Le Cercle de la Butte (2): Une pièce sur Baju et le Décadent

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, deux autres articles de Paul Alexis sous le pseudonyme de Trublot; le premier décrit une soirée de La Butte; le second est particulièrement intéressant par son résumé d’une pièce jouée lors d’une soirée privée pour fêter la première année d’existence de La Butte, écrite par Malato et Pausader, deux futurs anarchistes qui faisaient alors partie du cercle. La pièce, intitulée Le Viol, décrit tout simplement, sous le nom transparent de son protagoniste, Juba, et de son journal, Le Putréfié, la fondation du Décadent de Baju]

Trublot, « A Minuit », Le Cri du Peuple, 5 mai 1886.

La quatrième soirée mensuelle littéraire du Cercle « La Butte », vient d’être très brillante :

M. Pausader a lu une étude sociale intitulée : Fille, puis Gréviste, paru au Tintamarre.

M. Malato : Sauvage noir et sauvage blanche, Incohérence !

M. Désiré Luc : Veufs ! et l’Éternelle Idylle.

M. Randon : Barbusson et les Larmes !

M. Roinard : Le Moulin sinistre, Pantoum, Sans asile, À Dieu, s’il existe !

M. Randon a déclamé : La Mionotte de Richepin et une poésie de Gaillard.

M. Schiroky a lu Don Quichotte. Présents : 35 membres. – La Butte prend tous les jours de l’extension, et a quèque chose dans le ventre.

Trublot, « A Minuit : Le Viol », Le Cri du Peuple, 23 novembre 1886.

Une première sur la Butte !!! Hein ? v’là qui n’se voit point tous les jours.

Et ça s’est vu, pourtant, samedi soir, dans une salle, chez Dorémus, et sur une vraie scène, avec des portants, des coulisses, et un rideau s’ouvrant d’droite à gauche au lieu qu’ça soit d’bas en haut. Quant à l’orchestre, y était bien girond l’orchestre, car y était remplacé par une pianiste d’vingt ans, la gentille Mme P…, tout nouvellement mariée, qu’est la fille au peintre Véron, une notoriété de Montmartre.

Et l’public, donc ? Oh ! pas c’bourgeois et faisandé public des pr’mières qu’l’univers nous envie, mais d’la jeunesse, d’l’intelligence, et côté des dames d’la vraie beauté, fraîche et bon teint. Entre toutes, Mlle Lasellaz, la fille aînée du peintre, ravissante en sa robe claire qu’imitait le vieux cachemire et en jolis ripattons découverts laissant voir ses mignons pieds de douze ans. Côté des hommes, outre le ban et l’arrière-ban de la Butte artistique et littéraire, fêtant son anniversaire, faut citer parmi les notabilités conviées : l’dessinateur Villette, M. Bio, artiste peintre, invité non parce que mais quoique maire d’Montmartre, Paul Signac, Paul Alexis, etc., etc. Le Paris-Montmartre se trouvait représenté, sans compter le Tintamarre et le Cri.

D’vant c’t assemblée d’élite a été représenté : Le Viol, drame comico-lyrique, non visé par la Censure, en 4 actes, par MM. Mala… de Corné et P… « calembourg… des de M. Louis Gaillard, disait l’affiche, décors de M. Pausader, chœurs sous la conduite de M. G. Randu de St-Amand »

J’vous certifie qu’tous les cœurs – et les chœurs aussi – f’raient tique taque, quand, l’ouverture jouée, on a frappé les trois coups.

Puis-je vous donner une idée d’cé Viol ?… j’l’peux, la morale m’y autorise.

C’te grande comédie-drame aristophanesque, pas plus mal charpentée qu’une autre, et bourrée d’scènes fort réussies et d’un nombre plus considérable encore d’« scènes à faire », m’semble évidemment appelé, avec quéque r’touches, à faire les beaux soirs d’une scène importante. Sans trop la déflorer, révélons qu’y s’agit d’la blague d’toute une prétendue littérature nouvelle, personnifiée par un journal : Le Putréfié.

Le premier acte se lève sur un décor très réaliste : un coin du « Mirli », (du café le Mirliton, pour les ceusses qui sont pas d’Montmartre). Deux heures du matin : température 14° au-dessous de zéro ; bocks à huit sous et voix dans le fond. Un consommateur, Juba, est seul d’vant une haute pile d’bocks à régler, rien qu’avec dix-sept pelos dans la profonde. Qu’faire ?

Entr’alors une consommatrice opulente d’formes, la Butte admirablement jouée par M. Bouchu. Bonne fille et chaste, – quoique butte il y ait – celle-ci refuse l’amour d’Juba, mais lui ouvre un œil illimité chez l’patron du Mirli. V’là Juba qui conserve ses dix-sept ronds.

Y s’augmentent d’dix-sept autres, ces premiers dix-sept pelos, dans un second acte des plus réussis, après une scène où Juba serre la cravate à un capitalisse attardé au carrefour des écrasés. « Dix-sept et disx-sept font trente-quatre : Tiens ! la fortune !… J’fonde un canard ! » s’écrie-t-il.

Au troisse, l’clou. Du Shakespearien ! Le Putréfié, arrivant au milieu d’une époque d’décadence a fait florès. Y est monté à une vente assurée d’vingt-huit numéros, et y a son imprimerie à lui, avec une table et tout c’qui faut pour écrire à lui, et un plumard d’camp à lui, où, l’canard sous presse, Juba, vainqueur, pionce comm’ qui dirait sur l’champ d’bataille.

Mais, dans sa veine, l’infortuné a des cauch’mars. C’sont la Grammaire, la Syntaxe, l’Orthographe, la Ponctuation, et un tas d’autres malheureuses qu’y a violées (sans compter eul’ Bon-Sens, et eul’ Goût, horreur ! deux loupiots !), qui viennent hanter ses nuits. Puis, par d’ssus tout, c’est c’te solide et généreuse providence, la Butte, qu’il aime toujours d’un amour sans espoir, sans avoir jamais pu la r’trouver.

Enfin, le quatre est l’plus palpitant. Juba, à qui son soiriste théâtral affirme qu’la Butte fréquente l’Moulin d’la Galette, veut monter un soir chez Debray. Mais, en passant par la rue d’Orchamp, patapoum ! l’pied lui glisse et y pique une tête dans l’trou béant d’puis six mois là haut et preuve évidente d’une certaine décadence souterraine. Fin tragique d’Juba, qui, dans la mort, la possèdera enfin p’t-être, la Butte. Et, en tombant, le bouillon du Putréfié, qu’y portait dans la poche d’derrière d’son alpag’, suffit à boucher eul’ trou. Au milieu d’la rue d’Orchamp à jamais consolidée, à la hauteur du Chalet-Suisse tenu par Delicati.

La Grammaire, la Synthaxe, l’Orthographe, la Ponctuation et quèques autres, ainsi que l’Goût et l’Bon-Sens, dansent un quadrille joyeux afin d’se refaire une virginité.

Un écrasant succès en somme. « La Butte, artistique et littéraire », a bien célébré son anniversaire. Francisque n’y était pas – pour une bonne raison : on n’avait point daigné l’inviter.

Le Cercle de la Butte (1): Trublot [Paul Alexis] dans Le Cri du Peuple

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, société montmartroise où se croisèrent entre 1885 et 1887 naturalistes, décadents, symbolistes et anarchistes qui allaient bientôt fonder les principales revues de ces mouvements, voici quelques témoignages d’époque consacrés à la genèse de ce cercle. En premier lieu, deux articles de Trublot, alias Paul Alexis, qui décrit dans le « Figaro socialiste » de Vallès, Le Cri du Peuple, la naissance de la Butte.]

Trublot, « A Minuit : La Butte », Le Cri du Peuple, 25 novembre 1886.

[Reproduit en partie dans Paul Alexis, Naturalisme pas mort ; lettres inédites de Paul Alexis à Émile Zola, 1871-1900, présentées et annotées avec de nombreux documents par B.H. Bakker, Toronto, [1971], p. 497-498.]

« La Butte » est une société naissante, en formation — non ! j’me trompe, déjà formée, puisque, c’te semaine, un projet de statuts va être soumis à l’approbation obligatoire de la préfectance ; un premier noyau existe déjà : peintres, sculpteurs, musiciens, poètes, journalistes, jeunes gens et des deux sexes, s.v.p. ! Oui, p’faitement ! Ça gâte rien, et au contraire, la présence du beau sesque.
L’but de « la Butte » est bien simple : galvaniser la butte, — c’est-à-dire Montmartre, — c’est-à-dire Paris, par suite, et l’monde entier. C’est faire d’la littérature, de l’art et d’la vie intelligente : ouvrir des expositions libres, donner des fêtes publiques, des r’présentations théâtrales, des bals, des concerts, des conférences, créer des concours et des bibliothèques, — enfin c’est s’amuser d’toutes les façons, mais chouett’ment, dans l’sens l’plus complet et l’plus élevé du mot. Hein ! l’programme est large.
Un article des statuts porte qu’« les discussions politiques et religieuses sont bannies. » Possible ! Faut pas effaroucher, tiens ! Mais l’fond des choses est que, à côté — non en face ! — de c’te lourde, coûteuse et attristante création, l’église du Sacré-Cœur, un autre édifice, d’jeunesse vivante, lui, et d’protestation joyeuse, va sortir du sol, sans subsides, par une sorte d’génération spontanée. Eh ! qui vous dit que ceci n’est point appelé à tuer cela ?

Donc, l’aut’ soir, pas plus tard qu’samedi dernier, Trubl’ a été convoqué à la s’conde réunion préparatoire d’la société nouvelle. J’ai pas manqué d’m’y rendre et j’ai point r’gretté ma démarche, allez !
La rue Ravignan est une des plus audacieusement escarpées, qui escaladent la Butte-Montmartre. Le n° 13 de c’te rue est une maison bien typique, contenant onze ateliers d’artistes. Une vraie colonie, quoi !
C’est dans un d’ces onze ateliers, — c’lui de M. Jean Norogrand, encombré de ch’valets, aux murs r’couverts d’toiles, d’plâtres, etc., qu’se t’nait la p’tite séance.

Un bon type et joliment sympathique, Jean Noro, qui mérite un bout d’crayon. D’origine italienne, très brun, maigre comm’ Don Quichotte, quarante ans à peine. Possède un gosse dans les douze ans, gentil comme tout. Ancien fédéré, a pu, au dernier moment, gagner l’étranger, où sa femme est venue l’r’joindre, après avoir passé vingt-cinq jours, elle, dans les prisons d’Versailles. Un vrai cauch’mar, qu’ces vingt-cinq jours ! Mme Noro s’souvient qu’d’une chose : en ces vingt-cinq jours, quatre-vingts d’ses compagnes d’captivité dans une position intéressante, ont avorté.
Jusqu’à l’amnistie, Jean Noro a voyagé, vivant d’son pinceau, en Italie, en Suisse, en Turquie. Y connaît Constantinople comm’ la poche et sa conversation est des plus attachantes. A portraicturé des sultanes dans leur sérail, — l’veinard. Et pas seul’ment peintre, maniant encore l’ébauchoir à ses heures, en amateur, mais bien. Il travaille à un buste de Courbet, qu’est joliment r’semblant. Y manie la plume aussi : auteur d’la Bouche de la Vérité, un intéressant p’tit bouquin racontant des scènes d’la vie romaine pigées d’après nature.

Enfin, j’vous dis qu’ça : Trubl’, qui s’méfie d’ordinaire d’ces p’tites fêtes, a point r’gretté d’être allé au 13 d’la rue Ravignan, accompagné de M. Lasellaz, un autre peintre d’talent, qu’a aussi son atelier dans la maison ; c’est l’éventailliste bien connu, dont les dames d’la haute s’arrachent les poétiques et aériennes compositions.
On était bien trente, dont quatre citoyennes : Mme L. Martane, qui t’nait la sonnette d’présidente ; Mme Émilie Saint-Hilaire, qu’a raconté l’histoire d’un perroquet et d’un vicaire ; plus deux jolies p’tites brunettes, inconnues, avec des yeux grands comm’ ça.
MM. Léo d’Orfer et Noro ont récité des vers, trop courts, M. Aisnery a lu Rosette comédie en un acte, un peu longue, ce qui n’a pas empêché MM. Alix, Pan aver [Pausader ?], Bellanger, Lefebvre, Chambon, Houssemaine, Buisson, Coster d’applaudir à tout rompre. L’intelligent et actif secrétaire de « La Butte », M. Mayence, a vivement intéressé par l’récit d’ses premières démarches pour créer, au printemps, une fête foraine à la rue Caulaincourt et pour installer tout d’suite une exposition artisque, soit dans le bas-Montmarte, soit (projet moins pratique, quoique séduisant) tout en haut, à côté du Sacré-Cœur, afin d’profiter des pèlerins, — en les débauchant, tiens ! en les convertissant à l’art et à la vie.

Soudain, vers minuit moins vingt, toc toc, à la porte d’l’atelier. Jean Noro ouvre et entrent trente-cinq membres d’une autre société, « la Bohème d’Montmartre » qui fusionne séance tenante avec « la Butte ». On s’tasse comm’ on peut. L’vaste atelier d’vient trop p’tit, mais ça va bien.
J’vous dis qu’la Butte a quèqu’chose dans l’ventre?

Trublot, « A Minuit : Trois p’tites premières », Le Cri du Peuple, 14 décembre 1886.

[Cité en partie dans Paul Alexis, Naturalisme pas mort, op. cit., p. 327.]

À c’te Butte, autr’ p’tite pr’mière !
Sam’di soir, pendant l’plus fort de la bourrasque, sous l’ruissell’ment d’la pluie diluvienne qui f’sait un boucan infernal sur la vaste baie vitrée d’un atelier d’la rue Ravignan, d’vant un toutou, un gosse, une dizaine d’Dédèles et une cinquantaine d’membres ou d’invités, peintres, poètes, journalisses, tous Montmartrois au moins d’cœur, M. Paul Alexis a lu Mademoiselle Pomme, c’te infortunée farce d’Duranty qu’eul’ théâtre Déjazet en 1857, du temps d’Déjazet elle-même, r’fusa — en deux actes ; puis, qui, vingt ans après, mise en un acte avec l’approbation d’Duranty, par c’lui qui l’a lue l’autr’ soir, a été r’fusée deux fois par MM. Briet et Delcroix, puis « platoniquement reçue » à Cluny en 1882 par M. Maurice Simon, et à Déjazet en 1886 par M. Boscher. C’qui, d’ailleurs, a permis à Mlle Alice Reguault d’faire paraître chez Ollendorff — en toute innocence, j’me hâte de l’dire — un roman intitulé… j’vous l’donne en mille… intitulé : Mademoiselle Pomme !!!

Eh bien, pas d’chance jusqu’au bout, eul’ pauv’ Duranty ! Non, jamais d’chance, même maint’nant qu’y est couché d’puis six ans au cim’tière d’Cayenne !
Sam’di soir, à la Butte, l’lecteur d’c’tte piécette était enrhumé, et la pluie ruiss’lait sur la baie vitrée, et eul’ toutou énervé par l’orage (ou n’étant autre) l’têtu qu’Francisque ou Gugusse, déguisé en toutou café au lait a eu subite l’choléra, c’qu’a absorbé eul’ gosse et deux ou trois gosselines.

Nonobstant ces malchances, tout l’reste d’c’public intelligent a écouté d’abord avec respect, puis rigolé à ventr’ déboutonné, enfin vigoureus’ment applaudi l’flanche. Et, séance tenante, la Butte, artistico-dramatico-littéraire, a décidé à l’unanimité qu’elle allait soit louer une salle ad hoc, soit construire une scène dans son local habituel, afin d’pouvoir monter et jouer Mademoiselle Pomme après eul’ carnaval.
La distribution des quatre rôles d’hommes et des deux rôles d’femmes est déjà faite, entr’ membres féminins et virils d’la Butte.
Et, l’grand jour, avec tout’ la presse théâtrale, pontifes, d’mi pontigs et soireux, M. Boscher, directeur du Théâtre-Déjazet, s’ra invité, parbleu ! Et y s’rendra compte !