouvelé. Son vers est large, plein de sonorités glorieuses et de couleurs éblouissantes — comme d’un cortège triomphal sur le raidi ensoleillé des mers du Sud. Les Sonnets ajoutés cette fois aux Épisodes et aux Sites donneraient bien le « la » de son tempérament. Nous croyons cependant pouvoir aimer autant que ces pièces assez rigides telles Odelettes, parues ici notamment, auxquelles nous trouvons dos qualités plus spontanément émotionnelles. En réalité, nous tenons ces Épisodes pour une des belles œuvres de ce temps et l’on eut grand’raison de les réimprimer, puisque le succès en avait dispersé les premiers exemplaires. »

Henri de Régnier, « Les Livres : la Gloire du Verbe ; en Décor », La Wallonie, 1891, p. 82-83

Henri de Régnier, « Odelettes III, IV », La Wallonie, 1891, p. 149-151

Henri de Régnier, « Les Livres : Confiteor », La Wallonie, 1891, p. 188

Henri de Régnier, « Odelettes V », La Wallonie, 1891, p. 287

Henri de Régnier, « Les Livres : Pages de Stéphane Mallarmé », La Wallonie, 1891, p. 338-341

1892

janvier

« Arthur Rimbaud », Revue encyclopédique, n° 26, janvier 1892, p. 10

« Et c’est encore là que s’orientent aujourd’hui nos jeunes “Magnifiques”, de M. Saint-Pol Roux à M. Henri de Régnier. » [en parallèle avec le Bateau ivre]

Henri de Régnier, « Tel qu’en songe », La Jeune Belgique, n° 1, janvier 1892, p. 36

Henri de Régnier, « Heure », La Conque, n° 11, janvier 1892, p. LXXXI

[un des frontispices en vers inédit qui débute chaque numéro]

Albert Giraud, « Chronique littéraire : Épisodes, Sites et Sonnets », La Jeune Belgique, n° 1, janvier 1892, p. 79

79 : « Parmi les jeunes poètes de l’école récente, M. Henri de Régnier est assurément le plus français dans le sens latin et classique du mot. Il est français par la belle ordonnance de ses poèmes, par sa vision harmonieuse et par la couleur franche de ses vers. »

Henri de Régnier, « Cérémonial académique », Entretiens politiques et littéraires, n° 22, 1er janvier 1892, p. 29-31

29-30 : « Quels que soient les goûts particuliers de chacun, presque tout le monde se prend à sourire discrètement quand on parle de l’Académie et on a l’air de s’accorder à ne la point trouver sans ridicules. On lui en donne et elle en a.

[…] Elle est facile aux génies agréables. Elle fonctionne régulièrement et le bon ordre qui y règne est l’acquis de sa longue existence et le garant de son éternelle durée. Tout cela est honorable et porte plutôt l’esprit à une sorte de considération envers elle ; mais le bon effet de tout cela est détruit par une seule chose, une cérémonie singulière qui s’appelle la réception et qui est le Dignus est intrare de cette comédie qu’on nomme l’élection.

Après s’être donné la peine d’être de l’Académie, il faut souffrir le ridicule de s’y faire recevoir. »

Paul Ginisty, L’Année littéraire, 1892, p. 130

« Tel qu’en songe, par M. Henri de Regnier. Dire que certains novateurs poétiques lui reprochent déjà d’être “classique” ! »

Henri de Régnier, « La Gardienne », La Wallonie, janvier-février 1892, p. 3-17

février

Henri de Régnier, « Le Voyage du jeune Hilarion », Entretiens politiques et littéraires, n° 23, 1er février 1892, p. 71-73

prose

mars

Henri de Régnier, « Quelqu’un songe de soir et d’espoir », L’Ermitage, n° 3, mars 1892, p. 131-133

Henri de Régnier, « L’Alérion », La Revue blanche, n° 6, 15 mars 1891, p. 166-174

Henri de Régnier, « Les Livres : Les Cygnes, nouveaux poèmes par Francis Vielé-Griffin », La Wallonie, mars-avril 1892, p. 116-118

avril

Henri de Régnier, « Le combat dans la forêt », Entretiens politiques et littéraires, n° 25, 1er avril 1892, p. 156-165

mai

Emile Besnus, « Critiques », L’Idée libre, avril 1892, p. 62-63 [compte rendu de Tel qu’en songe de Régnier]

Adolphe Retté, « Les Poésies », L’Ermitage, n° 5, mai 1892, p. 308-314

[sur Tel qu’en Songe, p. 310-313]

310 : « Des poètes dits symbolistes, M. de Régnier est certes le plus accepté de « la gent qui lit des vers ». On le vante, on le cite, de jeunes revues cueillent chez lui des épigraphes, des adolescents enthousiastes se réclament de lui et l’imitent à poèmes que veux-tu; ici-même, peut-être un peu hâtivement, on le proclama naguère le meilleur poète vivant »

311 : face à l’admiration par Mallarmé : « Ce à quoi un mécréant répondit tout bas, et non sans exagération, hâtons-nous de le dire: « Parbleu, il se regarde dans son miroir: Eau froide par l’ennui dans ton cadre gelée! » » [= annonce CR Louis de Saint-Jacques, « Les Jeux rustiques et divins », La Plume, n° 192, 15 avril 1897, p. 247-251 qui réutilise vers en épigraphe et le commente]

« Cet enthousiasme, nous le répétons, paraît, depuis la publication de Tel qu’en songe, un peu prématuré à quelques-uns bien qu’il s’explique parfaitement. M. de Régnier, en effet, a marché à pas prudents et sûrs. Loin que sa technique et l’objet de ses poèmes aient rompu violemment avec la tradition parnassienne, il semble que volume par volume il se soit efforcé de doser, de mitiger les audaces (?) que d’autres prodiguaient sans ménagement dans leurs œuvres. Il a été, il reste, pour ainsi dire, l’opportuniste du symbolisme. »

« Tel qu’en songe, au dire de plusieurs, marque un arrêt dans la production de M. de Régnier. Beaucoup trouvent ce volume inférieur aux Poèmes anciens et romanesques. Inférieur en tant que technique, inférieur, parce que répétant des motifs déjà employés dans les Poèmes, inférieur, parce que la préface d’allure barrésiste (1) qui le précède promet une unité non réalisée au cours du poème. »

312 : « Quant à la technique, elle est franchement défectueuse et celui-là la jugeait assez bien qui disait devant nous: “Tous les vers libres de M. de Régnier sont des alexandrins mal faits.” »

« nous trouvons que ses poèmes manquent totalement de vie. Ils ont de magnifiques qualités d’élégance, de noblesse et de crépuscule mais ils sont froids, très correctement froids. »

313 : « Ces critiques faites en toute sincérité et en toute partialité, ajoutons que nous tenons M. de Régnier pour un très haut poète, un des plus superbes artisans d’Idéal qui se puisse admirer. S’il se trompe souvent, ses erreurs, même dans ce livre inférieur Tel qu’en songe, sont les défaillances d’un talent exquis. Si, plus tard, il ne garde pas tout à fait le rang suprême qu’on lui attribue aujourd’hui, au moins aura-t-il droit à une très belle place de second plan. »

juin

Albert Giraud, « Chronique littéraire : Tel qu’en songe », La Jeune Belgique, n° 6, juin 1892, p. 252-253

Pierre Quillard, « Henri de Régnier », Mercure de France, n° 30, juin 1892, p. 139-146

juillet

Henri de Régnier, « Le chevalier du passé », Entretiens politiques et littéraires, n° 28, 1er juillet 1892, p. 31-34

août

Henri de Régnier, « Portraits (J.-K. Huysmans) », Entretiens politiques et littéraires, n° 29, 1er août 1892, p. 85-88

octobre

Henri de Régnier, « Portraits (François Coppée) », Entretiens politiques et littéraires, n° 31, 1er octobre 1892, p. 180-183

novembre

Henri de Régnier, « Le sixième mariage de Barbe-Bleue », Entretiens politiques et littéraires, n° 32, 1er novembre 1892, p. 212-232

Henri de Régnier, « Paul Adam », La Revue blanche, n° 14, 15 novembre 1892, p. 289-294

Henri de Régnier, « Les Livres : Poèmes de Swinburne ; The Intruder ; Promenades sentimentales ; L’Action et le Rêve ; La Peur de la Mort ; Pétales de Nacre ; Les Cygnes », La Wallonie, 1892, p. 63-66

Henri de Régnier, « Les Livres : Le Miroir des Légendes ; Le Rythme poétique ; Contes à la Reine ; Les Poésies d’André Walter ; Astarté », La Wallonie, 1892, p. 179-184

Henri de Régnier, « Exergues (Chant alterné, Présages emblématiques, Songes à Voix basse pour Celui qui se tait, Allégorie, la Main tentée) », La Wallonie, 1892, p. 220-225

Henri de Régnier, « Chroniques d’art », La Wallonie, 1892

[signalé au sommaire, sans indications précises]

La Wallonie, 1892, p. 357-358

[on recommande la lecture de Die Blätter für die Kunst, avec des traductions de Régnier]

1893

janvier

Léon Deschamps, « La Jeune Littérature », Revue encyclopédique, n° 50, janvier 1893, p. 6

[photographie de « M. Henri de Régnier, né à Honfleur en 1864. / Auteur de poésies très estimées des lettrés : Lendemains, Sites, Apaisements, Contes anciens et romanesques. »]

Henri de Régnier, « Paysage marin et pastoral », La Jeune Belgique, n° 1, janvier 1893, p. 27-28

Henri de Régnier, « Notes dramatiques », Entretiens politiques et littéraires, n° 34, 10 janvier 1893, p. 36-38

Henri de Régnier, « Notes dramatiques », Entretiens politiques et littéraires, n° 35, 25 janvier 1893, p. 82-85

Paul Ginisty, L’Année littéraire, 1893, p. 279

« Et il faudrait faire aussi la part des novateurs, en poésie, de ceux qui secouent, les estimant tyranniques, les vieilles formules, MM. de Regnier, Francis Viellé-Griffin, Gerardy, P. Leclercq, H. Rouger, etc. Mais, de ces efforts d’art, les uns vaillants, les autres un peu tapageurs, d’autres, ingénus, que fera l’histoire littéraire ? »

février

Henri de Régnier, vers dans La Société nouvelle

[signalés dans La Jeune Belgique, n° 3, mars 1893, p. 161]

Henri de Régnier, « Notes dramatiques », Entretiens politiques et littéraires, n° 36, 10 février 1893, p. 138-140

Henri de Régnier, « Charles Baudelaire », Entretiens politiques et littéraires, n° 37, 25 février 1893, p. 145-150

Henri de Régnier, « Notes dramatiques », Entretiens politiques et littéraires, n° 37, 25 février 1893, p. 190-192

mars

Henri de Régnier, « Odelettes en vers et en prose », L’Ermitage, n° 3, mars 1893, p. 164-166

Henri de Régnier, « Notes dramatiques », Entretiens politiques et littéraires, n° 38, 10 mars 1893, p. 236-238

Henri de Régnier, « Notes dramatiques », Entretiens politiques et littéraires, n° 39, 25 mars 1893, p. 286-287

avril

Henri de Régnier, « Les deux mains », Entretiens politiques et littéraires, n° 40, 10 avril 1893, p. 320-323 [prose]

Henri de Régnier, « Exergues», Mercure de France, n° 40, avril 1893, p. 340-341

juin

Henri de Régnier, « La Maison dans le vent d’ouest », L’Idée libre, juin 1893, p.61-62 (poème, repris dans Tel qu’en songe)

Henri de Régnier, « Eustase et Humbeline », Entretiens politiques et littéraires, n° 44, 10 juin 1893, p. 486-490 [prose]

juillet

Henri de Régnier, « Victor Hugo », La Plume, n° 102, 15 juillet 1893, p. 313

Henri de Régnier, « Hermogène », La Revue blanche, n° 21-22, juillet-août 1893, p. 10-17 [dans le même numéro, une des études de Proust, « Mondanité de Bouvard et Pécuchet », mentionne ironiquement Régnier p. 63: « Quant à Henri de Régnier, c’est un fumiste ou un fou, nulle autre alternative ».]

octobre

Henri de Régnier, « Le Chevalier qui dormit dans la neige », L’Ermitage, n° 10, octobre 1893, p. 281-283 [prose]

Septembre

[On signale dans La Jeune Belgique des vers de Régnier dans Le Réveil (numéro triple)]

Henri de Régnier, « Manuscrit trouvé dans une armoire », Mercure de France, n° 45, septembre 1893, p. 9-16

Henri de Régnier,  « Au fond d’un soir, près de la Mer… », L’Art littéraire, n° 10, septembre 1893, p. 37

décembre

Paul Adam, « Le Génie latin », Entretiens politiques et littéraires, 10 décembre 1893

1894

janvier

Henri de Régnier, « Odelette » (« La Tristesse qui passe… »), L’Idée libre, janvier 1894, p. 17

E[mile] B[esnus], compte rendu des Contes à soi-même, L’Idée libre, janvier 1894, p. 43

février

Georges Pellissier, « Henri de Régnier : Contes à soi-même », Revue encyclopédique, n° 76, 1er février 1894, p. 52-53

52 : « Pourquoi ce titre de Contes à soi-même, sous lequel M. Henri de Régnier fait paraître son dernier recueil? Ces contes, chaque lecteur peut se les-accommoder en y appropriant ses songes. »

« M. Henri de Régnier est, on le sait, un symboliste. Le défaut essentiel du symbolisme en général, et, en particulier, de nos symbolistes contemporains, c’est l’obscurité. Je ne parle pas, bien entendu, de ceux qui bornent leur ambition à scandaliser le bon public, ni même de ceux qui s’enveloppent de nuages pour dissimuler le vide de leur esprit. Le propre du Symbole étant de s’accommoder à plusieurs sens, il faut que tous ces sens divers puissent également se proposer et qu’aucun d’eux ne s’impose. Plus le symbole est complexe, riche en interprétations, moins il est net, chacune de ces interprétations devant être saisissable, et, par conséquent, aucune ne devant être si claire qu’elle rejette les autres dans l’ombre. Il y a bien des raisons à l’obscurité du symbolisme, mais en voilà sans doute la principale, et, si les contes de M. de Régnier n’ont pour la plupart rien d’obscur, c’est qu’ils ne sont pas vraiment des symboles. L’auteur lui-même, au surplus, prend soin de nous en expliquer la signification métaphorique toutes les fois qu’elle risquerait de nous échapper, ce qui, je crois bien, est contraire au véritable symbolisme. Appelons-les plutôt des allégories ou des apologues, mais ne nous plaignons point de les comprendre. »

« Ils ne considèrent le monde visible que comme un ensemble de signes, auxquels ils demandent la révélation d’un monde supérieur. Telle est aussi la tendance générale du petit livre de M. de Régnier, et presque tous ses contes ont pour fond l’opposition de l’idéal au réel. »

« Partout la réalité présente est inférieure soit au rêve que nous en avons fait, soit au souvenir idéalisé qu’elle nous laisse. Nous ne pouvons sans doute nous en abstraire. Réduisons-la du moins à n’être que la matière de nos songes, et vivons en nous-mêmes, l’œil tourné vers ces songes qu’elle nous suggère. »

53 : « Çà et là, je trouve ce qu’il me faut bien appeler du galimatias et de la cacophonie. »

« J’ajoute que de tels passages sont rares, Et ce qui me frappe au contraire, dans cette prose si savamment élaborée, c’en est la justesse expressive et l’harmonie. »

mars

Henri de Régnier, « A.-Ferdinand Herold », Mercure de France, n° 51, mars 1894, p. 230-232

Arnold Goffin, « Chronique littéraire : Contes à soi-même », La Jeune Belgique, n° 3, mars 1894, p. 162-163

juin

Jules Lemaître, « La Semaine dramatique. Théâtre de l’œuvre. La Gardienne de M. Henri de Régnier », Journal des Débats, 24 juin 1894

Hippolyte Lemaire, « Théâtres », Le Monde illustré, 30 juin 1894, p. 427

« Quant au poème dialogué de M. de Régnier, la Gardienne, j’avoue que je n’en ai pas compris nettement le sujet. La principale originalité du spectacle consistait dans la mise en scène et dans le mode de récitation employé. Dans un paysage de rêve, des personnages muets et vagues évoluaient derrière un transparent nébuleux faisant les gestes du dialogue, tandis que d’autres récitants, assis à l’orchestre des musiciens, déclamaient les répliques. L’effet était d’abord assez artistique, mais fatigant à la longue. »

Arnold Goffin, « Chronique littéraire : Le Bosquet de Psyché », La Jeune Belgique, n° 6, juin 1894, p. 255-256

[ouvrage édité par Lacomblez, l’éditeur de La Jeune Belgique, et mentionné fréquemment dans les annonces]

juillet

André Fontainas, compte rendu du spectacle de l’Œuvre, L’Idée libre, juillet 1894, p. 326-328. [Hermann Bang et La Gardienne de Régnier. Il loue La Gardienne, avec « l’harmonique et tendre décor de M. Vuillard » et « la très impressionnante et magistrale beauté des vers de M. de Régnier ». P. 329, compte-rendu des Propos de littérature d’Albert Mockel qui ne s’attarde pas sur les deux poètes, Régnier et Vielé-Griffin dont l’œuvre est le sujet de ce livre.]

Jean Carrère, « Les Théâtres », La Plume, n° 126, 15 juillet 1894, p. 303

[sur La Gardienne]

« Ce fut donc une faute, à mon sens, que de transporter du livre à la scène l’œuvre d’un écrivain de talent qui ne pouvait rien gagner à l’interprétation d’un poème, déjà hautement admiré par tous les honnêtes gens, mais qui risquait, par contre, de voir son nom insuffisamment acclamé par tous les curieux et les goujats, heureux de mettre une maladresse à profit pour eux. »

Henri de Régnier, « Flûte d’Avril et de Septembre », La Revue blanche, n° 33, 15 juillet 1894, p. 53-63

août

Henri de Régnier, « Odelettes pour Hermas », Mercure de France, n° 56, août 1894, p. 311-315

Remy de Gourmont, « Les Livres : Le Bosquet de Psyché, par Henri de Régnier »,  Mercure de France, t. XI, n°56, août 1894, p. 384-385

novembre

Henri de Régnier, « Flûte d’Avril et de Septembre », La Revue blanche, n° 37, 15 novembre 1894, p. 430-439

Henri de Régnier, « Flûtes d’Avril et de Septembre », Mercure de France, n° 59, novembre 1894, p. 205-209

décembre

Henri de Régnier, « L’Absent. – Médaillon pastoral », L’Ermitage, n° 12, décembre 1894, p. 343-344

1895

janvier

Henri de Régnier, « Les Ombres fidèles [poème] », Le Livre des Légendes, n° 1, janvier 1895, p. 16-17 [avec un dessin d’Andhré des Gachons]

Henri de Régnier, « Vers », La Plume, n° 138, 15 janvier 1895, p. 68 [de la couverture]

mars

Gustave Kahn, « La Vie mentale », La Société nouvelle, n° 123, mars 1895, p. 410-413

410 : « Le Trèfle noir est un excellent livre d’une fort belle et d’une fort nette prose. Cette forme, un peu composite »

« cette forme, à mon avis trop classique, qui sacrifice trop son ordonnance générale à la pureté de chacun de ses éléments, produit néanmoins un effet de beauté. »

413 : « Je regrette de ne pouvoir dire autant de bien d’Aréthuse, le dernier recueil de vers de M. de Régnier. C’est trop souvent pâle, parfois incertain. »

« mais je ne veux pas m’appesantir plus longtemps sur cette défaillance d’un bon poète, si largement réparée, d’ailleurs, par le Trèfle noir. »

Adolphe Retté, « Le Trèfle noir », La Plume, n° 141, 1er mars 1895, p. 117

« M. de Régnier détient cette vertu — à coup sûr enviable — de ne déplaire à personne. De jeunes poètes le louent et aussi MM. de Hérédia, Mallarmé et Mendès. Ses écrits, d’une parfaite pondération, sont faits pour émouvoir quiconque hait les excès de la Muse. De notre génération il est celui « qui arrivera » fût-ce à l’Académie des Goncourt. Je sais de lui de fort beaux vers. Le Trèfle noir marque un progrès chez cet écrivain. Le style, naguère embarrassé aux Contes à soi-même, s’est dégagé. Toujours un peu mièvre, il rappelle aujourd’hui la manière des conteurs du XVIIIe siècle. Il y a d’ailleurs ici de jolis symboles et des phrases de crépuscules congruement cuchotantes. Toutefois j’aime mieux M. de Régnier poète que M. de Régnier prosateur. »

Henri de Régnier, « Un livre de Verhaeren », La Revue blanche, n° 42, 1er mars 1895, p. 213-215

H., « Contes et Poésies de M. Henri de Régnier », Journal des Débats, 18 mars 1895

avril

« Critiques », L’Idée libre, avril 1895, p. 177-192 [dont un compte rendu du Trèfle noir de Régnier, p. 189]

Henri de Régnier, « [réponse à une enquête sur les relations France-Allemagne] », Mercure de France, n° 64, avril 1895, p. 3

Adolphe Retté, « Aréthuse », La Plume, n° 143, 1er avril 1895, p. 152-153

152 : « M. de Régnier est certainement, de tous les poètes contemporains, celui qui décèle le plus d’élégance, de mesure et de noblesse. »

152-153 : « Les rythmes libres employés par M. de Régnier sont presque toujours parfaits, bien adéquats à sa pensée. Débarrassé des entraves anciennes et d’un certain maniérisme qu’il dût naguère à la détestable influence de M. Mallarmé, maître de ses sentiments et de sa forme, M. de Régnier nous donne ici un plaisir d’art très haut et très pur — classique. »

Henri Chantavoine, « M. Henri de Régnier : Le Trèfle noir, Aréthuse », Journal des Débats, 26 avril 1895

Henri de Régnier, vers dans Le Réveil de Gand

[signalés dans La Jeune Belgique, 1895, p. 233]

mai

Henri de Régnier, « Paul Hervieu », Mercure de France, n° 65, mai 1895, p. 149-156

Henri de Régnier, « Vers », Essais des Jeunes, n° 6, mai 1895

[critiqué dans La Plume, comparé à vers d’Adoré Floupette ; critique reprise dans La Jeune Belgique, 1895 p. 265]

juin

Henri de Régnier, « Le Vase », Mercure de France, n° 66, juin 1895, p. 266-268

Valère Gille, « Chronique littéraire : Aréthuse », La Jeune Belgique, n° 6, juin 1895, p. 252-255

Henri de Régnier, « La tête de M. Coppée », La Revue blanche, n° 49, 15 juin 1895, p. 540-542

août

René Doumic, « La poétique nouvelle », Revue des deux mondes, t. 130, 15 août 1895, p. 935-946

936 : « Nous nous adresserons surtout aux livres de M. Henri de Régnier. Celui-ci semble bien entre ses compagnons d’âge être le plus richement doué. Il a fait de très beaux vers, remarquables par l’éclat et la sonorité »

937 : « Il a commencé par subir la discipline parnassienne, et il s’en souvient jusque dans son dernier recueil, où telle vision antique fait songer à quelque pastiche de Ronsard. Il a fréquenté chez Leconte de Lisle et chez M. de Heredia avant de prendre M. Mallarmé pour maître et pour émule M. Vielé-Griffin; c’est chez lui qu’on voit le mieux la fusion des traditions d’hier avec les plus récentes influences. Dans ses derniers livres : Tel qu’en songe, Contes à soi-même, Aréthuse, se précise son idéal personnel d’une mélancolie très noble. Il a une imagination somptueuse et une âme triste. Et derrière le décor de ces poèmes aux lignes harmonieuses et larges, où des héros et des dames, des chevaliers et des pèlerins errent parmi des forêts merveilleuses, traversent des villes de rêve, heurtent ados châteaux emblématiques, il semble qu’on entende l’accompagnement d’un invisible orchestre wagnérien. »

novembre

Gabriel Fabre, « Glose musicale sur des vers d’Henri de Régnier », Mercure de France, n° 71, novembre 1895, p. 131-133

décembre

Henri de Régnier, « Fragment », L’Ermitage, n° 12, décembre 1895, p. 264

1896

janvier

Remy de Gourmont, « Henri de Régnier », La Revue des revues, 15 janvier 1896, p. 127-129 [repris dans Le Livre des Masques, Mercure de France, 1896]

Henri de Régnier, « Inscriptions pour les treize portes de la ville », Revue des deux mondes, 15 janvier 1896, p. 408-416

Avertissement en note : « Si nous n’approuvons pas toutes les innovations d’une jeune école poétique et, en particulier, si nous persistons à croire que la rime, riche ou pauvre, mais exacte, sera toujours une condition nécessaire et peut-être, comme le croyait Sainte-Beuve, l’élément générateur du vers français, nous n’avons pas pensé que cette considération théorique fût pour nous empêcher de publier les poèmes que l’on va lire ; et nous espérons qu’elle n’empêchera pas davantage nos lecteurs de les goûter. Aussi bien est-il enfin temps que le grand public soit appelé à se prononcer sur ces questions qui n’ont guère été jusqu’ici débattues qu’entre artistes, et il nous a semblé que nous n’en saurions saisir de meilleure occasion que celle que nous offraient les vers de M. de Régnier. Il serait, en effet, le chef de cette jeune école, si l’école ne se défendait énergiquement d’en être une, et plus énergiquement encore de reconnaître un chef, mais il suffit qu’en tout cas elle ne dispute pas à M. de Régnier l’honneur d’être, et depuis déjà quelques années, l’un de ses représentans et de ses maîtres les plus distingués. » [à côté d’articles sur « Les chemins de fer et le budget » ou « La doctrine de Monroe et le conflit anglo-américain » ; cité par Albert de Mun dans son discours de réception de Régnier à l’Académie française le 18 janvier 1912, avant de critiquer ses romans au nom de la morale : ces vers ont été lus au Tonkin par des soldats bivouaquant dont il faisait partie]

Lemice-Terrieux [Paul Masson], « Élections poétiques du 1er février 1896 (Pastiches) », La Plume, n° 162, 15 janvier 1896, p. 34-35

34 : « Chers poètes !

La Mémoire pleure accoudée dans la Barque qui glisse abandonnée sur le Fleuve.

La Torche — Signe du Sceptre — dévolue à qui doit présider aux destinées du Rhythme, gît sur la Terrasse Taciturne ! Le Glaive est appendu tristement sur la Porte ! Et la main défaillante de Verlaine a laissé tomber l’Anneau !

Quelques-uns me voudraient léguer et la Torche et le Glaive et l’Anneau !

Ils oublient quels filiaux devoirs me lient aujourd’hui à un poète haut dont le Soir appelle plus que mon jeune Front le Laurier.

Déjà la Gloire l’a placé à l’Académie. Je n’en suis encore qu’au Seuil.

Chers poètes !

Votez pour José Maria de Hérédia !!

HENRI DE RÉGNIER »

février

Henri de Régnier, « Dialogue », Revue des revues, n° 3, 1er février 1896, p. 225-226 [poésie]

Revue des revues, n° 3, 1er février 1896, p. 288

[Signalement de la parution dans Revue des deux mondes du 15 janvier : « Des vers délicieux de Henri De Régnier : Inscriptions pour les treize portes de la ville. Nos lecteurs, qui ont, du reste, eu l’occasion de faire la connaissance du poète, grâce à l’étude de Remy de Gourmont dans notre numéro précédent, peuvent se rendre compte de la valeur de son talent en lisant le Dialogue, écrit à leur intention, que nous donnons dans le corps de la Revue. »]

Henri de Régnier, « Récit de la Dame des Sept Miroirs », La Quinzaine, février 1896

Alfred Poizat, « Henri de Régnier », La Quinzaine, février 1896

Roland de Marès, « La Bataille : M. de Régnier à la “Revue” », L’Art moderne, n° 8, 23 février 1896, p. 59

« M. Henri de Régnier vient d’entrer à la Revue des Deux-Mondes. Ses débuts à la maison de la rue de l’Université ont fait grand bruit et tous les journaux se disant littéraires ont signalé la chose en insistant sur l’importance de ce fait où ils veulent voir les uns le triomphe du symbolisme, les autres la défaite de ce même symbolisme puisque « son chef reconnu », disent-ils, renonce à ses extravagances premières.

D’abord M. Henri de Régnier n’a jamais été le chef de ce qu’on veut bien appeler l’école symboliste. […] M. de Régnier, d’ailleurs, a toujours été le moins extravagant — puisque extravagant il y a — des poètes nouveaux. Il n’est arrivé qu’assez tard au véritable vers libre, celui que l’impayable Fouquier a nommé le vers invertébré. M. de Régnier a gardé de très vagues attaches avec le Parnasse. Dieu nous garde de lui en faire un crime, mais il fallait rappeler la chose pour édifier les bonnes gens qui se font un malin plaisir de colporter dans les salons et dans les journaux que les symbolistes désarment et qu’ils ambitionnent un coin à la Revue et un fauteuil à l’Académie. Les symbolistes se sont toujours gardés d’ambitionner quoi que ce soit. Ils ont toujours fait fi de la Revue et de l’Académie. Ce sont là deux choses qu’on ramasse si par hasard elles se trouvent sur votre chemin, mais qu’on ne va pas chercher au loin. Ce ne sont certes pas les symbolistes qui sont allés aux directeurs, ce sont les directeurs qui sont venus à eux, comme M. Simon de l’Écho de Paris qui le premier eut l’idée de remplacer dans son journal les mièvreries de Mendès et les grossièretés de Silvestre par des poèmes de M. Vielé-Griffin et M. de Régnier. C’est toute la gent officielle qui désarme, tous les critiques sarceyens qui s’aperçoivent enfin que cette génération qu’ils ont essayé d’écraser par toutes les infamies et toutes les lâchetés, les déborde maintenant, que le public est venu aux poètes nouveaux malgré M. Sarcey, malgré M. Fouquier, malgré tous les normaliens, malgré toutes les pauvres épaves du Parnasse.

L’entrée de M. de Régnier à la Revue a donc une toute autre signification que celle indiquée par les journaux littéraires. Pour nous autres symbolistes elle n’a même aucune signification importante. M. de Régnier a écrit à la Revue des Deux-Mondes comme il aurait écrit partout ailleurs. Cela ne le grandit ni ne le diminue en rien. Il reste pour nous un des meilleurs poètes contemporains avec Vielé-Griffin et Émile Verhaeren et si demain l’Académie lui ouvrait ses portes — ce qu’elle fera certainement — nous ne pourrons que constater que l’Académie se relève puisque sur quarante membres elle compterait trois écrivains de réelle valeur, M. de Hérédia, M. Anatole France et M. Henri de Régnier. »

mars

Henri de Régnier, « Hamlet et Mallarmé », Mercure de France, n° 75, mars 1869, p. 289-292

« Memento », La Jeune Belgique, n° 8, 7 mars 1896, p. 64

« Memento », La Jeune Belgique, n° 10, 21 mars 1896, p. 80

[A propos d’un dîner en l’honneur de Verhaeren : « M. Henri de Régnier s’est trouvé “absolument empêché” : il dînait à la Revue des Deux-Mondes. »]

Mi-Carême

Henri de Régnier annoncé comme collaborateur dans Au Quartier latin, n° 1, mi-carême 1896

Comte Harry de Kessler, « Henri de Régnier », Pan, I, 4, 1896

juillet

Henri de Régnier, « Poésie », Revue des deux mondes, 1er juillet 1896, p. 198-203

[Cité dans La Jeune Belgique, n° 25, 4 juillet 1896, p. 224, avec la source – ironiquement ?]

premier trimestre

Henri de Régnier, « Le Centavre, Sonnet. », Le Centaure, n° 1, 1er semestre 1896, p. 5

Henri de Régnier, « En Passant », Le Centaure, n° 1, 1er semestre 1896, p. 81-87

second trimestre

Henri de Régnier, « Confession mythologique, conte », Le Centaure, n° 2, 2e semestre 1896, p. 19-30

[Suivi d’une lithographie du « Centaure Chiron » par Armand Point « Pour Henri de Régnier »]

Septembre

« Memento », La Jeune Belgique, n° 34, 5 septembre 1896, p. 279

[Cite « ces beaux vers de Henri de Régnier », « Fuite ailée », parus dans L’Écho de Paris]

octobre

Iwan Gilkin, « Constatons ! », La Jeune Belgique, n° 40, 17 octobre 1896, p. 321-323

décembre

Henri de Régnier, « Les Dîners singuliers», La Revue blanche, n° 85, 15 décembre 1896, p. 529-533 [conte repris dans La Canne de jaspe]

1897

janvier

Henri de Régnier, « Notes sur Hugo », Revue de Paris, 1er janvier 1897

E. Vigié-Lecoq, « L’Amour dans la Poésie contemporaine », Mercure de France, janvier 1897

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Poèmes », Mercure de France, janvier 1897, p. 194-196

février

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Poèmes », Mercure de France, férier 1897, p. 385-387

Sergines, « Les Échos de Paris », Les Annales politiques et littéraires, n° 712, 14 février 1897, p. 101

« HENRI DE RÉGNIER. — Grand, mince, distingué, la moustache fine, le monocle à l’œil, formant avec sa jeune femme, la jolie, élégante et élancée Mlle de Heredia, un couple harmonieux. M. de Régnier est un poète de race. »

Henri de Régnier, « Poésie : Cortège », Les Annales politiques et littéraires, n° 712, 14 février 1897, p. 103-104

Adolphe Brisson, « Livres et revues : M. Henri de Régnier », Les Annales politiques et littéraires, n° 712, 14 février 1897, p. 106-108

« Les temps ont marché. Si l’on eût remis à M. Villemain, alors qu’il était grand-maître de notre Université, les œuvres de M. Henri de Régnier, il les eût rejetées avec mépris et se fût bien gardé de conférer la croix d’honneur au jeune écrivain. Aujourd’hui, nous avons le goût plus large; nous admettons qu’un poète s’affranchisse des règles classiques et cherche, en dehors des traditions, une voie nouvelle. M. Henri de Régnier incarne, avec distinction, les aspirations, les inquiétudes des hommes de son âge ; l’école qu’il a contribué à fonder cherche à s’élever sur les ruines du romantisme et du Parnasse. »

107 : « Les revues d’avant-garde, publiées aux brasseries du Quartier Latin, brandirent le drapeau de la révolte. Ils lapidèrent les maîtres de la veille, et comme il leur fallait un chef, ils élurent Paul Verlaine. »

« M. Henri de Régnier ne fut pas un des moins ardents à monter à l’assaut des vieilles doctrines. Il fut un des « gilets rouges » du symbolisme. Mais tandis que la plupart de ses compagnons d’armes imitaient puérilement M. Mallarmé, il produisait des œuvres personnelles et s’affirmait par des qualités qui n’étaient qu’à lui. »

« S’il me fallait vous dire exactement le sens de certaines pièces, telles que la Vigile des Grèves ou l’Alérion ou le Discours en face de la nuit, j’en serais bien embarrassé. Non seulement la pensée s’y enveloppe de brumes, mais les images qui s’y succèdent n’ont entre elles aucun lien apparent. C’est proprement un chaos… Attendez toutefois… Ce chaos est harmonieux. De ces vers, dont la signification est imprécise, s’exhale une douceur caressante. L’oreille est bercée, le cerveau s’engourdit ; on croit écouter comme une mélodie qui vous pénètre ; il semble qu’on glisse à l’état d’hypnose et que l’on soit emporté, hors de ce monde, en une atmosphère idéale. Cette suggestion (qui n’est peut-être qu’une congestion) n’est pas sans charme, elle donne une sensation comparable à celle que procure l’opium. »

« Cela est un peu affadissant. Racine atteint, sans tant de recherche, à une égale harmonie! Les puristes fronceront le sourcil d’un air sévère. N’empêche que M. Henri de Régnier ne soit un gracieux poète, un bien joli poète de décadence. »

108 : « Il montre, à l’égard des règles, une extrême indépendance. Il remplace les rimes par des assonances, son vers est « polypode » et « polymorphe », s’il n’est tout à fait « amorphe ». Il ne s’embarrasse pas des hiatus. Il ne regarde point au nombre des pieds; il en met quatorze, s’il estime que douze sont insuffisants : »

« Je ne vois pas l’utilité de ces « licences » (selon la vieille expression). Ce sont des étrangetés de parti pris. Je n’approuve pas davantage l’usage immodéré de certains mots qui reviennent, sous la plume du poète, avec une persistance fastidieuse Il n’est pas une page où je n’aie lu plusieurs fois le mot or et le mot mort. »

« Et je crois reconnaître, à certains indices, qu’il commence à se lasser. Les vers qu’il a publiés en ces derniers mois et particulièrement dans l’Écho de Paris, sont d’une déplorable lucidité. Sauf quelques négligences affectées de rythmes et de rimes, on les prendrait pour des produits du Parnasse. Déjà les anciens amis de M. de Régnier l’accusent de félonie et le soupçonnent de ramper, par des détours tortueux, vers l’Académie. Et ils ont raison de se fâcher. M. de Régnier visiblement se relâche ; — soit qu’il subisse, en effet, la pression de quelque sollicitude affectueuse, soit qu’il reconnaisse, à part lui, l’inanité de son effort et qu’il juge superflu de le poursuivre. M. de Régnier ne serait pas le premier révolutionnaire qui se serait mué en conservateur. Il pourrait seulement attendre, par décence, d’avoir des cheveux blancs !… »

mars

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Poèmes », Mercure de France, mars 1897, p. 594

Gaston Deschamps, « Le Poète Henri de Régnier », Le Temps, 14 mars 1897

1er trimestre 1897

Henri de Régnier, « Poème », Revue des revues, 1897, p. 121-122

[p. 190 : renvoi à la Revue de Paris du 1er janvier ; p. 192 : renvoi au Mercure de France de janvier]

avril

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Poèmes », Mercure de France, avril 1897, p. 140-141

Anonyme, « Bulletin bibliographique », Revue des deux mondes, 1er avril 1897, n.p.

« Les Jeux rustiques et divins, par M. H. de Régnier, 1 vol. in-18 Librairie du Mercure de France.  Voici de beaux vers, de très beaux vers, contre la beauté desquels leur irrégularité même ne saurait prévaloir, et qui triomphent, « en dépit qu’on en ait », de ce que le poète y a encore mêlé de juvénile affectation. Il est vrai qu’on appelle quelquefois du nom d’affectation ce qui pourrait bien n’être qu’innovation légitime, et par exemple, il y a d’heureuses négligences, d’heureux et d’ingénieux hiatus dans les vers de M. de Régnier. C’est sur l’article de la rime que nous refusons énergiquement de nous rendre ; et sur d’autres articles aussi, que d’ailleurs nous ne pouvons pas discuter aujourd’hui. C’est assez que, si ce titre de Jeux rustiques et divins nous rappelle nos poètes de la Pléiade, les vers de M. de Régnier tiennent les promesses qu’évoque ce glorieux souvenir. Mais ce sont bien aussi des vers de notre temps, des vers modernes dont l’inspiration générale est souvent aussi triste ou plutôt aussi sombre que la forme en est “splendide ;” et le sentiment aussi subtil, complexe et raffiné que la langue en est simple et forte. »

Louis de Saint-Jacques, « Les Jeux rustiques et divins », La Plume, n° 192, 15 avril 1897, p. 247-251

247 : « Eau froide par l’ennui dans ton cadre gelée. / S. Mallarmé. / Pourquoi faut-il que je ne puisse jamais songer à M. Henri de Régnier sans qu’un vers de son maître bien-aimé me revienne invariablement en mémoire ? Comment se fait-il que ce vers soit celui qu’ici j’ai mis en épigraphe ? Quel malin diablotin, sournoisement juché sur mon épaule, me souffla de le transcrire en tête de cette septième Expertise ? Je ne sais. » [Voir le compte rendu de Retté dans L’Ermitage de 1892]

248 : « M. de Régnier mérite qu’on l’examine de plus près, non seulement parce que nous lui devons quelques-uns des plus beaux vers qui soient, mais encore parce que, s’il est souvent admirable, il est parfois aussi très déplaisant. Le très bon et le très mauvais se mêlent chez lui au point de rendre tout jugement d’ensemble difficile. »

« Doué d’une habileté de facture prodigieuse, virtuose incomparable des sonorités verbales et des rythmes, initié savamment aux innombrables secrets de la métrique et du nombre, il se débat malheureusement entre des influences contradictoires, et, n’ayant pas assez de force pour se saisir et être lui-même, il se livre à des Jeux parnassiens, mallarméens, baudelairiens ou griffiniste, au lieu de se contenter d’être tout bonnement et toujours M. Henri de Régnier : or il ne l’est pas toujours. »

251 : « Et comme la Vie est toute Beauté, elle est aussi toute joie. Tandis que M. de Régnier occupe son talent à faire de la littérature, la Vie, dédaignée, se venge en se retirant de ses œuvres. »

Henri de Régnier, « Notes sur Alfred de Vigny », Revue de Paris, 1er avril 1897

mai

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Poèmes », Mercure de France, n° 89, mai 1897, p. 367-370

Pierre Sandoz, « La semaine artistique », Le Monde artiste illustré, n° 18, 2 mai 1897, p. 279-280

279 : « Au sujet des séances poétiques de l’Odéon »

« Personne, je crois, ne songe à prétendre cela. La poésie n’est pas spécialement dévolue aux rimeurs. Elle émane de toute œuvre d’art et elle existé aussi chez les contemplatifs les plus silencieux. Mais littérairement parlant, il n’y a que deux façons d’écrire des poèmes : soit en prose, soit en vers. M. Henry Bauer adore Henri de Régnier, Hugues Rebell et autres Adoré Floupette. C’est son droit, mais je lui ferai humblement remarquer qu’il n’adore point en eux des versificateurs, comme il voudrait nous le faire croire, mais bien des prosateurs plus ou moins rythmique. Le fabricant qui nous proposerait des chaises de bois en zinc ne serait pas plus ridicule que le poète nous offrant dès vers en prose, et j’ai lieu de m’étonner qu’un logicien veuille absolument nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Ce que M. Bauer appelle « une prosodie d’artifice et de gymnastique » c’est-à-dire le vers français avec toutes ses règles est autrement inabordable pour les médiocres que l’alignement de phrases cocassement symboliques. Condamnez le vers parce que la rime vous horripile, bien. Dites que la mesure et la césure ne vous agréent nullement, c’est parfait; mais n’affirmez point que les seuls vrais vers sont de la prose.

Il est évident, parbleu, que le vers français a besoin de se libérer d’anciennes formules trop restrictives, et pour mon compte, treize, quinze où vingt syllabes à la ligne ne me feraient point loucher. J’aimerais qu’on adoptât des mesures différentes, en raison de la longueur du vers; j’aimerais qu’où versifiât des idées généreuses sur des rythmes divers ; j’aimerais qu’on s’appliquât aux choix d’expressions neuves. Lorsque la rime ne sera plus un jeu d’à peu près, lorsque le poète abandonnera les surcharges d’adjectifs en s’appliquait à créer des termes génériques, lorsqu’il attachera au contraire une grande signification à la virtuosité des vocables, ce jour-là la Renaissance du vers sera complète, et il ne sera point difficile de prouver que les plus nobles pensées peuvent être adornées de rimes sans perdre rien de leur valeur. Les vrais poètes se font rares, c’est pourquoi tant de rumeurs deviennent insupportables. Reste à savoir maintenant si MM. de Régnier, Rebell et tutti quanti sont des poètes, de vrais grands poètes. M. Bauer  dit oui, je dis non.

La preuve c’est que chacun de leurs modes d’expression est d’un facile désolant. On peut imiter difficilement Baudelaire, mais un peut écrire une autre Corbeilles des heures, en se jouant. Au surplus prenez dans l’œuvre de M. Henri de Régnier les vrais vers qu’il a écrits et dites, sans mentir à votre sens du Beau, si cela ne vaut pas mieux que ce que vous appelez le vers libre, c’est-à-dire une suite de petites phrases décousues, banales très souvent et très souvent aussi polymorphes et polypodes à faire pouffer de rire !  Je reconnais que des proses rythmées de nos poètes modernes se dégage parfois le charme si mélancolique auquel fait allusion M. Henry Bauer, je reconnais que les Jeux rustiques et divins procurent des sensations parfois exquises, mais je m’offre à démontrer que les vers de l’auteur du Trèfle noir valent cent fois mieux que les proses libres — oh ! si libres qu’en bien des cas elles ne respectent point la syntaxe ! — du même écrivain »

Henri de Régnier, « La Liseuse », Le Patriote du Dimanche, n° 3, 16 mai 1897

Supplément littéraire, artistique et mondain

juin

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Poèmes », Mercure de France, n° 90, juin 1897, p. 563-565

« La poésie française en 1897 », Revue des revues, 1er juin 1897

juillet

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Poèmes », Mercure de France, n° 91, juillet 1897, p. 142

Henri de Régnier, « Tableau de Bataille », Le Patriote du Dimanche, n° 10, 4 juillet 1897

[repris dans Le Magasin pittoresque, 15 juin 1903]

août

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Poèmes », Mercure de France, n° 92, août 1897, p. 333-337

Henri de Régnier, « Chevalier de Malte », Le Patriote du Dimanche, n° 14, 1er août 1897

Charles Maurras, « Littérature », Revue encyclopédique, 7 août 1897

septembre

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Poèmes », Mercure de France, n° 93, septembre 1897, p.517-519

Louis de Saint-Jacques, « M. Henri de Régnier à propos de Campagne première et de la Critique qu’il en fit », La Plume, n° 201, 1er septembre 1897, p. 553-557

554 : « C’est d’abord un monsieur persuadé de son génie », un « équilibriste »

« Tant qu’il ne fut pas dangereux d’afficher des opinions anarchiques, il fit partie de ce fameux groupe qui, dans les Entretiens politiques et littéraires, s’attendrissait sur Ravachol. »

555 : « Et tant que son talent resta dans la pénombre, il eut des ironies amères à l’encontre des littérateurs. Mais quand il pénétra dans la Revue des Deux Mondes, il prodigua ses bonnes grâces à tous ceux qui le louaient. »

« Les jeunes actuels ne sont plus les jeunes qui le soutinrent et travaillèrent à lui faire un nom. La nouvelle génération lutte à cette heure, pour une doctrine qui n’est point sans inquiéter le disciple de M. Mallarmé. Le parti des Sincères se forme contre la clique des Artificiels »

Henri de Régnier, « Contes pour trois Soirs d’automne », Revue de Paris, 15 septembre 1897, p. 130-153 [prose, « La Maison magnifique », « Aventure marine et amoureuse » et « Le Centaure »]

octobre

Henri de Régnier, « Le Signe de la Clef et de la Croix, conte », Mercure de France, n° 94, octobre 1897, p. 93-103

Henri de Régnier, « Les Poèmes », Mercure de France, n° 94, octobre 1897, p. 224-228

novembre

Henri de Régnier, « Poésie : L’arbre de la route », Revue des deux mondes, 1er novembre 1897, p. 188-193

Henri de Régnier, « Le départ de Tiburce », La Revue blanche, n° 106, 1er novembre 1897, p. 161-165

Henri de Régnier, « Les Poèmes », Mercure de France, n° 95, novembre 1897, p. 553-555

décembre

Henri de Régnier, « Les Poèmes », Mercure de France, n° 96, décembre 1897, p. 880-884

quatrième trimestre 1897

Henry Béranger, « Les nouveaux conteurs français », Revue des revues, p. 510-516

[Dans la catégorie « Les conteurs de la vie symbolique », avec Maurras, Mauclair, Régnier et Schwob]

514-515 : « Ceux-là aimeront aussi à s’appuyer sur la Canne de Jaspe de M. Henri de Régnier. J’ai dit il y a quelques mois, et ici même (1), la haute estime que j’avais pour ce poète, qui a en lui tous les dons, sinon encore toute la maîtrise et tout le déploiement d’un grand poète. M. Henri de Régnier est aussi un prosateur de tout premier ordre. Nul peut- être, parmi les écrivains de la nouvelle génération, sauf MM. Maurice Barrès et Marcel Schwob, n’a une science aussi étendue et aussi précise de la langue française. La justesse étymologique du vocabulaire, la hardiesse logique de la syntaxe, les alliances de  mots mystérieuses et inattendues, l’ampleur grave des périodes sont pour la prose de M. Henri de Régnier de véritables titres de noblesse et la rattachent à la grande tradition classique. Son plus grave défaut serait la préciosité : mais elle va diminuant à me- sure que M. Henri de Régnier se dégage des influences parmi lesquelles le hasard des  destinées littéraires l’avait d’abord jeté. Cette préciosité, et pour tout dire ce jargon symbolique, souvent insupportables dans les Contes à Soi-même, déjà moins sensibles dans le Trèfle Noir, ont presque entièrement disparu de Monsieur d’Amercœur. M. Henri de Régnier est en progrès perpétuel vers un style qui, sans cesser d’être sonore et contourné comme une conque des mers, devient de plus en plus brillant et expressif. Son imagination et sa pensée se montrent elles- mêmes plus précises et plus humaines, sans renoncer à ces arrière-plans de clair-obscur et d’indéfini, d’où leur vient un si mystérieux prestige? Nul n’excelle autant que M. Henri de Régnier, dans les contes symboliques de la Canne de Jaspe, à nous faire pressentir l’ombre qu’il y a dans toute lumière, et l’infini qu’il y a dans tout détail. Ces histoires baroques et singulières où M. d’Amercœur se révèle un personnage tout ensemble très proche et très lointain, très vivant et très fantômal, ces histoires où il y a « des épées et des miroirs, des bijoux, des robes, des coupes de cristal et des lampes, avec parfois, au dehors, le murmure de la mer ou le souffle des forêts », ces aventures « où l’amour et la mort se baisent à la bouche » et au travers desquelles passe perpétuellement le vent des tombeaux an- tiques, nous émeuvent dans ce que nous avons de plus secret et de plus grave, et, si elles ne nous font jamais ni pleurer ni sourire, elles nous suggèrent, comme le crépuscule, les forêts et la mer, des songes hautains et vagues. C’est là quelque chose de très nouveau dans l’histoire du conte français. [en note : (1) Voir la Revue.des Revues du 1er juin 1897 : la Poésie française en 1897.]

[Dessin original de Vallotton]

1898

janvier

Henri de Régnier, « Poésie : L’arbre de la route », Revue des deux mondes, 15 janvier 1898, p.

février

Henri de Régnier, « Portrait », Mercure de France, n° 98, février 1898, p. 366

juin

Charles Maurras, Revue encyclopédique, n° 248, 4 juin 1898, p. 513

« La Canne de jaspe est le titre commun des trois petits recueils d’histoires philosophiques et morales publiés jusqu’ici par M. de Régnier (Monsieur d’Amercoeur, Le Trèfle noir et les Contes à soi-même), désormais réunis dans un même volume. Les personnes qui n’aiment point la poésie de l’Alérion ou de En allant vers la ville se montrent plus insensibles encore, s’il est possible, à cette prose compassée, maniérée, médiocrement significative.

Quelqu’un disait : « En vers, c’est un pingouin amputé d’une patte; quand il écrit en prose, il n’a plus de pattes du tout. — Mais, réplique un admirateur, il a des ailes. — Les pingouins, répond le censeur, volent assez mal… » Je pense qu’il y a en tout ceci bien de l’exagération. Rédigés « avec une patience et un soin infinis», ces petits écrits manquent tout à fait d’intérêt; lors même que le ton y est vif, l’allure du style précipitée, il se trouve que l’intérêt y languit douloureusement. Sous le costume emprunté aux XVIIe et XVIIIe siècles, dans le bel appareil de la langue traditionnelle, on sent bien que le prosateur comme le poète ne donne guère d’attention qu’à la forme et à la nuance des mots. Mais cette forme, cette nuance semblent ici d’une incontestable supériorité : pour la raison fort simple que M. de Régnier l’a prise encore au vestiaire classique; je l’en loue de tout mon cœur.

A cette louange on mêlerait un défi. Dans l’un des Contes à soi-même (notez, je vous prie, cet usage d’un vocabulaire emprunté au jargon de l’idéalisme subjectif : Maison du Bel-en- soi-dormant, etc.), dans le premier de ces Contes, celui que M. de Régnier a appelé Le Sixième Mariage de Barbe-Bleue, on voit la jeune mariée aller nue à l’autel et, par là, éviter la mort prématurée et sanglante des premières épouses : il est permis de défier la pensée de M. Henri de Régnier, d’imiter jamais cette simple et heureuse fiancée : on ne la verra jamais nue. Moins par pudeur que par niaiserie et fadeur de goût, elle se traînera perpétuellement sous des vêtements étrangers, comme ces Madones et ces Christs espagnols dont on peut changer les jupons et les autres atours, mais qu’on n’ose montrer à l’état naturel. Calculez donc si cette pensée a la moindre chance de plaire, je ne dis pas devant les barbes-bleues de la critique, mais aux yeux des simples personnes qui conservent un esprit sain, un sens droit, un goût pur. »

Henri de Régnier,  « Chateaubriand. À propos du cinquantenaire de sa mort », Le Gaulois, 28 juin 1898, p. 1.

juillet

Henri de Régnier, « Michelet », Revue de Paris, 15 juillet 1898, p. 225-246

[Signalé dans la Revue des revues, vol. 26, 1898, p. 329]

Henri de Régnier,  « Les Héros de romans et leur nationalité », Le Gaulois, 31 juillet, p. 1.

octobre

Henri de Régnier, « Stéphane Mallarmé », Revue de Paris, 1er octobre 1898, p. 569-583

[Éloge funéraire repris dans Figures et caractères]

Henri de Régnier,  « Retours et départs », Le Gaulois, 17 octobre, p. 1.

Novembre

Henri de Régnier, « Jours heureux », Revue des deux mondes, 1er novembre 1898, p. 66-95

prose

[Reproduit dans L’Enfant de mai 1906]

Henri de Régnier,  « Portland and Druce », Le Gaulois, 11 novembre, p. 1.

Décembre

Henri de Régnier,  « Le Quarantième fauteuil », Le Gaulois, 12 décembre, p. 1.

Fr. von Oppeln Bronikowski, « Zur Dichtkunst Henri de Regnier’s », Die Gesellschaft, n° 15, 1898

Portrait lithographique par Théo Van Rysselberghe dans Pan, 1898

1899

Janvier

« Henri de Régnier », Figures contemporaines, Mariani, 1er janvier 1899.

[photographie avec autographe : « à Mr Mariani / Par qui notre heureuse époque a / Gouté tes bienfaits, ô coca ! / Henri de Régnier »]

Henri de Régnier,  « Le Plat de fraises », Le Gaulois, 16 janvier, p. 1.

Février

Henri de Régnier,  « La Capitale de la paix », Le Gaulois, 14 février, p. 1.

Mars

Henri de Régnier,  « Le Roman au théâtre », Le Gaulois, 6 mars, p. 1.

Avril

Henri de Régnier,  « Un Historien patriote », Le Gaulois, 8 avril, p. 1.

Henri de Régnier, vers dans L’Illustré Soleil du Dimanche, n° 17, 23 avril 1899

Mai

Henri de Régnier,  « Beaumarchais », Le Gaulois, 18 mai, p. 1.

Juin

Henri de Régnier, « Poésie : Hélène de Sparte », Revue des deux mondes, 1er juin 1899, p. 580-588

Henri de Régnier,  « Deux Voyageurs », Le Gaulois, 20 juin, p. 1.

Juillet

Henri de Régnier,  « Flandres et Belgique », Le Gaulois, 5 juillet, p. 1.

Août

Henri de Régnier,  « Bayreuth, Rennes et Versailles », Le Gaulois, 16 août, p. 1.

Henri de Régnier, vers dans L’Illustré Soleil du Dimanche, n° 34, 20 août 1899

Septembre

Henri de Régnier,  « Souvenir de Valvins », Le Gaulois, 17 septembre, p. 1.

Le Monde artiste illustré, n° 38, 17 septembre 1899

« c’est à M. Henry de Régnier qu’échoit l’honneur de porter, cette année, la bonne parole littéraire devant le « Cercle français de l’université Harvard », à Cambridge (Etats-Unis). » [voyage du 1er au 17 mars 1900]

Octobre

Henri de Régnier,  « Le Mal anglais », Le Gaulois, 3 octobre, p. 1.

Novembre

Henri de Régnier,  « Le Siècle de Chénier », Le Gaulois, 26 novembre, p. 1.

Décembre

Charles Maurras, Revue encyclopédique, n° 326, 2 décembre 1899, p. 1036

« Trèfle blanc (Le); par Henri de Régnier (Mercure de France). – Des trois morceaux qui composent le volume, le premier, et de beaucoup le plus étendu, Jours heureux, consiste en une longue série de souvenirs et d’impressions d’enfance que l’auteur a groupés, sans beaucoup d’art ni d’intérêt, autour de la mort d’un vieillard. La Côte verte, qui termine le volume, offre le même caractère: on y cherche une » histoire « , et l’on n’en trouve point. Si le chef-d’œuvre de l’art consiste à faire quelque chose de rien, il faut un Jean Racine pour réussir ces délicates Bérénices, et M. de Régnier n’offre pas la moindre ressemblance avec Jean Racine. »

« Quoique froide et guindée, l’ironie de ce conte ne laisse pas d’être amusante çà et là. »

Henri de Régnier,  « La Résurrection du comte Tolstoï », Le Gaulois, 12 décembre, p. 1.

Henri de Régnier, « Poésie : La Nuit des Dieux », Revue des deux mondes, 15 décembre 1899

Henri de Régnier, « Les Voyageurs », L’Ermitage, t. XIX, 1899, p. 432-433

[dans le « Second Supplément poétique »]

1900

janvier

Henri de Régnier, « La Femme de Marbre », Revue de Paris, 15 janvier 1900, p. 225-241

longue prose

Henri de Régnier,  « Un Anglais d’autrefois », Le Gaulois, 21 janvier, p. 1.

février

Gaston Deschamps, « Le Culte d’André Chénier », Le Temps, 11 février 1900

Henri Chantavoine, « M. Henri de Régnier : Les Médailles d’Argile », Journal des Débats, 28 février 1900

mars

« Les Médailles d’argile », Les Annales politiques et littéraires, n° 871, 4 mars 1900, p. 137

[Reproduction de deux poèmes du recueil et annonce de son départ pour les États-Unis avec sa femme]

Charles Maurras, « Revue littéraire », Revue encyclopédique, 17 mars 1900

mai

Henri de Régnier, « Rudyard Kipling », Les Annales politiques et littéraires, n° 881, 13 mai 1900, p. 296

Henri de Régnier,  « Mont-Vernon », Le Gaulois, 24 mai, p. 1.

juin

Henri de Régnier,  « China Town », Le Gaulois, 4 juin, p. 1.

juillet

Henri de Régnier,  « La Patrie en voyage », Le Gaulois, 2 juillet, p. 1.

août

Henri de Régnier, « Poètes d’aujourd’hui et Poésie de demain », Mercure de France, n° 128, août 1900, p. 321-350

Henri de Régnier,  « Gestes italiens », Le Gaulois, 9 août, p. 1.

septembre

Henri de Régnier, « Vers », Mercure de France, n° 129, septembre 1900, p. 608-609

Henri de Régnier, « Hélène au cheval », La Plume, n° 274, 15 septembre 1900, p. 561

Henri de Régnier, « Invocation », La Plume, n° 274, 15 septembre 1900, p. 562

Décembre

Henri de Régnier,  « Choses de Gloire », Le Gaulois, 16 décembre, p. 1.

1901

janvier

Henri de Régnier, « Aurore », L’œuvre et l’image, n° 1, janvier 1901, p. 11-13

Henri de Régnier,  « Le Poète de demain », Le Gaulois, 17 janvier, p. 1.

Février

Henri de Régnier,  « L’Hiver marin », Le Gaulois, 4 février, p. 1.

Mars

Henri de Régnier,  « Trente-huit et quarante », Le Gaulois, 8 mars, p. 1.

avril

Henri de Régnier, « Le Rival », Revue de Paris, 1er avril 1901, p. 449-499

Henri de Régnier,  « Le Bronze et l’argent », Le Gaulois, 5 avril, p. 1.

mai

Henri de Régnier,  « Un Premier livre », Le Gaulois, 12 mai, p. 1.

Fernand Gregh, « M. Henri de Régnier critique », Revue bleue, n° 21, 25 mai 1901, p. 641-644

[à propos de Figures et caractères]

642 : « M. de Régnier est le plus récent exemple de cette curieuse dualité. Il était déjà très célèbre comme poète, et se révèle excellent critique. »

644 : « M. Henri de Hégnier semble depuis quelque temps se lasser du vers: bien qu’il annonce à la table de ses œuvres, pour paraître prochainement, un volume de poèmes, la Cité des Eaux, il se tourne surtout, et de plus en plus, vers le roman, le conte et la critique. »

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Littérature », Mercure de France, mai 1901

juin

Henri de Régnier,  « Aux Jeunes », Le Gaulois, 12 juin, p. 1.

Henri de Régnier, « La Courte vie de Balthazar Aldramin, Vénitien », Revue de Paris, 15 juin 1901, p. 673-693

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Littérature », Mercure de France, juin 1901

juillet

Henri de Régnier,  « Les Dernières lettres », Le Gaulois, 27 juillet, p. 1.

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Littérature », Mercure de France, juillet 1901

Remy de Gourmont, « Revue du Mois – Littérature : Henri de Régnier, Figures et Caractères. – Vte Spoelberch de Lovenjoul, Sainte-Beuve inconnu. – Pierre de Bouchaud, La Sculpture à Rome, de l’Antiquité à la Renaissance. – Le même, La Sculpture à Sienne. », Mercure de France, t. XXXIX, n°139, juillet 1901, p. 178-185

août

Henri de Régnier,  « Une Joueuse », Le Gaulois, 21 août, p. 1.

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Littérature », Mercure de France, août 1901

septembre

Henri de Régnier, « Poésies », Revue des deux mondes, 15 septembre 1901, p. 435-443

Octobre

Henri de Régnier,  « La Sandale », Le Gaulois, 10 octobre, p. 1.

novembre

Lucile Dubois [Remy de Gourmont], « Revue du Mois – La France jugée à l’étranger : Italie. (sur Barbey d’Aurevilly) ; Remy de Gourmont, par Giuseppe Vorluni (Flegrea) ; sur Lilith, par Luciano Zuccoli (Italie, 10 août)). – L’Arbre de Paul Claudel, par le même (Il Marzocco). – Espagne. Henri de Régnier, par E. Gomez Carrillo (Liberal, Madrid). – Amérique du Nord. Balzac et la musique, par James Huneker (Criterion, juillet). »,  Mercure de France, T. XL, n°143, novembre 1901, pp. 568-573

décembre

Henri de Régnier, « Le Bon Plaisir (1ère partie) », Revue de Paris, 1er décembre 1901, p. 461-511

Henri de Régnier,  « La Guerre et les femmes », Le Gaulois, 5 décembre, p. 1.

Henri de Régnier, « Le Bon Plaisir (2e partie) », Revue de Paris, 15 décembre 1901, p. 720-764

1902

janvier

Henri de Régnier, « Vers », La Plume, n° 305, 1er janvier 1902, p. 5-6

Henri de Régnier, « Le Bon Plaisir (3e partie) », Revue de Paris, 1er janvier 1902, p. 81-109

Henri de Régnier, « Le Bon Plaisir (4e partie) », Revue de Paris, 15 janvier 1902, p. 257-289

Henri de Régnier,  « Viaud et Loti », Le Gaulois, 18 janvier, p. 1.

février

Henri de Régnier, « Le Bon Plaisir (fin) », Revue de Paris, 1er février 1902, p. 615-639

Henri de Régnier,  « Lui et nous », Le Gaulois, 16 février, p. 1.

mars

M.-A. Leblond, « Henri de Régnier et la Critique décorative », Mercure de France, mars 1902

Henri de Régnier,  « L’Energie française », Le Gaulois, 6 mars, p. 1.

avril

Henri de Régnier,  « L’Arbre en fleur », Le Gaulois, 1er avril, p. 1.

Robert Scheffer, « Le Bon Plaisir », La Plume, n° 311, 1er avril 1902, p. 457-459

458 : La Double Maîtresse : « Cela est excellent autant qu’un roman d’Anatole France, quoique différemment. »

459 : « Le Bon Plaisir, de tradition pure, de langue saine »

Edmond Pilon, « Promenades dans les Jardins à la Française », La Plume, n° 312, 15 avril 1902, p. 524-527

[sur Le Bon Plaisir, avec d’autres romans]

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Littérature », Mercure de France, avril 1902, p.

Remy de Gourmont, « Letterati contemporanei : Henri de Régnier », Emporium (Bergame), vol. 15, n°88, avril 1902, pp. 285-289

mai

Henri de Régnier, « Les Roseaux de la Flûte », Les Annales politiques et littéraires, n° 984, 4 mai 1902, p. 280

Adolphe Brisson, « Le Bon plaisir, par M. Henri de Régnier », Les Annales politiques et littéraires, n° 984, 4 mai 1902, p. 283-284

283 : « M. Henri de Régnier est un des plus intéressants parmi les écrivains d’hier où d’avant-hier. On ne le connaissait encore, il y a quelques années, que comme poète. Il vient de se révéler bon prosateur. Les diverses influences qu’il a subies, ses variations, ses transformations sont curieuses à analyser. Cette petite étude nous aidera à définir un état d’âme qui n’est pas absolument propre à M. de Régnier et qui s’étend à quelques-uns des hommes de la nouvelle génération. »

« Du vers amorphe, polymorphe et polypode à la prose poétique, la transition est aisée. Et, d’abord, la prose de M. Henri de Régnier ressemble intimement à ses vers. »

284 : «  Ainsi se terminera son évolution. Parti de l’antiquité et du symbole, ayant coqueté avec les grâces du pastiché, il arrivera au terme du voyage. Et ce qu’il peut y avoir en lui de génie achèvera de s’épanouir dans l’étude directe et sincère de la vie. »

Henri de Régnier, « La Maison de Washington », Les Annales politiques et littéraires, n° 987, 25 mai 1902, p. 325

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Littérature », Mercure de France, mai 1902, p.

juin

Pierre Quillard, « Henri de Régnier », Mercure de France, juin 1902

Henri de Régnier,  « Souvenirs des îles », Le Gaulois, 9 juin, p. 1.

Henri de Régnier, « Poésies », Revue des deux mondes, 15 juin 1902, p. 878-887

Henri de Régnier, vers dans Soleil du Dimanche, n° 26, 29 juin 1902

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Littérature », Mercure de France, juin 1902

juillet

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Littérature », Mercure de France, juillet 1902

Henri de Régnier,  « L’endroit frais », Le Gaulois, 30 juillet, p. 1.

août

Henri de Régnier, « Revue du Mois : Littérature », Mercure de France, août 1902

Henri de Régnier,  « Deux sacres », Le Gaulois, 13 août, p. 1.

Henri de Régnier, « Réveil », Le Magasin pittoresque, 15 août 1902, p. 375

[avant un article sur « Les arbres fruitiers sur balcon »]

octobre

Henri de Régnier, « Le Sang de Marsyas », Revue de Paris, 1er octobre 1902, p. 555-562 [poésie]

Henri de Régnier,  « Façons de tuer », Le Gaulois, 10 octobre, p. 1.

Henri de Régnier, « Charles Baudelaire : Le Poète », Les Annales politiques et littéraires, n° 1009, 26 octobre 1902, p. 260-261

[Jules Claretie, académicien, s’occupe de la section « L’Homme »]

novembre

Henri de Régnier, « L’hommage », Le Magasin pittoresque, 1er novembre 1902, p. 501

Henri de Régnier,  « L’Associée », Le Gaulois, 4 novembre, p. 1.

Henri de Régnier, « La Cité des Eaux : Cinq sonnets sur Versailles », Les Annales politiques et littéraires, n° 1011, 9 novembre 1902, p. 297-298

[détaché de son recueil]

décembre

Henri de Régnier,  « Un Jeune », Le Gaulois, 3 décembre, p. 1.

Henri de Régnier, « La Belge », Les Annales politiques et littéraires, n° de Noël, « La Beauté féminine dans l’univers », 21 décembre 1902

Henri de Régnier, « L’Amour et le plaisir, histoire galante », Mercure de France, décembre 1902

1903

janvier

Henri de Régnier,  « La Dernière aventure de Don Quichotte », Le Gaulois, 2 janvier, p. 1.

Henri de Régnier, « La colline », Le Magasin pittoresque, 15 janvier 1903, p. 30

Henri de Régnier, « Les deux sœurs », Les Annales politiques et littéraires, n° 1020, 11 janvier 1903, p. 25

[dans une rubrique « La Poésie nouvelle », avec Moréas, Kahn, et Jeanne Leuba, autour du livre de Beaunier du même titre]

Adolphe Brisson, « Revue des livres : La Poésie nouvelle, par M. André Beaunier », Les Annales politiques et littéraires, n° 1020, 11 janvier 1903, p. 27-28

28 : « Passons à M. Henri de Régnier. Cet esprit est un des plus souples, des plus magnifiques, des plus profonds de la génération contemporaine. Il se posa, lui aussi, en réformateur; il chaussa les sandales de Stéphane Mallarmé, non certes en imitateur étroit, — il avait trop de talent pour se résigner à n’être qu’un copiste ou un disciple. Mais, enfin, ses premiers recueils s’éloignaient nettement du classicisme, du romantisme et de l’école parnassienne. Dans les Lendemains, dans Apaisement et Sites, dans les Épisodes, dans Tel qu’un Songe, il répudiait toute entrave; il modulait une chanson non encore entendue, sinon au point de vue de l’idée, du moins au point de vue de la forme. Il trouvait des harmonies presque neuves, des rythmes, des groupements d’images, des suggestions qui séduisaient par leur grâce imprévue et délicate :  […]  Soudain, M. Henri de Régnier compose les Roseaux de la Flûte, la Corbeille des Heures, les Médailles d’Argile; et nous remarquons avec étonnement qu’il retourne, comme M. Jean Moréas, aux vieilles règles honnies. Il se met à ciseler des sonnets qui, pour la beauté sculpturale, la netteté du contour — et la sagesse — sont égaux aux chefs-d’œuvre du maître des maîtres: de José-Maria de Heredia… M. Henri de Régnier a-t-il donc, lui aussi, trouvé son chemin de Damas? »

février

Henri de Régnier,  « La Danse », Le Gaulois, 12 février, p. 1.

mars

Henri de Régnier, « L’heure », Le Magasin pittoresque, 1er mars 1903, p. 115

Robert Scheffer, « Le Mariage de Minuit », La Plume, n° 334, 15 mars 1903, p. 363-365

363 : « Tout en restant dans la tradition classique, il allège sa prose. »

Henri de Régnier,  « Les Amis de la Gloire », Le Gaulois, 20 mars, p. 1.

avril

Alfred Jarry, « Du Mimétisme inverse chez les personnages de Henri de Régnier », La Plume, n° 335, 1er avril 1903, p. 423-424

mai

Henri de Régnier,  « Maisons de Poètes », Le Gaulois, 20 mai, p. 1.

juin

Henri de Régnier, « Tableau de Bataille », Le Magasin pittoresque, 15 juin 1903, p. 284

[déjà publié dans Le Patriote du Dimanche de juillet 1897]

Stuart Merrill, « Critique des Poèmes : La Cité des Eaux », La Plume, n° 339, 1er juin 1903, p. 626-627

« recueil de vers réunis au hasard »

627 : mais contient « la Lune Jaune, qui est un des chefs-d’œuvre de la poésie lyrique française »

Henri de Régnier,  « Choses et gens d’autrefois », Le Gaulois,  17 juin, p. 1.

juillet

Henri de Régnier, « Les Vacances d’un jeune homme sage (2e partie) », Revue de Paris, 1er juillet 1903, p. 40-76

Henri de Régnier,  « Un Historien », Le Gaulois, 11 juillet, p. 1.

Henri de Régnier, « Les Vacances d’un jeune homme sage (fin) », Revue de Paris, 15 juillet 1903, p. 373-412

août

Henri de Régnier,  « Les Deux fumées », Le Gaulois, 22 août   , p. 1.

septembre

Henri de Régnier, « Le jardin mouillé », Le Magasin pittoresque, 1er septembre 1903, p. 392

[texte repris dans Mon Dimanche en mars 1908]

octobre

Henri de Régnier, « Le Vétéran », Le Magasin pittoresque, 15 octobre 1903, p. 463

 

Henri de Régnier, « Le parc de Versailles », Les Annales politiques et littéraires, n° 1061, 25 octobre 1903, p. 265

novembre

Henri de Régnier,  « Un Théâtre français à New York », Le Gaulois, 6 novembre   , p. 1.

décembre

Henri de Régnier, « Poésies », Revue des deux mondes, 1er décembre 1903, p. 673-682

Henri de Régnier,  « Le Rose et le Noir », Le Gaulois, 3 décembre, p. 1.

1904

janvier

Henri de Régnier,  « Le Soleil rouge », Le Gaulois,  8 janvier, p. 1.

« Notes sur le Mouvement littéraire », Les Annales politiques et littéraires, n° 1071, 3 janvier 1904, p. 13

[sur Les Vacances d’un jeune homme sage, roman vivant par rapport à ses romans antérieurs]

Henri de Régnier, « Le Buveur », Les Annales politiques et littéraires, n° 1072, 10 janvier 1904, p. 26

février

Henri de Régnier,  « Taine romancier », Le Gaulois, 24 février   , p. 1.

mars

Henri de Régnier, « La Demoiselle », Le Magasin pittoresque, 1er mars 1904, p. 104

Henri de Régnier,  « Au Pays de l’amour », Le Gaulois,  29 mars, p. 1.

Paul Léautaud, « Henri de Régnier », Mercure de France, mars 1904, p. 577-613.

avril

Henri de Régnier,  « Souvenirs whistleriens », Le Gaulois, 23 avril, p. 1.

mai

Henri de Régnier, « La Ronce », Le Magasin pittoresque, 15 mai 1904, p. 230

juin

Henri de Régnier, « Les Obsèques de la Duchesse », Revue de Paris, 1er juin 1904, p. 449-492

juillet

Henri de Régnier,  « Une Visite au Labyrinthe », Le Gaulois, 8 juillet, p. 1.

août

Henri de Régnier,  « Les Livres chez eux », Le Gaulois, 20 août, p. 1.

septembre

Henri de Régnier, « Poésies », Revue des deux mondes, 1er septembre 1904, p. 85-94

Henri de Régnier,  « Villas à vendre », Le Gaulois, 12 septembre, p. 1.

Henri de Régnier, vers dans Les Annales politiques et littéraires, 18 septembre 1904

octobre

Henri de Régnier,  « Julien et son maître », Le Gaulois,  27 octobre, p. 1.

novembre

Henri de Régnier, « Strophes alternées », Le Magasin pittoresque, 15 novembre 1904, p. 511

décembre

Henri de Régnier,  « Les Ennemis de l’hiver », Le Gaulois, 11 décembre   , p. 1.

Henri de Régnier, « Sainte-Beuve : Le Romancier », Les Annales politiques et littéraires, n° 1121, 18 décembre 1904, p. 388

[avec Brunetière, etc…]

Mécislas Goldberg, « Deux poètes : Henri de Régnier et Jean Moréas », La Plume, n° 356, 15 février 1904, p. 161-185

Henri de Régnier, « Le Passé vivant (1ère partie) », Revue de Paris, 15 décembre 1904, p. 673-728

1905

janvier

Henri de Régnier, « La Neige », Les Annales politiques et littéraires, n° 1126, 22 janvier 1905, p. 57

Henri de Régnier, « Le Passé vivant (2e partie) », Revue de Paris, 1er janvier 1905, p. 22-69

Henri de Régnier, « Le Passé vivant (3e partie) », Revue de Paris, 15 janvier 1905, p. 236-298

Henri de Régnier,  « Gabriel D’Annunzio », Le Gaulois, 27 janvier, p. 1.

février

Henri de Régnier, « Le Passé vivant (4e partie) », Revue de Paris, 1er février 1905, p. 538-584

Henri de Régnier, « Le Passé vivant (fin) », Revue de Paris, 15 février 1905, p. 844-871

« La Défense de l’orthographe », Revue bleue, n° 7, 18 février 1905, p. 203-204

[204 : Régnier signe une pétition contre le projet de réforme de l’orthographe]

mars

Henri de Régnier,  « Les Droits du paysage », Le Gaulois,  21 mars, p. 1.

Henri de Régnier, « La Lampe » [vers], Vers et Prose, n°1, mars 1905, p. 17-19.

André Salmon, « Choses du moment », Vers et prose, n° 1, mars 1905, p. 115‑120. [« M. Henri de Régnier et L’Académie »]

avril

Henri de Régnier,  « Romantiques », Le Gaulois, 13 avril, p. 1.

mai

J. Bertaut, « Henri de Régnier », La Revue hebdomadaire, n° 25, 20 mai 1905

Henri de Régnier, « Le Caprice d’Aline », L’Ermitage, n° 5, 15 mai 1905, p. 257-258

prose

Henri de Régnier,  « En Mer », Le Gaulois, 20 mai, p. 1.

juin

Henri de Régnier,  « Leçons de choses », Le Gaulois, 6 juin, p. 1.

Tancrède de Visan, « Œuvres, sur l’œuvre d’Henri de Régnier », Vers et prose, n° 2, juin-juillet-aout 1905, p. 127‑140.

juillet

Henri de Régnier,  « Stendhal et la guerre », Le Gaulois, 10 juillet, p. 1.

août

Henri de Régnier, « Esquisses vénitiennes », Revue de Paris, 1er août 1905, p. 449-463

Henri de Régnier,  « Propos d’été », Le Gaulois, 14 août, p. 1.

Jean de Gourmont, « Henri de Régnier, poète », L’Ermitage, n° 8, 15 août 1905, p. 116-124

Henri de Régnier, « Chanson d’été », Les Annales politiques et littéraires, n° 1156, 20 août 1905, p. 120

Tancrède de Visan, « Sur l’œuvre d’Henri de Régnier », Vers et Prose, juin-août 1905

septembre

Henri de Régnier, « Poèmes », L’Ermitage, n° 9, 15 septembre 1905, p. 129-130

octobre

Henri de Régnier,  « La Semaine des arbres », Le Gaulois, 23 octobre, p. 1.

novembre

Henri de Régnier, « Poésies », Revue des deux mondes, 15 novembre 1905, p. 434-443

Henri de Régnier, « Croquis parisiens : Les ennemis de l’hiver », Les Annales politiques et littéraires, n° 1170, 26 novembre 1905, p. 340 [chronique]

Henri de Régnier,  « À Propos des “’Oberlé”’ », Le Gaulois, 29 novembre, p. 1.

décembre

Henri de Régnier, participation au thème « L’Enfance des Contemporains célèbres », Les Annales politiques et littéraires, n° de Noël, « L’Enfant » décembre 1905

Henri de Régnier, « Poèmes », Mercure de France, 15 décembre 1905, p. 495-497.

1906

janvier

Henri de Régnier,  « Mémoires de poètes », Le Gaulois,  7 janvier, p. 1.

Henri de Régnier, « Poésies », Revue des deux mondes, 15 janvier 1906, p. 425-433

Henri de Régnier, vers dans Les Annales politiques et littéraires, 21 janvier 1906

février

Henri de Régnier,  « Le saule et le laurier », Le Gaulois, 14 février, p. 1.

Henri de Régnier, « Phrixus, poème », L’Ermitage, n° 2, 15 février 1906, p. 72-74

mars

Henri de Régnier, vers dans Les Annales politiques et littéraires, 11 mars 1906

Henri de Régnier, « Feuillets retrouvés dans un exemplaire de Shakespeare » [vers], Vers et Prose, n°5, mars-avril-mai 1906, p. 17-18.

avril

Henri de Régnier,  « Petite île et volcan », Le Gaulois,  18 avril, p. 1.

mai

Henri de Régnier, « Jours heureux », L’Enfant (« Organe des Sociétés protectrices de l’enfant »), 15 mai 1906, p. 342-343

[reproduction d’un texte paru dans La Revue des Deux Mondes en 1898]

Henri de Régnier,  « L’Homme à la houe », Le Gaulois, 15 mai   , p. 1.

juin

Henri de Régnier,  « La Danse », Le Gaulois, 13 juin   , p. 1.

Henri de Régnier, « Esquisses vénitiennes » [proses], Vers et Prose, n°6, juin-août 1906, p. 49-55 [compositions de Maxime Déthomas].

juillet

Henri de Régnier, « Impressions : L’Homme et le Danger », Les Annales politiques et littéraires, n° 1201, 1er juillet 1906, p. 3-4 [chronique]

Henri de Régnier,  « L’Invitation au voyage », Le Gaulois,  8 juillet, p. 1.

septembre

Henri de Régnier, « La Semaine des arbres » [proses], Vers et Prose, n°7, septembre-octobre-novembre 1906, p. 43-48.

Anonyme, « Sujets et Paysages », Vers et Prose, n°7, septembre-octobre-novembre 1906, p. 177-178.

octobre

Henri de Régnier,  « Propos de retour », Le Gaulois, 11 octobre, p. 1.

novembre

Henri de Régnier, « La Beauté, poème », L’Ermitage, n° 11, 15 novembre 1906, p. 272

Gaston Rageot, « Revue des livres », Les Annales politiques et littéraires, n° 1222, 25 novembre 1906, p. 341-343

342 : « Dans un exquis volume : Sujets et Paysages, où il a réuni ses chroniques de conteur et de journaliste, M. Henri de Régnier a défini, fort heureusement, une nouvelle catégorie d’écrivains : les voyageurs littéraires, qui viennent de partir pour la gloire. »

Henri de Régnier,  « Candidats », Le Gaulois, 27 novembre, p. 1.

décembre

Henri de Régnier, « Poésies », Revue des deux mondes, 15 décembre 1906, p. 869-877

Henri de Régnier, « La Peur de l’Amour (1ère partie) », Revue de Paris, 15 décembre 1906, p. 697-746

Henri de Régnier,  « Lettres de poètes », Le Gaulois,  28 décembre, p. 1.

1907

janvier

Henri de Régnier, « La Peur de l’Amour (2e partie) », Revue de Paris, 1er janvier 1907, p. 25-56

Henri de Régnier, « La Peur de l’Amour (3e partie) », Revue de Paris, 15 janvier 1907, p. 305-351

Henri de Régnier,  « En Marge », Le Gaulois,  30 janvier, p. 1.

février

Henri de Régnier, « La Peur de l’Amour (fin) », Revue de Paris, 1er février 1907, p. 523-564

Auguste Dorchain, « Revue des livres : Le mois poétique », Les Annales politiques et littéraires, n° 1232, 3 février 1907, p. 69-71

[70 : renvoi à poèmes parus dans Revue des deux mondes de décembre]

« Or, ces vers sont pris dans une superbe suite de poèmes que publiait, le mois dernier, la Revue des Deux Mondes, poèmes entièrement soumis aux lois de la versification la plus traditionnelle et dont l’auteur est M. Henri de Régnier, l’un des plus fervents “vers-libristes” de naguère. M. Vielé-Griffin doit en être bien malheureux. Quoi, un homme qui avait donné de si grandes espérances aux réformateurs yankees et portugais, néerlandais et palikares de la versification française ! A qui se fier, désormais? »

Henri de Régnier, « Pour la porte des mendiants », Mon Dimanche (« Revue populaire illustrée »), n° 221, 24 février 1907

mars

Henri de Régnier, vers dans Les Annales politiques et littéraires, 3 mars 1907

Henri de Régnier, « Le Divan », Mercure de France, 15 mars 1907, p. 211.

avril

Henri de Régnier,  « De Nancy à Damas », Le Gaulois, 8 avril, p. 1.

mai

Henri de Régnier,   « Achats royaux », Le Gaulois, 13 mai   , p. 1.

juin

Henri de Régnier, « Sonnets », Revue de Paris, 15 juin 1907, p. 743-754

Henri de Régnier,  « Prétextes », Le Gaulois, 29 juin, p. 1.

Henri de Régnier, « Le Départ » [vers], Vers et Prose, n°10, juin-juillet-août 1907, p. 18-21.

août

Henri de Régnier, « Jour d’été », Mon Dimanche, n° 244, 4 août 1907

Henri de Régnier,  « Du Luxembourg à l’île Bourbon », Le Gaulois, 15 août   , p. 1.

septembre

Jules Bois, « Revue des livres », Les Annales politiques et littéraires, n° 1262, 1er septembre 1907, p. 199-200

[sur La Peur et l’Amour, avec un compte rendu d’Arsène Lupin…]

199 : « Où je ne saurais trop goûter M. Henri de Régnier, c’est dans son style; sa pureté est, en quelque sorte, « classique »; j’entends par ce mot un langage qui appartient à son siècle, mais garde, en même temps, dans sa trame, les qualités, traditionnelles et essentielles, le goût, la fermeté, la précision, la clarté. Tous ces mérites n’empêchent ni la poésie ni le culte du terme rare. Plusieurs scènes prennent un relief extraordinaire par la sobriété, le choix, l’emplacement des mots. »

Henri de Régnier, « Soirs d’été », Les Annales politiques et littéraires, n° 1263, 8 septembre 1907, p. 222

Henri de Régnier,  « Le Fer et le Feu », Le Gaulois, 20 septembre, p. 1.

octobre

Henri de Régnier, « La Porte mortuaire », Les Annales politiques et littéraires, n° 1270, 27 octobre 1907, p. 393

novembre

Henri de Régnier, « Sonnet », L’Occident, n° 60, novembre 1906

Henri de Régnier,  « Jours de pluie », Le Gaulois, 17 novembre   , p. 1.

décembre

Henri de Régnier, « À une jeune mère », participation au thème « La Mère dans la littérature, l’art et la vie », Les Annales politiques et littéraires, n° de Noël, décembre 1907

Henri de Régnier, « Le Palais rouge », Mercure de France, 16 décembre 1907, p. 601-602.

1908

janvier

Henri de Régnier,  « Littérature patibulaire », Le Gaulois,  3 janvier, p. 1.

Henri de Régnier, « Poésies », Revue de Paris, 15 janvier 1908, p. 311-324

février

Henri de Régnier,  « Lettre sicilienne », Le Gaulois, 6 février, p. 1.

Henri de Régnier, « Poésies », Revue des deux mondes, 15 février 1908, p. 860-869

mars

Eugène Gilbert, « Dix années de roman français », Revue des deux mondes, 1er mars 1908, p. 159-190

184 : « au groupe des romanciers néo-classiques que domine M. Henri de Régnier »

185 : « M. Henri de Régnier. Celui-ci pourrait bien figurer comme le principal aujourd’hui, et le plus remarquable d’entre les auteurs qui écrivent surtout pour le plaisir de conter, et pour lesquels les mœurs des temps abolis, — ou même celles de l’heure présente, — servent de canevas ingénieux à des aventures narrées avec saveur, dans une langue rehaussée d’archaïsmes et entremêlée de tournures un peu « rococo, » très coquettement rajeunies. Mais il ne faudrait pas, comme on l’a fait, s’abuser jusqu’à voir une manière d’écrire nouvelle dans cette tendance à la clarté, à la netteté, à la limpidité d’inspiration et d’expression, qui distingue la plupart de ces conteurs. C’est une sorte de roman artistique, que nous apporte ce retour à la tradition française et à la réalité humaine dans la conception; au point de vue du style, c’est la revanche des vraies traditions de notre langue, que la brutalité naturaliste, le tarabiscotage psychologique, la bizarrerie décadente et l’influence des littératures scandinaves et des fantaisies symbolistes ont pendant si longtemps déformée et adultérée. Une observation curieuse et amusée par le détail typique, une ironie un peu voilée et une sensibilité légère en sont aussi les élémens essentiels. Les figures y deviennent plus précises, plus significatives et plus originales.  M. Henri de Régnier, sans préoccupation de thèse, a principalement cultivé l’art de conter selon l’instinct français de l’élégance, en y mêlant ce quelque chose d’alerte, de spirituel, de gracieux et même d’impertinent qui est né au XVIIIe siècle. De là, sans doute, ce libertinage très vif, cette désinvolture amorale qui apparaissent dans les Trouvailles de M. Bréot, dans la Double maitresse, dans le Mariage de minuit, dans le Passé vivant ou dans le Bon plaisir. »

Henri de Régnier, « Un romancier », Le Gaulois, n° 11100, 5 mars 1908

Henri de Régnier, participation dans L’Illustration, n° 3393, 7 mars 1908

Henri de Régnier, « Masque tragique », Les Annales politiques et littéraires, n° 1289, 8 mars 1908, p. 221

Henri de Régnier, « Le Jardin mouillé », Mon Dimanche, n° 275, 8 mars 1908

[texte déjà paru dans Le Magasin pittoresque de septembre 1903]

avril

Henri de Régnier, participation dans La Vie Heureuse, 15 avril 1908

Henri de Régnier,  « Rapprochements », Le Gaulois,  22 avril, p. 1.

mai

La Société nouvelle, n° 11, mai 1908

Louis Thomas, « Les livres: Les scrupules de Sganarelle (Henri de Régnier) », p. 251

« Les Scrupules de Sganarelle, par Henri de Régnier (Paris, Éditions du Mercure de France). – Voici l’une des plus excellentes gageures que l’on ait jamais tenues: une comédie à la Molière aussi plaisante que les meilleures farces de cet immense écrivain, une fantaisie à l’italienne dix: fois plus habile que les plus vivantes de ces inventions miraculeuses où le bouffon n’allait pas parfois sans quelque grossièreté – une bluette où l’on trouve de la poésie, cette poésie qui est la forme la plus sûre de la pensée – un ouvrage de théâtre tout-à-fait « jouable », qui sera d’ici quelque cinq ou dix ans au répertoire du Théâtre-Français, et que l’auteur imprime sans le présenter même à un directeur, en vertu sans doute de ce principe admirable et toujours vrai que la bassesse et les flagorneries sont le talent des imbéciles – voici enfin parmi la littérature gourmée ou sans allure de nos honorables confrères un volume délicieusement écrit et plus français que la France elle-même. »

juin

Sergines,  « Les Échos de Paris », Les Annales politiques et littéraires, n° 1303, 14 juin 1908, p. 556

« Le “feuilleton” du Journal des Débats vient de changer de main. Notre éminent collaborateur Émile Faguet, fatigué par une surproduction incessante, littéralement débordé, surmené, cède la place au poète Henri de Régnier.  C’est un événement qui a bien son importance dans le monde des lettres. Le “feuilleton des Débats”, comme on dit couramment, y jouit, en effet, d’une grande réputation. »

juillet

Henri de Régnier, « Midi », Les Annales politiques et littéraires, n° 1306, 5 juillet 1908, p. 5

Henri de Régnier,  « La Résurrection du Palais-Royal », Le Gaulois,  20 juillet, p. 1.

septembre

Henri de Régnier, « Le Souhait », Les Annales politiques et littéraires, n° 1315, 6 septembre 1908, p. 225

Henri de Régnier,  « De Fez à Damas », Le Gaulois, 7 septembre   , p. 1.

octobre

Henri de Régnier, « », Les Heures Littéraires Illustrées, n° 14, 20 octobre 1908

Henri de Régnier,  « Mon Grand-père », Le Gaulois, 22 octobre, p. 1.

décembre

Jehan Soudan de Pierrefitte, « M. Henri de Régnier », Revue Illustrée, n° 24, 5 décembre 1908 [grande photographie en couverture]

Henri de Régnier, « Le Ménechme » [conte], Vers et Prose, n°16, décembre 1908 janvier-février-mars 1909, p. 29-36.

1909

janvier

Henri de Régnier,  « Goethe à Messine », Le Gaulois, 15 janvier   , p. 1.

février

Henri de Régnier, « Trois esquisses vénitiennes », La Revue hebdomadaire, n° 8, 20 février 1909

avril

Henri de Régnier,  « Villiers de l’Isle-Adam », Le Gaulois, 15 avril, p. 1.

mai

Gaston Rageot, « M. Henri de Régnier », L’Illustration, n° 3455, 15 mai 1909

Henri de Régnier, « Yildiz », L’Illustration, n° 3455, 15 mai 1909

Julien Ochsé,« Conférence sur Henri de Régnier », Vers et Prose, n° 17, mai-juin 1909, p. 96-122.

juin

Henri de Régnier, « Poésie », Revue des deux mondes, 15 juin 1909

juillet

Henri de Régnier,  « Mœurs littéraires », Le Gaulois, 6 juillet, p. 1.

Henri de Régnier, « Elvire aux yeux baissés », Vers et Prose, n°18, juillet-septembre 1909, p. 41-42

août

Henri de Régnier, participation dans La Revue française, n° 39, 29 août 1909

septembre

Henri de Régnier,  « Déplacement », Le Gaulois,  6 septembre, p. 1.

Henri de Régnier, « Petites Enquêtes : Le plus joli voyage », Les Annales politiques et littéraires, n° 1368, 12 septembre 1909, p. 242 [réponse à une enquête]

octobre

Henri de Régnier, « », Les Annales politiques et littéraires, 10 octobre 1909

novembre

Henri de Régnier,  « Un peintre d’autrefois », Le Gaulois, 17 novembre, p. 1.

1910

janvier

Sergines, « Les Échos de Paris », Les Annales politiques et littéraires, n° 1385, 9 janvier 1910, p. 28

[Régnier officier de la Légion d’Honneur]

« Henri de Régnier n’est pas seulement un poète, mais un romancier fort goûté et un critique judicieux. Jadis, il fut un des chefs du symbolisme, et, dans ce genre, il avait écrit des poèmes qui sont considérés comme des chefs-d’œuvre. Puis, son inspiration s’assagit, se régularisa. Après Tel qu’en Songe, il donna les Jeux Rustiques et Divins et les Médailles d’Argile, qui lui ont conquis l’admiration de toute la littérature. Romancier et conteur, il a donné la Double Maîtresse, le Mariage de Minuit, les Rencontres de Monsieur de Bréot.

Henri de Régnier a épousé Mlle Marie de Heredia, qui écrit elle-même sous le nom de Gérard d’Houville. »

Henri de Régnier, « Le Feu », Les Annales politiques et littéraires, n° 1385, 9 janvier 1910, p. 29-30

Henri de Régnier, « Poésies », Revue de Paris, 15 janvier 1910, p. 306-320

Henri de Régnier,  « Le Pactole », Le Gaulois,  20 janvier, p. 1.

Henri de Régnier, « Pauline au cœur trop tendre » [poèmes], Vers et Prose, n° 20, janvier-février-mars 1910, p. 35-38.

février

La Société nouvelle, n° 8, février 1910

Maurice Gauchez, « Les livres: La flambée (Henri de Régnier) », p. 213-214

213 : « La flambée, par Henri de Régnier (Paris, Mercure de France). – Symbolique, tableau symbolique que cette première flambée d’automne dans la chambre à coucher d’André Mauval ! »

« J’admire l’art de M. Henri de Régnier. Il semble écrire ses romans autour de menus événements presque insignifiants. Il y type des figures de la vie quotidienne d’un simple coup de crayon, d’une unique estompe de fusain. »

« des décors d’une harmonie superbe, dans des décors que la plume enchanteresse du poète évoque et décrit avec une noblesse verbale toute remarquable »

Henri de Régnier, « Poésies », La Revue hebdomadaire, n° 7, 12 février 1910

Henri de Régnier, participation dans La Vie Heureuse, 15 février 1910

Henri de Régnier, participation dans L’Illustration, n° 3495, 19 février 1910

avril

Cappiello, « Portrait de M. Henri de Régnier », L’Illustration, n° 3505, 30 avril 1910

juin

Robert de la Sizeranne, « Portraits d’hommes et toiles décoratives au Salon de 1910 », Revue des deux mondes, 1er juin 1910, p. 661

« Pour qui prendra-t-on M. Henri de Régnier, si son portrait dure aussi longtemps que ses vers, sans que l’identification en soit conservée? L’attitude surprise par M. Cappiello (avenue d’Antin, salle 111, n° 220) peut être juste, mais est-elle le moins du monde révélatrice de ce poète, ou d’un poète? Personne s’avisera-t-il jamais, en le voyant, qu’il est en présence d’un magicien du verbe et d’un alchimiste du rêve? »

juillet

« Henri de Régnier », La Vogue française, n° 1, 1er juillet 1910

[avec un portrait dessiné en couverture]

octobre

Henri de Régnier, « La journée de Racine », Les Annales politiques et littéraires, n° 1423, 2 octobre 1910, p. 325

Henri de Régnier,  « Propos d’automne », Le Gaulois, 30 octobre   , p. 1.

novembre

Henri de Régnier,  « L’Hiver marin », Le Gaulois du dimanche, 26-27 novembre, p. 1.

décembre

Henri de Régnier,  « L’An qui s’éveille… », sonnet, Le Gaulois du dimanche, 22 décembre, p. 1.

1911

janvier

Jules Bois, « M. Henri de Régnier, romancier et poète », Les Annales politiques et littéraires, n° 1438, 15 janvier 1911, p. 54-55

[à propos de La Flambée]

Henri de Régnier, « Paysages d’Orient », Les Marches de l’Est, n° 10, 15 janvier 1911, p. 398-404

février

Félicien Pascal, « Candidats académiques: M. Henri de Régnier », Echo de Paris, 7 février 1911, p. 1-2 

« Deux nouveaux Académiciens : Le Général Langlois et Henri de Régnier », La Libre Parole, 10 février 1911

Henri de Régnier,  « Premiers vers », Le Gaulois du dimanche, 10 février, p. 1.

« Henri de Régnier », L’Illustration, n° 3546, 11 février 1911

« Henri de Régnier », Les Hommes du Jour, n° 161, 18 février 1911 [dessin de Lucien Laforge]

Sergines, « Les Échos de Paris », Les Annales politiques et littéraires, n° 1443, 19 février 1911, p. 179-180

[élection de Régnier à l’Académie ; « un gentil souvenir de ses débuts »]

« Sous la Coupole : Le Poète Henri de Régnier », Dimanche Illustré, n° 8, 19 février 1911 [grande photographie en couverture]

 

Henri de Régnier,  « L’Art du nouvel académicien », Le Gaulois, 23 février, p. 1.

mars

Remy de Gourmont, « Revue de la Quinzaine – Epilogues : Laurent Evrard. – Henri de Régnier. – Catastrophes. », Mercure de France, t. XC, n°329, 1er mars 1911, pp. 135-138 [recueillis dans Épilogues (volume complémentaire), Mercure de France, 1913, p. 419]

R. de Bury [Remy de Gourmont], « Revue de la Quinzaine – Les Journaux : Isabelle de la Baume (Laurent Evrard) (Le Figaro, 8 février). – Henri de Régnier (Paris-Journal, 10 février). – Classification académique (L’Opinion, 4 février). », Mercure de France, t. XC, n°329, 1er mars 1911, pp. 185-189

Sergines, « La Décadence du Monocle », Les Annales politiques et littéraires, n° 1445, 5 mars 1911, p. 236 [photographie de Régnier parmi d’autres monoclés]

mai

« Henri de Régnier », Chanteclair, n° 83, mai 1911 [avec une photographie]

Sem, « Croquis : Henri de Régnier », L’Illustration, n° 3561, 27 mai 1911

juin

Henri de Régnier, « », Les Annales politiques et littéraires, 4 juin 1911

Henri de Régnier, « », Les Annales politiques et littéraires, 25 juin 1911

Henri de Régnier de l’Académie française, « », La Revue hebdomadaire, n° 24, 17 juin 1911

1912

janvier

Albert de Mun, « Réception de Henri de Régnier » à l’Académie française, 18 janvier 1912, ; repris dans Les Annales politiques et littéraires, n° 1491, 21 janvier 1912, p. 64-65

« Ces Inscriptions pour les treize portes de la Ville marquent, d’ailleurs, une date dans votre vie. La revue que lisait, au bivouac tonkinois, la voix frémissante du jeune officier, c’était la Revue des Deux Mondes. Vos vers y paraissaient pour la première fois, s’envolant des petites revues, dont la témérité sait parfois découvrir les talents, que les gardiens officiels de la gloire veulent encore ignorer. Une note, il est vrai, expliquait cette faveur, d’un mot qui réservait les droits de la critique. Mais notre grand Brunetière, en vous baptisant ainsi sous condition, savait bien de quelles promesses la Muse avait chargé vos mains. Deux ans plus tôt, dans sa célèbre leçon sur le Symbolisme, il avait noté, d’un trait déjà définitif, votre « charme inquiétant et subtil ». »

« Il faut bien, Monsieur, quand on a l’honneur de vous adresser un discours, parler un peu du symbolisme, puisqu’il est entendu qu’il entre, avec vous, à l’Académie.

Cependant, je vous l’avoue, je ne sais pas si vous êtes encore symboliste, et je ne suis même pas sûr que vous l’ayez jamais été tout à fait. À force de vous lire, je me suis demandé si vous n’êtes pas, au fond, tout simplement romantique, et si vous ne vous connaissiez pas très bien vous-même, quand vous cachiez votre gloire naissante sous le nom de Hugues Vignix, pour marquer votre dévotion aux mémoires illustres d’Hugo et d’Alfred de Vigny. »

Louis Mandin, « M. de Régnier, M . de Mun et la Poésie contemporaine », Vers et Prose, n° 28, janvier-février-mars 1912, p. 5-10.

Henri de Régnier, « Vers d’il y a vingt ans », Vers et Prose, n°28, janvier-février-mars 1912, p. 37-39.

février

R. de Bury [Remy de Gourmont], « Revue de la Quinzaine – Les Journaux : Dernières années du marquis de Sade (Le Temps, 4 janvier). – Réception de M. Henri de Régnier à l’Académie française (Le Temps, 19 janvier). », Mercure de France, T. XCV, n°351, 1er février 1912, pp. 634-638

avril

Henri de Régnier, « Discours à la Commémoration Stéphane Mallarmé », Vers et Prose, n° 29, avril-mai-juin 1912, p. 63-65.

juillet

Henri de Régnier, [lettre d’excuse pour son absence au banquet en l’honneur de Paul Fort, prince des Poètes], Vers et Prose, n° 30, juillet-septembre 1912, p. 233.

1913

mai

Henri de Régnier, « Fond de jardin », Les Annales, n°1559, 11 mai 1913 [n° sur Le Nôtre], p.406 [sonnet, « Le noir lierre », p.38 de La Cité des eaux].

juillet

Henri de Régnier, « Au Luxembourg », Vers et Prose, n°34, juillet-août-septembre 1913, p. 105-111.

août

Henri de Régnier, « La Cité des eaux », Les Annales, n°1571, 3 août 1913, p. 99 [prose].

Henri de Régnier, « La fin du gibier », Les Annales,  n°1575, 31 août 1913 [n° sur La Chasse], p. 188 [prose].

septembre

Henri de Régnier, « Les vers d’Alfred de Vigny », Les Annales, n°1579, 28 septembre [n° sur Les Vendanges – Vigny], p. 278.

octobre

Henri de Régnier, « La France chauffe » Les Annales, n°1582, 19 octobre 1913, p.349 [accidents d’auto et lecture].

Sans date

Henri de Régnier, « Stuart Merrill », Les Hommes d’aujourd’hui, n° 418, Vanier, s.d.

1911 La Décadence du Monocle Annale politiques et littéraires