Jules Huret analyse les « Revues des Jeunes »

[Après son Enquête sur l’évolution littéraire, qui reste l’un des témoignages les plus précieux sur la sociabilité littéraire fin-de-siècle, Jules Huret n’abandonna pas l’étude des moeurs symbolo-décadentistes, comme en témoigne cette réponse à un lecteur du Figaro soucieux de parfaire son éducation littéraire.]

huretfigaroreduit

Jules Huret, « Les Revues des Jeunes », Le Figaro, 2 janvier 1892, p. 2.

Le Figaro voudrait-il m’indiquer les principaux groupes ou écoles de jeunes écrivains (symbolistes, évolutionnistes, etc.) et me donner la liste des revues se rattachant à chacun de ces groupes ? — J. Riez.

Cher monsieur Périvier,

Je ne suis qu’un profane dans la jeune littérature symboliste ; d’aucuns me reprochent de n’y avoir mis les pieds que… dans le plat, mais vous avez pensé que quatre mois d’enquête acharnée dans les milieux littéraires ont dû me renseigner suffisamment sur la question posée plus haut.

Voici donc :

Les groupes, les écoles de la jeune littérature ?

Avant mon Enquête sur l’évolution littéraire il y avait, en face de l’École naturaliste déclinante et des Psychologues arrivés, un seul grand clan symbolo-décadent, assez uni, du moins en apparence, qui groupait les noms les plus extrêmes et les plus divers, depuis M. Paul Verlaine jusqu’à Maurice Barrès encore, depuis Stéphane Mallarmé jusqu’à M. Jean Moréas, et René Ghil depuis Gustave Kahn jusqu’à Charles Morice et Henri de Régnier. Il m’est revenu qu’il a suffi à chacun de voir son voisin développer publiquement ses doctrines et ses théories pour faire naître un besoin général de spécialisation qui a eu pour résultat de diviser la grande Église symboliste en plusieurs chapelles ayant aujourd’hui des canons bien distincts.

C’est ainsi que le nom de symbolisme tend doucement à s’effacer — et que de nouvelles dénominations se discutent et s’adoptent déjà.

Comme on pouvait s’y attendre, M. Jean Moréas s’est décidé le premier, avec facilité et crânerie.

Il a fondé l’École romane. Ses disciples s’appellent MM. Maurice du Plessis, Raymond de La Tailhède, Charles Maurras, Ernest Raynaud, Achille Delaroche, Albert Saint-Paul.

Le mercredi soir, au café d’Harcourt.

On y professe le culte du XIIe siècle, de la Pléiade, d’André Chénier et de M. Anatole France.

La rupture de M. Moréas d’avec ses anciens amis et l’enseigne qu’il a choisie seront la cause de la fondation imminente d’un nouveau groupe, qui s’appellera Les Poètes français. M. Charles Morice en est l’inspirateur. On compte parmi ses adhérents : MM. Aurier, Louis Le Cardonnel, Édouard Dubus, Louis Denise, Albert Samain, Julien Lelercq, Jean Carrère, etc. Deux fois la semaine, dans un restaurant franco-russe de la rue Flatters, on y cultive l’amour de Villon, de Racine, de Baudelaire, de Villiers, de Stéphane Mallarmé et de Paul Verlaine. On y agonise Ronsard et la barbarie du moyen âge.

Le groupe Mallarmé n’a pas été atteint. Tous les mardis soir, on trouve autour du maître aimé, venant là pour se nourrir et se griser au charme de sa parole, MM. Henri de Régnier, Dujardin, Pierre Quillard, Édouard Dubus, Mauclair, Retté, Muhlfeld, Ferdinand Hérold, André Gide, Pierre Louys, etc., etc.

L’École évolutive-instrumentiste a pour chef M. René Ghil. Elle comptait, au 19 mai 1891, vingt-six disciples. On y fait de l’art humanitaire et de la poésie scientifique. On y vante le positivisme d’Auguste Comte et la théorie du son d’Helmholtz. Les théories sont complexes. On y déchire les symbolistes en bloc.

Autre groupe, dont les adhérents sont plutôt des néophytes, celui des Magnifiques ; la formule en appartient à M. Saint-Pol-Roux, qui fuit les cercles où l’on cause, mais qui y compte beaucoup d’admirateurs, des fanatiques même pleins d’une foi fervente en son avenir.

Paul Verlaine, lui, n’a pas de cénacle. Ses habitudes un peu changeantes, ses logis trop versatiles, quelquefois si lointains, découragent toute velléité de le suivre. On le voit en ce moment à l’hôpital Broussais. Mais le grand et malheureux poète est d’ailleurs un maître aimé et indiscuté dans la plupart des groupes.

Aux Revues, à présent.

Par le choix et le nombre de ses collaborateurs, le Mercure de France (mensuel) se place en tête des jeunes revues. Le Mercure qui fit suite à la deuxième Pléiade, fut fondé au commencement de l’année 1890. On a beaucoup plaisanté — c’est d’un triomphe si facile ! — la fugacité des périodiques adolescents. Le Mercure, lui, vieux de deux ans, dure et prospère ! Il tira d’abord à 500 exemplaires, puis à 700, puis à 1,000 ; il en est à présent à 1,200, et, à partir d’aujourd’hui, il double le nombre des pages de chaque numéro. Il a vécu et s’est assuré de vivre grâce à un esprit pratique qui semble appartenir en propre aux artistes de la fin du siècle.

La propriété de la Revue a été, en effet, divisée en parts qui appartiennent, par lots de une, deux, trois, quatre parts, à chacun des collaborateurs attitrés. Ces parts sont de six francs par mois. Un nouveau sociétaire n’est admis que si l’un des actionnaires consent à lui céder l’une de ses parts, et s’il réunit au vote les deux tiers des voix totales.

Assez fermé, comme on le voit, le Mercure passe dans la jeune littérature pour la Revue des Deux-Mondes du symbolisme.

En art, le Mercure est éclectique, il recèle des quasi-parnassiens comme MM. Pierre Quillard, le terrible Laurent Tailhade (Au pays du mufle), et Ferdinand Hérold, des symbolistes purs comme MM. Charles Morice, Aurier, Édouard Dubus, Retté ; des magnifiques, comme Saint-Pol-Roux, des romans, comme Ernest Raymond, des mussettistes, comme Julien Leclercq, des tempéraments aussi opposés qu’Alfred Vallette, Louis Denise et Jules Renard. M. Louis Dumur y apporte, avec les plus notables excentricités rythmiques de ce temps, l’horreur de la Russie et des Russes ; M. Édouard Dubus y représente la magie et le haschich.

Le Mercure a des tendances socialistes très avancées. On y est franchement antipatriote, solidairement avec M. Rémy de Gourmont, qui y publia (n° d’avril 1891) son fameux : Joujou patriotisme, prétexte aux ardentes polémiques que l’on se rappelle.

Les trente et quelques collaborateurs du Mercure adorent leur rédacteur en chef, M. Alfred Vallette, à qui ils renvoient tout le mérite de leur succès.

Les Entretiens politiques et littéraires (mensuel), la plus batailleuse des jeunes revues. Là, M. Bernard Lazare assomme, M. Paul Adam boxe, M. Pierre Quillard raille, M. Henri de Régnier pique, M. Vielé-Griffin sécrète du verjus.

On est socialiste et antisémite aux Entretiens. On y lit des critiques littéraires et dramatiques de Paul Adam, de Jean Thorel et d’Alphonse Germain.

Caractéristiques : culte de Mallarmé et de Laforgue ; abomination des parnassiens ; bourrades un peu dédaigneuses aux naturalistes ; haine folle des critiques.

L’Ermitage (mensuel, docteur Henri Mazel) a pris le format et la couleur du Mercure de France. La plupart des principaux collaborateurs appartiennent aux autres revues.

La Plume (bi-mensuel), dirigée par Léon Deschamps. Petite revue très active, très remuante et très pratique. Entre les articles paroxystes de M. Léon Bloy et quelques poésies de jeunes pleins de talent, se glissent les productions d’abonnés nombreux. La Plume publie de temps en temps des numéros spécialement consacrés à des écrivains ou à des groupes d’écrivains en vue. Il y a eu un fascicule sur l’Éthique de M. Maurice Barrès ; d’autres dédiés aux Félibres, aux Poètes bretons, aux Chansonniers modernes, aux Peintres chromo-luminaristes et néo-traditionnistes, à la littérature socialiste.

La Plume est un terrain neutre où chacun peut se manifester, toutes portes ouvertes. Cette collection sera très curieuse.

Les Lundis de la Bataille, rédigé entièrement par Camille de Sainte-Croix. C’est le résumé hebdomadaire des petites revues, pimenté d’articles de polémique violente contre les critiques des grands quotidiens, et les bonzes de la littérature.

Tous les efforts, même les plus obscurs, des jeunes écrivains sont notés avec bienveillance, et les faits journaliers de la vie des lettres enregistrés sous des commentaires souvent justes, toujours passionnés.

La Revue Indépendante. La plus vieille des revues du nouveau mouvement. Fondée en 1886 par Félix Fénéon, elle subit des fortunes diverses. Elle passa successivement sous la direction de M. Dujardin et de M. Gustave Kahn. Au début, avec les noms que je viens de citer, collaboraient MM. Mallarmé, Jules Laforgue, Rosny, Barrés, Paul Adam, etc.

Après un assez long silence, la Revue Indépendante a reparu avec M. François de Nion, comme rédacteur en chef. On dit que M. J.-H. Rosny en est l’âme occulte. De fait, y dominent les théories d’art sociologique avec M. René Ghil. Elle conserve un côté idéaliste avec M. Camille Mauclair.

Les collaborateurs principaux sont à présent : MM. François de Nion, Ghil, Beaubourg, Jacques Peltier, Mauclair, Gustave Moreilhon, qui assume les trois quarts du pseudonyme Gaston et Jules Couturat, etc., etc.

La Revue Blanche (mensuelle), qui s’éditait en Belgique, vient de se réorganiser à Paris, sous la direction de MM. Alfred Natanson et Lucien Muhlfeld. Moitié symboliste, avec MM. Henri de Régnier, Kahn, Mauclair, et moitié socialiste-anarchiste avec MM. Malquin et Maurice Beaubourg.

Les Écrits pour l’Art (mensuelle). C’est l’organe de l’École évolutive instrumentiste de M. René Ghil. Principaux collaborateurs : Marcel Batilliat, Georges Docquois, Pierre Devoluy, Alexandre Boursen, Henri Corbel, etc., etc.

L’En-Dehors est un journal hebdomadaire qui publie, toutes violences déchaînées, des écrits anarchistes, des critiques littéraires ultra-modernes ; c’est l’asile de réfractaires comme Georges Darien, et de purs poètes comme Henri de Régnier et Saint-Pol-Roux. Le directeur, M. Zo d’Axa, est un vaillant.

La Conque, anthologie des plus jeunes poètes, ne doit vivre qu’un an. Sept numéros mensuels sont déjà parus. Le directeur, M. Pierre Louys, jeune homme de vingt ans, est le neveu de M. Camille Doucet, de l’Académie française.

Pour finir, trois Revues belges, l’Art Moderne, la Wallonie et la Jeune Belgique, dont il faudrait parler en détail.

N’est-il pas intéressant de noter, en terminant, la liste des anciennes Revues disparues, devenues rarissimes et que l’on ne trouve plus que chez le bibliopole Vanier ?

Ce furent : Lutèce, le Scapin, la Vogue, la Décadence, le Décadent, le Carreau, la Pléiade, la Revue contemporaine, le Symboliste, la Revue moderniste, la Revue libre, Paris-Moderne, la Revue d’aujourd’hui, Art et Critique… Quelles encore ?

Et voilà, cher Monsieur Périvier, à la hâte, la réponse un peu sèche à votre question. Puissé-je, en l’écourtant, ne m’être pas fait trop d’ennemis!…

Votre dévoué,

Jules Huret

 [Lien vers l’article original sur Gallica]