Le Cercle de la Butte (1): Trublot [Paul Alexis] dans Le Cri du Peuple

[En marge d’un article consacré au Cercle de la Butte, société montmartroise où se croisèrent entre 1885 et 1887 naturalistes, décadents, symbolistes et anarchistes qui allaient bientôt fonder les principales revues de ces mouvements, voici quelques témoignages d’époque consacrés à la genèse de ce cercle. En premier lieu, deux articles de Trublot, alias Paul Alexis, qui décrit dans le « Figaro socialiste » de Vallès, Le Cri du Peuple, la naissance de la Butte.]

Trublot, « A Minuit : La Butte », Le Cri du Peuple, 25 novembre 1886.

[Reproduit en partie dans Paul Alexis, Naturalisme pas mort ; lettres inédites de Paul Alexis à Émile Zola, 1871-1900, présentées et annotées avec de nombreux documents par B.H. Bakker, Toronto, [1971], p. 497-498.]

« La Butte » est une société naissante, en formation — non ! j’me trompe, déjà formée, puisque, c’te semaine, un projet de statuts va être soumis à l’approbation obligatoire de la préfectance ; un premier noyau existe déjà : peintres, sculpteurs, musiciens, poètes, journalistes, jeunes gens et des deux sexes, s.v.p. ! Oui, p’faitement ! Ça gâte rien, et au contraire, la présence du beau sesque.
L’but de « la Butte » est bien simple : galvaniser la butte, — c’est-à-dire Montmartre, — c’est-à-dire Paris, par suite, et l’monde entier. C’est faire d’la littérature, de l’art et d’la vie intelligente : ouvrir des expositions libres, donner des fêtes publiques, des r’présentations théâtrales, des bals, des concerts, des conférences, créer des concours et des bibliothèques, — enfin c’est s’amuser d’toutes les façons, mais chouett’ment, dans l’sens l’plus complet et l’plus élevé du mot. Hein ! l’programme est large.
Un article des statuts porte qu’« les discussions politiques et religieuses sont bannies. » Possible ! Faut pas effaroucher, tiens ! Mais l’fond des choses est que, à côté — non en face ! — de c’te lourde, coûteuse et attristante création, l’église du Sacré-Cœur, un autre édifice, d’jeunesse vivante, lui, et d’protestation joyeuse, va sortir du sol, sans subsides, par une sorte d’génération spontanée. Eh ! qui vous dit que ceci n’est point appelé à tuer cela ?

Donc, l’aut’ soir, pas plus tard qu’samedi dernier, Trubl’ a été convoqué à la s’conde réunion préparatoire d’la société nouvelle. J’ai pas manqué d’m’y rendre et j’ai point r’gretté ma démarche, allez !
La rue Ravignan est une des plus audacieusement escarpées, qui escaladent la Butte-Montmartre. Le n° 13 de c’te rue est une maison bien typique, contenant onze ateliers d’artistes. Une vraie colonie, quoi !
C’est dans un d’ces onze ateliers, — c’lui de M. Jean Norogrand, encombré de ch’valets, aux murs r’couverts d’toiles, d’plâtres, etc., qu’se t’nait la p’tite séance.

Un bon type et joliment sympathique, Jean Noro, qui mérite un bout d’crayon. D’origine italienne, très brun, maigre comm’ Don Quichotte, quarante ans à peine. Possède un gosse dans les douze ans, gentil comme tout. Ancien fédéré, a pu, au dernier moment, gagner l’étranger, où sa femme est venue l’r’joindre, après avoir passé vingt-cinq jours, elle, dans les prisons d’Versailles. Un vrai cauch’mar, qu’ces vingt-cinq jours ! Mme Noro s’souvient qu’d’une chose : en ces vingt-cinq jours, quatre-vingts d’ses compagnes d’captivité dans une position intéressante, ont avorté.
Jusqu’à l’amnistie, Jean Noro a voyagé, vivant d’son pinceau, en Italie, en Suisse, en Turquie. Y connaît Constantinople comm’ la poche et sa conversation est des plus attachantes. A portraicturé des sultanes dans leur sérail, — l’veinard. Et pas seul’ment peintre, maniant encore l’ébauchoir à ses heures, en amateur, mais bien. Il travaille à un buste de Courbet, qu’est joliment r’semblant. Y manie la plume aussi : auteur d’la Bouche de la Vérité, un intéressant p’tit bouquin racontant des scènes d’la vie romaine pigées d’après nature.

Enfin, j’vous dis qu’ça : Trubl’, qui s’méfie d’ordinaire d’ces p’tites fêtes, a point r’gretté d’être allé au 13 d’la rue Ravignan, accompagné de M. Lasellaz, un autre peintre d’talent, qu’a aussi son atelier dans la maison ; c’est l’éventailliste bien connu, dont les dames d’la haute s’arrachent les poétiques et aériennes compositions.
On était bien trente, dont quatre citoyennes : Mme L. Martane, qui t’nait la sonnette d’présidente ; Mme Émilie Saint-Hilaire, qu’a raconté l’histoire d’un perroquet et d’un vicaire ; plus deux jolies p’tites brunettes, inconnues, avec des yeux grands comm’ ça.
MM. Léo d’Orfer et Noro ont récité des vers, trop courts, M. Aisnery a lu Rosette comédie en un acte, un peu longue, ce qui n’a pas empêché MM. Alix, Pan aver [Pausader ?], Bellanger, Lefebvre, Chambon, Houssemaine, Buisson, Coster d’applaudir à tout rompre. L’intelligent et actif secrétaire de « La Butte », M. Mayence, a vivement intéressé par l’récit d’ses premières démarches pour créer, au printemps, une fête foraine à la rue Caulaincourt et pour installer tout d’suite une exposition artisque, soit dans le bas-Montmarte, soit (projet moins pratique, quoique séduisant) tout en haut, à côté du Sacré-Cœur, afin d’profiter des pèlerins, — en les débauchant, tiens ! en les convertissant à l’art et à la vie.

Soudain, vers minuit moins vingt, toc toc, à la porte d’l’atelier. Jean Noro ouvre et entrent trente-cinq membres d’une autre société, « la Bohème d’Montmartre » qui fusionne séance tenante avec « la Butte ». On s’tasse comm’ on peut. L’vaste atelier d’vient trop p’tit, mais ça va bien.
J’vous dis qu’la Butte a quèqu’chose dans l’ventre?

Trublot, « A Minuit : Trois p’tites premières », Le Cri du Peuple, 14 décembre 1886.

[Cité en partie dans Paul Alexis, Naturalisme pas mort, op. cit., p. 327.]

À c’te Butte, autr’ p’tite pr’mière !
Sam’di soir, pendant l’plus fort de la bourrasque, sous l’ruissell’ment d’la pluie diluvienne qui f’sait un boucan infernal sur la vaste baie vitrée d’un atelier d’la rue Ravignan, d’vant un toutou, un gosse, une dizaine d’Dédèles et une cinquantaine d’membres ou d’invités, peintres, poètes, journalisses, tous Montmartrois au moins d’cœur, M. Paul Alexis a lu Mademoiselle Pomme, c’te infortunée farce d’Duranty qu’eul’ théâtre Déjazet en 1857, du temps d’Déjazet elle-même, r’fusa — en deux actes ; puis, qui, vingt ans après, mise en un acte avec l’approbation d’Duranty, par c’lui qui l’a lue l’autr’ soir, a été r’fusée deux fois par MM. Briet et Delcroix, puis « platoniquement reçue » à Cluny en 1882 par M. Maurice Simon, et à Déjazet en 1886 par M. Boscher. C’qui, d’ailleurs, a permis à Mlle Alice Reguault d’faire paraître chez Ollendorff — en toute innocence, j’me hâte de l’dire — un roman intitulé… j’vous l’donne en mille… intitulé : Mademoiselle Pomme !!!

Eh bien, pas d’chance jusqu’au bout, eul’ pauv’ Duranty ! Non, jamais d’chance, même maint’nant qu’y est couché d’puis six ans au cim’tière d’Cayenne !
Sam’di soir, à la Butte, l’lecteur d’c’tte piécette était enrhumé, et la pluie ruiss’lait sur la baie vitrée, et eul’ toutou énervé par l’orage (ou n’étant autre) l’têtu qu’Francisque ou Gugusse, déguisé en toutou café au lait a eu subite l’choléra, c’qu’a absorbé eul’ gosse et deux ou trois gosselines.

Nonobstant ces malchances, tout l’reste d’c’public intelligent a écouté d’abord avec respect, puis rigolé à ventr’ déboutonné, enfin vigoureus’ment applaudi l’flanche. Et, séance tenante, la Butte, artistico-dramatico-littéraire, a décidé à l’unanimité qu’elle allait soit louer une salle ad hoc, soit construire une scène dans son local habituel, afin d’pouvoir monter et jouer Mademoiselle Pomme après eul’ carnaval.
La distribution des quatre rôles d’hommes et des deux rôles d’femmes est déjà faite, entr’ membres féminins et virils d’la Butte.
Et, l’grand jour, avec tout’ la presse théâtrale, pontifes, d’mi pontigs et soireux, M. Boscher, directeur du Théâtre-Déjazet, s’ra invité, parbleu ! Et y s’rendra compte !