Le Cercle de la Butte (3): La Butte dans Le Décadent et Le Tintamarre

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, quelques mentions du cercle dans Le Décadent de Baju – la plupart des contributeurs du périodique fréquentaient la société présidée par Alexis. Le Tintamarre, dont la rédaction assistait aux soirées de La Butte, mentionne également fréquemment les activités du cercle.]

Un Parisien, « Autour de la Place Pigalle : À la Butte », Le Décadent, n° 6, 15 mai 1886.

Il y a encore dans Paris, dans le Paris artiste des coins rares il est vrai, où l’on cause, où l’on rit, où l’on peut être spirituel et gai, où l’on a le droit d’être poète et d’être fou.

Si vous avez commis un sonnet quelconque en rêvant d’un idéal aux yeux bleus et noirs, si vous avez dans un moment d’inspiration, jeté sur la toile, un peu de couleurs qui parvienne à faire un tableau, si cela même peut arriver, vos hallucinations se sont transformées en sonates ou en nocturnes, si vous avez eu l’audace d’écrire une comédie, de griffoner une opérette, ou bien, chose monstrueuse, si vous vous êtes rendu coupable de cinq actes en vers, allez au Cercle de la Butte, et vous y serez reçu, [v]ous y serez aimé, et vous y serez chez vous.

Vous y trouverez des femmes âgées charmantes, d’une mansuétude de bonne maman ; des femmes plus jeunes, artistes jusqu’au bout des ongles, gaies, rieuses, spirituelles et n’ayant, de pruderie que juste ce qu’il en faut pour arrêter l’insolence, puis enfin de toutes jeunes, gracieuses et élégantes, qui mettent dans l’assemblée la note sonore de leur rire perlé et la lueur douce de leur dix-huit ans ensoleillés.

Noro vous recevra, comme il sait recevoir, dans ce coin charmant, son atelier, encombré de toiles et de bibelots.

Vous serez assis comme vous pourrez, vous lirez ou réciterez ce que vous voudrez à moins que vous préfériez entendre Roinard, Malatôt, Buisson et les autres. Vous y causerez avec Paul Alexis, vous y rirez avec Mme P… une femme charmante dont j’ai gardé un souvenir qui semble rire en mon cerveau.

Vous pourrez avoir de l’esprit sans qu’on démarque vos mots. Mais… mais… mais ne faites pas de calembourgs car on les paye. Un sou, les spirituels ; dix centimes les bons ; quinze les mauvais ! Voyez, Caisse !

Ou plutôt, tenez, faites en beaucoup, énormément, faites en trop ; car, on n’a rien trouvé de meilleur encore que les choses qui coûtent cher, même quand elles sont mauvaises.

La Linotte Décadente, « Papotages littéraires & artistiques », Le Décadent, n° 7, 22 mai 1886.

« La septièmes soirée mensuelle du Cercle artistique et littéraire : la Butte, vient de se passer d’une façon brillante.

Cette petite fête était présidée par Paul Alexis, l’auteur du nouvel ouvrage : Sur la Butte. »

« Un charmant journal vient d’éclore avec cette audacieuse devise : tout pour Montmartre. Je veux parler du Montmartre illustré dirigé par l’ami H. Mayence »

Le Décadent, n° 14, 10 juillet 1886.

LA BUTTE

Cercle Littéraire et Artistique — tous les samedis soir chez Noro 13 rue Ravignan.

Ordre du Jour : De l’Art (et Montmartre avant tout).

Georges Hugon, « Papotages littéraires & artistiques », Le Décadent, n° 20, 21 août 1886.

Samedi dernier, le Cercle « La Butte » donnait sa soirée mensuelle durant laquelle ont manifesté bon nombre de talent divers, jeunes ou mûrs.

Remarqué au hasard du monocle : quelques dames charmantes, une entre autres — Madame Noro, je crois — qui déclama avec assez de goût un monologue banal; le poète Roinard, dont le volume Nos plaies récemment…. imprimé a fait le tour de l’assistance ; Brousseau, Malato de Corné, Schiroky, Randon, Gouzien, etc. ; la Rédaction du Tonneau de Diogène, celle de la Butte-Montmartre ; les peintres Noro, P. E. Dufour ; enfin nos collaborateurs Louis-Pilate de Brinn’gaubast et Paterne Berrichon.

De bonnes choses entendues parmi des puérilités qui dénotent cependant un effort appréciable vers l’Art : La lettre posthume d’une Blasée de Roinard, un Sonnet insolent de Brin’gaubast.

Notre secrétaire de la Rédaction aimablement prié de dire quelque chose, a commis la détonation de son sonnet Pudeur de mièvre dont la cependante clarté parut opaque.

Il se réserve de mériter son pardon dès la première soirée en apportant la Grève des Forgerons, qu’il lira si on le lui permet.

Georges Hugon, « Papotages littéraires & artistiques », Le Décadent, n° 23, 11 septembre 1886.

On nous annonce qu’il vient de se fonder, dans le dix-huitième arrondissement, une société d’histoire et d’archéologie ayant pour objet la recherche et la conservation des anciens monuments, les souvenirs historiques et les curiosités artistiques, pittoresques et anecdotiques de Montmartre, Clignancourt et la Chapelle.

Le comité du « Vieux Montmartre » c’est le titre de cette société, se compose de vingt-quatre membres entre autres MM. Bin, Lamquet, Wiggishoff, Simonneau, Louis Lucipia, Devé, etc.

Se cache-t-elle, cette société, derrière la butte ?

Ou, est-ce la Butte qui se cache derrière elle…

Monsieur Noro ?

Désiré Luc, « À Montmartre », Le Tintamarre, 5 décembre 1886

La Butte, le cercle artistique et littéraire de Montmartre, vient de donner un punch, en l’honneur de son premier anniversaire.

Baju, le fumiste du Décadent, n’y assistait pas.

Cette absence était d’autant plus regrettable que MM. Malato et Pradet avaient confectionné à son intention un à-propos plein d’esprit intitulé : Le Viol. Dans ce drame vermifuge, en un acte (notarié) et quatre tableaux, la scène où l’orthographe se plaint d’être constamment violée par Baju, est d’un comique irrésistible.

Oui, dit-elle en substance, il m’a lâchement violée, moi, et ma sœur aînée, la Grammaire, et mon frère, le Style, et toute ma famille, jusqu’à mon autre sœur, une sainte celle-là, la Synt…axe !

Troublot, qui, en sa qualité de président effectif de La Butte, était présent en compagnie de la superbe Dédèle, a applaudi à tout rompre.

Les pompiers n’assistaient pas à la représentation. Mais la municipalité, son maire en tête, M. Émile Bin, l’aimable président d’honneur, s’était fait largement représenter.

Le Paris-Montmartre avait délégué M. Petit.

Le sympathique M. Goyard, de la Lorgnette, nous avait gratifié de sa présence.

Le Tintamarre ne pouvait manquer à la noce. Nous y étions à trois, dont J. Pausader et Gaston Bertrand.

Après une polka échevelée conduite par Trublot et Dédèle, l’inimitable Willette, le peintre fantaisiste, coiffé de son auréole naissante, a entraîné toute l’assistance en une farandole abracadabrante. Si Boireau eût été là, au milieu de nos jolies dames, il se serait bien sûr écrié :

« Que c’est comme un bouquet de fleurs ! »