Autour du Chat Noir, Musée de Montmartre [Compte rendu d’exposition par Caroline Crépiat]

Compte rendu de l’exposition

Autour du Chat Noir, Arts & plaisirs à Montmartre (1880-1910)

Musée de Montmartre, Paris

13 septembre 2012 – 2 juin 2013

 musee-de-Montmartre-kleber-rossillon-2012-940x1370

 

C’est un portrait du « gentilhomme cabaretier » du Chat Noir, Rodolphe Salis[1], ici en mousquetaire, qui nous accueille dans l’exposition. Évidemment, pas d’invectives ni de mots truculents à l’encontre de ses visiteurs, comme il en avait l’habitude, mais en face de lui, un de ses dessins, intitulé « Notre programme », publié dans le premier numéro de la revue du Chat Noir[2] et reproduit à taille humaine, nous met en garde : « Ne bougeons plus ! Tout le monde y passera ! », s’écrie un énorme chat noir, prêt à photographier quiconque passe devant lui. Double programme en réalité : nul ne passera outre le regard critique et subversif du Chat Noir, et nul ne résistera à l’appel du cabaret. Pas même les artistes, qui quittent le Quartier Latin et font du cabaret leur nouveau repaire, à l’instigation d’Émile Goudeau, poète et fondateur des Hydropathes, dont le portrait figure en bonne place, aux côtés de Salis. C’est lui qui aide à lancer la revue Le Chat Noir, « organe des intérêts de Montmartre » et de ceux du cabaret[3]. Dans une vitrine centrale et aux murs, nous pouvons donc admirer des numéros de la revue, ainsi que du Courrier français. Les autres activités artistiques de sous-groupes du Chat Noir, tels les Incohérents, sont aussi présentées, par leur catalogue, ou encore une invitation manuscrite de Jules Levy au Bal des Incohérents. Dans cette première salle, on peut s’imaginer l’atmosphère hétéroclite du cabaret, mêlant peintures, tel le tableau de Willette Parce Domine, Parce Populo Tuo (1884) qui recouvre le mur du fond, comme il le faisait dans le cabaret, écrits et chansons, avec la « Ballade du Chat Noir[4] » d’Aristide Bruant en fond sonore.

À l’instar du second lieu de résidence du cabaret, 12 rue de Laval, dans lequel il fallait s’aventurer dans un escalier étroit jusqu’au deuxième étage pour accéder à la « Salle des Fêtes » où se jouaient les pièces du théâtre d’ombres, au Musée de Montmartre, c’est au deuxième étage que sont exposées les silhouettes et décors en zinc dont se servait Henri Rivière. C’est encore sous les yeux goguenards d’une grosse tête de chat noir couronnée, en plâtre peint[5], que le visiteur « pass[e] » pour entrer. C’est sans doute la salle la plus saisissante de l’exposition. En effet, si les murs sont recouverts d’affiches et tableaux[6] du théâtre d’ombres et de décors en zinc d’Ailleurs ! (1891), c’est le fond de la salle qui est le plus frappant, par sa reconstitution en grandeur nature d’un mur de cette fameuse salle. Il s’agit de la reproduction d’une photographie du fond de la « Salle des Fêtes » où est tendue la toile du théâtre d’ombres, entourée de tableaux et de décorations, et devant elle, assis sur des bancs, ou debout, des spectateurs et artistes, entre autres Jehan Rictus, Rodolphe Salis et un homme au piano[7]. Car, il y a bien un spectacle à venir : à l’emplacement de la toile originelle est projetée une reconstitution de La Marche à l’étoile (1890) de Georges Fragerolle, accompagnée au piano. On aurait bien aimé en voir (et écouter !) d’autres, telle Ailleurs ! et par exemple une scène de « Messe Noire » qui n’aboutit pas[8], dont nous pouvons admirer le décor. Dans les vitrines, nous pouvons notamment voir des illustrations de la machinerie mise en place pour le théâtre d’ombres, ainsi que l’édition de la toute première pièce de théâtre à avoir été jouée au Chat Noir, sous la forme d’un spectacle de marionnettes, La Berline de l’émigré (1885) de Henry Somm. Outre la pièce en elle-même, très drôle, dont l’action principale se passe dans des toilettes publiques, nous ne pouvons qu’en admirer le frontispice, aux couleurs et dorures préservées.

Puis, nous quittons le Chat Noir, pour visiter d’autres cabarets : le Lapin agile et le Mirliton de Bruant. La salle reprend la configuration d’un cabaret fin-de-siècle, avec un piano (celui de Paul Delmet) et un bar, pas très fin-de-siècle, aux bouteilles provenant d’un futur lointain (les années 1960-1970)[9].

Montons à nouveau l’escalier pour passer au Symbolisme. Malgré le fracas généré par ce mouvement, dont les poètes du Chat Noir se moquèrent, tel Alfred Béjot intitulant un de ses articles « Dzim ! Boum ! Symboles ![10] » ou Verlaine les renommant « cymbalistes[11] », le silence règne dans cette salle. Le fil conducteur du théâtre se poursuit, avec des costumes créés pour les deux plus importants théâtres de Montmartre de la fin du XIXe siècle, le Théâtre Libre et le Théâtre de l’Œuvre de Lugné-Poe, une pièce signée Mallarmé, Verlaine et Maeterlinck, une affiche pour la première d’Ubu Roi (1893), ainsi qu’un Programme de Vachalcade illustré par Willette (1897).

Retour à l’escalier et au Chat Noir, avec un grand buste en plâtre de Rollinat et la fameuse affiche de la Tournée du Chat Noir par Steinlen (1896). Ceci fait le lien vers les salles suivantes qui s’intéressent aux divertissements fin-de-siècle. D’abord, le caf’ conc’. Sont exposées des lithographies (1893) d’Henri-Gabriel Ibels représentant les numéros de différents artistes, des tableaux de danseuses, dont La Belle Otéro et Loïe Fuller, ou de chansonniers, telle la lithographie de Lautrec (1893) représentant Aristide Bruant. Puis, le cirque, et enfin les salles de bal, notamment le Moulin Rouge. Au fond de cette dernière, encore une photographie largement agrandie de la salle de bal du Moulin Rouge, datant de 1898, qui rend compte de l’effervescence d’un tel lieu, mêlant des danseuses au public. Dans une vitrine, la capacité caractéristique des danseuses à faire le grand écart est mise à l’honneur par une série de photographies des plus connues d’entre elles : la Goulue, la Môme Fromage, Rayon d’Or, et quelques éléments spécifiques de leurs tenues, telle la culotte de danse.

La maquette de Montmartre, jalonnée par les adresses des artistes des XIXe et XXe siècles[12], et de ses lieux de divertissements, faisant partie de l’exposition permanente du Musée de Montmartre, prend ici toute son ampleur et permet de visualiser la richesse artistique de ce quartier sur près d’une centaine d’années.

Voilà donc une bien belle exposition − Phillip Dennis Cate, le commissaire de l’exposition, et le Musée de Montmartre nous ont gâtés − et qui porte bien son nom. Tous les arts et divertissements populaires fin-de-siècle sont passés en revue, reflétant l’esprit montmartrois, joyeux, bruyant et avide de fêtes collectives, diurnes comme nocturnes. Mais le chat (noir) n’a pas dit son dernier mot : c’est par sa seule venue, se plaît-on à raconter, que Montmartre « qui était dans l’ombre s’emplit de clarté », car « Le Chat – comme une lueur attire les papillons – appela à Lui les musiciens, les statuaires, les peintres, les poètes[13] », et nous-mêmes, humbles visiteurs.

« Ne bougeons plus ! Tout le monde y passera ! », et ce n’est pas le Musée d’Ixelles qui dira le contraire[14].

Caroline Crépiat


[1] Par Antonio de la Gandara (1884).

[2] Rodolphe Salis, « Notre Programme », Supplément du n° 1, 15 janvier 1882.

[3] Il en est le rédacteur en chef jusqu’au n° 111, 23 février 1884 (inclus). La revue, hebdomadaire, paraît jusqu’à août 1900. Ces parutions sont marquées par des pauses et recommencements successifs (« Chat Noir nouvelle série », d’avril 1895 à septembre 1897, et « Nouveau Chat Noir » de juillet à août 1900). Éclectique, la revue accueille des chroniques, des illustrations, des contes, des poèmes, ou encore des fumisteries d’artistes célèbres comme inconnus, et incarne pendant de longues années l’esprit montmartrois fin-de-siècle.

[4] Publiée dans Le Chat Noir n° 135, 9 août 1884.

[5] Œuvre d’Eugène Grasset (v. 1885).

[6] Notamment les deux tableaux très colorés de Maurice Neumont et Georges Redon, jouant sur les ombres non pas chinoises, mais, plus au goût fin-de-siècle, japonisantes, tout en les superposant au personnel chatnoiresque (lapin, chat noir et Pierrot (Willette et sa palette ?)).

[7] Charles de Sivry ?

[8] Citons-en un passage :

Le récitant  − […] C’est le signal : les horreurs vont commencer.

(Soudain, le tableau s’obscurcit et devient impénétrable.)

− Mais je ne vois rien ! fait observer timidement Voltaire.

− Naturellement, lui répond judicieusement Terminus, puisque c’est la Messe noire.

 

[9] Mais au Chat Noir, on se transporte volontiers dans le futur, un futur de fantaisie, comme dans « Une histoire des temps futurs » de Mélandri, Le Chat Noir n° 185, 25 juillet 1885.

[10] Le Chat Noir n° 610, 30 septembre 1893.

[11] Cité par Jules Huret dans son Enquête sur l’Évolution littéraire (Paris, Bibliothèque Charpentier, 1891, p. 68).

[12] Willette, Colette, Cocteau…

[13] Louis Marsolleau « Le Chat Noir », Le Chat Noir n° 180, 20 juin 1885. Ce conte répond aux critiques de certains artistes formulées contre le déménagement du cabaret, au printemps 1885, quittant le local exigu du boulevard Rochechouart pour un immeuble, cossu, dans un quartier plus calme. Ce changement est perçu comme un embourgeoisement de Salis : le cabaret est désormais situé rue de Laval, dans un hôtel particulier de trois étages.

[14] L’exposition Autour du Chat Noir, Arts & plaisirs à Montmartre (1880-1910)  rejoindra le Musée d’Ixelles (Belgique) du 27 juin au 15 septembre 2013.