Equipe

L’équipe PRELIA est composée d’un groupe de jeunes chercheurs spécialisés dans l’étude des périodiques et de la période concernée. Elle est dirigée par Julien Schuh, qui a consacré sa thèse à Alfred Jarry (Champion, 2014) et à son implication dans les réseaux d’écrivains et les revues de son époque ; il a édité dans les Œuvres complètes de Jarry deux petites revues, L’Ymagier et Perhinderion (Classiques Garnier, 2012). Il a consacré plusieurs articles aux réseaux des petites revues. Au sein du CRIMEL, Anne-Christine Royère (MCF), spécialiste de poésie des avant-gardes et chargée du suivi des projets professionnels des étudiants des Masters professionnels de l’URCA ; Alexis Lévrier (MCF), qui travaille sur l’histoire des périodiques et leur matérialité (thèse sur Les journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs », Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2007,et co-organisation avec le CELSA du colloque « Matière et esprit du journal : le discours de la forme dans la presse, de la Gazette à Internet » en 2010). Des chercheurs d’autres laboratoires viennent se joindre à cette équipe : Laurent Bihl, Docteur d’histoire contemporaine (option histoire culturelle) de l’Université Paris 1 Sorbonne (« La Grande Mascarade parisienne. Production, diffusion et réception des images satiriques dans la presse périodique illustrée parisienne entre 1881 et 1914 »), spécialiste de la presse illustrée, de la culture visuelle et de l’histoire sociale des XIXe et XXe siècles ; Vincent Gogibu, doctorant (Montpellier III – RIRRA 21) qui travaille sur Remy de Gourmont et Gide et leurs implications dans la création des revues de l’époque, éditeur de la Correspondance complète de Gourmont (Éditions du Sandre, 2010) et fondateur du CARGO (Cercle des Amateurs de Remy de Gourmont) et de sa revue, la Nouvelle imprimerie gourmontienne ; Alexia Kalantzis (PRAG), auteur d’une thèse sur Remy de Gourmont créateur de formes qui remet en perspective le travail de Gourmont dans le réseau des revues internationales de cette époque (France, Italie, Espagne, Angleterre…) et d’articles sur les relations entre écrivains par le biais des périodiques ; Mikaël Lugan (Professeur du secondaire), spécialiste de Saint-Pol-Roux auquel il a dédié un site internet et créateur d’une base de données des petites revues parues après 1880 ;  Yoan Vérilhac (MCF), auteur d’une thèse sur La Jeune critique des petites revues symbolistes (Presses Universitaires de Saint-Etienne, 2010) et membre du RIRRA 21 (Montpellier III) dans l’axe « Presse et littérature du XIXe au XXIe siècle » ; il fait partie de l’équipe du projet ANR medias19.org consacré à l’étude de la culture médiatique au XIXe siècle ; Caroline Crépiat, allocataire-monitrice à l’université Blaise-Pascal (Clermont II), qui prépare une thèse consacrée au Sujet lyrique chez les poètes du Chat noir; Matthieu Gosztola, écrivain et chercheur, qui a consacré sa thèse à La critique littéraire d’Alfred Jarry à La Revue blanche (Université du Maine); Philipp Leu, dont la thèse en cours porte sur les Innovations littéraires et graphiques dans les revues artistiques et littéraires en Europe (1880-1920) (UVSQ-BnF). En Italie, Veronica Gatti, étudiante consacrant son mémoire de M2 au Scapin et à La Décadence, après un mémoire consacré au Symboliste, et Mattia Valentini, dont le mémoire de Master porte sur Panurge, dans le cadre du projet de lecture des « petites revues 1880-1900 » dirigé par Ida Merello, Professeur d’Etudes Française à l’Université de Gênes. Au Japon, Yosuké Goda (Université de Yamagata), auteur d’une thèse sur Alfred Jarry : réécriture et bricolage (Université du Maine). Jean-Louis Meunier, Professeur agrégé à la retraite et ancien vacataire de l’Université de Nîmes et lui aussi membre du RIRRA 21, participe également aux recherches sur les revues ; avec Vincent Gogibu, Alexia Kalantzis et Julien Schuh, il participe également à l’édition des Œuvres complètes de Gourmont financée par le projet ANR HIDIL, à paraître aux éditions Classiques Garnier. Mikaël Lugan et Jean-Louis Meunier participent également au Dictionnaire des revues littéraires au vingtième siècle que prépare Bruno Curatolo ; leur travail entre en complémentarité avec celui du projet PRELIA.
Cette équipe comporte également des chercheurs dont les travaux s’articulent avec les aspects techniques du projet : à l’URCA, Éric Castagne, Professeur en Sciences du langage et spécialiste de linguistique contrastive et de didactique du plurilinguisme, auteur de plusieurs articles sur le multilinguisme et directeur du Programme InterCompréhension Européenne (ICE) qui interviendra principalement au niveau du logiciel de lexicométrie multilingue ; enfin, Henri Béhar, Professeur émérite de l’Université Paris III, fondateur de l’équipe de recherche Hubert de Phalèse dédiée au développement des études littéraires assistées par ordinateur et auteur de plusieurs ouvrages faisant autorité en la matière (La Littérature et son golem, deux tomes, Champion, 1996 et 2010), mais également spécialiste de Dada et du surréalisme (direction du Centre de recherche sur le surréalisme) ; il a numérisé et mis en ligne plusieurs petites revues de ces groupes.