Archives de catégorie : Bases de données

Base de données de livres illustrés (1839-1914) par Luce Abélès

La journée d’étude consacrée aux « Architectes du livre » a été l’occasion de dévoiler la mise en ligne de la base de données sur le livre illustré conçue par Luce Abélès, à qui cet événement était dédié.

Longtemps rattachée au Musée d’Orsay, c’est en organisant de nombreuses expositions mettant en lumière les relations entre les écrivains et les artistes (autour de Manet, de Champfleury, de la bohème montmartroise…) que Luce entama un travail de recherche de longue haleine consacré au livre illustré. La bibliographie de ses travaux témoigne de l’ampleur de ses connaissances dans tous les aspects de la culture du beau livre au XIXe siècle : sociologie, bibliographie matérielle, histoire de l’art, de la littérature, de la presse, des techniques y sont convoquées dans une vaste entreprise d’exploration de l’histoire des rapports entre les textes et les images.

La passion de Luce était communicative. La matérialité des livres, leurs méthodes de production, les détails techniques de leur fabrication n’avaient pas de secret pour elle, et elle savait transmettre à ses lecteurs sa fascination pour la genèse des ouvrages illustrés. Par-delà l’émoi esthétique provoqué par ces objets artistiques, elle était capable de dégager patiemment, en archéologue bibliophile, toutes les strates historiques emmagasinées dans ces livres pour en rehausser encore l’intérêt. Elle exhumait les discussions entre éditeurs et auteurs, les contraintes matérielles, les choix de papier, de caractères typographiques, de techniques de reproduction des images, les expérimentations de mise en page et d’encrage : la création bibliophilique faisait l’objet d’une enquête policière dont elle nous faisait partager les découvertes. Elle ne reculait devant aucun défi, dépouillant correspondances, archives d’éditeurs et autres fonds ésotériques pour comprendre les étapes qui avaient permis d’incarner un désir de beauté dans l’écrin d’une reliure précieuse. Échappant aux coffres des collectionneurs, aux fonds précieux des bibliothèques, aux vitrines des salles d’exposition, les livres redevenaient des objets vivants, les concrétisations sensibles de traditions, de savoir-faire, de débats et de quêtes esthétiques exaltées.

Parmi les nombreux dossiers qui synthétisaient ces recherches, elle avait entrepris une base de données réunissant tous les ouvrages illustrés publiés au tournant des XIXe et XXe siècles, véritable âge d’or du livre de luxe qui voit le renouvellement des formes anciennes de la bibliophilie grâce aux innovations tentées par des imprimeurs (Gillot, Lahure), des éditeurs (Lesclide, Pelletan, Vanier, Piazza, Quantin), des amateurs d’art (Uzanne, Carteret, les sociétés de bibliophiles), des revues (éditions de La Plume, de La Revue blanche, du Mercure de France), des galeristes (Vollard, Sagot). Sa famille nous a confié cette base pour la mettre à disposition du public, afin que ses travaux continuent à susciter des vocations et à aider les chercheurs en histoire de l’imprimé. Elle est désormais accessible à cette adresse : http://prelia.fr/baseluceabeles/

Cette base de données répertorie plus de 5500 ouvrages illustrés publiés entre 1839 et 1944. Chaque entrée a fait l’objet d’une description minutieuse de tous les aspects matériels de ces éditions : techniques utilisées, nombre et types d’illustration, tirage, imprimeur des estampes, prix de vente, date de parution des livraisons, papier, références bibliographiques (catalogues d’éditeurs, manuels de bibliophilie), présentation à des expositions… La base se distingue en outre d’autres bibliographies en réservant une entrée par exemplaire des ouvrages décrits. La provenance de chaque exemplaire, ses particularités (envois, insertion de lettres autographes, ajouts manuscrits, rehauts à l’aquarelle), sa localisation actuelle sont indiquées de manière systématique.

Nous tenons encore à remercier Marc et Judith Bormand pour la confiance qu’ils nous ont témoignée en nous permettant de mettre en ligne cet outil inestimable pour la communauté des chercheurs et des amateurs de beaux livres.

Analyse de réseaux de revues avec R

À partir des extractions des données concernant les collaborateurs des revues sur la base PRELIA, on peut étudier des phénomènes de sociabilité littéraire et de réseaux d’artistes et d’écrivains. Daphné de Marneffe insiste sur le « rôle de “nœud de sociabilité littéraire” des revues », qui contribuent à la formation d’un réseau à deux dimensions : « la dimension humaine (une question de relation entre groupes : le “réseau social”) et la dimension textuelle (une question de citation, de renvoi textuel : le “réseau intertextuel”). »[1] Certains outils informatiques permettent précisément, à partir de la base de données PRELIA, de proposer des analyses prenant en compte l’ensemble des collaborateurs de ces revues, selon leur implication plus ou moins grande (mesurée par leur nombre de contributions) à tel ou tel titre.

À partir d’une extraction des noms, fonctions (auteur, illustrateur, etc.) et nombre de participations aux revues des artistes et écrivains de la base PRELIA, on peut construire avec le logiciel de statistique R (http://www.r-project.org/) des graphes mettant en relief les relations entre les revues et entre leurs auteurs. On peut ainsi représenter les revues et les auteurs comme des points dont la taille est proportionnelle à l’importance du nombre de collaborations. La position de ces points est déterminée par un algorithme de dessin basé sur les forces[2] qui permet de rapprocher les points les plus liés entre eux et d’éloigner les points qui ne partagent pas de connexion, ce qui permet de repérer rapidement des regroupements d’auteurs dont le rapprochement doit être analysé. Un second algorithme de détection de communautés permet de repérer les revues et les auteurs formant des réseaux en appliquant une couleur identique aux points dont les relations sont les plus denses[3] :

 PRELIAfruchtermanvertexsizeprop1153

 En se concentrant sur certaines zones du graphe, on peut repérer des groupes de points formant des noyaux de collaborateurs qui participent aux mêmes revues. Entre des revues comme L’Ermitage, le Mercure de France, Vers et Prose, Le Livre d’art, L’Idée libre, La Plume, plusieurs communautés d’auteurs se dégagent : en rouge Jarry, Paul Fort, Klingsor, Pilon… ; en bleu Symons, Wilde, Mockel, Schwob, Paul Adam… ; en violet Mallarmé, Raynaud, Le Cardonnel ; en mauve, Henri Albert, Rambosson, Dumur, Gourmont… :

 DETAILPRELIAfruchtermanvertexrevuessizeprop1212

 Différentes explications peuvent ensuite être données à ces regroupements (phénomènes générationnels, stylistiques, génériques…), l’analyse statistique des communautés venant confirmer ou affiner les analyses sociologiques, d’histoire littéraire, etc. Ces outils permettent de donner une image plus fine des personnels des revues, en nous forçant à observer la présence et l’importance de certains noms oubliés ou mal connus.

On peut imaginer des outils pour mettre en lumière des relations sinon difficilement visibles :

  • l’intégration d’un certain nombre de variables (tirage, etc.) dans le calcul de l’importance d’une revue ;
  • des graphes dynamiques permettant de montrer des évolutions dans le temps ;
  • des comparaisons avec d’autres mises en réseau : correspondances, liens maîtres-élèves, scolarisation, salons… ;
  • une visualisation géographique de ces relations, etc.

Ces visualisations permettent d’analyse les réseaux sociaux des revues ; pour ce qui est des réseaux intertextuels, des outils de numérisation et de lexicométrie peuvent faire apparaître d’autres phénomènes.


[1] Daphné de Marneffe, « Le réseau des petites revues littéraires belges, modernistes et d’avant-garde, du début des années 1920 : construction d’un modèle et proposition de schématisation », COnTEXTES [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 23 octobre 2008, consulté le 27 octobre 2013. URL : http://contextes.revues.org/3493

[2] ), Thomas M. J. Fruchterman et Edward M. Reingold, « Graph drawing by force-directed placement », Software : Practice and Experience, 1 novembre 1991, vol. 21, no 11, pp. 1129‑1164.

[3] Aaron Clauset, M. E. J. Newman et Cristopher Moore, « Finding community structure in very large networks », Physical Review E, décembre 2004, vol. 70, no 6, 066111. URL : http://arxiv.org/abs/cond-mat/0408187

Outils de visualisation

La base de données des Petites REvues de LIttérature et d’Art peut désormais être interrogée avec des outils de visualisation dynamique. Les graphiques sont créés à partir des requêtes de l’utilisateur, en temps réel; la précision des réponses s’améliorera au fur et à mesure que les informations dans la base augmenteront. On trouvera pour l’instant cinq méthodes d’interrogation : articles par mois, participation aux revues (pourcentage)auteurs de la revue (pourcentage), rapport textes / images et évolution du rapport textes / images. Tous ces outils sont encore au stade expérimental, n’hésitez pas à signaler des problèmes d’utilisation. Les aspects techniques sont exposés à la fin de l’article.

explvisu00

Articles par mois

Cliquez ici pour accéder à l’outil

Cet outil permet d’évaluer l’évolution dans le temps des participations d’un auteur aux revues de la base, en présentant un graphique de ses publications mensuelles par revues. Entrez le début du nom d’un auteur, cliquez sur le dictionnaire pour faire apparaître un menu déroulant, et sélectionnez l’entrée correspondante:

explvisu01

Puis appuyez sur le bouton « Rechercher » pour afficher un graphique présentant le nombre de contributions de l’auteur sélectionné par mois à différentes revues. L’axe vertical indique le nombre d’articles, l’axe horizontal les mois de publication (au format année/mois, en omettant les mois sans publication). En cas d’utilisation de pseudonymes, seule une requête passant par l’entrée principale renvoie l’ensemble des résultats (par exemple, la requête « Gourmont, Remy de » renvoie aussi les articles écrits sous le pseudonyme de « Bury, R. de », mais la requête « Bury, R. de » ne renvoie que les articles écrits sous ce nom). Voici le résultat pour Jean Moréas:

explvisu02

Le tableau des données est intégré sous le graphique.

Participation aux revues (pourcentage)

Cliquez ici pour accéder à l’outil

On peut également mesurer d’un point de vue synthétique l’implication d’un auteur à plusieurs revues en visualisant le nombre total d’articles qu’il a donnés pour chacune d’entre elles. Sélectionnez un auteur de la même manière que pour l’outil précédent pour afficher un graphique présentant l’ensemble de ses contributions dans les revues de la base, et le tableau des données. Le nombre et le pourcentage d’articles publiés par revue s’affichent en passant le curseur au-dessus du graphique.Voici le résultat pour Maeterlinck:

explvisu03

Auteurs de la revue (pourcentage)

Cliquez ici pour accéder à l’outil

C’est l’outil le plus complexe; il permet de visualiser l’importance des participations de tous les collaborateurs d’une revue, soit sur l’ensemble des numéros répertoriées dans la base, soit sur une période précise déterminée par l’utilisateur. Sélectionnez une revue dans le menu déroulant pour afficher un graphique présentant l’ensemble des auteurs ayant collaboré à cette revue en fonction du nombre d’articles publiés. Exemple pour Lutèce:

explvisu04

On peut faire défiler l’ensemble des noms d’auteurs en cliquant sur les flèches en bas de la légende. Les noms des auteurs, le nombre et le pourcentage d’articles publiés dans la revue s’affichent en passant le curseur au-dessus du graphique.

Vous disposez de plus d’une frise temporelle:

explvisu05

Par défaut, le graphique présente les auteurs pour l’ensemble des données de la base, mais vous pouvez restreindre la période affichée en faisant glisser les curseurs de la frise temporelle, pour voir l’évolution des collaborateurs de la revue. Voici par exemple les données pour Lutèce entre janvier et juin 1883:

explvisu06

Rapport textes / images

Cliquez ici pour accéder à l’outil

La base de données précise le type de document (texte ou document graphique), ce qui permet de représenter graphiquement la place des images dans ces revues. En comparant la part des images par rapport au nombre de textes dans plusieurs revues, on peut faire apparaître des disparités (même si pour l’instant ces graphiques ne permettent pas de mesurer le nombre de pages de textes, uniquement le nombre d’articles). On peut ainsi comparer la proportion d’images (en rouge) par rapport aux textes (en bleu) dans La Plume (Léon Deschamps, créée en 1889, à gauche) et L’Almanach du Bibliophile (Edouard Pelletan, 1898, à droite) :

PlumetxtimgAlmanachdubibliophiletxtimg

Évolution du rapport textes / images

Cliquez ici pour accéder à l’outil

En visualisant l’évolution du nombre de textes et d’images par mois, on peut observer par exemple la place croissante des illustrations (en bleu) dans une revue comme La Plume :

Plumetxtimgtime

La structuration de la base de données permet d’autres types d’extraction ; on peut imaginer par exemple des visualisations de la place de certains genres au sein des revues, des études portant sur l’origine de leurs collaborateurs, etc.

 Aspects techniques

Les outils de visualisation fonctionnent avec MySQL, PHPJSON, Ajax et Google Chart Tools.

Les données de la base PRELIA sont stockées sous formes de tables MySQL structurées par le SIGB libre PMB. Les données ne sont pas toutes indexées, ce qui signifie qu’il faut faire des requêtes complexes pour obtenir certains résultats. Par exemple, lorsqu’un visiteur sélectionne un auteur avec l’outil « Participation aux revues », une requête SQL est envoyée par le biais d’une page PHP à la base de données MySQL avec l’identifiant de l’auteur sélectionné. La requête pour obtenir la liste des dates et des périodiques de tous les articles de Jean Moréas (identifiant: 336) s’écrit ainsi de cette manière:

SELECT  bulletins.date_date, notices.tit1
FROM authors
INNER JOIN responsability 
ON authors.author_id = responsability.responsability_author
INNER JOIN analysis
ON responsability.responsability_notice = analysis.analysis_notice
INNER JOIN bulletins
ON analysis.analysis_bulletin = bulletins.bulletin_id
INNER JOIN notices
ON bulletins.bulletin_notice = notices.notice_id
WHERE authors.author_id='"336"' 
ORDER BY notices.tit1 ASC

Les informations sont structurées dans un tableau au format JSON qui est renvoyé à la page de requête pour passer par plusieurs fonctions Javascript: réencodage pour le transformer en DataTable lisible par Google Chart, manipulations diverses (pivotage des données, agrégation des données…) et enfin génération de la visualisation.